Monique Bonnet-Imbaud

C’est avec une grande admiration que j’ai pu échanger,  il y a quelques semaines de cela, avec Monique Bonnet-Imbaud pour une interview dont je rêvais depuis longtemps. Monique s’est fait peu à peu un nom dans le monde du patchwork. Les salons n’ont plus de secrets pour elle puisqu’elle  a participé au  « Magic Quilt Expo » à la sucrière en tant que responsable artistique mais aussi et surtout, parce ce qu’elle a créé « Quiltexpoenbeaujolais ».  Peut-être l’avez-vous connue également comme  rédactrice en chef de Magic Patch ou en tant que responsable de JM Quilt & Art? C’est une  passionnée qui aime mettre en avant cet art qu’est le patchwork et le transmettre à travers les divers réseaux qui l’entourent. Elle est venue au patch tout naturellement dans sa jeunesse.

..

Après avoir appris à coudre avec sa grand-mère, elle a commencé à se confectionner des accessoires en rapiéçant  et en récupérant des tissus. Elle avait déjà une  passion pour le textile et les étoffes.  Elle a ensuite intégré un club de patchwork, il y a plus de 30 ans de cela. Si elle a tout d’abord appris le traditionnel à la main, très vite, elle a acquis une machine à coudre afin de gagner du temps pour la confection. Possédant de bonnes bases par ses amies du club, elle s’est aidée des quelques livres qu’elle a pu trouver – à l’époque, en anglais- abordant les ouvrages à la machine. Déjà, elle faisait ses propres croquis, y compris pour l’appliqué, en restant dans des motifs basiques.

Une fois la technique à la machine maîtrisée, elle a rapidement animé des cours, tout d’abord en bénévolat. Elle a ensuite enseigné dans les MJC.  Elle a fait quelques  remplacements dans des magasins de tissus, ne travaillant pas de manière régulière, mais en fonction des changements de postes de son mari.

 

Lorsqu’elle est arrivée dans la région lyonnaise, elle a eu la belle opportunité de trouver un emploi aux Editions de Saxe pour le magazine « Magic Patch ». Dans un premier temps, elle détaillait les explications des modèles, un domaine dans lequel elle excellait. Puis, rapidement, elle est devenue rédactrice en chef et a pris en charge la revue dans sa totalité.

 

.

Parallèlement, elle  a participé, avec les Editions de Saxe,   à l’organisation du salon Magic Quilt Expo à “La Sucrière” de Lyon durant quelques années, en tant que responsable artistique.

.

La sucrière, Lyon

.

En 2007, elle a quitté les Editions de Saxe et a monté sa propre entreprise : JM Quilt & Art. Ayant découvert les Jellys rolls sur les salons aux Etats-unis, elle a décidé d’en importer puis de les fabriquer. Elle a été la première en France à commercialiser ces bandes de tissus avec lesquelles nous pouvons faire de merveilleux ouvrages. Elle a ainsi fait de nombreux salons aux quatre coins de France. Elle est aujourd’hui la seule à proposer à la vente les bandes d’entoilage qui servent à la confection des paniers pour le tissage en rolls qui ont tant de succès.

.

Source : charmaboutyou.com

Source : Missouri Star Quilt Co

.

Elle a également mis à profit son expérience dans le monde de l’édition pour faire paraître quatre livres, deux dont elle est l’auteur et deux autres dont elle est l’éditrice et la rédactrice  :

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Avec son départ des  Editions de Saxe, l’expo à la sucrière a pris fin également. C’est  la raison  pour  laquelle  Monique  a  décidé  de monter un  nouveau  salon : « Quiltexpoenbeaujolais »,  afin de continuer l’aventure extraordinaire que représente la création d’un tel évènement. Elle possédait un carnet d’adresses conséquent et les artistes lui ont fait confiance. Les débuts furent  assez lourds en logistique puisqu’elle a géré quasi-seule toute la mise en place. Lors des deux premières éditions de 2010 et 2011, le salon s’est déroulé dans les superbes caves voutées de l’ancien chaix du Domaine des « Douzes Communes » à Anse, avec un espace commercial sous chapiteau.

.

Caves de l’ancien chai

.

Mais, forte de son succès, cette exposition internationale a dû s’installer dans un lieu d’accueil plus grand qui puisse à la fois recevoir les visiteurs de plus en plus nombreux,  les artistes invités et leur permettre d’exposer leurs oeuvres, ainsi que tous les stands commerciaux. C’est donc le Parc Expo de Villefranche-sur-Saône qui a été choisi. Au vu de l’essor de son salon et de l’implication considérable que cela demandait, Monique bonnet l’a transformé en biennale, un rendez-vous tous les deux ans très attendu des quilteuses de la région. Aujourd’hui, elle a créé une association nommée « B&B Art Textile » où huit personnes gèrent toute la logistique nécessaire au bon déroulement de cet évènement. Le prochain quiltexpoenbeaujolais aura lieu du 11 au 14 avril 2018 et soyez sûres que cette édition sera encore plus fantastique que les précédentes. Pendant que nous autres, simples quilteuses, attendons sagement la prochaine cuvée, on s’active déjà fortement en coulisses chez B&B Art Textile pour la venue d’artistes qui vont vous émerveiller et vous émouvoir.

.

.

Comme je vous le disais il y a peu, aujourd’hui,  Monique Bonnet reprend son poste de rédactrice en chef du Magic patch. Elle est donc aux commandes de ce nouveau numéro, le 128, qui sort ces jours-ci. Une nouvelle formule très colorée et totalement revisitée qui vous donnera mille envies.

.

Magic patch nouvelle formule!

.

Comme toujours, Monique se lance dans l’aventure avec beaucoup d’implication. Je perçois en elle cette grande capacité de travail qu’elle possède. Elle est désireuse de donner une nouvelle impulsion à cette revue qu’elle avait déjà portée quelques années auparavant. Si elle respecte le patchwork traditionnel, elle souhaite axer le magazine vers le patchwork contemporain : les couleurs, les designs différents, l’originalité. Pour elle, il ne doit pas être confondu avec l’art textile qui se distingue et qui est sans doute plus libre. Ce qu’elle aime dans le quilt contemporain, ce sont le travail avec d’autres tissus et le quilting machine qui donne un très beau résultat. Elle est d’ailleurs admirative des ouvrages confectionnés par les  américaines et elle se réjouie de voir que les quilteuses anglo-saxonnes tout comme les allemandes ou les suisses s’y mettent également. Elle a une profonde envie de partager cet univers du quilt contemporain avec les lectrices de Magic Patch, tout en gardant bien sûr un intérêt pour le traditionnel.

.

.

Toutefois, de cette nouvelle trajectoire découle un choix qui attristera certaines d’entre vous. En effet, Monique Bonnet cessera son activité « JM Quilt & Art » d’ici peu puisqu’il est impossible de tout mener de front, vous l’imaginez bien! C’est pourtant sans regret qu’elle ferme boutique, son site de vente internet et les déplacements sur les salons demandant beaucoup de manutentions et de tâches répétitives, sans compter la lourdeur de la législation française face aux commerçants. Elle est heureuse de poursuivre son chemin dans le monde du patchwork pour lequel elle travaille depuis plus de trois décennies. Elle vous donne rendez-vous dans les nombreux « Magic Patch » à venir, mais aussi dans les futures éditions de son formidable Quiltexpoenbeaujolais qui fait notre fierté.

.

Je remercie vivement Monique Bonnet-Imbaud de m’avoir accordé sa confiance pour cette interview. Je lui souhaite encore plein de belles réussites pour nous emmener toujours plus loin dans les découvertes techniques et artistiques.

Natacha Ramora

Les nouvelles aventures de l’Atelier des Abcdaires

Véronique et Bénédicte Maurin

Véronique et Bénédicte

Lors de mon premier rendez-vous à l’Atelier des Abcdaires, il y a presque deux ans, Véronique et Bénédicte avaient déjà entamé une évolution dans la gestion de leur entreprise. Mon premier interview leur ayant plu, elles ont eu la gentillesse de mettre sur leur site un lien permanent vers cet article de mon blog et je les en remercie!

.

