L’Ecosse, Terre de légendes – Edimbourg

Juste avant les fêtes de fin d’année, j’ai pris quelques jours de vacances afin d’effectuer un voyage avec mes enfants. Il avait dû être reporté à cause des loupés de notre chère administration pour l’obtention d’une pièce d’identité pour Indiana, ma fille cadette. Une fois le fameux sésame en main, c’est l’Ecosse que nous avions choisi comme destination.

.

ecosse-joueur-de-cornemuse

Source : alovelyworld.com

.

Je ne regrette pas ce choix car ce périple nous laissera, à toutes les trois, un souvenir inoubliable, non seulement pour les villes et paysages découverts mais aussi pour tout ce que j’ai pu partager avec mes filles.

Dans la vie de tous les jours, je suis une maman qui élève ses filles et jongle avec l’implacable logistique journalière. Bien sûr, mon obligation de fermeté n’est pas du tout facile à assumer en tant que parent, alors quoi de mieux que de s’échapper du quotidien pour mieux se retrouver et renforcer les liens dans une région tellement dépaysante où l’accueil est chaleureux?

.

imgp6238

L’imposant Château d’Edinburg

.

je vous emmene?

 

carte-du-royaume-uni-cartograf-convertimage

Source : Escapades Celtiques

L’Ecosse est une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni avec l’Angleterre, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord.

Elle est située au nord de la Grande-Bretagne et possède un petit nombre d’archipels tels que Les Hébrides, les Orcades et les Shetland.

.

.

.

hebrides-615

Les Hébrides, source National Geographic.com

.

shetland

Mousa, Iles Shetland

.

orcades

Les Orcades, source Petit Futé

.

Si la plus grande ville d’Ecosse est Glasgow, Edimbourg en est la capitale mais aussi son centre financier et administratif.

.

glasgow

Glasgow

 

L’Ecosse étant vaste (78 772 km²) et les endroits à découvrir très nombreux, il a bien fallu faire un choix.  Partant seule avec mes filles au coeur de l’hiver, j’ai préféré ne pas opter pour une location de voiture qui m’aurait obligée à affronter la conduite à gauche  et les intempéries. Vous constaterez que bien m’en a pris! J’ai donc choisi un parcours facile à faire en transports en commun – bus longues distances et trains.

.

drive-on-left

.

Nous voici donc toutes les trois, ce 17 décembre, à l’aéroport Lyon Saint-Exupéry. Hormis quelques légères turbulences, le premier vol de ma petite dernière se passe sans trop de peur.  Après deux heures dans l’avion, nous voici en terre écossaise, dans la très attachante capitale : Edimbourg (ou encore Edinburg). Et quelle ville! Comment vous décrire la sensation perçue dans cette cité où l’on ressent le poids de l’histoire mêlé au charme d’une ville à taille humaine où les gens sont chaleureux et aiment les Français? Le grand écrivain Sir Walter Scott, natif de cette ville, la surnommait « L’impératrice du Nord ».  Il est vrai qu’elle est majestueuse et que nous nous y sentons bien.

.

Victoria Street, l’une des rues les plus photographiées d’Edinburg

.

Beaucoup d’écrivains célèbres sont également natifs d’Edinburg : Robert Louis Stevenson, Charles Dickens, Irvin Welsh ou encore Sir Arthur Conan Doyle. 

.

robert-louis-stevenson

Stevenson

charles-dickens

Dickens

irvin-welsh

Welsh

arthur-conan-doyle

Conan Doyle

 

.

 

 

.

.

.

.

j-k-rowlingMais la ville a aussi inspiré la désormais célèbre J.K. Rowling pour le premier tome de son non moins célèbre ‘Harry Potter ». C’est dans un café de la cité qu’elle a créé, à l’aide de sa plume magique, son petit sorcier. Pour nous, ce sera la seule grande déception de notre séjour dans cette ville car nous sommes accueillies glacialement dans ledit café! Pas de magie ici et boire un verre coûte excessivement cher! Nous repartons vers des lieux plus sympathiques.

.

Nous avons été charmées par les joueurs de cornemuse en habit traditionnel sur le Royal Mile, artère principale reliant le « Palace of Holyroodhouse » au château. Cette avenue pavée, emplie de boutiques où vous pouvez faire le plein de souvenirs et acheter de belles écharpes en tartan ou des kilts,  est superbe mais aussi, gaie et animée.

