Rencontre avec Françoise Morot-Sir

J’ai publié une nouvelle de Françoise Morot-Sir sur mon blog il y a quelques semaines afin de vous la faire découvrir. Comme promis, je vais aujourd’hui vous présenter cette artiste au grand coeur.

Françoise Morot-Sir2

.

Françoise et l’écriture, c’est une histoire d’amour des mots qui s’est inscrit sur la durée car, adolescente, elle écrivait déjà des poèmes. Si, emportée par le tourbillon de la vie, elle a cessé d’écrire quelques années, sa passion créatrice s’est manifestée à nouveau par l’intermédiaire d’une demande qui lui a été faite. En effet, à 40 ans, lorsque ses enfants étaient encore scolarisés, on lui a demandé de bien vouloir animer un atelier conte. Elle s’est d’abord attelée à la tâche avec les contes qui ont bercé notre enfance. Mais lorsqu’elle n’a plus trouvé matière pour des histoires l’inspirant, elle a repris sa plume en retrouvant cette joie d’écrire qui l’habitait adolescente.

.

Un-écrivain

.

Elle a d’abord travaillé bénévolement dans les écoles pour animer des ateliers contes. Mais des problèmes de santé importants lui ont donné l’envie de s’investir davantage pour transformer  cette passion de l’écriture et de partage en activité professionnelle. Elle a donc créée son association, il y a 10 ans, afin d’avancer plus vite et de faciliter la paperasse administrative car le statut de simple vacataire dans les écoles était un peu complexe à gérer.

Contes, poèmes, slam, haikus et romans policiers, voici la large gamme d’exercices que Françoise propose à ces petits écrivains en herbe. Certains se prennent au jeu malgré eux, tel ce jeune garçon d’une école de quartier classé en ZEP. Au départ, il venait à l’atelier simplement pour « accompagner » son copain et ne voulait écrire qu’avec lui. Françoise lui a fait comprendre qu’il n’avait aucun intérêt à venir pour un autre, qu’il fallait qu’il se lance! Ce jeune homme sportif et un peu caractériel a pris son courage à deux mains pour laisser parler son imagination et il  a  été récompensé en gagnant le concours de « La caravane des 10 mots » avec cette création de mot : « Ailleuheureux » (qui ne peut être heureux qu’ailleurs). Ce concours, organisé par la DRAC, propose  « « d’aller à la pêche au sens des mots au-delà de leur propre définition, afin de montrer la richesse et la diversité que tout être humain porte en lui » à travers un projet aux multiples facettes : artistique, culturel, éducatif, linguistique et social. « 

http://www.caravanedesdixmots.com/accueil/le-monde-en-caravanes/

 

D’autres parmi ces élèves ont été primés et publiés pour ce concours. Puis, avec l’un des ateliers d’une école de La Mulatière, le concours des journaux scolaires a été gagné. Que de belles réussites avec ces jeunes écrivains !

Si Françoise m’avoue qu’elle ne voulait pas rentrer dans l’enseignement, elle reconnaît pourtant qu’elle était faite pour cela. Parallèlement aux ateliers d’écriture, elle s’est aussi occupé de la catéchèse de l’église de La Mulatière, Notre Dame du Roule. Elle avait son propre groupe et était  assistée de Françoise Jacquot, son amie de longue date – qui m’enseigne actuellement le patch machine chez Marie-Sol Gros, au Point de Croix-Rousse. A cette occasion il y a 20 ans, à l’aide de deux autres personnes et du groupe, elles ont réalisé un fantastique patchwork avec des chutes de tissus reprenant les fêtes catholiques. Françoise Jacquot m’explique que la rapidité d’exécution dont elles ont dû faire preuve pour tenir le délai de 4 semaines demandé les a obligés à être « précurseurs » de la technique de patchwork « appliqué collé ». Cet ouvrage de 3 x 3 mètres est resté longtemps exposé dans l’église de Notre Dame du Roule. J’ignore hélas s’il y est toujours car je n’ai pas eu l’occasion de m’y rendre, mais si d’aventures l’un de mes lecteurs ou lectrices habitait dans le coin et voulait bien me donner le renseignement, j’en serai enchantée !