Puis, à l’occasion d’une rencontre sur un salon, elles m’ont proposé de faire une seconde interview relatant leur changement d’orientation.
Voici donc les nouvelles aventures de l’Atelier des Abcdaires :
 
 Depuis 5 ans, Véronique et Bénédicte  souhaitaient toutes  deux évoluer vers la création textile. Possédant  les bases nécessaires en dessin, elles ont pu travailler et approfondir leurs connaissances avec Laurent, l’époux de Bénédicte, infographiste. Cette lente mutation a abouti à la fermeture des deux boutiques, celle de Nancy tout d’abord et aujourd’hui celle de Lyon depuis le début de l’été 2016. Pour elles, leur évolution n’était pas compatible avec la gestion d’un commerce car le processus de création ainsi que la promotion sur internet et dans les salons nécessitent d’en faire un métier à part entière. Pour Bénédicte, la fermeture de leurs magasins  était la suite logique de leur changement pour se diriger vers les nouvelles formes de commerce.
.
Souvenez-vous, il y a d’abord eu la toute première boutique lyonnaise de broderie au point de croix de Véronique, rue des Remparts d’Ainay, puis celles de Lyon et de Nancy qu’elles ont vendues successivement pour enfin transférer l’activité au 64 de la rue des Remparts d’Ainay, dans un local qui était,  à la base, leur atelier de création partagé avec l’époux de Véronique. Ce local est désormais vendu lui aussi et elles ont entièrement réorganisé l’entreprise sur des bases différentes.
.
.
rue-des-remparts-dainay
.
Ainsi Véronique a choisi de partir vivre aux Antilles et, tout en continuant de travailler pour l’atelier, de le faire de façon plus détachée pour laisser les fonctions de gestion à Bénédicte et Laurent qui sont retournés en Lorraine où beaucoup de proches les soutiendront dans ce nouveau départ.
.
.
 Leur site internet possède, entre autre, une gamme de « prêts à coudre » mais aussi une catégorie consacrée  à la feutrine. Elles ont également un blog où elles postent un tutoriel chaque semaine.
.

http://www.abcdaires.com/

.

http://www.abcdaires.com/blog/

 
 .
Bien sûr, le contact direct avec les clientes de la boutique va leur manquer, mais ‎elles les retrouveront sur les salons pour un vrai rendez-vous où elles leur consacreront du temps, chose qui n’aurait pas été possible dans un magasin avec ce nouveau fonctionnement et donc, pas en adéquation avec leur façon de travailler.
 
Depuis qu’elles ont annoncé la fermeture de la Rue des Remparts d’Ainay sur le site, elles ont eu beaucoup d’encouragements de toute part, bien plus que lorsqu’elles ont déménagé quelques numéros plus loin. Elles ont réellement essayé de faire cette longue transition de 5 ans tout en douceur. Elles sont passées d’un univers très patchwork et country à une atmosphère beaucoup plus tendance. Désormais, elles distribuent leurs modèles dans des pays tels que les USA, l’Australie, la Belgique ou le Royaume-Uni et elles sont fières de cette réussite qui se dessine peu à peu.
.
 
atelier-patch-contemporain

Quilt contemporain, Atelier des Abcdaires

.
Bénédicte est heureuse du bon retour sur ses quilts mystères car elle a évolué  d’une atmosphère assez tendre et poudrée vers des choses beaucoup plus vives et pétillantes que ses adhérentes suivent avec bonheur. Selon elle, Pinterest fait des merveilles et les clientes ont envie de créer des ouvrages gais, peut-être parfois pour oublier l’esprit morose général. Elle a d’autant pu le vérifier lors d’un salon à Paris en octobre après les attentats. Beaucoup d’exposants ont hésité à venir mais il fallait le faire pour les quelques personnes qui se déplaceraient. Si parfois certains chalands peuvent être légèrement agressifs, ce ne fut pas le cas cette fois là. Tout le monde était sous le choc et une ambiance de compassion régnait sur le lieu d’exposition.
Ce salon fut aussi un déclic pour nos créatrices, soulignant l’importance de continuer ce genre d’évènements pour garder le contact avec la clientèle.
.
bloc-du-mois-sur-mon-perchoir-quilt-mystere-800-300x300

« Sur mon perchoir », bloc du mois presque mystère….

.

Je ne peux m’empêcher de souligner auprès de Bénédicte cette évolution constante qu’elles ont connues depuis la petite boutique de broderie du 62 jusqu’aux deux sites web d’aujourd’hui. Pour elles, le challenge a été de savoir se renouveler lors d’une difficulté et de s’adapter aux changements du monde du commerce tout en continuant d’aimer leur travail. Mais elles ont su aussi rester humbles en ne perdant pas de vue que leur activité n’était pas indispensable mais bien un loisir créatif.

.

loisirs-creatifs

Source : paris-friendyl.fr

.

Bénédicte espère que les progrès de la technologie leur permettra d’accéder à de nouvelles techniques et d’autres matériaux tels que par exemple le synthétique ou le polyester avec lesquels elle travaille aujourd’hui et qui ont beaucoup évolué. Elle reconnait volontiers qu’elle a eu peur en entendant parler de ces matières car elle restait, comme beaucoup d’entre nous, sur de vieux préjugés. A présent, elle se dit bluffée de leur évolution : couleurs grands teints, tissus qui ne grattent pas, ne s’effilochent pas, se travaillent facilement et qui respirent. Une évolution surprenante ! Ces tissus sont ainsi pour elle une merveilleuse source d’inspiration pour faire des prototypes.

.

imgp5101

Nouvelles matières, nouvelles couleurs !

.

Ce sont pour ces raisons que nos créatrices parlent de l’importance des rencontres avec des professionnels qui leur permet de progresser au fil du temps. Bénédicte, en tant que coloriste, aime particulièrement travailler avec des infographistes. Cela lui donne un aperçu de la gamme des possibilités sur sa palette de couleurs, sur des méthodes différentes et sur un savoir-faire amenant d’autres idées.

A présent que la dernière boutique de Lyon a été vendue, l’atelier des Abcdaires vient de repartir sur Nancy. Mais ce n’est pas encore un déménagement définitif. Le seul créneau possible était l’été pour une telle étape car le nombre de salons est moindre. Mais la vente du local de la rue des Remparts d’Ainay étant proche de la période estivale, Bénédicte n’a pas eu le temps de trouver le bon endroit pour poser ses valises. Grâce à ses nombreuses relations et amis, elle a eu la chance de se voir proposer un lieu d’appoint en attendant de dénicher l’endroit idéal pour son atelier avec la bonne lumière et le quiétude nécessaire.

.

fe1dc78380615c70347056d921ff3fc5

source : Pinterest

.

Quant à Véronique et son époux Pascal, à présent que leurs deux enfants sont adultes et vivent à l’étranger, ils rêvent tous deux de finir leur vie professionnelle et personnelle différemment, sur leur voilier.  Véronique travaillera donc par correspondance avec Bénédicte et finira sans doute les quelques années avant sa retraite  dans une activité touristique quelque part vers les Antilles. Un très joli projet rêvé à deux depuis une dizaine d’années !

.

voilier-tropiques-convertimage-convertimage1

.

Elle part l’esprit tranquille en laissant l’atelier entre les mains de Bénédicte et Laurent, son époux. C’est lui désormais qui secondera Bénédicte et vous les verrez ensemble tenir le stand sur les salons. Laurent est facilement reconnaissable, il porte parfois sur son épaule sa grande copine Hortense, une de leur mascotte.

.

imgp5978

.

Ce couple se complète bien professionnellement car chacun d’eux amène ses compétences et les choses se mettent en place petit à petit avec l’attribution des tâches de chacun, bien que Bénédicte reconnaisse en riant qu’elle a encore un peu de mal à ne pas intervenir pour certains sujets.

En dehors de leur histoire d’amour, ce fut aussi une belle rencontre professionnelle entre eux. Nos deux sœurs reconnaissent que sans Laurent, infographiste de profession, elles n’auraient pas osé sauter le pas vers la création textile car elles auraient dû, pour ce faire, déléguer les difficultés techniques vers des spécialistes dont le coût est élevé. C’est aussi grâce à lui que les blocs du mois ont évolués vers une maîtrise parfaite. Avec son investissement, il donne une nouvelle impulsion à l’Atelier.

