Monique Bonnet-Imbaud

C’est avec une grande admiration que j’ai pu échanger,  il y a quelques semaines de cela, avec Monique Bonnet-Imbaud pour une interview dont je rêvais depuis longtemps. Monique s’est fait peu à peu un nom dans le monde du patchwork. Les salons n’ont d’ailleurs plus de secrets pour elle puisqu’elle  a participé au  « Magic Quilt Expo » à la sucrière en tant que responsable artistique mais aussi et surtout, parce ce qu’elle a créé « Quiltexpoenbeaujolais ».  Peut-être l’avez-vous connue également comme  rédactrice en chef de Magic Patch ou en tant que responsable de JM Quilt & Art? Cette passionnée aime mettre en avant l’art du quilt et le transmettre à travers les divers réseaux qui l’entourent. Elle est venue au patchwork tout naturellement dans sa jeunesse.

..

Après avoir appris à coudre avec sa grand-mère, elle a commencé à se confectionner des accessoires en rapiéçant  et en récupérant des tissus. Elle avait déjà une  passion pour le textile et les étoffes.  Elle a ensuite intégré un club de patchwork, il y a plus de 30 ans de cela. Si elle a tout d’abord appris le traditionnel à la main, très vite, elle a acquis une machine à coudre afin de gagner du temps pour la confection. Possédant de bonnes bases par ses amies du club, elle s’est aidée des quelques livres qu’elle a pu trouver – à l’époque, en anglais- abordant les ouvrages à la machine. Déjà, elle faisait ses propres croquis, y compris pour l’appliqué, en restant dans des motifs basiques.

Une fois la technique à la machine maîtrisée, elle a rapidement animé des cours, tout d’abord en bénévolat. Elle a ensuite enseigné dans les MJC.  Elle a fait quelques  remplacements dans des magasins de tissus, ne travaillant pas de manière régulière, mais en fonction des changements de postes de son mari.

Lorsqu’elle est arrivée dans la région lyonnaise, elle a eu la belle opportunité de trouver un emploi aux Editions de Saxe pour le magazine « Magic Patch ». Dans un premier temps, elle détaillait les explications des modèles, un domaine dans lequel elle excellait. Puis, rapidement, elle est devenue rédactrice en chef et a pris en charge la revue dans sa totalité.

.

Parallèlement, elle  a participé, avec les Editions de Saxe,   à l’organisation du salon Magic Quilt Expo à “La Sucrière” de Lyon durant quelques années, en tant que responsable artistique.

.

La sucrière, Lyon

.

En 2007, elle a quitté les Editions de Saxe et a monté sa propre entreprise : JM Quilt & Art. Ayant découvert les Jellys rolls sur les salons aux Etats-unis, elle a décidé d’en importer puis de les fabriquer. Elle a été la première en France à commercialiser ces bandes de tissus avec lesquelles nous pouvons faire de merveilleux ouvrages. Elle a ainsi fait de nombreux salons aux quatre coins de France et est aujourd’hui la seule à proposer à la vente les bandes d’entoilage qui servent à la confection des paniers pour le tissage en rolls qui ont tant de succès.

.

Source : charmaboutyou.com

Source : Missouri Star Quilt Co

.

Elle a également mis à profit son expérience dans le monde de l’édition pour faire paraître quatre livres, deux dont elle est l’auteur et deux autres dont elle est l’éditrice et la rédactrice  :

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Avec son départ des  Editions de Saxe, l’expo à la sucrière a pris fin également. C’est  la raison  pour  laquelle  Monique  a  décidé  de monter un  nouveau  salon : « Quiltexpoenbeaujolais »,  afin de continuer l’aventure extraordinaire que représente la création d’un tel évènement. Elle possédait un carnet d’adresses conséquent et les artistes lui ont fait confiance. Les débuts furent  assez lourds en logistique puisqu’elle a géré quasi-seule toute la mise en place. Lors des deux premières éditions de 2010 et 2011, le salon s’est déroulé dans les superbes caves voutées de l’ancien chaix du Domaine des « Douzes Communes » à Anse, avec un espace commercial sous chapiteau.

