Le Studio Art Quilt Associates – SAQA

Lors de mon échange avec Barbara lange, je vous avais présenté succinctement le SAQA (Studio Art Quilt Associates) dont elle est membre. Il s’agit d’un organisme, sans but lucratif, qui se donne pour mission de promouvoir l’art du quilt à travers l’éducation, les expositions, les publications et la documentation. Il offre aussi un perfectionnement professionnel.

 

Logo SAQA

Si SAQA compte aujourd’hui plus de 3 000 membres, il a été fondé initialement par 50 artistes. Il comprend désormais, comme cité dans un précédent article, des artistes, des enseignants, des collectionneurs mais aussi des conservateurs de musées, des galéristes et des sociétés commanditaires.

SAQA représente une ressource mondiale d’informations sur l’art du quilt et sur les artistes créateurs. Il organise des expositions à travers le monde et crée des catalogues de ces expositions.

Cet organisme propose à ses membres des occasions enrichissantes de perfectionnement de leur art tant au niveau de la technicité que de la maîtrise de la technologie actuelle à des fins commerciales et artistiques. Il est en vérité un tremplin pour les artistes qui souhaitent voir leur carrière passer à un niveau supérieur. Il offre un éventail de services à ses membres ainsi qu’au public, éventail qui s’étoffe depuis 25 ans. Les artistes ont ainsi une meilleure visibilité de leurs oeuvres auprès du public. Ils ont également un accès immédiat quant aux informations sur les conférences, expositions et évènements à venir. Cela engendre davantage d’opportunités pour eux.

SAQA organise des conférences annuelles ainsi que des réunions régionales soutenues par un réseau de membres actifs. Il possède une boutique en ligne dans laquelle il est possible d’acheter les catalogues d’expositions ainsi que d’autres publications mais aussi des oeuvres d’artistes telle que Barbara lange.

 

SAQA - I'm not crazy , Type: Exhibition Catalog, en vente sur le site

SAQA – I’m not crazy , Type: Exhibition Catalog, en vente sur le site

 

Masters : Art quilts,Vol.2  Type: Member Book / DVD  En vente sur le site

Masters : Art quilts,Vol.2
Type: Member Book / DVD
En vente sur le site

 

Il édite une revue trimestrielle et offre à ses adhérents des bulletins hebdomadaires. Le portefeuille annuel, quant à lui, permet de mettre en valeur le travail des artistes membres de jurys.

.

L’ORIGINE

L’initiatrice de ce grand projet fut Yvonne Porcella, Californienne, qui, en 1989, souhaita rallier des artistes et amis à sa cause afin de créer un organisme qui permettrait de  :

– Promouvoir l’art du quilt à travers musées, galeries et publications d’art,

– Eduquer le public à cet art,

– Servir de référence pour les professionnels de l’art, les enseignants, les étudiants et les collectionneurs,
– Etre un tremplin pour le développement professionnel des artistes.

 

 

Yvonne Porcella

Yvonne Porcella

 

Après un envoi important de demandes par lettres, 50 artistes ont répondu à l’appel. La 1ère conférence du SAQA a eu lieu en 1995 avec Yvonne Porcella comme Présidente, poste qu’elle a assuré pendant 11 ans. A sa suite se sont succédées Katie Pasquini Masepust (Nouveau Mexique), Judith Contenu (Californie), Lisa Chipetine (New York), Sandra Sider (New York) et depuis 2013 Kris Sazaki (Sacramento).
A présent, les conférences annuelles de SAQA comprennent plus de 200 membres qui peuvent assister à des ateliers animés par des experts de renommée intenationale.

Lien de l’annuaire des membres artistes ici :

http://www.saqa.com/pam-directory.php

 

SAQA a fêté ses 25 ans d’existence en 2014. A cette occasion, le thème choisi était « l’argent ». Voici quelques œuvres d’artistes ayant travaillé sur ce thème :

 

Marie Pal, Canada "Precious time", Mineurs du début 20ème siècle qui extraient l'argent

Marie Pal, Canada
« Precious time »

Mineurs du début 20ème siècle qui extraient l’argent

.