Véronique et Bénédicte sont encore parfois surprises par le succès de tel ou tel modèle. Elles ne savent jamais ce qui plaira ou pas. Il leur est quelquefois arrivé de voir qu’un modèle planché en quelques minutes sur un coin de table avait plus de succès qu’un autre sur lequel elles avaient travaillé des heures.

En revanche, ce dont elles sont sûres, c’est de la fidélité de certaines clientes, ce qui, pour elles, est un cadeau inestimable. Elles sont aussi heureuses d’en voir venir de nouvelles. Ce fut le cas avec leur dernière collection qui a beaucoup plu à de jeunes mamans (pochettes, abat-jours, bavoirs, coupon tissu jersey avec patron offert…).

.

imgp5100

.

Bénédicte ne sait pas aujourd’hui ce qu’il adviendra de ses cours. Véronique partie, elle manquera de temps pour les dispenser et elle n’est pas sûre qu’elle aura la structure adaptée. La question reste donc en suspens pour l’instant.

.

imgp5103-convertimage1

Elle m’avoue que c’est avec émotion qu’elle voit sa sœur sur le départ. Depuis le nombre d’années qu’elles travaillent ensemble, ce sera pour elle une étape un peu difficile. Mais elle est résolument tournée vers l’avenir et ce nouveau challenge avec son mari, vers la création, la distribution et les salons à venir où elle sera heureuse de vous retrouver.

.

Bénédicte et Laurent vous donnent donc rendez-vous sur les salons où ils vous attendent avec impatience.

creations-et-savoir-faire

creativa-convertimage

.

carrefour-europen-convertimage

.

et bien d’autres encore à retrouver sur le blog :

http://www.abcdaires.com/blog/

.

antilles

.

Quant à Véronique, nous ne pouvons que lui souhaiter bon vent dans cette nouvelle aventure auprès de son époux.

 .
.
 Je tiens à remercier vivement Véronique et Bénédicte de m’avoir fait confiance pour vous conter la suite de leurs aventures.
Natacha Ramora

Du nouveau à l’Atelier des abcdaires et tirage au sort!!

Je voudrais tout d’abord rassurer toutes les clientes de l’Atelier des Abcdaires ainsi que les patcheuses qui suivent de près l’actualité de nos si chères boutiques. Sous peu, vous trouverez votre magasin rideau baissé avec peut-être une petite pancarte qui vous donnera rendez-vous d’une manière différente. Alors oui chères clientes, fidèles ou de passage, Lyonnaises ou Rhônalpines, pas d’inquiétude! Si la boutique de Lyon ferme ses portes, c’est pour mieux vous retrouver dans quelques semaines sur les salons et virtuellement aussi sur son site internet. La formule change pour se transformer en studio design mais la motivation et l’envie de vous rencontrer restent les mêmes dans l’équipe! Je vous raconterai cela plus en détail à la rentrée de septembre. Je vous parlerai de la nouvelle vie de Véronique et du challenge novateur de Bénédicte et Laurent, assistés d’Hortense.

.

IMGP5103-ConvertImage

.

Vous ne connaissez pas Hortense?! Pimpante, elle ne pourra que vous faire craquer sur les salons. C’est l’une des mascottes de l’Atelier !

Hortense la souris

Rendez-vous sur le site de l’Atelier des Abcdaires pour vos petites emplettes mais aussi sur leur blog afin de suivre toute leur actualité et surveillez mes publications de septembre pour connaitre la suite de leurs belles aventures!

Le site :

http://www.abcdaires.com/

Le blog :

