Les nouvelles aventures de l’Atelier des Abcdaires

Véronique et Bénédicte Maurin

Véronique et Bénédicte

Lors de mon premier rendez-vous à l’Atelier des Abcdaires, il y a presque deux ans, Véronique et Bénédicte avaient déjà entamé une évolution dans la gestion de leur entreprise. Mon premier interview leur ayant plu, elles ont eu la gentillesse de mettre sur leur site un lien permanent vers cet article de mon blog et je les en remercie!

.

Puis, à l’occasion d’une rencontre sur un salon, elles m’ont proposé de faire une seconde interview relatant leur changement d’orientation.
Voici donc les nouvelles aventures de l’Atelier des Abcdaires :
 
 Depuis 5 ans, Véronique et Bénédicte  souhaitaient toutes  deux évoluer vers la création textile. Possédant  les bases nécessaires en dessin, elles ont pu travailler et approfondir leurs connaissances avec Laurent, l’époux de Bénédicte, infographiste. Cette lente mutation a abouti à la fermeture des deux boutiques, celle de Nancy tout d’abord et aujourd’hui celle de Lyon depuis le début de l’été 2016. Pour elles, leur évolution n’était pas compatible avec la gestion d’un commerce car le processus de création ainsi que la promotion sur internet et dans les salons nécessitent d’en faire un métier à part entière. Pour Bénédicte, la fermeture de leurs magasins  était la suite logique de leur changement pour se diriger vers les nouvelles formes de commerce.
.
Souvenez-vous, il y a d’abord eu la toute première boutique lyonnaise de broderie au point de croix de Véronique, rue des Remparts d’Ainay, puis celles de Lyon et de Nancy qu’elles ont vendues successivement pour enfin transférer l’activité au 64 de la rue des Remparts d’Ainay, dans un local qui était,  à la base, leur atelier de création partagé avec l’époux de Véronique. Ce local est désormais vendu lui aussi et elles ont entièrement réorganisé l’entreprise sur des bases différentes.
.
.
rue-des-remparts-dainay
.
Ainsi Véronique a choisi de partir vivre aux Antilles et, tout en continuant de travailler pour l’atelier, de le faire de façon plus détachée pour laisser les fonctions de gestion à Bénédicte et Laurent qui sont retournés en Lorraine où beaucoup de proches les soutiendront dans ce nouveau départ.
.
.
 Leur site internet possède, entre autre, une gamme de « prêts à coudre » mais aussi une catégorie consacrée  à la feutrine. Elles ont également un blog où elles postent un tutoriel chaque semaine.
.

http://www.abcdaires.com/

.

http://www.abcdaires.com/blog/

 
 .
Bien sûr, le contact direct avec les clientes de la boutique va leur manquer, mais ‎elles les retrouveront sur les salons pour un vrai rendez-vous où elles leur consacreront du temps, chose qui n’aurait pas été possible dans un magasin avec ce nouveau fonctionnement et donc, pas en adéquation avec leur façon de travailler.
 
Depuis qu’elles ont annoncé la fermeture de la Rue des Remparts d’Ainay sur le site, elles ont eu beaucoup d’encouragements de toute part, bien plus que lorsqu’elles ont déménagé quelques numéros plus loin. Elles ont réellement essayé de faire cette longue transition de 5 ans tout en douceur. Elles sont passées d’un univers très patchwork et country à une atmosphère beaucoup plus tendance. Désormais, elles distribuent leurs modèles dans des pays tels que les USA, l’Australie, la Belgique ou le Royaume-Uni et elles sont fières de cette réussite qui se dessine peu à peu.
.
 
atelier-patch-contemporain

Quilt contemporain, Atelier des Abcdaires

.
Bénédicte est heureuse du bon retour sur ses quilts mystères car elle a évolué  d’une atmosphère assez tendre et poudrée vers des choses beaucoup plus vives et pétillantes que ses adhérentes suivent avec bonheur. Selon elle, Pinterest fait des merveilles et les clientes ont envie de créer des ouvrages gais, peut-être parfois pour oublier l’esprit morose général. Elle a d’autant pu le vérifier lors d’un salon à Paris en octobre après les attentats. Beaucoup d’exposants ont hésité à venir mais il fallait le faire pour les quelques personnes qui se déplaceraient. Si parfois certains chalands peuvent être légèrement agressifs, ce ne fut pas le cas cette fois là. Tout le monde était sous le choc et une ambiance de compassion régnait sur le lieu d’exposition.
Ce salon fut aussi un déclic pour nos créatrices, soulignant l’importance de continuer ce genre d’évènements pour garder le contact avec la clientèle.
.
bloc-du-mois-sur-mon-perchoir-quilt-mystere-800-300x300

« Sur mon perchoir », bloc du mois presque mystère….

.

Je ne peux m’empêcher de souligner auprès de Bénédicte cette évolution constante qu’elles ont connues depuis la petite boutique de broderie du 62 jusqu’aux deux sites web d’aujourd’hui. Pour elles, le challenge a été de savoir se renouveler lors d’une difficulté et de s’adapter aux changements du monde du commerce tout en continuant d’aimer leur travail. Mais elles ont su aussi rester humbles en ne perdant pas de vue que leur activité n’était pas indispensable mais bien un loisir créatif.

