Cocopatch et son chaleureux Quilt Along

2017 Satsuki de Cocopatch

En parcourant les blogs destinés aux quilteuses, qu’ils soient français ou étrangers, nous trouvons de belles idées créatives, cela suscite en nous de nombreux projets  d’ouvrages qui, pour la plupart, ne verrons pas le jour tant ils sont multiples et cela nous permet d’échanger  avec d’autres. Parfois, sur l’un de ces blogs, nous trouvons un défi original qui rassemble les patcheuses autour d’un même but motivant qui nous oblige, de part son concept, à suivre l’aventure jusqu’au bout, avec la fierté d’avoir terminé un bel ouvrage tout en ayant vécu d’inoubliables moments de partage avec de nombreuses passionnées.

Parmi ces défis enthousiasmants, il y en a un qui a fait naître en moi l’envie de suivre la mouvance, non pas en tant que quilteuse mais en tant que blogueuse. Je souhaite découvrir et retracer pour vous un fantastique  challenge qui va transformer le quotidien de certaines d’entre vous durant quelques semaines! Il s’agit du QAL 2018 : Le Dashing Coriander Quilts !

C’est Corinne, alias Cocopatch, qui en a pris l’initiative,  suivie comme l’an dernier, par Delphine de Viodely que vous trouvez aussi sur son compte Instagram mais également, cette fois-ci, par Alice de Blossomquiltetcraft, de retour en France après  avoir vécu plusieurs années en Australie en tant qu’expatriée. Ce « Quilt Along » se compose de 5 étapes et il a débuté en février 2018 et se poursuivra jusqu’au dimanche 3 juin  avec la publication des tops terminés et de jolis lots à gagner.

.

.

https://ateliercocopatch.com/2018/01/16/quilt-along-2018/
http://viodely.over-blog.com/tag/qal/
https://www.blossomquiltetcraft.fr/qal-avec-cadeaux-a-gagner/

 

Pour celles qui n’ont pas le temps de relever ce défi ou ne se sentent pas de taille, je vous propose une manière beaucoup plus sereine de les suivre et de les encourager, bien au chaud devant votre écran d’ordinateur, accompagnée de votre mug de thé fumant ou de votre tasse de café chaud. Durant trois articles, je vais vous présenter les organisatrices de ce Dashing, leurs parcours et la passion qui les anime.

 

          Nous commencerons par Corinne, alias Cocopatch, qui quilte depuis 25 ans maintenant. Nous pourrions presque dire que c’est la destin qui a frappé à sa porte. En effet, lors de la « Journée des Associations » de sa commune, sa propre soeur lui avait demandé de bien vouloir prendre des informations pour elle après du club de patch de Vincennes. Séduite elle-même par cet art, elle s’est inscrite et tandis que sa soeur ne s’y est finalement pas mise, Corinne n’a cessé de se passionner pour le travail des ouvrages. Enfant, elle avait un environnement propice qui allait nourrir sa passion d’aujourd’hui car sa grand-mère était couturière à domicile et elle a donc baignée dans les belles étoffes, les petites chutes de tissus tombées à terre, le ronronnement de la machine  à coudre, les mains qui s’activent pour confectionner des vêtements.

Ayant acquis une  méthode très rigoureuse, Corinne n’hésite pas aujourd’hui à user de diverses techniques comme travailler à la main pour le BOM Quiltmania de Di Ford, la méthode anglaise avec les gabarits en carton ou encore la couture machine pour le patch moderne car elle avoue que c’est un réel gain de temps et qu’elle y prend autant de plaisir. Elle possède d’ailleurs une jolie petite collection de machines anciennes qu’elle utilise parfois et elle a donc fait l’an dernier le City Sampler de Tula Pink sur une vieille Singer Feather weight . Elle aime également broder, ce qui complète bien son savoir-faire.

.

 

Si elle continue d’aimer le traditionnel, le choix de Cocopatch se tourne désormais spontanément vers le moderne et les couleurs, lorsqu’elle achète ses tissus. Elle avoue que, ayant deux fils, cela correspond mieux à des jeunes garçons lorsqu’elle leur confectionne un ouvrage. Prof d’histoire dans sa vie professionnelle, elle contrebalance son goût de l’ancien en se passionnant profondément pour le Modern Quilt.  Elle a beaucoup appris des blogs américains qui traitent de ce sujet et qui sont souvent accompagnés de vidéos. Elle apprécie aussi la liberté du matelassage à la machine, tellement plus simple pour de grands ouvrages.