Judy Langille, USA "Formulaires Argent"

Judy Langille, USA
« Formulaires Argent »

25 formes argents pour fêter 25 ans

.

Jayne Gaskins, USA "Silver Years"

Jayne Gaskins, USA
« Silver Years »

La beauté  d’une chevelure argentée

.

S’il est vrai que l’essentiel des manifestations SAQA a lieu sur le sol américain (USA et Canada), il y a malgré tout quelques évènements en France ou en Europe. Ainsi pour les quilteuses parisiennes, vous pouvez actuellement voir l’exposition « Réunion sur les routes et liberté » jusqu’au 26 janvier 2016 à :

Fondation des Etats-Unis
Cité internationale universitaires
15, Boulevard Jourdan
Paris 14 ème

Plus de détail ici :

http://www.saqa.com/calendar-detail.php?ID=4560

 

Belle visite pour celles qui le peuvent !

Enfin, si un jour, chères et chers « lecteurs-quilteurs », l’envie vous prenait de casser votre tirelire pour vous offrir une folie qui traversera les décennies tout en vous rappelant votre amour pour l’art du quilt, vous pouvez acquérir une superbe oeuvre d’artiste.

Lien ici :

https://www.z2systems.com/np/clients/saqa/neonPage.jsp?pageId=9&

 

@ bientôt

Natacha Ramora

Puces des couturières à Beynost ce week -end

panneau Beynost

les puces des couturières de beynost auront lieu

ce dimanche 8 mars

de 9h à 17 h

 

plus de 50 exposants vous proposeront dentelles, fils, laine, rubans, tissus à petits prix.

Une excellente occasion de faire de bonnes affaires !

 

Voici l’adresse où vous devez vous rendre :

Complexe du Mas de Roux

Rue du Midi

01700 Beynost  (derrière Lidl)

 

 

@ bientôt et bonnes puces pour celles qui s’y rendront

Natacha

 

STUPEFACTION !

Oui, en effet je peux bien avouer que je suis stupéfaite et un peu déçue. Il y a quelques jours, j’ai consulté le site de quiltexpobeaujolais pour glaner quelques infos sur la prochaine édition 2015. Quelle ne fut pas ma surprise de lire sur le site que, désormais, quiltexpobeaujolais devenait une biennale, autrement dit, le prochain rendez-vous n’aura lieu qu’en avril 2016.

Quiltexpobeaujolais

Quiltexpobeaujolais

 

Petite rétrospective :

Après avoir été responsable artistique durant 4 ans du salon « Expo Magic Quilt » à la Sucrière de Lyon et suite à une forte demande des quilteuses de Rhône-Alpes, Monique Bonnet a organisé, en partenariat avec l’association B&B Arts Textiles de Beaujolais & Brionnais, un nouveau salon dédié au patchwork et à l’art textile contemporain. C’est ainsi qu’est né Quiltexpobeaujolais en 2010.

Lors des deux premières éditions de 2010 et 2011, le salon s’est déroulé dans les superbes caves voutées de l’ancien chaix du Domaine de Douzes Communes à Anse, avec un espace commercial sous chapiteau :

Caves de l'ancien chai

Caves de l’ancien chai

 

Mais, fort de son succès, le salon a dû trouver un lieu d’accueil plus grand qui puisse à la fois recevoir les visiteurs de plus en plus nombreux,  les artistes invités et leur permettre d’exposer leurs oeuvres, ainsi que tous les stands commerciaux d’arts textiles. C’est donc le Parc Expo de Villefranche-sur-Saône qui a été choisi.

.