.

loisirs-creatifs

Source : paris-friendyl.fr

.

Bénédicte espère que les progrès de la technologie leur permettra d’accéder à de nouvelles techniques et d’autres matériaux tels que par exemple le synthétique ou le polyester avec lesquels elle travaille aujourd’hui et qui ont beaucoup évolué. Elle reconnait volontiers qu’elle a eu peur en entendant parler de ces matières car elle restait, comme beaucoup d’entre nous, sur de vieux préjugés. A présent, elle se dit bluffée de leur évolution : couleurs grands teints, tissus qui ne grattent pas, ne s’effilochent pas, se travaillent facilement et qui respirent. Une évolution surprenante ! Ces tissus sont ainsi pour elle une merveilleuse source d’inspiration pour faire des prototypes.

.

imgp5101

Nouvelles matières, nouvelles couleurs !

.

Ce sont pour ces raisons que nos créatrices parlent de l’importance des rencontres avec des professionnels qui leur permet de progresser au fil du temps. Bénédicte, en tant que coloriste, aime particulièrement travailler avec des infographistes. Cela lui donne un aperçu de la gamme des possibilités sur sa palette de couleurs, sur des méthodes différentes et sur un savoir-faire amenant d’autres idées.

A présent que la dernière boutique de Lyon a été vendue, l’atelier des Abcdaires vient de repartir sur Nancy. Mais ce n’est pas encore un déménagement définitif. Le seul créneau possible était l’été pour une telle étape car le nombre de salons est moindre. Mais la vente du local de la rue des Remparts d’Ainay étant proche de la période estivale, Bénédicte n’a pas eu le temps de trouver le bon endroit pour poser ses valises. Grâce à ses nombreuses relations et amis, elle a eu la chance de se voir proposer un lieu d’appoint en attendant de dénicher l’endroit idéal pour son atelier avec la bonne lumière et le quiétude nécessaire.

.

fe1dc78380615c70347056d921ff3fc5

source : Pinterest

.

Quant à Véronique et son époux Pascal, à présent que leurs deux enfants sont adultes et vivent à l’étranger, ils rêvent tous deux de finir leur vie professionnelle et personnelle différemment, sur leur voilier.  Véronique travaillera donc par correspondance avec Bénédicte et finira sans doute les quelques années avant sa retraite  dans une activité touristique quelque part vers les Antilles. Un très joli projet rêvé à deux depuis une dizaine d’années !

.

voilier-tropiques-convertimage-convertimage1

.

Elle part l’esprit tranquille en laissant l’atelier entre les mains de Bénédicte et Laurent, son époux. C’est lui désormais qui secondera Bénédicte et vous les verrez ensemble tenir le stand sur les salons. Laurent est facilement reconnaissable, il porte parfois sur son épaule sa grande copine Hortense, une de leur mascotte.

.

imgp5978

.

Ce couple se complète bien professionnellement car chacun d’eux amène ses compétences et les choses se mettent en place petit à petit avec l’attribution des tâches de chacun, bien que Bénédicte reconnaisse en riant qu’elle a encore un peu de mal à ne pas intervenir pour certains sujets.

En dehors de leur histoire d’amour, ce fut aussi une belle rencontre professionnelle entre eux. Nos deux sœurs reconnaissent que sans Laurent, infographiste de profession, elles n’auraient pas osé sauter le pas vers la création textile car elles auraient dû, pour ce faire, déléguer les difficultés techniques vers des spécialistes dont le coût est élevé. C’est aussi grâce à lui que les blocs du mois ont évolués vers une maîtrise parfaite. Avec son investissement, il donne une nouvelle impulsion à l’Atelier.

Véronique et Bénédicte sont encore parfois surprises par le succès de tel ou tel modèle. Elles ne savent jamais ce qui plaira ou pas. Il leur est quelquefois arrivé de voir qu’un modèle planché en quelques minutes sur un coin de table avait plus de succès qu’un autre sur lequel elles avaient travaillé des heures.

En revanche, ce dont elles sont sûres, c’est de la fidélité de certaines clientes, ce qui, pour elles, est un cadeau inestimable. Elles sont aussi heureuses d’en voir venir de nouvelles. Ce fut le cas avec leur dernière collection qui a beaucoup plu à de jeunes mamans (pochettes, abat-jours, bavoirs, coupon tissu jersey avec patron offert…).

.

imgp5100

.

Bénédicte ne sait pas aujourd’hui ce qu’il adviendra de ses cours. Véronique partie, elle manquera de temps pour les dispenser et elle n’est pas sûre qu’elle aura la structure adaptée. La question reste donc en suspens pour l’instant.

.

imgp5103-convertimage1

Elle m’avoue que c’est avec émotion qu’elle voit sa sœur sur le départ. Depuis le nombre d’années qu’elles travaillent ensemble, ce sera pour elle une étape un peu difficile. Mais elle est résolument tournée vers l’avenir et ce nouveau challenge avec son mari, vers la création, la distribution et les salons à venir où elle sera heureuse de vous retrouver.