http://www.abcdaires.com/blog/

~~~~~~~~~~~~~~

 

Le tirage au sort !

IMGP5114

Plus que quelques minutes de patience!!!

 

IMGP5115

Nous y sommes presque, votre nom est dans ce chapeau!

 

IMGP5116

et la gagnante est …..

Marie-José  d’Avignon qui poste parfois des commentaires et que je vais contacter d’ici peu par email!

quilter comme on aimeBravo Marie-jose, Vous venez de gagner ce livre! 

 

 

 

 

 

Mais ce n’est pas tout! Vous avez été si nombreuses à me mettre des commentaires sympas pour l’anniversaire de mon blog en me montrant votre fidélité que j’ai mis en jeu un autre petit lot surprise! 

  Il revient à Marie-Thérèse de Saint-Maurice de Beynost qui le recevra sous peu.

.

P1110762-ConvertImageMerci à toutes et tous de vos encouragements! Sans vous, ce blog n’aurait pas lieu d’être!  

N@tacha Ramora

 

 

 

Quiltexpoenbeaujolais

Quiltexpoenbeaujolais vient de refermer ses portes après 4 jours, temps durant lequel des visiteurs passionnés se sont attardés devant les oeuvres exposées mais aussi devant les stands des commerçants et artistes de l’art textile.

Je vous propose un petit tour d’horizon, sachant que j’ai sélectionné mes coups de coeur et que ce compte rendu se limite à quelques oeuvres. En effet, comment retranscrire ici la totalité de ce que j’ai vu?

Prêtes Mesdames? Prêts Messieurs? Allons-y……

 

 

Challenge textile international

« Costumes et traditions du monde »

.

Présenté pour la seconde fois en France, ce challenge a déjà été montré dans de grandes expositions au Japon ou en Corée.

Il a été lancé par le Japon et la France avec en pays invité la Corée du sud. Quatre-vingt dix tableaux textiles de 50 x 50 cm crées par 90 artistes (30 artistes par pays) pour 30 sujets différents sur le thème de « Costumes et traditions du monde ». Des techniques variées ont été employées, le but étant que le tableau reste à prédominance textile.

.

IMGP5023

IMGP5032

 

.

IMGP5024

« Touaregs », An Ka Young, Corée du Sud. Costume saharien traditionnel. Techniques d’images et de peinture à l’aiguille.

.

 

.

 

IMGP5026

« Blue Jeans » de Kim Jung Mi, Corée du sud.

Kim a souhaité mettre en avant l’ouest américain et quelques symboles tels que le jean et le chapeau de cow-boy. Ce tableau m’a immédiatement attirée par sa gaieté et sa représentation des USA que j’affectionne tant.

.

 

IMGP5030

Kim Mijung, Corée du Sud.

Représentation de l’Alsace tel un conte de fée pour petites filles

 

 

..

.

Kimono-japonais-ConvertImage

Nelly Backes, France. « Kimono of my dreams »

L’artiste a été frappée, un jour de l’année 1984, par la vision, à Tokyo, d’un grand-père et de 2 enfants dans de superbes tenues. Elle a voulu rendre hommage à cet instant qui lui a laissé un souvenir impérissable.

.

.

.

IMGP5035

 

.

Quilters Mexico

Mayan culture challenge

Au début simple petite expo locale initiée par des quilteuses mexicaines, l’exposition « Patchwork et quilts » n’a eu de cesse de grandir. Cette année 2016 aura vu la 8ème édition  de cette expo désormais internationale.

Quiltexpoenbeaujolais dévoilait ici la toute nouvelle collection « Mayan Culture ».

 

.

Oiseaux-dieux-ConvertImage

 

Claudia Gonzales Arce Brilanti « Oiseaux sacrés Mayas »,

Brodé à la main, appliqué et patchwok.

 

 

 

.

 

cit-du-soleil-levant-ConvertImage

  Gethyn L.Soderman, « La cité du soleil levant ». Appliqué et quilt à la machine.

 

 

 

 

 

.

IMGP5046« Quetzalcoalt », Arturo Aranda: Design et réalisation / Sissi Gutiérrez : Réalisation et quilting mains-libres / Veronica Toledo : Réalisation

Quetzalcoalt, le serpent à plumes, a joué un rôle prépondérant en tant que symbole dans l’ancienne conscience mexicaines des Aztèques, Mayas et autres cultures. Il était un homme dieu.

.

 

Quelques Oeuvres du SAQA (Studio Art Quilt Associates)

 

IMGP5048Janice Stevens, Thaïlande, « Urban transportation »

Ce tableau démontre le passage du temps par l’obsolescence d’un Rickshaw qui a été remplacé peu à peu par  des engins motorisés et qui est, par conséquent, devenu rare.

 

.

IMGP5050-ConvertImage

Teresa Barkley, USA, « The triangle »

Ce tableau symbolise « The triangle Shirtwaist Factory », une usine de New-York qui fut dévastée par le feu en mars 1911 et où 146 ouvriers trouvèrent la mort.

 

 

.

.

« L’âme de la Russie »

par l’Association des Quilters Russes. 

 

Ce projet a réuni des créatrices russes pour montrer à travers leurs oeuvres les qualités de l’âme telles que bonté, générosité, ouverture…

Les créatrices russes aiment expérimenter des techniques innovantes et des matières nouvelles. Leur couleur favorite est le rouge le plus éclatant. Le mot « Krassnyi » (rouge) a la même racine que « Krassivyi » (beau) et leur signification est très proche. Parmi les 25 quilts présentés, voici quelques-uns de mes coups de coeur. J’ai réellement été bluffée par la minutie et la beauté de ces oeuvres splendides.

.

.

IMGP5058

.

IMGP5060-ConvertImage(1)

 

IMGP5061-ConvertImage

.

.

Cette année, malheureusement, j’ai manqué de temps pour m’attarder longuement dans les allées, trop prise par mon travail. C’était la seconde fois que j’assistais à ce salon. Malgré tout, je fus bien heureuse de revoir certaines artistes que j’ai interviewé il y a quelques mois telles qu’Emmanuelle Carré-Briand, « d’Alice and co » ou Florence Chambe de « l’atelier des coeurs ».  J’ai eu aussi, pour cette édition 2016, le grand privilège de pouvoir interviewer Jacques Légeret spécialiste de la communauté Amish et grand collectionneur de leurs quilts. Rendez-vous donc prochainement pour une belle ballade totalement hors du temps et des frontières de notre monde moderne.

.

IMGP5082

Jacques Légeret, Quilt-expo-en-Beaujolais 2016

@ bientôt pour un nouvel article,   

Natacha Ramora 

Emmanuelle Carré-Briand : « Alice & Co »

Emmanuelle Carré-Briand

.

L’univers d’Emmanuelle Carré-Briand est à la fois coloré et poétique. Rien d’étonnant à ce que la jeune fille de 12 ans  qui aidait sa maman à faire des petits modèles au point de croix pour mettre dans le sapin se soit transformée en cette jeune femme passionnée par l’art du fil sous de nombreuses formes.Il faut dire qu’Emmanuelle à été élevée dans une famille où la grand mère était bonnetière et  le grand-père menuisier. Sa mère, quant à elle, aimait créer de jolies choses de ses mains.

.

Broderie de Ashita

Un des jolis ouvrages de sa maman

.

Pourtant, même si Emmanuelle à toujours été une créatrice dans l’âme, ce n’est pas l’orientation professionnelle qu’elle a choisi. Étant enfant, elle a beaucoup voyagé selon les affectations de son papa. Elle a d’ailleurs vécu plusieurs années aux Etats-Unis mais aussi à Bamako, Quito… Voulant garder cette possibilité de voyager et de rencontrer des gens de tous horizons, elle a choisi l’hôtellerie, au grand étonnement de ses parents qui pensaient qu’elle se dirigerait plutôt vers l’art.  Elle a ainsi continué de rouler sa bosse dans divers endroits du monde où elle a vécu tel que l’Angleterre.

Mais le décès de son papa et le bouleversement que cela a engendré est venu tout remettre en question. Son goût pour le challenge s’est mue en une envie de créer sa propre entreprise et de vivre de son amour pour la broderie, notamment le Point Compté. Tel de petits talismans pour lui porter chance dans cette nouvelle aventure, elle n’a pas choisi les fondements de sa boîte par hasard : la date de création est un 2 février, jour d’anniversaire de mariage de ses grands -parents. Elle a pris comme raison sociale le prénom de sa grand-mère, Alice, auquel elle a rajouté « & Co » qui représente le reste de la famille. Enfin, puisqu’une Emmanuelle Carré existait déjà, elle a  ajouté à son patronyme celui de sa maman : Briand. Et c’est donc ainsi qu’Emmanuelle Carré-Briand à fondé « Alice & Co ».

.

Alice-and-co-logo-ConvertImage

.

Ayant préparé auparavent un diplôme auprès de la CCI elle a dû, pour son examen, monter un site internet pour un gîte. Cela fut un excellent tremplin pour ensuite concevoir son propre site en 2005, support de sa future entreprise qui a vu le jour en 2006. Elle s’est d’abord surtout consacrée à l’art de la broderie et à été ravie de constater que son travail portait ses fruits puisque, au fil du temps, on reconnaissait son style. Elle a rapidement intégré le patch dans ses broderies et lorsque l’attrait pour le point de croix a commencer à péricliter, elle s’est orientée davantage vers l’art du quilt. En matière de patchwork, Emmanuelle avait beaucoup d’idées qu’elle a mis en pratique au fil des ans! Femme de challenges, elle s’est fixée des objectifs qu’elle a su atteindre par sa ténacité. L’un d’eux était de faire éditer un livre sur ses ouvrages, pari réussi avec « Sacs et sacoches »!