.

.

appliqué collé

Technique d’appliqué collé, ouvrage trouvé chez adebleys.canalblog.com

.

Si Françoise Morot-Sir consacre surtout ces écrits aux enfants dans lesquels elle s’épanouie d’avantage, elle possède aussi quelques œuvres à destination des adultes. La nouvelle  » Petit conte en forme de coeur « , que je vous ai présentée il y a quelques semaines, fait partie d’un ouvrage qui met en scène l’écriture et la poésie, la calligraphie et le patchwork ! Elle s’est inspirée de patchs de Florence Chambe, de l’Atelier des cœurs, une autre de ses amies de longue date, pour les transformer en calligraphie. Le rendu est superbe et met en valeur la beauté de notre art ! Ce livre a été précédé d’une exposition. Vous pouvez suivre Florence Chambe dans le lien ci-dessous et connaître les salons auxquels elle participe en vous rendant sur sa page Facebook :

.

http://www.atelierdescoeurs.com/

.

Sur la gauche, les patchs de Florence qui ont inspiré les superbes calligraphies

de Françoise à droite :

.

.

                Patch1-ConvertImage Calli1-ConvertImage

 .

.

                    patch2-ConvertImage    calli2-ConvertImage

.

.

                       patch3-ConvertImage call3-ConvertImage

.

.

Françoise a choisi la voix de l’auto-édition pour publier ses livres car, vous vous en doutez sûrement, parvenir à se faire publier chez un éditeur est un parcours du combattant. Après plusieurs refus, elle a décidé de se lancer. Pour elle, c’était un acte de confiance en soi qu’elle accomplissait. Elle part du principe que parfois, on rencontre les bonnes personnes qui vous font confiance pour aller de l’avant. Nous avons échangé longuement les deux Françoise et moi-même sur le fait de savoir se mettre en avant ou pas. Pour notre auteure, il est clair que les auteurs ayant un fort égo percent souvent avant les autres, par contre, ils durent peut-être moins sur la longueur. Si elle est plus discrète que ces derniers, elle est en revanche tenace et croit en la magie des mots et en sa passion. Elle pense que toutes ses parenthèses autres que ces livres pour enfants ont été d’excellentes sources d’inspiration, que ce soit son livre « Poèmage et Graffirimes » ou les ateliers d’école ou de catéchèse. Ces bases de départ la rendent plus créative.

Voici les livres de Françoise Morot-Sir qui sont disponibles à la vente :

– «Voyage dans un livre de cuisine « ,

–  » Voyage dans la cabane magique »,

Enfin et surtout :

–  » Poèmages et graffirimes »

Un nouveau livre sortira à la rentrée.

Vous pouvez vous procurer ses œuvres :

– A la Librairie « 36 Grande Rue » à Saintes-Foy-Lès-Lyon,
– Chez « Tendance K », boutique salon de thé et déco à Francheville,

– A « La librairie des Canuts » de la Croix-Rousse pour le livre de  cuisine

Ou directement en lui écrivant un mail à l’adresse suivante : maislismesmots@gmail.com  

Vous pourrez  la rencontrer et vous faire dédicacer ses livres au 1er Salon du livre de Sainte-Foy-Lès-Lyon qui se tiendra le 22 novembre 2015 :

http://www.arald.org/articles/1er-salon-du-livre-de-sainte-foy-les-lyon

Enfin, si vous souhaitez suivre l’actualité de Françoise Morot-Sir, consultez sa page Facebook!

     @ bientôt,                 Logo Chroniquepatchwork

Natacha

bonne rentrée scolaire a nos petits loulous !
Publicités

« Petit conte en forme de coeur » de Françoise Morot-Sir

Désormais, pour gagner toujours plus en clarté et afin de vous donner des repères, chères lectrices et lecteurs, je publierai mes articles chaque mardi, dès la rentrée de septembre. Pour ces vacances estivales, je m’autorise, moi aussi, un rythme un peu plus cool (une publication par quinzaine) afin de profiter de mes vacances !