.

Caves de l’ancien chai

.

Mais, forte de son succès, cette exposition internationale a dû s’installer dans un lieu d’accueil plus grand qui puisse à la fois recevoir les visiteurs de plus en plus nombreux,  les artistes invités et leur permettre d’exposer leurs oeuvres, ainsi que tous les stands commerciaux. C’est donc le Parc Expo de Villefranche-sur-Saône qui a été choisi. Au vu de l’essor de son salon et de l’implication considérable que cela demandait, Monique bonnet l’a transformé en biennale, un rendez-vous tous les deux ans très attendu des quilteuses de la région. Aujourd’hui, elle a créé une association nommée « B&B Art Textile » où huit personnes gèrent toute la logistique nécessaire au bon déroulement de cet évènement. Le prochain quiltexpoenbeaujolais aura lieu du 11 au 14 avril 2018 et soyez sûres que cette édition sera encore plus fantastique que les précédentes. Pendant que nous autres, simples quilteuses, attendons sagement la prochaine cuvée, on s’active déjà fortement en coulisses chez B&B Art Textile pour la venue d’artistes qui vont vous émerveiller et vous émouvoir.

.

.

Comme je vous le disais il y a peu, aujourd’hui,  Monique Bonnet reprend son poste de rédactrice en chef du Magic patch. Elle est donc aux commandes de ce nouveau numéro, le 128, qui sort ces jours-ci. Une nouvelle formule très colorée et totalement revisitée qui vous donnera mille envies.

.

Magic patch nouvelle formule!

.

Comme toujours, Monique se lance dans l’aventure avec beaucoup d’implication. Je perçois en elle cette grande capacité de travail qu’elle possède. Elle est désireuse de donner une nouvelle impulsion à cette revue qu’elle avait déjà portée quelques années auparavant. Si elle respecte le patchwork traditionnel, elle souhaite axer le magazine vers le patchwork contemporain : les couleurs, les designs différents, l’originalité. Pour elle, il ne doit pas être confondu avec l’art textile qui se distingue et qui est sans doute plus libre. Ce qu’elle aime dans le quilt contemporain, ce sont le travail avec d’autres tissus et le quilting machine qui donne un très beau résultat. Elle est d’ailleurs admirative des ouvrages confectionnés par les  américaines et elle se réjouie de voir que les quilteuses anglo-saxonnes tout comme les allemandes ou les suisses s’y mettent également. Elle a une profonde envie de partager cet univers du quilt contemporain avec les lectrices de Magic Patch, tout en gardant bien sûr un intérêt pour le traditionnel.

.

.

Toutefois, de cette nouvelle trajectoire découle un choix qui attristera certaines d’entre vous. En effet, Monique Bonnet cessera son activité « JM Quilt & Art » d’ici peu puisqu’il est impossible de tout mener de front, vous l’imaginez bien! C’est pourtant sans regret qu’elle ferme boutique, son site de vente internet et les déplacements sur les salons demandant beaucoup de manutentions et de tâches répétitives, sans compter la lourdeur de la législation française face aux commerçants. Elle est heureuse de poursuivre son chemin dans le monde du patchwork pour lequel elle travaille depuis plus de trois décennies. Elle vous donne rendez-vous dans les nombreux « Magic Patch » à venir, mais aussi dans les futures éditions de son formidable Quiltexpoenbeaujolais qui fait notre fierté.

.

Je remercie vivement Monique Bonnet-Imbaud de m’avoir accordé sa confiance pour cette interview. Je lui souhaite encore plein de belles réussites pour nous emmener toujours plus loin dans les découvertes techniques et artistiques.

Natacha Ramora

Mars 2017, quelques expos près de chez nous et un peu plus loin

Mes chères quilteuses et couturières, voici  quelques sorties pour ce mois de mars susceptibles de vous faire abandonner vos ouvrages un instant pour dénicher des petites merveilles qui aiguiseront votre esprit créatif !  Les évènements sont classés du plus rapproché au plus lointain pour vous faciliter la lecture et vos prévisions de sorties éventuelles.