Blogueuse depuis 6 ans, Corinne a d’abord tenu un premier site chez un hébergeur puis a changé de plateforme lorsqu’elle s’est prise d’amour pour le Modern Quilt. Elle s’est lancée dans cette aventure après leur déménagement pour la Seine-et-Marne. Ayant suivi son mari , elle a gagné beaucoup de temps sur les transports pour se rendre à son travail et elle a donc décidé de profiter de ces moments retrouvés pour se créer ce bel univers virtuel qu’est son blog. Que de belles rencontres! Que de partages et d’échanges tant en France qu’à l’étranger!

Elle n’en ai pas au premier lancement de challenge car, comme je le précisais plus haut, l’an dernier déjà, elle s’est inspirée du challenge d’une australienne dont elle a admiré les superbes ouvrages sur Instagram, pour mettre en place le « 100 jours, 100 blocs ». Elle a donc contacté l’adorable Tula Pink puisqu’elle avait choisi son ouvrage mais aussi des sponsors tels que Bernina, Au fil d’Emma et Quiltmania afin que, comme chez les anglo-saxonnes, le défi soit motivant.  Cette année là,  Delphine de « Viodely » et Béatrice d' »une aiguille dans une botte de foin » ont aidé Corinne à organiser ce défi tout en participant toutes les trois au challenge. Derrière ce beau projet , il y avait toute une logistique à assurer demandant beaucoup de rigueur.

.

City Sampler « 100 jours 100 blocs » version Corinne

.

.

Pour cette année, la nouvelle équipe a souhaité trouver un modèle plus accessible à toutes en terme de budget puisqu’il est issu d’un Quiltmania, mais aussi avec une sélection  de tissus qui puissent être, à la convenance de chacune, du traditionnel ou du moderne.  Ainsi, le choix de l’ouvrage ne fut pas simple. Bien que l’annonce officielle du challenge a été faite en début d’année, nos trois quilteuses travaillent sur le projet depuis octobre dernier, le plus difficile étant probablement de trouver les sponsors.  Mais lorsqu’on voit le résultat par les lots annoncés, c’est très motivant pour se lancer dans l’aventure : une machine à coudre Skyline S 3 par Janome, un lot de matériel : planche, cutter, règle, épingles par Rascol, 1 abonnement papier 1 an au magazine de son choix  chez Quiltmania, un lot de 10 Fat Quarter de la collection Bohème d’Odile Bailloeul par Au fil d’Emma ……etc……

.

Vous imaginez aisément combien la recherche de sponsors demande de l’implication mais aussi du courage pour aller frapper aux portes et réussir à convaincre! Mais comment fait Corinne pour  trouver le temps nécessaire ? Que ce soit  pour son blog, pour ses ouvrages ou pour un défi à mettre en place,  elle profite de ses congés pour procéder par étapes! Par exemple, pendant les vacances de février, elle peut couper ses tissus pour un modèle choisi et profiter des congés de Pâques pour coudre le quilt correspondant. Elle avoue donc avoir pris un peu d’avance sur son modèle de QAL afin de pouvoir gérer l’avancée des participantes. Elle consacre ses dimanches matins à son blog et au suivi internet   mais le reste de la semaine, elle travaille et est aussi une maman attentive.

Elle aimerait passer à la phase de création mais elle manque hélas de temps. Toutefois, elle commence à dessiner et elle ne se pressera pas, elle flânera en chemin avant d’aborder cette nouvelle phase au mieux!

Au travers ces mots, Corinne évoque beaucoup sa passion pour le patchwork américain et tout ce que cela représente en terme d’avancées, de nouvelles techniques, de challenges lancés mais aussi, bien sûr, de  « Modern Quilt ». Elle rêve de pouvoir se rendre sur certains salons américains et si elle a eu l’opportunité de se rendre sur celui de Paducah , Houston lui fait les yeux doux. En fin de compte, les lectrice de Cocopatch ne peuvent que se réjouir de ses envies de ballades au pays du Quilt car nul doute qu’elle en  reviendra avec des idées foisonnante pour mieux les motiver ! Je ne peux donc que vous conseiller de suivre de près Corinne, qui, j’en suis certaine, ne manquera pas de vous proposer d’autres beaux projets dans les années à venir….

.

Houston, International Quilt festival

 

A suivre ….

                                                                                                                  Natacha Ramora

 

Je tiens à remercier chaleureusement Corinne du temps précieux qu’elle a su m’accorder.