.

~~~~~~~~~~~~~~

Aujourd’hui, je vous propose de vous faire découvrir une auteure lyonnaise  rencontrée et interviewée il y a quelques semaines : Françoise Morot-Sir . Elle écrit surtout pour les enfants, mais aussi des poèmes et des nouvelles pour adultes. Je ne pouvais résister à l’envie d’attirer votre attention, chères lectrices quilteuses, sur cette jolie nouvelle où il est question d’amour : amour pour un homme, peine d’amour, amour de la vie…le tout joliment relié par un fil conducteur : Le Patchwork !

.

Françoise Morot-Sir

.
.
« Petit conte en forme de coeur »

 

En sortant de l’atelier, où elle avait posé, pendant tout un été, le coeur léger, pour un peintre au coeur d’artichaut qui venait de lui briser le coeur, elle s’emmitoufla dans son cache-coeur, déambula au hasard des rues pour calmer les battements de son coeur, puis se décida : installée sur un banc accueillant d’une petite place ombragée, au coeur de la ville, elle déroula la toile qu’elle lui avait dérobée, une toile sur laquelle il avait peint…  l’autre, une femme accroche-coeur, à l’origine de ses peines de coeur… Elle sortit de son sac des ciseaux aiguisés, et entreprit de découper, le coeur serré, la toile détestée, jusqu’à en faire des petits carrés, qui, en tombant sur le sol, formèrent un tapis coloré!

A ce moment-là, elle leva les yeux, et aperçut, dans la vitrine du magasin d’en face, des tableaux étonnants, façonnés avec une multitude de morceaux de tissus, qui créaient un univers attirant, rempli de coeurs, de fleurs et de couleurs ! Le magasin s’appelait …

« L’Atelier des coeurs »!

Elle ramassa ses petits morceaux de toile, et entra, le coeur plein d’espoir, persuadée d’avoir découvert le moyen idéal pour retrouver le moral. A l’intérieur, accueillie par des sourires chaleureux qui lui mirent du baume au coeur, elle admira les étoffes soyeuses, les fils, les décors, les broderies et les patchworks aux mille motifs, qui créaient un monde fascinant…

L’enthousiasme lui tournait la tête…

Voyant quelques personnes autour d’une table, découpant et assemblant du tissu, elle comprit qu’elle pouvait, elle aussi, créer du rêve et embellir la réalité :

Elle sortit de son sac les petits carrés de toile déchirée, et se mit à les réunir, jusqu’à obtenir un énorme coeur qu’elle entoura de fleurs et de rubans de toutes les couleurs…

L' »autre » avait disparu de la toile…

l’amertume avait disparu de son âme… Ce n’était même pas une vengeance, plutôt une métamorphose qui lui donnait le coeur léger, léger…

La joie avait repris le chemin de son coeur…

Elle se surprit même à avoir… le coeur à rire!

Du fond du coeur, elle remercia les personnes au coeur d’or qui animaient ce lieu magique où elle avait retrouvé le bonheur !

                                                                                                        Nouvelle de Françoise Morot-Sir

.

Dans quelques semaines, je ne manquerai pas de vous faire découvrir qui est Françoise Morot-Sir, une auteure au grand coeur…

.

.

~~~~~~~~~~~~

Vous trouverez ici les liens pour l’atelier des coeurs, qui, pour celles qui ne le savent pas, existe réellement. Vous pouvez  rencontrer  Florence Chambe sur de nombreux salons : 

Sur Facebook :

https://www.facebook.com/pages/LAtelier-des-Coeurs/545550372170551?fref=ts

Sur le web :

http://www.atelierdescoeurs.com/

.