.

Loire sur Rhône (69)

loire_avec_elles

.

Teyran ( 34)

affiche_puces_2017

.

pierrelatte (26)

patchwork-pierelatte

.

eyzin pinet (38)

vide-grenier-loisirs-creatifs-eyzin-pinet_l_155088

Source : vide-greniers.org

.

Lamontgie (63)

puces-couturieres-et-loisirs-creatifs-lamontgie_l_177035

Source : vide-greniers.org

.

.

saint Georges de commiers (38)

saint-georges-de-commiers-salon-patch-aiguilles-2017

.

.

Si vous souhaitez que je diffuse votre annonce d’expo, merci de me les adresser par mail au format JPEG ou PDF avant le 20 de chaque mois pour le mois suivant. Merci de respecter ces simples consignes pour vous assurer que je puisse mettre vos demandes à temps sur le blog 🙂   N’hésitez pas à  diffuser ce message aux personnes et clubs qui peuvent être intéressés!                Mon mail : chronique.patchwork@yahoo.fr 

.

à bientôt,

N@tacha Ramora

Février 2017, Quelques expos et puces près de chez nous et résultats du concours…

Bonjour à toutes et tous,

un-petit-bout-de-filTout d’abord voici les résultats du concours lancé il y a une dizaine de jours pour gagner ce livre de Sabine Benoit : « Un petit bout de fil ».  Vous n’avez pas été très nombreuses à trouver le courage de vous lancer dans des recherches sur le blog, celles qui ont participé ont donc multiplié leur chance de gagner!

Bravo à   Monique Van D. de Riom, dans le Puy-de-dôme, qui recevra son livre d’ici quelques jours et merci à elle d’avoir concouru!

 

 

Place maintenant aux quelques sorties de février susceptibles de vous faire abandonner vos ouvrages un instant pour dénicher des petites merveilles qui aiguiseront votre esprit créatif ! Je n’ai pas eu connaissance d’expos particulières, uniquement des puces des couturières et des salons pour ce mois-ci. Les évènements sont classés du plus rapproché au plus lointain pour vous faciliter la lecture et vos prévisions de sorties éventuelles.

 

Puces des couturières à Suze-la-Rousse,

le 5 février, dans la Drôme :

puces-des-couturieres-suze

.

.

Fête de la laine les 11 et 12 février à Crest,

dans la Drôme :

fete-de-la-laine-crest

.

.

Salon des Loisirs Créatifs 11 et 12 Février

salon-saint-galmier

.

.

Puces des couturières le 11 février 2017 à

Saint Cergues, Haute-Savoie :

saint-cergues-puces-couturieres-2017.

.

6ème pucier des couturières à Voreppe

Le 19 Février 2017 L’arrosoir (517 Rue de Nardan):

pucier-voreppe.

.

.

Expo-vente à Pfastatt (68), le 26 février 2017 à

la salle polyvalente, de 10 h à 17h :

 

pfastatt_2

Un grand merci à Estelle Lacker, notre quilteuse voyageuse, de m’avoir procuré une affiche digne de ce nom!

.

Et dans l’Héraut, à Teyran, l’association « Un point c’est tout »

prépare elle aussi ses puces pour Mars

affiche_puces_2017

.

Si vous souhaitez que je diffuse votre annonce d’expo, merci de me les adresser par mail au format JPEG ou PDF avant le 20 de chaque mois pour le mois suivant. Merci de respecter ces simples consignes pour vous assurer que je puisse mettre vos demandes à temps sur le blog 🙂   N’hésitez pas à  diffuser ce message aux personnes et clubs qui peuvent être intéressés!                Mon mail : chronique.patchwork@yahoo.fr 

 

IMGP5016

Je vous donne rendez-vous le mardi 7 février pour un nouvel article qui vous réchauffera !  😉

N@tacha Ramora

 

 