Publicités

Avril 2018, quelques puces et expos près de chez nous ou un peu plus loin

 

Chères lectrices, avec pas mal de retard, voici les évènements à ne pas manquer dans notre région. Évidemment, j’attire votre attention sur le fait que nous retrouverons notre Biennale d’Art Textile du 11 au 14 avril, qui n’est autre que notre fameux QuiltexpoenBeaujolais 😉.

Puces des couturières, 

Dimanche 8 avril, Civrieux d’Azergues

.

.

Puces de couturières, dimanche 8 avril

Saint Priest la Vetre (42)

.

.

.

Puces des couturières & loisirs créatifs,

Dimanche 8 avril , Chanas (38)

.

.

Biennale Internationale d’Art Textile

11 au 14 avril 2018, Villefranche Sur Saone

.

.

.

Puces des couturières,

14 avril 2018, Châtillon sur Chalaronne

.

.

Puces des couturières, 

Dimanche 22 avril 2018, Loubaresse (07)

 

.

.

Je vous souhaite a toutes de belles puces des couturières et expos.

 

Je vous donne rendez-vous mardi prochain, le 10 avril.Nous partirons à la rencontre de la pétillante Cocopatch et du defi lancé à ses followers à l’aide de ses complices Delphine et Alice…

Natacha Ramora

Dans les coulisses de la B.I.A.T 2018

Comme promis, nous nous retrouvons le jour du printemps ! Nous n’avons pas vraiment le sentiment d’y être mais pourvu qu’il ne tarde pas trop !

 

.

.

 

Dans quelques petites semaines débutera la Biennale Internationale d’Art Textile à Villefranche sur Saône, à trois ou quatre kilomètres de chez moi tout au plus. Vous vous doutez bien que toutes les quilteuses habitant la région Rhône Alpes sont, comme moi, très impatientes de découvrir ce nouveau cru 2018.

Le premier salon a vu le jour en 2010 sous le nom de Quiltexpo-en-Beaujolais et se déroulait à l’époque  à Anse, dans les superbes caves voutées de l’ancien chaix du Domaine de Douze Communes, avec un espace commercial sous chapiteau :

.

Caves de l’ancien chai

 

Mais, fort de son succès, le salon a dû trouver un lieu d’accueil plus grand qui puisse à la fois recevoir les visiteurs de plus en plus nombreux, les artistes invités et leur permettre d’exposer leurs oeuvres, ainsi que tous les stands commerciaux d’art textile. C’est donc le Parc Expo de Villefranche-sur-Saône qui a été choisi.  Depuis 2016, le salon est devenu désormais une Biennale et vient d’être rebaptisé B.I.A.T. , preuve s’il en est, que son succès et sa renommée ne cessent de croître. 

.

Un évènement à ne pas rater pour les quilteuses de Rhône-Alpes

 

.Cette année encore, plein de belles surprises et découvertes attendent les passionnées de l’Art Textile sous toute ses formes : Patchworks traditionnels ou modernes bien sûr mais aussi Pojagis, Molas, Kimonos ……

De nombreuses artistes seront présentes et parmi elles des grands noms tels que :  France Bréchignac, Dijanne Ceeval, Maryse Allard, Olivia Uffer mais aussi Gillian Travis, Els Momers dont j’avais particulièrement aimé le travail lors d’un précédent Quiltexpo, Jane Rollason, Galla…..

.

France Bréchignac

.

Dijanne Cevaal

.

Maryse Allard

.

Olivia Uffer

.

Mais n’oublions pas les hommes qui cette année sont plus nombreux que d’habitude : Dimitri Vontzos (Brodeur), Michel Galan (quilteur), Illya Laschko (Designer, broderie de paille) et dont nous pourrons admirer le travail et les différences de sensibilités.

.

Dimitri Vontzos

.

Michel Galan

.

Illya Laschko

.

L’équipe de la B.I.A.T. a également mis l’accent sur de belles expos à vous proposer et des groupes à vous présenter :

 

Le projet du Bush Australien de Dijanne Ceeval

Crossing Oceans « Journeys » par Jane Rollason

SAQA (Studio Art Quilt Associate)

Exposition internationale « Freedom » proposée par Gillian Travis

et beaucoup d’autres à retrouver directement sur le site :
http://www.biat-quiltexpo.com/expositions/

 

Mais aussi et surtout lors de la Biennale !
Toute l’équipe vous attend avec impatience pour partager avec vous de délicieux moments autour de l’art du fil ….

.

.