                                                                                                    @ bientôt

Natacha Ramora                  Logo Chroniquepatchwork

L’apprentissage de Marlow – Conte de Noël – dernière partie

 

ciel céleste

 

 Il se secoua, pensant que la fatigue lui jouait un mauvais tour. Mais le visage de sa mère était toujours là, lui souriant tendrement. Alors il se dit que c’était peut-être le méchant lutin des bois qui lui faisait une farce. On racontait que ce vilain personnage, qui vivait au plus profond de la forêt, changeait les arbres de place pour que les promeneurs se perdent. Il pouvait prendre toutes les apparences qu’il désirait pour mieux tromper ses victimes :
– Va-t’en méchant lutin ! Va-t’en ! Tu ne vois pas que j’ai du chagrin ?
– Chuuut mon enfant ! Calme-toi ! C’est moi, c’est maman ! Chuuut !
– Maman !?
– Oui, c’est moi. N’aie pas peur !
– Mais ce n’est pas possible, comment peux-tu être là ?
– Disons que je suis ta bonne étoile désormais et que je veille sur toi à chacun de tes pas. Alors je suis là aujourd’hui parce que tu as besoin de moi.
– Merci ma petite Maman. Tu me manques tellement, c’est difficile de vivre sans toi tu sais ! Je crois que je ne fais rien de bien !
– Je suis pourtant si fière de tout ce que tu as accompli ! Tu as travaillé dur pendant ton apprentissage et à présent, tu es le nouveau renne du Père-Noël. Je trouve que c’est formidable. Tu ne dois pas te décourager, tu vas repartir et trouver ce village Marlow !
– Mais je suis perdu. Je n’y arriverai jamais, il vaut mieux que j’abandonne !
– Est-ce que tu as pensé à tous les enfants qui attendent demain matin avec impatience ?
– Oui, mais…
– Et tes amis qui sont dans la neige et le froid, blessés ?
– Oui maman, j’ai pensé à tout cela…
– Alors debout ! Si Père Noël t’a choisi, c’est qu’il était sûr de ton courage, tu dois lui prouver qu’il peut compter sur toi.
A cet instant, une raie de lumière vint effleurer la joue du petit renne et il ressentit comme un tendre baiser de sa maman. Puis, la neige rayonna, formant un sentier de mille lumières. Il était ému et il comprit qu’elle lui montrait la route. Il décida donc de repartir, qu’importe si le chemin était long et semé d’embûches, il devait bien cela à ses amis et à tous ces enfants qui les attendaient, les yeux écarquillés de bonheur et d’impatience. Après un court instant, il déboucha sur la grande clairière au bout de laquelle se trouvait le village de Santa-Claus. Dans la profondeur de la nuit, le petit bourg était tout illuminé : ici, une rue centrale bordée de beaux lampadaires qui rayonnaient ; là des guirlandes colorées ; là encore, des enseignes lumineuses.

santa-claus-village

Marlow avançait lentement à travers le village et il aperçut très vite la maison du docteur. Il y avait au-dessus de la porte, une énorme pancarte de bois où une inscription était gravée : Médecin-magicien, toubib en tout genre. Il s’agissait de la maison de M. Passe-Montagne. Notre jeune renne hésitait entre le soulagement et la peur car cet homme-là l’impressionnait énormément. Mais il devait réussir sa mission. Il frappa donc un grand coup sur la porte et quelques instants plus tard, celle-ci s’ouvrit avec fracas. Le grand bonhomme apparut dans l’encadrement en rugissant :
– Qu’est-ce que c’est ?…
– …
– Oh ! Mais je te connais toi ! Tu es Marlow, le jeune renne de Nicolas, n’est-ce pas ?
– Nicolas ?!
– Oui, enfin je veux dire Père Noël ! Ben que t’arrive-t’il mon garçon ?
– Il faut que vous veniez très vite ! Nous avons eu un accident !
– Ben alors ! Tu ne pouvais pas le dire plus tôt boudiou de boudiou ! Quelqu’un est blessé ?
– Père Noël est assommé et Julianna a mal à une patte.
– Morbleu !! Allez ouste ! Nous allons prendre mon ski-doo et tu me montreras le chemin !