.

Bénédicte et Laurent vous donnent donc rendez-vous sur les salons où ils vous attendent avec impatience.

creations-et-savoir-faire

creativa-convertimage

.

carrefour-europen-convertimage

.

et bien d’autres encore à retrouver sur le blog :

http://www.abcdaires.com/blog/

.

antilles

.

Quant à Véronique, nous ne pouvons que lui souhaiter bon vent dans cette nouvelle aventure auprès de son époux.

 .
.
 Je tiens à remercier vivement Véronique et Bénédicte de m’avoir fait confiance pour vous conter la suite de leurs aventures.
Natacha Ramora

Rendre hommage à l’art du patchwork

Je n’ai pas hésité  longtemps à créer un blog à partir du moment où
l’idée m’en est venue. Elle a germé tout doucement, en allant picorer ici
et là, sur la toile, des informations  concernant les origines et
l’histoire du patchwork. J’y ai découvert petit à petit des articles
ludiques et instructifs écrits par des femmes aussi passionnées que
moi. Puis un jour, je suis tombée par hasard sur le blog « la ruche des
quilteuses » http://quilteuseforever.wordpress.com/ dont je dévore depuis les billets!

Au fil des mois, l’envie d’en apprendre toujours plus s’est intensifiée
et je dois avouer que mes recherches ont largement comblé mes vingt
minutes presque quotidiennes de trajet TER. Ces vingt
minutes m’ont même souvent été trop courtes, tellement absorbée par la
lecture d’articles et de blogs.

C’est donc tout naturellement qu’ un jour je me suis dit « Lance toi! ».   C’était en effet  un excellent moyen d’allier mon désir d’écrire présent depuis mon enfance et ma passion pour le patchwork.

Il m’est difficile de dater réellement cet intérêt enthousiaste pour le
monde quiltesque. Enfant, comme beaucoup de gamines de ma génération,
mon univers télévisuel tournait autour de « la petite maison dans la
prairie », bonne entrée en matière dans le monde des pionniers
américains et des feuilletons anglais, avec des intérieurs de maison remplies de dentelles et plaids.

La petite maison dans la prairie

La petite maison dans la prairie


 Je dirai donc que mon goût pour la beauté du patchwork est né naturellement
pour mon plus grand plaisir! Mais l’opportunité de me lancer réellement
dans ce genre d’exercice m’est venue à 40 ans, lorsque j’ai découvert
qu’il existait des cours dans ma jolie ville de Lyon, à l’étage d’un
non moins joli magasin, « l’atelier des abécédaires ». J’y ai donc fait mes
débuts de piètre quilteuse …

Puis, en m’éloignant  de Lyon de quelques dizaines de kilomètres, j’ai
découvert dans mon nouvel environnement un club de Patchwork
sympathique,  » l’atelier du Papillon bleu », situé à Trévoux, dans
l’Ain. Les conseils de son animatrice, Brigitte, y sont judicieux et
l’ambiance gaie.

Un joli village en bord de Saône qui accueille beaucoup d'ateliers d'artistes

Un joli village en bord de Saône qui accueille beaucoup d’ateliers d’artistes

Je suis donc  vraiment entrée au coeur de l’aventure!
Tracer des gabarits, accorder les couleurs, coudre ensemble ces
morceaux de tissus choisis avec soin, recommencer parfois une partie de
bloc dont le rendu des points n’était pas très réussi. Un travail de
patience qui nous plonge dans un monde où les heures filent trop vite,
où les soucis se font oublier. Pour moi, c’est un vrai moment de
« lâcher prise » qui me fait un bien fou, tout autant qu’une séance de
méditation. Et au fil du temps cela devient  un moment de
partage mais aussi de dialogue, lorsque l’une de mes filles vient me tenir
compagnie et s’aménage un petit coin  sur la table encombrée de tissus.
La grande en profite pour confectionner des petits objets du quotidien
tels que porte-monnaie ou housse de portable. La plus jeune s’initie
tout doucement à la couture et vient de finir son premier coeur, non
sans fierté. Autour d’une infusion ou d’un chocolat chaud, chacun de
nos piqués d’aiguille contribue à notre complicité et c’est aussi ce
que je trouve beau dans le patchwork!

Pour rendre hommage à cet art et à tout ce qu’il véhicule, je démarre
donc ce blog. Je souhaiterai pouvoir, au fil des mois, rencontrer et
vous faire connaître des quilteuses de tous horizons, pour partager
ensemble cette passion. J’aimerai aussi parcourir des archives pour
mieux connaître la naissance et l’évolution de cet art, à travers le
monde ainsi qu’à travers les âges. Même si le projet me paraît
ambitieux pour ma modeste culture du patchwork, je remercie d’avance
toutes celles et ceux qui m’encourageront de leurs commentaires ou de
leur assiduité.

@ bientôt.

Natacha Ramora