Carrefour Européen du patchwork, Sainte-Marie aux Mines, édition 2016

Chères lectrices et lecteurs, certains et certaines d’entre vous m’ont signalé ne plus pouvoir agrandir mes photos. Mon hébergeur WordPress a fait des modifications sur la mise en page des blogs. Mais après quelques recherches sur les forums,  j’ai trouvé comment résoudre cet incident. Je vous demande donc un peu de patience car cela nécessite de reprendre les photos de tous mes derniers articles. Merci de votre compréhension, je fais au mieux pour vous satisfaire ! 🙂

~~~~~~~~~~~~

Carrefour Européen du patchwork, Sainte-Marie aux Mines, édition 2016

.

Afin d’être en accord avec la nature en ce début d’octobre, il me semblait naturel de vous présenter pour commencer  une oeuvre qui évoque les vendanges, le dur labeur des hommes.

.

imgp6048-convertimage

.

Si ce tableau m’a plu, c’est qu’il évoque pour moi une partie de mon enfance puisque j’ai grandi en Ardèche Méridionale, dans un joli petit village du nom de Vinezac, entouré de vignes. L’époque des vendanges reste pour moi un souvenir attendrissant, nous regardions le ballet interminable des tracteurs  déversant leurs récoltes  dans les cuves où elles étaient immédiatement broyées sous nos yeux ébahis.

.

vignes-et-cypres-vinezac

Vinezac

http://www.vinezac.fr/

.

Puis, un petit tour de shopping amusant avec un tableau  de la vie quotidienne, les cabas du marché. La petite touche insolite, ce sont de vrais légumes : carottes, courgettes….

.

imgp6036

« shopping », Eva Hake, Danemark

.

.

Quiltmania

L’exposition de Quiltmania m’a fait grande impression : patience, finesse et harmonie des couleurs! De nombreux ouvrages à admirer :

.

imgp6022-convertimage

.

imgp6023-convertimage

.

 imgp6019-convertimage

.

.

Les quilts de reconfort de l’église Saint-Nicolas

Dans ce lieu de culte étaient exposés des quilts de réconfort cousus par des femmes Mennonites à destination de personnes en détresse au Pays-Bas. Ainsi, le quilt ci-dessous évoque l’investissement personnel de An Keuning-Tichelaar :  » Pendant les années de guerre, cette Mennonite néerlandaise recueillit des enfants affamés, des juifs dans la clandestinité et des résistants fuyant le nazisme et après la guerre, des Mennonites qui s’échappaient de l’Union Soviétique. Au Canada et aux Etats-Unis, des femmes cousaient des quilts pour les distribuer après la guerre aux familles et aux communautés de l’Europe détruites par les combats… » (Carrefour Européen du Patchwork 2016).

Toutes ces familles ont sauvé des personnes, souvent au péril de leur propre vie…

.

imgp6026

.

.

Dears Jane de toute beauté

.

imgp5982-convertimage

« Dear Jane meets Kaffe Fassett », Françoise Nigeon, Belgium

.

imgp5986-convertimage

Dear Fynn (Dear Hannah) de Del Caskey, Canada

.

.

Des portraits saisissants !

.

imgp5989-convertimage

« Monica », Lager Malin, Suède

.

imgp5991-convertimage

« Ola » de lager malin

.

imgp5993-convertimage

« Emelie 1 » de Lager malin

.

CONVERSATIONS AVEC LES PIERRES

.

imgp6002-convertimage

« Monastery of Glendalough », Denise Labadie, USA

.

imgp6007-convertimage

« Irish Churh Ruin », Denise Labadie, USA

.

souvenirs de vacances

.

imgp6045-convertimage

« Foto di gruppo a Central Park », Maria Luisa Command, Italie

 

Defi

Je terminerai par une petite touche originale. Voici une quilteuse en partance pour battre le record du monde, qui est, à l’heure actuelle de 123 200 pièces. Annie Agius parlait de son ouvrage avec beaucoup de passions et de patience, ce dont elle est armée, cela ne fait aucun doute!

.

imgp5967

« Multitude », 105 000 pièces, Annie Agius, France

.
imgp5977

Atelier des Abcdaires

je vous donne rendez-vous mardi 18 octobre   (troisième mardi du mois) pour vous conter les   nouvelles aventures de l’atelier des abcdaires.  

N@tacha Ramora  