Quelques instants plus tard, ils enfourchèrent le terrible engin qui brinqueballait tant et si bien que notre passager s’accrocha aussi fort qu’il le put pour ne pas tomber. Virage à gauche, virage à droite, sauts de bosses, la frénésie emportait M. Passe-Montagne aussi bien qu’elle avait emporté Père Noël quelques instants plus tôt. Heureusement ils arrivèrent sains et saufs sur les lieux de l’accident. Notre docteur se précipita aussitôt sur les deux blessés qu’il examina avec attention. Il appliqua une pommade réparatrice instantanée pour les os et banda solidement la patte de Juliana, puis parvint à réveiller son ami Nicolas en lui faisant boire une bonne rasade de sa fiole de whisky. Mais ce dernier était bien faible et pas en état de se tenir debout. Il avait besoin de plusieurs jours de repos pour soigner sa migraine et ses ecchymoses. Quelle catastrophe ! On ne pouvait pas repousser la tournée de Noël ! Que cela ne tienne, M. Passe-Montagne décida de ramener les blessés chez eux et de finir le travail à la place de son ami. Il les installa dans le traîneau endommagé qu’il attela tant bien que mal à son scooter des neiges et ils repartirent en pétaradant. Ce fut une nuit de Noël bruyante car on les entendait à cent lieues à la ronde !

Lorsque Père Noël fut au chaud dans son lit avec son bonnet de nuit et son ours en peluche (oui ! oui ! son ours en peluche !) et que Juliana s’endormit paisiblement entre les bottes de foin, le médecin-magicien et le jeune renne repartirent pour terminer le travail.

Le Père Noël dans son lit

Le Père Noël dans son lit

De nouveau, ils s’élancèrent dans les airs avec un énorme sac rempli de cadeaux et de friandises. Les enfants qui regardèrent par la fenêtre cette nuit-là se souviennent de cette folle équipée qui ne ressemblait en rien au Père Noël habituel ! Ils gardent toujours en mémoire ce souvenir extraordinaire ! Si bien qu’encore aujourd’hui, lorsque vient la nuit de Noël, ils guettent à leur fenêtre cet équipage merveilleux. Et comme personne ne les croit et qu’ils ont peur que l’on se moque d’eux, ils gardent ce secret pour eux. Alors petits enfants, si un jour vos papis ou mamies vous racontent cela, vous les croirez n’est-ce pas?

Père Noel en ski doo

Vous les croirez n’est-ce pas?

 

 

FIN

 

Je vous souhaite à toutes et tous d’excellentes fêtes de fin d’année et un JOYEUX NOEL !!

 

                                                                                                                                                                            Natacha Ramora

L’apprentissage de Marlow – Conte de Noël – seconde partie

Le Père Noël le tira de sa rêverie. Il avait revêtu  son grand habit rouge et tenait une belle hotte en osier dans ses mains. Habillé ainsi, d’un simple papy sympathique aux joues rouges, il se transformait en un personnage à la fois majestueux et magique.

 

Il avait revêtu son grand habit rouge

Il avait revêtu son grand habit rouge

 

Il lança un joyeux : « prêts les petits? ». Puis il monta à l’avant de son traineau et s’assit lourdement sur le siège de bois et de cuir patiné par les ans et la rudesse du climat scandinave. Au diapason, Marlow et Juliana se mirent en route, la peur au ventre et la joie au coeur. Le jeune renne partait enfin vers la grande aventure.

Il en rêvait depuis des années de cette grande tournée. Déjà, du temps de sa maman et tandis qu’il était encore tout petit, il restait ébahit et rêveur quand il la voyait si fière de prendre le départ. Il aimait tant voir briller les mille petites paillettes dorées dans ses yeux !