On se retrouve sur place?
Natacha Ramora

Février/Mars 2018, quelques puces et expos près de chez nous et un peu plus loin

Voici un petit moment que je n’avais pas publié un article, je reviens l’espace d’un instant pour partager avec vous les sorties qui courent jusqu’à fin février ainsi que celles du mois de mars. Mon absence actuelle est dû à à une somme de travail importante dans ma vie professionnelle. En effet, je me suis vue confiée la coordination du recensement qui se déroule dans la commune pour laquelle je travaille, Saint-Bernard, ce qui est un vrai challenge pour moi et qui me demande une forte implication. Lorsque cette mission sera terminée, je prendrai quelques jours de vacances bien mérités au Pays de Mickey et en région parisienne. Le temps de préparer quelques nouveaux articles et je vous donne rendez-vous  le 21 mars, jour du printemps !

.

.

Saint-Bernard vu par le peintre Maurice Utrillo qui vécu dans le château de la commune

 

A présent, place aux sorties à venir :

.

.

24 et 25 février 2018, Puces des couturières,

Saint-Cergues (74)

.

.

.

25 février 2018, Puces brodeuses et couturières,

Voreppe (38)

.

.

.

Dimanche 4 mars 2018, fête autour du fil,

Charavines (38)

.

.

.

Dimanche 4 mars 2018, Puces des couturières,

Porte les Valence (26)

.


Dimanche 11 Mars 2018, Puces des couturières et expo de patchworks

Beynost (01)

(déjà plus de table d’expo à réserver! )

.

 

.

24  Mars 2018, puces des couturières

Ceyrat (63)

.

Puces organisées par le club Créativ’patch

de 9h à 17 h,

Espace Culture et Congrès

.

.

.

25 mars 2018, puces des couturières et des tapissiers,

Irigny (69)

.

Irigny, salle Pastorale

.

.

.

25 mars 2018, Puces des couturières et des loisirs créatifs

Saint-Laurent d’Agny

.

 

Bonnes sorties et à très vite,

 

Natacha Ramora

Recette du vin chaud pour affronter l’ hiver

En ce  début d’hiver, vous allez probablement recevoir vos amis et vos proches qui viendront vous souhaiter la nouvelle année et manger une bonne galette des rois puisque la dégustation de ladite galette se prolonge souvent, comme les bons voeux,  jusqu’à la fin du mois de janvier. Dans la région lyonnaise, nous dégustons une galette des rois traditionnelle fourrée à la frangipane. Mais quelle ne fut pas ma surprise, lorsque je suis venue habiter dans cette région, de découvrir cette galette moi qui n’avait connu que ma délicieuse  brioche provençale parfumée à la fleur d’oranger et recouverte de fruits confits. Vous comprendrez qu’encore aujourd’hui, c’est elle qui garde ma préférence.

.

.

.

.

Mais qu’importe de quelle façon nous préférons la nôtre : Pithiviers dans le Loiret, Bisontine en Franche-Comté ou encore sablée en Bretagne, l’essentiel c’est le bon moment passé ensemble à élire un roi et une reine pour le plus grand plaisir des enfants….et tant que faire se peut, pourquoi ne pas préparer un bon vin chaud pour en accompagner la dégustation?

.

.

.

.

Voici une recette trouvée sur le site « cuisineaz.com » très facile à réaliser et dont vous dénicherez facilement les ingrédients dans votre cuisine.

 

Ingrédients

1,5 l de vin rouge

Environ 300 g de sucre (selon votre goût)

1/2 orange

2 zestes de citron et d’orange

2 clous de girofle

2 pincées de cannelle

 

Préparation

 

* Coupez la moitié d’orange en lamelles de 5 mm.

* Dans une casserole, versez le vin, le sucre, les zestes de citron et d’orange, les clous de girofle et la cannelle. Bien mélangez le tout.

*Chauffez le mélange pendant 10 à 15 minutes à feux doux voire moyen en veillant à ne pas faire bouillir.

*Une fois que votre vin chaud est prêt, versez-le immédiatement dans un verre en prenant soin de le filtrer avec un chinois afin d’ôter les zestes et les clous de girofle puis décorez avec une rondelle d’orange chaque verre.

 

Bonne dégustation et à très vite, je vous laisse sur quelques notes de musique nostalgiques en hommage à une artistes que j’aimais profondément 

………………………………………………………………………………….  Natacha

.

.

.

.

Douce année à vous toutes et tous !

 

que cette nouvelle année vous soit douce et bienveillante !!