.

royal-mile-sunny-day

Le Royal Mile, source : Visitscotland

.

Charmées aussi par le National Museum of Scotland,  fascinant et gratuit, qui comporte des sections toutes plus amusantes et ludiques les unes que les autres : histoire naturelle, grandes découvertes et sciences, cultures du monde ainsi qu’une aile entière dédiée à l’Ecosse. Il nous sera impossible de voir la totalité des galeries mais nous avons passé des heures à nous amuser comme des enfants (surtout moi 😉 ).

.

imgp6120

National Museum of Scotland

.

imgp6119

Section « Histoire naturelle »

.

imgp6096

Métier à tisser Jacquard

.

imgp6101

Dolly, la brebis clonée

.

Ce qui nous a beaucoup réjouies également, c’est l’attraction Caméra Obscura. Maria Theresa Short fit installer ce périscope mobile dès 1853. Il fut un observatoire populaire pour contempler et scruter la ville. Depuis, un Musée insolite sur les illusions d’optique s’est monté autour de l’attraction principale, proposant  un excellent moment d’éclats de rire en famille.

.

camera-obscura

Des sensations vertigineuses!

 

imgp6136-convertimage

Voici comment je serai dans 25 ans!  Pas de doute, je suis bien la fille de ma mère! 🙂

.

 

 

 

 

.

 

mary-kings-close

La ville étant chargée d’histoire, nous avons tenu à découvrir « The Real Mary King’s close ». Les « closes » étaient des passages étroits enfouis pendant près de deux siècles dans les soubassements de la City Chambers. La visite guidée est  théâtralisée et du coup très amusante : anecdotes inquiétantes, superstitions et existence d’un fantôme qui se baladerait dans le coin, tout est réuni pour passer un bon moment ! Le prix est un peu élevé, certes, mais ça en vaut le détour.

 

.

Bien sûr, il était indispensable aussi de visiter « The Castle », le château d’Edinburg. Cette superbe citadelle domine la cité et a donné son nom à la ville : Din Eidyn, qui signifie « forteresse d’Edwin ». Tour à tour bastion, caserne ou prison, elle a été le théâtre de nombreuses batailles rangées et de coups de mains romanesques. Elle abrite aujourd’hui certains joyaux de la couronne et de beaux bâtiments ainsi qu’un cimetière pour les chiens des soldats.

.

imgp6200

Le château veille sur la cité

 

imgp6208

.

imgp6221

Une ville dans la ville

 

Durant le séjour, nous avons également  fait l’ascension d’Arthur’s Seat, ancien volcan de   251 m dans le parc de Holyrood qui offre un splendide panorama sur la ville tout en donnant l’impression, pendant la balade, d’être au coeur des Highlands : roches abruptes, landes et bruyères.

.

imgp6171

imgp6168

Panorama d’Arthur’s seat

 

 

imgp6190

Vestiges de l’histoire

.

Enfin, nous ne quitterons pas la ville sans faire un tour au féérique marché de Noël avec ses petits chalets de bois, sa grande roue, son labyrinthe de sapins et ses quelques manèges à sensation.

.

imgp6151

.

Puis nous irons saluer la statue du chien Bobby. On raconte que ce Skye Terrier, après la mort de son maître, policier de profession, resta 14 ans couché sur sa tombe. Il fut enterré près de lui et les habitants du quartier lui érigèrent une statue. Les touristes ont pris l’habitude d’aller lui toucher la truffe car cela porterait bonheur. Ce chien est très célèbre à Edimbourg. Eleanor Atkinson en a tiré une nouvelle publiée en 1912 et adaptée par Walt Disney en 1961.

.

img_20161218_132052

.

.

bobby1

.

Mais il est temps de laisser Bobby et Harry Potter aux Edimbourgeois. Bien que nous soyons désireuses d’avancer plus profond dans les terres écossaises, nous quittons à regret les belles rues pavées de la capitale. 

.

imgp6149

Faire un truc un peu fou : dîner à la terrasse d’une pizzéria en plein hiver, bien au chaud sous des plaids écossais mis gracieusement à notre disposition, comment résister?

Dans quelques jours, si vous le   souhaitez, je vous emmène à   Dunbar et Inverness, mais aussi   surveiller les « eaux dormantes » du     Loch Ness puis, vous donner   envie  de reprendre vos études   dans   l’université de Glasgow.

   N@tacha Ramora