Le voyage fut fantastique. Quelle magie de trotter dans le ciel, parmi les nuages et d’apercevoir en bas les lumières des villes et villages éclairer chaque maison ! La première descente impressionna Marlow qui eut le sentiment que son cœur se soulevait dans sa poitrine. Le traîneau se posa délicatement sur le toit d’une petite maison de pierre dont la cheminée fumait joyeusement. Père Noël enfila sa hotte et chaussa ses lunettes cerclées d’or. Il relut alors rapidement la lettre de la petite fille vivant ici afin de vérifier que les cadeaux prévus correspondaient bien à sa demande. Pendant ce temps, Marlow s’interrogeait. Comment ce grand bonhomme rouge allait-il faire pour entrer dans le conduit de cheminée sans se brûler. Peut-être qu’en réalité, il entrait simplement par la porte ou qu’il enjambait une fenêtre ! Non, rien de tout cela ! Il sortit de sa poche un petit sac en tissu matelassé, y plongea la main et en ressortit une pincée de poudre verte qu’il jeta dans la cheminée. Comme par enchantement, le feu cessa et il se glissa dans le conduit.

 

Coloriage de Lola, ma petite puce

Coloriage de Lola, ma petite puce

 

Il posa doucement les cadeaux de l’enfant et bu la tasse de chocolat au lait qu’elle lui avait laissé près de l’âtre. Marlow n’en croyait pas ses yeux et affichait un air éberlué qui fit rire Juliana :
– T’as vu ça ?!
– Oui, oui !!! C’est impressionnant n’est-ce pas ? Lui répondit-elle en ouvrant ces grands yeux de biche.
– Ben…wouahhh ! C’est géant !

Il y avait là encore un grand mystère dut à la magie de Noël. Maman renne s’était bien gardée de lui conter tout cela et il comprit très vite qu’elle avait voulu préserver entier son émerveillement. Elle aimait tant le voir s’étonner d’un rien, rire de choses qui le surprenait.
Les cheminées qui fumait fébrilement, les milliers de lumières, les sapins brillants dans le noir succédaient les uns aux autres et la tournée s’effectuait tranquillement. Cette année encore, Noël ferait la joie des petits et des grands ! Père Noël, fou de joie et entrainé par la bonne humeur de son équipage poussa un grand cri de satisfaction en levant ses mains au ciel. Il en perdit ses lunettes qui étaient au bout de son nez, prêtes à tomber justement ! Et là ! Catastrophe ! N’y voyant plus rien, il se baissa pour les chercher au fond de son traîneau. Mais il déstabilisa l’engin qui alla s’écraser contre le plus grand sapin de la forêt :
– Wouchhhhhh ! fit le Père Noël.
– Aïeeeee ! fit le sapin.

L’équipage tomba au sol avec fracas en soulevant de grandes gerbes de neige. Dans les bois on n’entendit soudain plus rien. Chaque animal retenait son souffle et les arbres évitaient de faire craquer leur tronc. Marlow se releva avec peine et regarda autour de lui. Il s’approcha de Père Noël qui était étendu sur le sol, inanimé, puis de Juliana qui lui murmura faiblement que sa patte était très douloureuse et qu’elle ne pouvait pas bouger. Bien qu’il lui demanda de l’aide, elle ne trouvait pas la force suffisante pour réfléchir et trouver une solution. Que faire ? Il se sentait soudain seul et sans expérience. Il secoua le grand bonhomme rouge tout doucement d’abord puis avec plus de vigueur. Mais il n’obtint pas de réponse. Père Noël était assommé et ne répondait pas à son appel. Marlow sentit alors monter en lui un profond chagrin et une grande peur. Il fut secoué de sanglots, se mit à gémir, puis laissa enfin exploser ses pleurs qui finirent en un long brame triste et plaintif.

C’est alors qu’un lapin à fourrure blanche pointa le bout de sa truffe hors de son terrier pour voir qui faisait un tel raffut et osait réveiller ses lapereaux. Il s’approcha du jeune renne et le renifla, ce qui fit sursauter Marlow.