Dans le tumulte actuel où les infos sont parfois tellement inquiétantes, tandis que nous nous demandons où va le monde, c’est en effet une année bienveillante que je vous souhaite à tous avec de belles émotions, une envie de sourire à la vie, à son voisin, à ses amis, à ses proches. Et puisque la bienveillance est le maître mot de ce premier billet de l’année, j’en profite pour vous recommander un film bouleversant qui parle de bienveillance, d’acceptation de la différence, d’un combat contre l’adversité….. Il s’agit de « Wonder », l’histoire d’Augguie, petit garçon de dix ans atteint d’une maladie génétique. Malgré les nombreuses opérations subies, August est défiguré et doit faire son entrée à l’école pour la première fois et affronter le regard des autres, qui, vous vous en doutez, ne sera pas toujours bienveillant. C’est un film que vous pouvez voir en famille, qui porte à réfléchir et qui est une belle leçon de vie :

.

.

.

Place maintenant à nos infos du mois concernant les expos et puces des couturières. Comme toujours, les évènements sont classés du plus rapproché au plus lointain pour vous faciliter la lecture et vos prévisions de sorties éventuelles.

 

Puces des couturières, samedi 20 janvier ,

Heyrieux (38)

 

 

Salon des loisirs créatifs et du fil, du 26 au 28 janvier,

Saint-Etienne (42)

.

N’hésitez pas à me faire parvenir vos annonces en jpeg ou pdf si vous avez besoin de diffuser un évènement autour du fil.

Je termine cet article en partageant avec vous mon dernier ouvrage confectionné pour ma maman à l’occasion de ses 70 ans. J’ai choisi de faire un édredon assez simple, mais chaudement doublé en polaire. Ma maman était très heureuse, d’autant que c’était une surprise… 😉

.

.

à très bientôt pour un nouvel article,

Natacha Ramora

 

Bien choisir la matière de vos pulls

L’hiver sera là dans quelques jours et déjà, la neige et le froid ont envahi nos belles régions. Il est grand temps de s’emmitoufler dans des pulls bien chaud pour faire face aux froides journées qui s’annoncent. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi aujourd’hui de remettre en avant un de mes articles de l’an dernier que je pense être très utile pour acheter vos pulls puisque les soldes ne tarderont pas. Mais à la fin de ce post, j’ai malgré tout ajouté une petite touche de fantaisie, sans doute bien amusante pour les fêtes pour celles et ceux qui ne se prennent pas au sérieux….

 

Je crois que nous sommes nombreux à nous perdre parmi toutes les appellations dès que nous devons acheter un joli pull d’hiver. Afin de savoir de quoi la vendeuse vous parle lorsqu’elle évoque la laine vierge ou l’angora, voici un petit récapitulatif bien utile pour devenir incollable sur la provenance de vos pulls et écharpes.

.

woolmarkLE LABEL WOOLMARK :

Ce label de qualité signifie que la laine provient de la tonte d’animaux sains et vivants. Il garantit un produit en pure laine vierge (100 % de la composition).

Il a été mis en place par l’IWS (International Wool Secretariat) qui était un rassemblement de syndicats d’éleveurs de moutons  d’Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud et Uruguay souhaitant s’implanter sur les marchés de l’industrie lainière de l’hémisphère Nord (Japon, Europe Occidentale et Amérique du Nord). Depuis 1998, c’est la Woolmark Compagny, société d’expertise et de recherche technologique à but non lucratif qui remplace l’IWS dans ses missions de certifications et recherches. Son siège est basé à Sydney.

Le logo de la Woolmark a été décliné pour mettre en avant certains mélanges de fibres contenant de la laine vierge dans la diversification du prêt-à-porter :

.

woolmark-blendLe label woolmark blend :

Mélange majoritaire de 50 à 99 % de laine vierge.

 

.

wool-blendLe label wool blend :

Mélange minoritaire de 30 à 49 % de laine vierge.

             

.

                     « Pure laine vierge »

Il s’agit donc d’un produit contenant uniquement de la laine, toutefois, l’appellation accepte un rajout de 0,3 % d’autres fibres, une quantité infime pour ainsi dire.

 .

                     « laine vierge »

Produit auquel a pu être rajouté 7% au maximum d’autres fibres.

.

                    « 100% laine » ou « pure laine »

Cela correspond donc à une laine de moindre qualité ou recyclée…..surprenant n’est-ce pas?

.

.