.

Sacs-et-sacoches-livre-ConvertImage

.

Puis, elle a souhaité créer ses propres tissus. Grâce à un logiciel américain, elle les a édités puis elle est partie au Quiltmarket (USA) avec ses prototypes. Sa rencontre avec Lecien a été décisive puisque le fabriquant  a décidé de vendre les tissus d’Emmanuelle.

.

Lecien-Emmanuelle-Carr-Briand-ConvertImage-ConvertImage

.

Mais ce ne sont pas les seuls projets qu’Emmanuelle poursuit. Ainsi, elle a créé un atelier où elle a mis en place des cours de patchwork, main ou machine selon le besoin de chacune de ses élèves, sur la base des gabarits de Marti Michell. Pour les aider à la compréhension, elle qui est très cartésienne, elle a mis en place des fiches d’exercices que vous pourrez retrouver dans le livre  »  Designing a quilt  » qu’elle vend sur son stand, dans les salons auxquels elle participe. Pour m’être intéressée de très près à cet ouvrage, je vous assure que c’est une excellente base pour comprendre certaines techniques!

Quelques autres projets mis en oeuvre? Bien sûr! Je vous ai dit qu’Emmanuelle était une femme de challenges. Ainsi, si elle a créé des modèles pour « Passion fil » pendant un certain temps, elle collabore désormais depuis janvier à « Pratique du patchwork » chez le même éditeur et elle s’applique à montrer les diverses choses que l’on peut faire avec les gabarits. Elle a conçu également des tutos qu’elle a mis en ligne sur Youtube tels que : « Réaliser un biais pour un quilt » ou d’autres sur l’utilisation des divers sets de Marti existants.

.

Mais elle ne s’arrête pas là! Toujours en recherche de perfectionnement, Emmanuelle suit actuellement une formation par correspondance de Designer Textile qui lui demande beaucoup d’investissement personnel et qui enrichit davantage ses connaissances, déjà pointues, en matière d’art textile mais aussi d’informatique touchant directement à la création de tissus.

Si Emmanuelle va toujours de l’avant, c’est peut-être parce qu’elle est convaincue au fond d’elle-même que tous ces projets formateurs lui permettront de s’inscrire dans la durée ! Pour terminer, je vous dirai qu’elle pense que, même si un ouvrage n’est pas parfait, l’essentiel est d’y trouver du plaisir. Vous pouvez suivre Emmanuelle à travers son blog et son site de vente  où elle ne manque pas de vous informer de ses nouveautés et de ses créations :

.

http://squarenews.blogs.com/linsanslautre/

 

http://www.alice-and-co.com/

 

Je peux d’ores et déjà vous dire qu’elle sera présente à Saintes-Marie aux Mines du mercredi 16 au samedi 19 septembre et qu’elle vous attend avec impatience pour vous faire partager son univers.

Sachez aussi qu’Emmanuelle vient de mettre en place des ateliers / cours ayant pour base les boîtes Frivols qui ont lieu à Saint Didier de la Tour (38). Voir le descriptif ici :

 

http://squarenews.blogs.com/linsanslautre/2015/06/frivols-by-moda.html

 

Si vous souhaitez recevoir le document complet avec les dates des ateliers ou pour toutes autres infos concernant les stages : info@alice-and-co.com

 

Voici les autres salons ou vous pourrez rencontrer Emmanuelle :

  • Octobre du vendredi 30 au dimanche 1er novembre: Kutzenhausen (67250)
  • Novembre du samedi 14 au dimanche 15: La Tour de Salvagny (69890)
  • Janvier du jeudi 28 au dimanche 31: Grenoble (38000)
  • Mai du vendredi 6 au dimanche 8: Ammerschwihr (68410)
  • Juin du samedi 4 au dimanche 5: Caromb (84330)
  • Juin du samedi 11 au dimanche 12: Ligugé (86240)

Enfin, voici deux autres blogs que je vous invite à découvrir :

Quelques créations d’Emmanuelle :

 

Couleurs chaudes

Abécédaires

Fil "éLintrique"

                                                                                    Bonne semaine et bon Carrefour

                                                                                   pour celles et ceux qui s’y rendront,Logo Chroniquepatchwork

                                                                                                                     Natacha

Rencontre avec Françoise Morot-Sir

J’ai publié une nouvelle de Françoise Morot-Sir sur mon blog il y a quelques semaines afin de vous la faire découvrir. Comme promis, je vais aujourd’hui vous présenter cette artiste au grand coeur.

Françoise Morot-Sir2

.

Françoise et l’écriture, c’est une histoire d’amour des mots qui s’est inscrit sur la durée car, adolescente, elle écrivait déjà des poèmes. Si, emportée par le tourbillon de la vie, elle a cessé d’écrire quelques années, sa passion créatrice s’est manifestée à nouveau par l’intermédiaire d’une demande qui lui a été faite. En effet, à 40 ans, lorsque ses enfants étaient encore scolarisés, on lui a demandé de bien vouloir animer un atelier conte. Elle s’est d’abord attelée à la tâche avec les contes qui ont bercé notre enfance. Mais lorsqu’elle n’a plus trouvé matière pour des histoires l’inspirant, elle a repris sa plume en retrouvant cette joie d’écrire qui l’habitait adolescente.

.

Un-écrivain

.

Elle a d’abord travaillé bénévolement dans les écoles pour animer des ateliers contes. Mais des problèmes de santé importants lui ont donné l’envie de s’investir davantage pour transformer  cette passion de l’écriture et de partage en activité professionnelle. Elle a donc créée son association, il y a 10 ans, afin d’avancer plus vite et de faciliter la paperasse administrative car le statut de simple vacataire dans les écoles était un peu complexe à gérer.

Contes, poèmes, slam, haikus et romans policiers, voici la large gamme d’exercices que Françoise propose à ces petits écrivains en herbe. Certains se prennent au jeu malgré eux, tel ce jeune garçon d’une école de quartier classé en ZEP. Au départ, il venait à l’atelier simplement pour « accompagner » son copain et ne voulait écrire qu’avec lui. Françoise lui a fait comprendre qu’il n’avait aucun intérêt à venir pour un autre, qu’il fallait qu’il se lance! Ce jeune homme sportif et un peu caractériel a pris son courage à deux mains pour laisser parler son imagination et il  a  été récompensé en gagnant le concours de « La caravane des 10 mots » avec cette création de mot : « Ailleuheureux » (qui ne peut être heureux qu’ailleurs). Ce concours, organisé par la DRAC, propose  « « d’aller à la pêche au sens des mots au-delà de leur propre définition, afin de montrer la richesse et la diversité que tout être humain porte en lui » à travers un projet aux multiples facettes : artistique, culturel, éducatif, linguistique et social. « 

http://www.caravanedesdixmots.com/accueil/le-monde-en-caravanes/

 

D’autres parmi ces élèves ont été primés et publiés pour ce concours. Puis, avec l’un des ateliers d’une école de La Mulatière, le concours des journaux scolaires a été gagné. Que de belles réussites avec ces jeunes écrivains !

Si Françoise m’avoue qu’elle ne voulait pas rentrer dans l’enseignement, elle reconnaît pourtant qu’elle était faite pour cela. Parallèlement aux ateliers d’écriture, elle s’est aussi occupé de la catéchèse de l’église de La Mulatière, Notre Dame du Roule. Elle avait son propre groupe et était  assistée de Françoise Jacquot, son amie de longue date – qui m’enseigne actuellement le patch machine chez Marie-Sol Gros, au Point de Croix-Rousse. A cette occasion il y a 20 ans, à l’aide de deux autres personnes et du groupe, elles ont réalisé un fantastique patchwork avec des chutes de tissus reprenant les fêtes catholiques. Françoise Jacquot m’explique que la rapidité d’exécution dont elles ont dû faire preuve pour tenir le délai de 4 semaines demandé les a obligés à être « précurseurs » de la technique de patchwork « appliqué collé ». Cet ouvrage de 3 x 3 mètres est resté longtemps exposé dans l’église de Notre Dame du Roule. J’ignore hélas s’il y est toujours car je n’ai pas eu l’occasion de m’y rendre, mais si d’aventures l’un de mes lecteurs ou lectrices habitait dans le coin et voulait bien me donner le renseignement, j’en serai enchantée !

.

.

appliqué collé

Technique d’appliqué collé, ouvrage trouvé chez adebleys.canalblog.com

.