 

lapin-blanc
– Tu as l’air d’avoir beaucoup de chagrin jeune renne !
– Oui…snif…
Le lapin regarda longuement les débris éparpillés du traîneau et laissa échapper un sifflement de surprise.
– Whouaaaaah ! Ben dis donc ! Que s’est-il passé ici ? Un ouragan ? Qui es-tu ?
– Je suis Marlow, le renne du Père Noël. Nous venons d’avoir un accident. Il faut que tu m’aides à trouver un médecin pour soigner mes amis…et il faut aussi trouver quelqu’un qui puisse réparer le traîneau parce que les enfants nous attendent ! Nous devons repartir au plus vite !
– Attends ! Attends ! Moi je veux bien t’aider mais je ne peux pas laisser mes lapereaux seuls. Ils vont être inquiets. Réfléchissons un peu…voyons…hum…
Il s’approcha du traîneau, puis tenta de réveiller le Père Noël, mais n’y parvint pas. Juliana releva la tête avec peine et chuchota faiblement qu’elle avait très froid. Des larmes roulaient le long de sa truffe pour se perdre dans son pelage.
– Tes amis ont l’air d’avoir très froid, il faut se dépêcher de les réchauffer. Voici ce que je te propose jeune renne, mes petits et moi nous nous occuperons de tes amis pendant que tu iras chercher du secours.
– Chercher du secours ? Moi ? Tout seul ?
– Oui, toi…tout seul !
– Mais je ne connais pas la forêt, je vais me perdre ou mourir de froid. Et puis où dois-je aller ?
– Tu dois traverser entièrement le bois puis la grande clairière enneigée au bout de laquelle tu apercevras le village de Santa-Claus…
– Le village de Santa-Claus ?!
– Oui, oui, le village de Santa-Claus ! Dans la grande rue, cherche une belle enseigne dorée, tu trouveras les secours dont nous avons besoin.
– D’accord mais…
– File jeune renne et presse-toi car le temps nous est compté…allez ouste !
Marlow s’approcha de son amie pour la rassurer et lui dire qu’il reviendrait très vite, puis il s’ébroua en faisant voler autour de lui la neige accrochée à son pelage et s’élança dans les airs. Pendant ce temps, le beau lapin blanc et ses lapereaux entouraient Juliana et le Père Noël pour les réchauffer de leurs fourrures et de leurs souffles tièdes.
Il galopa longtemps à travers la forêt, rencontrant des résineux, tous plus hauts les uns que les autres, quelques oiseaux cherchant de la nourriture et un énorme ours brun qui avait oublié d’hiberner tant il était affamé. Pendant un instant, enchanté par le spectacle qui s’offrait à ses yeux, il avait oublié sa peur. Mais hélas, il avait aussi oublié les recommandations du lapin blanc et ne trouva pas la clairière enneigée. Il ralentit l’allure tout d’abord, puis il s’arrêta au pied d’un grand sapin, épuisé et les pattes douloureuses. Il espérait se reposer un instant et rencontrer un habitant de la forêt qui lui indiquerait son chemin. Mais il ne vint personne, les lieux étaient silencieux et lugubres. Quant aux arbres, ils étaient si rapprochés les uns des autres qu’aucune étoile n’était visible. L’endroit était si sombre ! Le courage de notre jeune renne s’envola rapidement, le laissant tremblant de peur. Il erra un moment, s’avançant avec prudence dans le bois, mais il se perdit davantage. Aucun bruit, aucune lumière dans ce lieu sinistre ! Il se remit à pleurer en silence, se demandant comment il pouvait retrouver son chemin et sauver ses amis. Il ne voyait aucune solution ! Par sa faute, les enfants n’auraient pas de cadeaux cette année et Père Noël et Juliana mourraient de froid ! Quel désastre ! Il allait en faire des malheureux !

Tout à coup, une lumière très vive traversa les arbres et illumina une partie du bois, une lumière céleste !

 

blue-night-sky

 

Marlow, surpris, fit un bond de côté. Il écarquilla les yeux lorsqu’il crut apercevoir une image très floue dans la lumière, un renne avec des bois magnifiques, de grands yeux affectueux, une truffe humide…sa maman ?! …………………..

 @ suivre

 

Natacha Ramora