Vous avez ensuite le choix entre différents types de laines issues d’ovidés et parfois de camélidés:

.

mouton-ecosseLa laine de mouton

Elle est la plus répandue. Celle provenant d’Ecosse est réputée comme étant très résistante. Toutefois, aujourd’hui, pour obtenir plus de douceur, on la mélange souvent avec d’autres fibres naturelles ou synthétiques.

.

.

agneauLa laine vierge d’agneau

Elle est une véritable protection contre les températures extrêmes et a un toucher moelleux.

                        lambswool

Ce sont les premières tontes de l’agneau avant l’âge de 7 mois, c’est une fibre extrêmement douce mais plus courte que la laine vierge d’agneau et donc, un peu moins résistante.

                              Geelong

La toute première tonte de l’agneau, ce qui représente le nec en Lambswool.

.

.

merinosLa laine mérinos

Cette race de mouton est surtout présente en Australie et a une toison confortable et résistante. Elle est thermorégulatrice, anti-bactérienne et ne pique pas. Elle est idéale pour les robes, Twin-set ou les vêtements de randonnée.

.

 .

.

cachemireLe cachemire

On ne vante plus la douceur et le confort d’un pull en cachemire. Il est confectionné à partir des poils des chèvres des hauts plateaux de Mongolie et de Xinjiang en Chine. La fibre de cachemire étant très fine, il est nécessaire de tordre les fils par deux pour gagner en solidité. Plus le nombre de fils sera important (quelquefois jusqu’à 24 fils), plus le vêtement sera chaud et par conséquent, cher! Le cachemire s’étant démocratisé depuis quelques années, il en résulte des conséquences dommageables  telle que la désertification de la province de la Mongolie intérieure et l’accroissement des vents de poussière à l’est, notamment sur la région de Pékin. 

.

.

chevre-angoraLe mohair et le kid mohair

Ils sont tous deux obtenus à partir de la chèvre angora qui présente une toison longue et frisée dont la fibre est facile à teindre.  le kid mohair est issue des chèvres plus jeunes et possède donc une fibre plus douce.

.

.

.

lapin-angoraL’angora (produit controversé)

Cette laine est fournie le plus souvent par le lapin angora mais aussi quelquefois par le mouton angora ou le yack. Si ce produit noble donne des pulls chauds, il est malgré tout régulièrement montré du doigt pour sa récolte exercée cruellement. En effet, en France ou en Allemagne, on procède par épilation ou tonte. La Chine, quant à elle, préfère la plupart du temps l’arrachage de toison, entrainant pour l’animal des souffrances atroces. C’est ainsi qu’en 2013, l’association PETA Asia (association pour un traitement éthique des animaux) a lancé une campagne pour dénoncer cette cruauté. De nombreuses grandes enseignes boycottent désormais l’angora telles qu’Adidas, Calvin Klein, Zara, H&M, Levi Strauss, Puma…(liste non exhaustive). Sachez toutefois que la France n’est pas en reste quant à la cruauté. L’association One Voice a dénoncé en 2016 les conditions dans la filière française : sauvagerie du procédé dit « d’épilation », violations de la règlementation et conditions d’élevage. Elle appelle ainsi à l’interdiction pure et simple de l’élevage et du commerce de l’angora.

.

.

alpagaL’alpaga

L’alpaga provient du mammifère camélidé du même nom.  Sa fibre est rare est précieuse puisque cet animal ne rend que deux à trois kilos de polis par an. Légère et résistante, cette fibre est idéale pour les costumes et les tailleurs.

.

.

.

.

vigogneLa vigogne

Dans le monde Inca, La vigogne était considérée comme une animal sacré et elle était tondue pour la confection des livrées impériales. Aujourd’hui, ce produit est encore plus rare et cher que le cachemire. D’ailleurs, la production a été stoppée durant trente ans dans les années 70 pour enrayer l’extinction de l’espèce.  Aujourd’hui, la fibre est utilisée par les grandes maisons de couture pour des pièces de luxe telles que des manteaux. L’élevage et la tonte de la vigogne permet à des villageois de la Cordillère des Andes d’obtenir un revenu substantiel.

 

A présent, je vous propose quelques idées de pulls à arborer pour les fêtes 🙂  :

.

Pull de Noël style Mark Darcy (Bridget Jones)

.

.

 

Style lutin de Noël

 

..

.

Style fan de Star Wars

.

.

Style décos de Noël

.

.

Ou enfin une robe afin d’être élégante pour la circonstance !

.