Si Françoise Morot-Sir consacre surtout ces écrits aux enfants dans lesquels elle s’épanouie d’avantage, elle possède aussi quelques œuvres à destination des adultes. La nouvelle  » Petit conte en forme de coeur « , que je vous ai présentée il y a quelques semaines, fait partie d’un ouvrage qui met en scène l’écriture et la poésie, la calligraphie et le patchwork ! Elle s’est inspirée de patchs de Florence Chambe, de l’Atelier des cœurs, une autre de ses amies de longue date, pour les transformer en calligraphie. Le rendu est superbe et met en valeur la beauté de notre art ! Ce livre a été précédé d’une exposition. Vous pouvez suivre Florence Chambe dans le lien ci-dessous et connaître les salons auxquels elle participe en vous rendant sur sa page Facebook :

.

http://www.atelierdescoeurs.com/

.

Sur la gauche, les patchs de Florence qui ont inspiré les superbes calligraphies

de Françoise à droite :

.

.

                Patch1-ConvertImage Calli1-ConvertImage

 .

.

                    patch2-ConvertImage    calli2-ConvertImage

.

.

                       patch3-ConvertImage call3-ConvertImage

.

.

Françoise a choisi la voix de l’auto-édition pour publier ses livres car, vous vous en doutez sûrement, parvenir à se faire publier chez un éditeur est un parcours du combattant. Après plusieurs refus, elle a décidé de se lancer. Pour elle, c’était un acte de confiance en soi qu’elle accomplissait. Elle part du principe que parfois, on rencontre les bonnes personnes qui vous font confiance pour aller de l’avant. Nous avons échangé longuement les deux Françoise et moi-même sur le fait de savoir se mettre en avant ou pas. Pour notre auteure, il est clair que les auteurs ayant un fort égo percent souvent avant les autres, par contre, ils durent peut-être moins sur la longueur. Si elle est plus discrète que ces derniers, elle est en revanche tenace et croit en la magie des mots et en sa passion. Elle pense que toutes ses parenthèses autres que ces livres pour enfants ont été d’excellentes sources d’inspiration, que ce soit son livre « Poèmage et Graffirimes » ou les ateliers d’école ou de catéchèse. Ces bases de départ la rendent plus créative.

Voici les livres de Françoise Morot-Sir qui sont disponibles à la vente :

– «Voyage dans un livre de cuisine « ,

–  » Voyage dans la cabane magique »,

Enfin et surtout :

–  » Poèmages et graffirimes »

Un nouveau livre sortira à la rentrée.

Vous pouvez vous procurer ses œuvres :

– A la Librairie « 36 Grande Rue » à Saintes-Foy-Lès-Lyon,
– Chez « Tendance K », boutique salon de thé et déco à Francheville,

– A « La librairie des Canuts » de la Croix-Rousse pour le livre de  cuisine

Ou directement en lui écrivant un mail à l’adresse suivante : maislismesmots@gmail.com  

Vous pourrez  la rencontrer et vous faire dédicacer ses livres au 1er Salon du livre de Sainte-Foy-Lès-Lyon qui se tiendra le 22 novembre 2015 :

http://www.arald.org/articles/1er-salon-du-livre-de-sainte-foy-les-lyon

Enfin, si vous souhaitez suivre l’actualité de Françoise Morot-Sir, consultez sa page Facebook!

     @ bientôt,                 Logo Chroniquepatchwork

Natacha

bonne rentrée scolaire a nos petits loulous !

Le point de Croix-Rousse, Marie-Sol Gros : un magasin de patchwork au coeur de la Croix-Rousse

 

P1100986

Marie-Sol Gros dans sa jolie boutique « Le Point de Croix-Rousse »

 

Le 8 janvier 2000, Marie-Sol Gros ouvrait pour la première fois les portes de sa boutique « Le Point de Croix-Rousse », qui , comme son nom l’indique, est située dans le joli quartier de la Croix-Rousse, dans le 4ème arrondissement de Lyon.  Belle façon pour Marie-Sol de débuter ce nouveau millénaire sous le signe d’une reconversion professionnelle réussie. Cette ancienne secrétaire médicale était sans doute trop sensible aux pathologies parfois lourdes qu’elle rencontrait dans son travail et elle souhaitait se diriger vers quelque chose de beaucoup plus léger. Vivement encouragée par son mari, elle avait deux options possibles, la cuisine ou le point de croix, ses deux passions (petit aparté: Véronique, de L’Atelier des ABCDaires est également venue au patchwork par le biais du point de croix). Elle a choisi la seconde option, l’investissement de démarrage étant moindre.

Elle a demandé l’autorisation de se rendre au salon professionnel de la mercerie et du patch afin de prendre des contacts et de sentir les tendances du marché. Puis elle s’est mis en recherche d’un local. Elle a d’abord pensé  faire une reprise de magasin mais cela nécessitait également un investissement trop lourd pour elle. Elle a donc décidé de créer sa boutique et n’a pas hésité à se relever les manches, se doutant que cela demanderait de la patience et une implication personnelle importante.

Résidant à Francheville, ses premières recherches de local se sont orientées dans ce secteur. Mais l’une de ses amies, habitant  la Croix-Rousse, l’a convaincue de venir s’installer dans ce quartier très commerçant comprenant encore beaucoup de petites boutiques artisanales. Il faut savoir que les Croix-Roussiens préférent souvent se servir dans leur quartier plutôt que de « descendre en ville ».

 

Les pentes de la Croix rousseLes Pentes de la Croix -Rousse

.

Elle a donc trouvé son local au 11 de la rue Pailleron, ancien atelier de menuisier qu’elle a aménagé en boutique de point de croix. Car en effet, le magasin de Marie-Sol n’était au début consacré qu’au point de croix. Ce n’est qu’il y a 6 ans qu’elle a amorcé un virage en intégrant les tissus et accessoires patchwork à son stock, le point de croix étant en perte de vitesse tandis que le patch faisait son petit bonhomme de chemin. Il est vrai qu’arriver à faire vivre sa boutique avec la réalité économique actuelle et le nombre constant de sites de vente en ligne n’est pas chose aisée! Mais Marie-Sol a toujours opté pour la qualité du service, un large choix de produits et une convivialité hors du commun! En effet, l’ambiance de cette boutique-atelier ne peut que vous séduire car on y rit beaucoup et on voit que les liens amicaux de notre commerçante avec ses clientes sont très forts. Ainsi, certaines de ses habituées, qui sont devenues des amies, n’hésitent pas à renseigner le client lorsque Marie-Sol est occupée. Sabine, l’une d’elles justement, présente lors de l’interview, m’a démontré combien l’atmosphère pouvait être chaleureuse et complice. Marie-Sol insiste d’ailleurs sur le fait que grâce à cette passion qu’elle exerce au quotidien, elle a fait de belles rencontres et elle est heureuse de cela. Elle me raconte que parfois, lorsqu’une cliente entre  et constate l’ambiance très rieuse qui règne dans ce lieu, elle demande à « rester » pour plaisanter avec les dames déjà présentes ! Marie-sol possède la vraie fibre commerçante, dans le bon sens du terme ! Elle sait fidéliser sa clientèle grâce à son accueil si chaleureux. Pour ma part, je me serai facilement reconnue dans ces clientes qui rentrent et qui voudraient rester tant le tandem Marie-Sol /Sabine fut complice et amusant ce jour-là!

 

rue pailleronRue Pailleron à la Croix-Rousse

.

Marie-Sol a un emplacement hors norme dans le quartier car elle n’est pas sur la rue principale mais assez excentrée. Les personnes viennent donc à elle, cherchant une boutique de patch ou de broderie. Il était par conséquent essentiel qu’elle se fasse connaître après l’ouverture de son magasin. Elle a payé quelques encarts publicitaires dans des journaux et magazines. Mais le vrai rebond a eu lieu lorsqu’elle a fait paraître sa pub dans « Mains et merveilles ». Par ce biais, elle a été en contact avec une jeune femme, rédactrice aux Editions de Saxe, qui lui a proposé  de faire un article sur elle, ce qui lui a amené une belle renommée. Ensuite, c’est le bouche à oreilles qui a fait son oeuvre, elle n’en démord pas! Quelques petits évènements culturels ont marqué « Le Point de Croix-Rousse » telle que cette émission de FR3 « Papillon », consacrée aux loisirs créatifs.

Aujourd’hui, elle constate que si la clientèle broderie a tendance à se rajeunir, ce n’est hélas pas le cas pour le patchwork. Elle doit sans cesse se renouveler et être créative car la clientèle qui vient aux cours aime repartir à la fin de la journée avec un petit ouvrage terminé.

Quant aux cours justement, Marie-Sol n’en a pas donné immédiatement dès l’ouverture de sa boutique, elle faisait à l’époque,  uniquement quelques démonstrations afin d’aider au mieux ses clientes. Puis, elle a commencé à enseigner le point de croix durant la deuxième année. Aujourd’hui, les cours étant prisés, ce sont des intervenantes qui officient à la boutique dans plusieurs domaines :

.
– Broderie traditionnelle, feutrine et patchwork avec Rose,