Parc expo de Villefranche sur Saône

Parc expo de Villefranche sur Saône

 

Affiche de quiltexpobeaujolais 2012

Affiche de quiltexpobeaujolais 2012

 

Ainsi, depuis quelques années, cette exposition internationale d’Art textile reçoit des artistes venant des quatre coins du monde pour le plus grand plaisir des quilteuses de Rhône-Alpes et des autres régions de France. Hélas, il nous faudra à présent attendre presque 18 mois pour assister à la prochaine édition et j’aimerai comprendre pourquoi ce changement…… La crise toucherait-elle aussi le monde du patchwork?  Nous ne sommes pas sans savoir que ces dernières années, nombre de merceries et de magasins de tissus ont fermé leurs portes.

Je me dois de mener une enquête minutieuse qui me prendra un peu de temps…. Restez attentives chères lectrices et chers lecteurs, dans quelques mois, j’espère vous apportez une réponse à cette interrogation. Si parmi vous certains ont quelques infos ou suggestions, merci de les mettre en commentaire, j’y répondrai avec plaisir!

@ bientôt

Natacha Ramora

 

 

Un moment avec Jane Rollason

Dès que j’ai eu connaissance de la 5ème édition du salon QuiltexpoBeaujolais, j’ai farfouillé sur le net pour voir quels événements majeurs étaient prévus et  quels étaient  les artistes invités.

Après quelques échanges de mails avec Jane Rollason et une fois mon inscription à son stage de piqué libre en poche, me voici donc un vendredi après-midi  d’avril devant le Parc Expo de Villefranche sur Saône. Beaucoup de dames déjeunent aux abords du bâtiment, les unes au soleil, les autres à l’ombre, certaines en groupe, d’autres seules. Je me dis que quelques-unes d’entre elles viennent sans doute de loin pour assister à cet événement et à en croire les diverses plaques d’immatriculation, je semble être dans le vrai.

Je pénètre dans le grand hall d’accueil, jette un oeil distrait au stand du chocolatier et m’avance timidement avec mon sésame en main, l’inscription au stage de Jane. Un petit coup de tampon sur la main et l’on m’indique le lieu où se déroule l’atelier choisi. Me voici au coeur des différents stands de vente mais je ne m’attarde pas pour ne pas être en retard. J’arrive devant un grand box où nombre de machines à coudre attendent leur brodeuse d’un jour. Nous arrivons toutes progressivement et, tout en me mêlant aux conversations en cours, je scrute l’arrivée de notre professeur émérite. Je la reconnais tout de suite! Facile me direz-vous! Jane porte un grand tablier où figure son nom!

 

 

Elle me charme tout de suite avec son bel accent british et ses efforts pour nous parler en Français. Cela donne une jolie couleur à son discours. Mais je crois que ce qui mon charme encore plus, c’est le fait qu’elle soit pieds nus! J’adore cette petite touche d’originalité. Chacune d’entre nous s’installe de part et d’autre de notre professeur et nous découvrons sur le petit livret distibué le travail que nous allons effectuer aujourd’hui. Sur le papier, cela à l’air si simple…….
La réalité est tout autre!
Je fais connaissance avec ma machine à coudre et les premiers déboires passés, je me rends compte combien elle est souple et agréable à utiliser par rapport à la mienne qui est une machine toute simple. Je ne suis déjà pas habile en piqué libre, alors m’entraîner chez moi à la demande de Jane va être un exercice de haut vol!

Notre professeur est attentive à chacune d’entre nous, elle papillonne d’une élève à l’autre selon les demandes et donne des conseils judicieux. Après chaque exercice réalisé, elle nous réunit autour d’elle pour nous expliquer la prochaine étape. Elle nous parle aussi des critères qui sont pris en compte par les jurys pour la réalisation de patchwork puisqu’elle fait parfois  parti de l’un d’entre eux. Elle a l’habitude d’évaluer les points positifs ou négatifs d’un ouvrage.

Les minutes s’écoulent trop vite, le stage touche à sa fin et chacune plie ses affaires pour repartir vers d’autres aventures créatives. Je promets à Jane de lui envoyer d’ici trois mois des photos de mes progrès en piqué libre mais je pense que je vais m’accorder un délai plus long tant il est nécessaire que j’investisse dans une nouvelle machine.