Passé la petite note d’humour qui termine ce post, je vous invite à lire un article plus sérieux  sur cette tradition qui s’installe peu à peu, y compris en France au sein des entreprises et qui incite à la réflexion :

http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/12/13/d-ou-vient-la-tradition-du-pull-moche-de-noel_5048392_4832693.html

 

Il est temps pour moi chers lectrices et lecteurs de vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année, qu’elles soient douces et chaleureuses en famille ou entre amis. Je veux aussi avoir une pensée particulière pour les personnes qui passeront ces fêtes seules, que la magie de Noël les enveloppent elles aussi grâce à un regard bienveillant d’un voisin, d’un enfant ou encore d’un inconnu…..

doux baisers,

Natacha.

 

Le Secrétariat du Père Noël

 

Aujourd’hui, j’aimerai faire une place à la poésie et à la magie de Noël….

Saviez-vous que lorsque vos enfants ou petits enfants écrivent leur lettre au père Noël et que celle-ci est postée, cette lettre est réellement acheminée vers le secrétariat du père Noël, qu’elle qu’en soit l’adresse? Vous ne me croyez pas? Et pourtant…

Tout commença avec la bienveillance d’une postière, Magdeleine Homo, qui, risquant son poste au PTT, répondit en cachette pendant plus de 12 ans aux « lettres au Père Noël  » des enfants de son village, Veules les Roses en Normandie, pour leur plus grande joie. Tout comme Odette Ménager, receveuse dans le Maine-et-Loire, elles finirent par évoquer leur déception de ne pouvoir acheminer le courrier destiné au Père Noël. Leur supplique fut entendue et c’est ainsi qu’en 1962, Jacques Marette, Ministre des PTT et frère de Françoise Dolto, créa le Secrétariat du Père Noël dans le service des « rebuts » de l’hôtel des Postes à Paris.

Le texte de la première carte-réponse était rédigé par Françoise Dolto elle-même et illustrée par René Char (Poète Français). Il disait ceci :  »  Mon enfant chéri, ta gentille lettre m’a fait beaucoup de plaisir. Je t’envoie mon portrait. Tu vois que le facteur m’a trouvé, il est très malin. J’ai reçu beaucoup de commandes. Je ne sais pas si je pourrai t’apporter ce que tu m’as demandé. J’essaierai, mais je suis très vieux et quelquefois je me trompe. Il faut me pardonner. Sois sage, travaille bien. Je t’embrasse fort. Le Père Noël. « 

 

Aujourd’hui, le secrétariat du Père Noël est basé à Libourne et c’est le service « courrier client » qui est le seul habilité en France à répondre aux lettres de vos tout-petits. En effet, pour peu que votre enfant mette sa propre adresse, il est assuré de recevoir une réponse, qu’elle que soit l’adresse du Père Noël qu’il inscrira sur l’enveloppe :

15, Chemin des étoiles

736, Route des nuages

Scandinavie

Pôle Nord……etc ….

Alors dépêchez-vous de donner un stylo et une feuille de papier à vos bambins pour qu’ils fassent leur lettre au Père Noël qui devra être postée le 21 décembre au plus tard pour voir briller leurs yeux de fierté quand ils recevront une réponse ………

Quant à l’adresse, laissez parler votre coeur d’enfant, soyez inventif!

 

A très vite,

Natacha Ramora.

Décembre 2017, quelques puces et expo près de chez nous et une peu plus loin

Chères quilteuses et couturières, encore une fois je ne suis pas en avance pour vous donner les quelques évènement autour du fil de ce mois. Toutefois, il y en a assez peu en cette fin d’année, sachant, je crois,  que ce sont plutôt les marchés de Noël qui auront la vedette en décembre. Voici donc de quoi vous occuper pour aujourd’hui ou la semaine prochaine, à moins que vous ne préfériez rester au chaud……

 

Expo et vente de Noël, 3 décembre 2017

Moidieu-Détourbe (38)

.

.

Puces des couturières et loisirs créatifs, 3 décembre 2017

Pierre-Bénite (69)

.

.

Expo de patch du 9 au 17 décembre 2017,

Riorges (42)

Exposition club Méli Mélo Patchwork textiles à Riorges, 42153.

Quilts, tableaux textiles, sacs textiles, broderies et pleins de créations textiles.