– Cartonnage, Jours, Hardanger, Broderies anciennes et crochet avec Christine,
– Patchwork main et machine avec Françoise.

 

Parfois, Marie-Sol propose un ouvrage commun auquel ses clientes et amies participent et qu’elle met ensuite en loterie au profit d’associations caritatives, comme par exemple l’association des personnes atteintes du syndrome de Gilles de la Tourette, maladie peu connue et très handicapante. Actuellement, vous pouvez justement gagner un superbe plaid (en vitrine chez Marie-Sol) en achetant un ticket de tombola au modeste prix de 5 euros. Votre don sera reversé à cette association. Attention, dépèchez vous, tirage au sort prévu le 13 mars!

 

P1100981Une gamme étendue de tissus

.

 Elle a choisi de se consacrer uniquement à sa boutique, elle ne fait pas de salons. Elle a tenté Quiltexpobeaujolais l’an dernier mais n’a pas été convaincue par cette démarche qui lui a demandé beaucoup de préparation pour peu de satisfaction.  Elle préfère accueillir ses clientes au sein de son petit cocon, son « bébé » comme elle l’appelle.  Chez elle, vous trouverez un large choix puisqu’elle possède une gamme d’environ 900 tissus ainsi qu’une gamme étendue d’accessoires pour Broderie et patchwork, mais aussi des petits objets adorables !

 

P1100982

Une caverne d’Ali Baba pour vos accessoires patch et broderie

.

P1100984-ConvertImage

Des petits objets à offrir pour faire plaisir à vos proches

C’est tout cela que vous trouverez chez Marie-Sol mais aussi de la bonne humeur et une oreille attentive puisqu’elle reconnait volontiers qu’elle sait être à l’écoute de tous les maux de sa clientèle, que sa boutique est aussi l’endroit où l’on se réjouit des bonnes nouvelles des unes et où l’on compatit aux peines de autres.

.

Elle vous attend donc avec bonheur pour vous faire partager sa passion au :

11, rue Pailleron

69004 Lyon

04.78.28.47.65

Aux horaires suivant :    10h-18h30 les mardis, mercredis, vendredis et samedis

14h-18h30 les jeudis

http://www.lepointdecroixrousse.fr/

Je file faire mes emplettes chez Marie-Sol, @ bientôt!

 

Natacha Ramora

.

 Pour ce 1er semestre, les cours auxquels vous pouvez participer (selon places disponibles, se renseigner) :

Avec Rose :

– 14 et 28 mars,

– 18 avril,

– 2 et 23 mai,

– 6 et 20 juin

 

Avec Christine :

– 6, 7 et 27 mars,

– 10, 11 et 24 avril,

– 22, 29 et 30 mai,

– 12, 13 et 26 juin

 

Avec Françoise :

-13 et 25 mars

– 29 avril

– 6 mai

– 3 juin

Les coeurs de Brigitte

Chez Brige, on s’active pour la Saint-Valentin !

 

P1100854-ConvertImage

Coeurs à suspendre

 

N’est-ce pas qu’ils sont adorables les petits coeurs de Brigitte?

Vous en voulez encore?

 

P1100855-ConvertImage

Jolies suspensions

 

Mais aussi…

 

P1100860-ConvertImage

Si toutes ces jolies choses vous font envie, deux solutions s’offrent à vous : passer à l’atelier pour les acheter ou venir les confectionner vous même en vous inscrivant à l’avance auprès de Brigitte.

Tél : 06.64.73.44.03

L’ambiance à l’atelier est chaleureuse et vous serez accueillie avec le sourire! On vous attend…

 

Quelques unes des filles du groupe

Quelques unes des filles du groupe

 

 

 

Atelier du papillon bleu

19, Grande Rue

01600 Trévoux

Heures d’ouverture :

Mardi 8h30-12h / 13h30-18h

Vendredi 8h30-11h30

Samedi 8h30-12h / 13h30-18h

 

@ bientôt

Natacha Ramora

 

L’atelier des ABCDaires

Je pousse la porte de l’Atelier des ABCDaires en ce mercredi après-midi pluvieux de décembre. J’ai rendez-vous avec Véronique Maurin et sa soeur Bénédicte. Elles ont gentiment accepté de me consacrer un peu de temps dans leur nouvel atelier situé au 40, rue des Remparts d’Ainay, dans le second arrondissement de Lyon.

 

Véronique et Bénédicte Maurin

Véronique et Bénédicte

 

Je fais connaissance avec ce nouveau lieu, spacieux et moderne à la fois. J’ai en effet connu le précédent magasin de Véronique, au 34 de la même rue puisque,  comme j’ai pu vous le dire dans l’un de mes premiers articles, c’est dans cet atelier que j’ai découvert le patchwork auprès de Jacqueline Morel. L’ancienne boutique se présentait comme une caverne d’Ali baba où vous trouviez, au rez-de-chaussée, tout le nécessaire pour le patchwork, le point de croix etc…. avec des tissus à foison, du matériel, des kits; puis à l’étage, la partie atelier où se déroulaient les cours de Broderie, Patchwork, Bouti et Strapunto avec des intervenants extérieurs passionnés. Celles qui ont connu ce magasin se souviennent probablement comme moi combien il était difficile de flâner parmi les rayons sans avoir envie d’acheter un article, tout faisait envie!

logo atelier des abcdaires

Le nouveau magasin est différent, la surface est très grande avec une partie vente, une partie atelier et une partie expédition au fond de la boutique. La façon de travailler est différente aussi désormais. Depuis plusieurs années, L’Atelier des ABCDaires, c’étaient deux lieux de vente sous une même enseigne, l’une à Lyon, l’autre à Nancy. Mais Véronique m’explique combien cela devenait difficile de pouvoir tout gérer tant elles couraient toutes les deux après le temps! Elles n’avaient plus que très peu de disponibilités pour se parler au téléphone afin d’ échanger sur leur activité . Malgré la bienveillance partagée par chacune d’entre elles, difficile de soulager la charge de travail de l’autre. Plus de week-ends et des vacances toujours studieuses! Aujourd’hui, Véronique et Bénédicte ont changé la formule pour plus de souplesse en respectant le désir de la clientèle, fidèle depuis l’ouverture du premier magasin, il y a 25 ans. Elles ont donc gardé une partie vente directe le mercredi matin et le jeudi, en journée, sachant qu’une cliente de passage sur Lyon sera toujours reçue  un jour de fermeture si elle prévient nos commerçantes. Le reste du temps, elles ont mis en place des ateliers qui ont beaucoup de succès, font de la vente à distance, créent des patrons et des kits de patchwork et broderie ainsi que des blocs du mois (patchworks à thèmes réalisables sur douze mois avec abonnement).

 

Mais revenons à l’origine…

 

Tout a commencé par la passion de Véronique pour le point de croix; elle en faisait déjà au lycée. Une fois mariée, Véronique a vécu dans un village des Alpes de Haute Provence où la vie paisible permettait à son petit garçon de partir jouer tout seul avec sa copine habitant au bout de la rue. Son époux s’est vu proposer un poste à Lyon et lorsqu’il lui a annoncé, au téléphone,  elle lui a ri au nez, ne connaissant de notre ville que les embouteillages du tunnel de Fourvière ce qui, hélas, n’est pas le meilleur aperçu! Mais il a su la convaincre en lui proposant d’ouvrir une boutique de point de croix une fois sur place…

                         .    

http://mes-petites-croix.over-blog.com

Photo glanée sur le web à l’adresse suivante, très joli blog sur le point de croix : http://mes-petites-croix.over-blog.com

                                      

.

et ce fut ainsi le début de l’Atelier des ABCDaires en 1989, avec un petit magasin de 30m² dédié à cette activité. L’endroit était si exigu que Véronique a dû installer un système de ficelles pour des rangements en hauteur. Elle se souvient que la première cliente qui a poussé sa porte l’a incitée à vivre une belle aventure car elles ont papoté et cette dame est revenue quelques jours plus tard afin de lui prêter des revues américaines. Cela a donné l’idée à notre chère commerçante de répondre à la demande de ses clientes qui avaient envie de modèles différents que les traditionnels danois ou allemands. Elle a écrit à toutes les publicités parues dans les revues prêtées avec l’espoir de trouver des fournisseurs aux U.S.A. Une fois ses réponses en poche, elle est partie à la rencontre des entreprises lui ayant répondu, accompagnée de son frère, en effectuant un grand périple de 3000 kms à travers les Etats-Unis afin d’importer des modèles de point de croix américains.

.

forum95.free.fr

forum95.free.fr

.

Toujours à l’écoute de ses clientes, qui faisaient également du patchwork, elle a peu à peu vendu des tissus et des accessoires pour l’art du quilt. Puis elle est repartie pour un second voyage afin d’importer cette fois des tissus américains car, malgré la popularité montante du patchwork en France, la matière manquait.

.

The City quilter à New york, photo glanée par ici : http://verom.canalblog.com

The City quilter à New york, photo glanée par ici : http://verom.canalblog.com

.