En sortant de ce cours passionnant, je me sens l’âme créatrice. Je commence à arpenter tranquillement l’exposition et je savoure la chance d’avoir pris un après-midi de semaine pour être ici. En effet, il y a moins de monde que le week-end et je peux admirer les oeuvres tout à loisir. Beaucoup d’artistes sont là, auprès de leurs ouvrages, mais je n’ose pas encore les aborder. Pourtant, elles sont attentives, il me semble, à nos ressentis de quilteuses confirmées ou débutantes. Je ne pense pas que ce soit de la timidité de ma part, je crois plutôt que je suis trop impressionnée par le travail et la passion fournis pour ces oeuvres et je me sens bien humble face à tout ceci.

Afin de vous faire partager ma balade, voici quelques-uns de mes coups de coeur!

J’ai tout d’abord aimé ce beau dégradé de bleu et de couleurs vives du « Wir Vier » d’Heidi Forster. Heidi s’est essayée à l’art du quilt dans les années 80 et a suivi des cours auprès de grands noms tels que Michel James, Pauline Burbidge, Deirdre Amsden, Irene Kahmann ou Dorle Stern-Straeter. Elle est aujourd’hui exposée en Europe, aux USA, au Japon et en Israël. Elle est membre de la Guilde du patchwork d’Allemagne.

 

"Wir Vier" d'Heïdi Forster

« Wir Vier » d’Heïdi Forster

 

 

En continuant ma promenade, j’ai été très impressionnée par le panneau « l’homme qui traverse le mur » d’Anna Urusova dont le relief est assez époustouflant. Elle l’a créé en 2011  pour le concours «Les aventures insolites en France». Anna, d’origine russe, fait du patchwork depuis 15 ans et participe à de nombreux concours et festivals dans lesquels elle a gagné plusieurs prix.

 

L'homme qui traverse le mur, d'Anna Urusova

« L’homme qui traverse le mur » d’Anna Urusova

 

 

Puis une envie d’admirer la délicate transparence de cet ouvrage fait sur tulle par le groupe Modern Movment de Hongrie

 

"Beginnings" du groupe Modern movment

« Beginnings » du groupe Modern movment

 

Ainsi que les couleurs éclatantes et l’originalité de cet ouvrage réalisé par Els Mommers, Hollandaise.

 

"Egypt" d'els Mommers

« Egypt » d’Els Mommers

 

Mais malgré toutes ces belles oeuvres, mon vrai coup de foudre va à Barbara Lange et son fantastique « Sing-sing » que je trouve tellement drôle et plein de fantaisie! Ces smileys espiègles qui se cachent dans des petites poches, avec des zips qui les laissent entrevoir sont un vrai régal des yeux et de l’âme.  Merci Barbara pour cette touche d’humour et d’imagination!

 

"Sing-sing" de Barbara Lange

« Sing-sing » de Barbara Lange

 

 

Derrière les zips il y a....

Derrière les zips il y a….

 

Quelques coeurs pour nous charmer, cela ne fait pas de doute!

Mais aussi quelques coeurs pour nous charmer, cela ne fait pas de doute!

 

Cette artiste allemande quilte à la machine et crée  ses propres dessins afin de les réaliser par la suite. Elle a suivi des cours avec de grands noms tels que Laura Cater-Woods, Mickael James, Jane Sassanam et Nancy Crow. Nous pourrons admirer d’autres de ses oeuvres au Carrefour Européen du Patchwork en 2014 et 2015.

Je tiens à remercier vivement toutes les artistes citées plus haut qui ont eu la gentillesse de m’autoriser à publier des photos de leurs oeuvres ou d’elles-même et je dis un  merci tout particulier à Jane Rollason. J’espère avoir su, au travers ces quelques lignes rendre hommage à ces artistes.

 

Natacha Ramora