~~~~~~~~~~

Chères amies quilteuses, une nouveauté à venir sur le blog : dorénavant, à chaque début de mois, le premier jour du mois pour être précise, je vous propose de diffuser vos annonces d’expositions, de salons et d’Art textile de la région Rhône-Alpes-Auvergne que vous voudrez bien me faire passer. Pour ce faire, merci de m’adresser par mail vos annonces au format PDF avant le 20 de chaque mois pour le mois suivant. Merci de respecter ces simples consignes pour vous assurer que je puisse mettre vos demandes à temps sur le blog 🙂                           

N’hésitez pas à  diffuser ce message aux personnes et clubs qui peuvent être intéressés!                                                                                                         mon mail : chronique.patchwork@yahoo.fr 

Quiltexpoenbeaujolais

Quiltexpoenbeaujolais vient de refermer ses portes après 4 jours, temps durant lequel des visiteurs passionnés se sont attardés devant les oeuvres exposées mais aussi devant les stands des commerçants et artistes de l’art textile.

Je vous propose un petit tour d’horizon, sachant que j’ai sélectionné mes coups de coeur et que ce compte rendu se limite à quelques oeuvres. En effet, comment retranscrire ici la totalité de ce que j’ai vu?

Prêtes Mesdames? Prêts Messieurs? Allons-y……

 

 

Challenge textile international

« Costumes et traditions du monde »

.

Présenté pour la seconde fois en France, ce challenge a déjà été montré dans de grandes expositions au Japon ou en Corée.

Il a été lancé par le Japon et la France avec en pays invité la Corée du sud. Quatre-vingt dix tableaux textiles de 50 x 50 cm crées par 90 artistes (30 artistes par pays) pour 30 sujets différents sur le thème de « Costumes et traditions du monde ». Des techniques variées ont été employées, le but étant que le tableau reste à prédominance textile.

.

IMGP5023

IMGP5032

 

.

IMGP5024

« Touaregs », An Ka Young, Corée du Sud. Costume saharien traditionnel. Techniques d’images et de peinture à l’aiguille.

.

 

.

 

IMGP5026

« Blue Jeans » de Kim Jung Mi, Corée du sud.

Kim a souhaité mettre en avant l’ouest américain et quelques symboles tels que le jean et le chapeau de cow-boy. Ce tableau m’a immédiatement attirée par sa gaieté et sa représentation des USA que j’affectionne tant.

.

 

IMGP5030

Kim Mijung, Corée du Sud.

Représentation de l’Alsace tel un conte de fée pour petites filles

 

 

..

.

Kimono-japonais-ConvertImage

Nelly Backes, France. « Kimono of my dreams »

L’artiste a été frappée, un jour de l’année 1984, par la vision, à Tokyo, d’un grand-père et de 2 enfants dans de superbes tenues. Elle a voulu rendre hommage à cet instant qui lui a laissé un souvenir impérissable.

.

.

.

IMGP5035

 

.

Quilters Mexico

Mayan culture challenge

Au début simple petite expo locale initiée par des quilteuses mexicaines, l’exposition « Patchwork et quilts » n’a eu de cesse de grandir. Cette année 2016 aura vu la 8ème édition  de cette expo désormais internationale.

Quiltexpoenbeaujolais dévoilait ici la toute nouvelle collection « Mayan Culture ».

 

.

Oiseaux-dieux-ConvertImage

 

Claudia Gonzales Arce Brilanti « Oiseaux sacrés Mayas »,

Brodé à la main, appliqué et patchwok.

 

 

 

.

 

cit-du-soleil-levant-ConvertImage

  Gethyn L.Soderman, « La cité du soleil levant ». Appliqué et quilt à la machine.

 

 

 

 

 

.

IMGP5046« Quetzalcoalt », Arturo Aranda: Design et réalisation / Sissi Gutiérrez : Réalisation et quilting mains-libres / Veronica Toledo : Réalisation

Quetzalcoalt, le serpent à plumes, a joué un rôle prépondérant en tant que symbole dans l’ancienne conscience mexicaines des Aztèques, Mayas et autres cultures. Il était un homme dieu.