 

à bientôt pour un nouvel article,

Natacha Ramora

 

FLORIDA BARN QUILT TRAIL

Chers lectrices et lecteurs, je sais combien vous aviez apprécié mon article sur les jolis périples d’Estelle Lacker, quilteuse globe-trotteuse, notamment en Australie. Aujourd’hui, je lui prête mon clavier afin qu’elle vous retrace son sympathique Road-trip pour découvrir le FLORIDA BARN QUILT TRAIL. Un petit instant de rêverie et de magie que vous allez adorer, j’en suis certaine…..

~~~~~~~~~~~~~~~~

Comme chaque année, nous nous rendons en automne aux Etats-Unis chez mon amie de toujours : nous nous sommes connues sur les bancs du lycée à l’âge de 15 ans. Elle habite en Floride depuis plus de 25 ans, naturalisée américaine et propriétaire d’un atelier d’encadrement indépendant. Pendant les jours de semaine, nous l’assistons à l’atelier: JP coupe les baguettes, j’assemble et termine les cadres – à l’aise dans ce domaine  puisque je pratique l’encadrement d’art depuis de nombreuses années. Les techniques sont différentes mais les matières identiques.

Les week-ends de 3 jours sont consacrés à des road-trips : soit un saut en Alabama dans la baie de Mobile, soit en Louisiane à la Nouvelle-Orléans ou en Géorgie à Savannah. Le prétexte de quelques jours à Gainesville a été une visite à Nadia, sa fille et sa famille, ainsi que le FLORIDA BARN QUILT TRAIL, créé en 2013 et rattaché à l’American Quilt Trail Movement. Ce jeu d’orientation consiste à recenser les reproductions de quilts exécutés sur bois ou métal et fixés sur les façades de bâtiments urbains ou ruraux. Nous commençons ce parcours à Trenton :

.

.

.

.

.

le 1er quilt, le compas de la rose, symbolise le point de départ du trail qui guide les visiteurs. Suivra l’arbre de vie apposé sur le mur à proximité de l’entrée du Rose Café, partie intégrante de la boutique Suwanne Valley Quilt Shop. Celui-ci est réputé le plus important de Floride. Les différentes pièces rassemblent des tissus sur un même thème : rétro, civil war, holidays fabrics, batik, children, solids, orientals, etc… Les délicieuses et curieuses old ladies sont affairées mais disponibles.

.

.

.

.

A deux pas, surprise : le plus ancien bâtiment de la petite ville construit en 1910 – jadis point de vente d’épicerie sèche, de colliers de chevaux et de cercueils – abrite le Florida Quilt Museum. L’essentiel de l’exposition consiste en de nombreux couvre-lits antiques, certains datant du début du 19ème siècle, en parfait état.

.

.

.

.

Des panneaux muraux, des nappes, coussins et autres accessoires pleins de charme aux couleurs un peu fanées  complètent la collection. Dans les pièces secondaires, nous admirons des ouvrages en feed-sacks, en crazy de style victorien, des dentelles, des collections de boutons de nacre ainsi que quelques art-quilts contemporains en appliqué. Pour nous remettre de ces émotions, rien de tel que de s’attabler à la terrasse ombragée du Rose Café et déguster un incomparable cheese cake. La boutique et le musée sont mis en vente – à bon entendeur….  A noter : le 17 mars 2018 se tiendra le Trentons’s Suwanee Valley Quilt Festival.   

.

.

.

.

.

.

Nous reprenons la route CR 47 N vers Lake City pour arriver à White Springs historical town. Les quilts hauts en couleurs sont vissés sur les façades et clôtures des maisons d’un joli quartier résidentiel. Judith, qui m’a observée prendre des photos, m’offre spontanément un mini-quilt peint sur un carreau de faïence. Bien que coutumière de ce genre de manifestation de sympathie quand je croise des passionnées de patchwork au fil de mes pérégrinations, ce cadeau me touche beaucoup. 

.

.

.

.

.

.

Le  jeu de piste nous mène dans les petites villes de Life Oak et Madison (rien à voir avec le film qui est supposé se dérouler dans le Midwest) : elles sont également décorées de barn quilts plus ou moins visibles. Après une bonne trentaine d’arrêts, nous n’avons parcouru qu’un quart de notre trajet et mes coéquipiers s’impatientent : il reste 3 heures de route jusqu’à destination.  Columbus Day 2017 aura été une journée très spéciale.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Pour en savoir plus : Barn quilts and the American Quilt Trail Movement de Suzi Parron (ed. Swallow Press) un livre magnifique offert par mon amie.

.

.

.

Estelle Lacker

 

Merci à toi Estelle pour cette belle balade !

                                                             Natacha