C’est en 1996, année du Quiltexpo à Lyon organisé par l’Association Internationale de Patchwork,  que Véronique a intégré un local plus grand où de nombreux cours sont venus s’ajouter à la gamme des articles et services proposés, grâce à des intervenants extérieurs. C’est dans ce cadre que j’ai donc fait connaissance avec l’Atelier des ABCDaires et que j’ai découvert l’art du patchwork auprès de Jacqueline Morel.

 

Bénédicte, plus jeune que Véronique, a pris ses marques tout doucement au sein de l’entreprise en accompagnant d’abord sa grande soeur sur les salons. Puis, au début des années 2000, elle a ouvert la seconde boutique de l’Atelier des ABCDaires sur Nancy où elle a donné elle-même des cours de patchwork. Deux boutiques pour une même enseigne, deux commerçantes passionnées, beaucoup de travail et d’investissement personnel! Bénédicte me raconte combien elle aime enseigner mais aussi, sans renier nullement le patch machine qui demande, selon elle, un savoir-faire différent, combien le patchwork à la main peut être pratiqué par tout le monde, y compris par les personnes ayant des problèmes de santé handicapants pour le travail manuel. Il est malgré tout possible, dans ce cas, de confectionner un joli ouvrage. Elle m’explique enfin qu’elle prends bien soin de préciser le niveau demandé pour la réalisation de tel ou tel bloc du mois qu’elle crée, afin de ne pas frustrer une cliente qui ne parviendrait pas au résultat espéré, par manque d’expérience.

Aujourd’hui, Véronique et Bénédicte ne regrettent nullement leur choix d’avoir opté pour un seul magasin et une nouvelle formule. Très complémentaires, ces deux soeurs aiment travailler ensemble et cela se voit! Du magasin de Nancy, il reste un magnifique quilt surprise confectionné pour Bénédicte à l’occasion de son anniversaire par quelques clientes et de merveilleux souvenirs qui resteront chers à son coeur.

.

Le quilt d'anniversaire de Bénédicte

Le quilt d’anniversaire de Bénédicte

 

Détail du quilt 2

Bénédicte derrière sa caisse

   Détail du quilt 1 Détail du quilt 3

 Détails du quilt : le comptoir de coupe et devanture de la boutique
.

Mais c’est désormais vers l’avenir que notre joli « duo de choc » se tourne! A elles deux, elles fourmillent de projets! Elles ont déjà réalisé cinq livres et collaborent régulièrement avec Quiltmania et depuis peu avec SimplyVintage pour des créations de modèles. Vous pourrez les rencontrer dans leur jolie boutique au 40, rue des Remparts d’Ainay mais aussi  sur de nombreux salons dédiés aux Arts textiles.

Je remercie vivement Véronique et Bénédicte Maurin pour leur gentillesse et leur disponibilité! Durant l’interview, nous avons pu beaucoup échanger sur l’art de vivre qu’est le patchwork. N’hésitez pas à pousser la porte de l’atelier, vous y serez reçue chaleureusement!

http://www.abcdaires.com/

 

Je les remercie également pour l’exclusivité qui m’a été accordée de publier des photos du quilt anniversaire surprise sur mon blog, l’époux de Bénédicte ayant eu l’amabilité d’aller chercher l’ouvrage à leur domicile.

 

Voici les prochaines dates des salons sur lesquels vous pourrez les retrouver en 2015 :

* Du 18 au 22 novembre : Créations & Savoir-Faire, Paris Expo Porte de Versailles, Pavillon 6-8, Paris

* Du 9 au 13 décembre : Village de Noël, Chatenay-Malabry, France

Logo Chroniquepatchwork

                                                           

                                                                                                 N@tacha Ramora

L’atelier du Papillon Bleu de Brigitte Kremer, Trévoux

Brigitte Kremer

 

Lorsque l’on rencontre Brigitte pour la première fois, on se rend tout de suite compte que c’est une femme de caractère. Il se dégage d’elle beaucoup de force et de dynamisme. Pourtant, elle est comme nous toutes, sous la carapace il y a les blessures de la vie. C’est justement parce qu’elle traversait une passe difficile que le patchwork s’est imposé dans sa vie, comme une jolie flamme vive qui lui montrait le chemin. Tandis qu’elle achetait des rideaux dans un magasin de Salaise sur Sane pour redécorer son intérieur , elle a aperçu au fond de la boutique un petit groupe de femmes, aiguilles en main, en train de papoter gaiement autour de leur ouvrage, tout en quiltant. Brigitte s’est approchée, puis, est tombée dans la marmitte patchwork, définitivement! Avant ce coup de foudre, elle tricotait, brodait et faisait du patch sur polystyrène comme elle le dit elle-même, en habillant des boules de Noël et des chats.  De fil en aiguilles, si j’ose m’exprimer ainsi, elle a fait connaissance avec cet art.

Lorsqu’elle s’est installée en Auvergne, forte de son expérience grâce aux deux ateliers qu’elle avait fréquentés, elle a souhaité se lancer. Elle a décidé d’en monter un chez elle, à Marat. Les épouses des collègues de son ex mari sont venues, puis le bouche à oreille a fait le reste. Parallèlement, elle a monté un second atelier à la mairie de Tours sur Meymont et un troisième à la maison des associations de Billom.

Elle garde en souvenir de cette période l’ambiance chaleureuse qu’elle a su instaurer à Marat et à Tours-sur-Meymont et la fierté de parvenir à monter ces clubs. Elle a aussi particulièrement aimé la tendresse qu’engendre les Rounds robin, le principe étant de confectionner un ouvrage à plusieurs qui passe de mains en mains. On appelle capitaine la personne qui supervise tout ce beau travail . Outre le modèle à préparer comprenant des instructions claires, il y a le plaisir de travailler ensemble sur un même projet, de respecter et s’adapter au travail qu’aura fait la quilteuse nous précédant et de s’appliquer tout autant pour un beau rendu. Puis, vient  l’impatience de passer son travail à la quilteuse suivante pour la prochaine étape. Le round robin, c’est aussi une histoire de chaleureuse amitié féminine et de partage.

Revenons à notre chère Brigitte qui a dû continuer sa route avec un ultime déménagement pour venir s’installer dans le département de l’Ain. Elle a tout d’abord relancé son aventure en installant un petit atelier dans la mercerie d’Anse. Puis, le 1er décembre 2012, elle a ouvert son atelier-boutique, « le papillon bleu » à Trévoux. Elle y propose des prix attractifs pour nous transmettre l’art du quilt. Peu à peu, un groupe de passionnée s’est constitué au sein de sa boutique.

L'Atelier-boutique du Papillon Bleu

Dans cet atelier, nous quiltons, admirons le travail des unes et des autres, papotons, grignotons, buvons le thé, racontons des blagues, nous épanchons sur les difficultés de la vie. Une chose est sûre, l’ambiance au Papillon Bleu est toujours excellente. Une fois de plus, je dirai que le patchwork est histoire de femmes et d’amitié, ou tout du moins de lien social.

Si vous ne souhaitez pas vous lancer dans l’aventure quiltesque ni acheter de beaux coupons de tissus,  vous pouvez malgré tout venir au Papillon bleu où vous trouverez toujours un petit présent pour gâter vos proches : un sac, une trousse à maquillage ou à stylos, un plaid…….il y a foule d’idées cadeaux chez Brigitte.

Vous pouvez même lui passer une commande pour un cadeau unique, fait main, pour une occasion particulière: un plaid de mariage pour votre fille, une couverture pour votre petit-fils nouveau-né, une frise pour mesurer la taille de vos enfants. Brigitte trouvera avec vous le thème qui conviendra à la personne à qui vous souhaitez faire ce beau cadeau.

Elle se souviendra toujours des premiers modèles qu’elle a entièrement créés pour des clientes. Ce fut d’abord une demande d’ouvrage sur le thème de l’Afrique en 2007 pour un petit garçon se prénommant Noah .

Pour le petit Noah

La seconde demande vint par la suite d’une dame portant une affection toute particulière à son âne Napoléon et souhaitant l’immortaliser. Brigitte s’est donc rendue dans le pré de Napoléon afin de le prendre en photo pour le coucher sur tissu plus tard. La propriétaire de ce charmant équidé a eu une grande émotion lorsqu’elle a découvert le rendu patchwork de son animal.

l'âne Napoléon

Enfin, les demandes se sont enchaînées et Brigitte aime le coté créatif de cet art. Pour l’avenir, elle espère vivement prendre un local plus grand pour que nous ayons plus d’espace et qu’elle puisse recevoir davantage de quilteuses. Elle aimerait aussi organiser des stages pour les ados, qui, on le sait, portent de plus en plus d’intérêt aux  loisirs créatifs. Je souhaite donc très sincèrement à Brigitte de pouvoir réaliser ses projets afin d’entraîner toujours plus de monde dans son sillage.

Natacha Ramora