.

 

Quelques Oeuvres du SAQA (Studio Art Quilt Associates)

 

IMGP5048Janice Stevens, Thaïlande, « Urban transportation »

Ce tableau démontre le passage du temps par l’obsolescence d’un Rickshaw qui a été remplacé peu à peu par  des engins motorisés et qui est, par conséquent, devenu rare.

 

.

IMGP5050-ConvertImage

Teresa Barkley, USA, « The triangle »

Ce tableau symbolise « The triangle Shirtwaist Factory », une usine de New-York qui fut dévastée par le feu en mars 1911 et où 146 ouvriers trouvèrent la mort.

 

 

.

.

« L’âme de la Russie »

par l’Association des Quilters Russes. 

 

Ce projet a réuni des créatrices russes pour montrer à travers leurs oeuvres les qualités de l’âme telles que bonté, générosité, ouverture…

Les créatrices russes aiment expérimenter des techniques innovantes et des matières nouvelles. Leur couleur favorite est le rouge le plus éclatant. Le mot « Krassnyi » (rouge) a la même racine que « Krassivyi » (beau) et leur signification est très proche. Parmi les 25 quilts présentés, voici quelques-uns de mes coups de coeur. J’ai réellement été bluffée par la minutie et la beauté de ces oeuvres splendides.

.

.

IMGP5058

.

IMGP5060-ConvertImage(1)

 

IMGP5061-ConvertImage

.

.

Cette année, malheureusement, j’ai manqué de temps pour m’attarder longuement dans les allées, trop prise par mon travail. C’était la seconde fois que j’assistais à ce salon. Malgré tout, je fus bien heureuse de revoir certaines artistes que j’ai interviewé il y a quelques mois telles qu’Emmanuelle Carré-Briand, « d’Alice and co » ou Florence Chambe de « l’atelier des coeurs ».  J’ai eu aussi, pour cette édition 2016, le grand privilège de pouvoir interviewer Jacques Légeret spécialiste de la communauté Amish et grand collectionneur de leurs quilts. Rendez-vous donc prochainement pour une belle ballade totalement hors du temps et des frontières de notre monde moderne.

.

IMGP5082

Jacques Légeret, Quilt-expo-en-Beaujolais 2016

@ bientôt pour un nouvel article,   

Natacha Ramora 

« Tissus et Lin en pays d’Aude », le petit salon qui monte!

affiche-salon-pexiora-2016

L’an dernier, pour ceux et celles qui me suivaient déjà, peut-être vous souvenez vous de l’interview de Geneviève, de l’association « La passion au bout des doigts », auteure du blog du même nom? Je vous avais emmené, le temps de quelques lignes, vers Pexiora, un petit village du Sud-Ouest à l’accent chantant.

.

Carte-situation-Pexiora

.

Si vous ne vous en souvenez pas ou si vous êtes une toute nouvelle lectrice ou lecteur, voici un résumé de ce que peuvent entreprendre une petite poignée de personnes motivées, afin de verser des fonds à des oeuvres caritatives touchant le monde de l’enfance, mais aussi pour faire vivre un village le temps de deux longs week-ends annuels très prisés !

Tout a donc commencé il y a plus de 20 ans, lorsque le « sou des écoles » de Pexiora a eu la bonne idée de mettre en place le « Week-end des créateurs ». Les enfants ont grandi et l’équipe de départ a cédé les fauteuils à d’autres parents d’élèves afin de monter de son côté l’association « La passion au bout des doigts », tout en conservant le week-end des créateurs. Cette année, je vous propose de vivre le salon « Tissus et Lin en pays d’Aude » du point de vue d’Annie la secrétaire, de Sylvie l’intendante, de Guy le Président et enfin de Jeannine, l’une des précieuses petites mains.

Le-bureau1

Guy (dit Guitou) et ses Guitounettes : au premier rang, de gauche à droite : Claudie, Jeannine et Annie. Derrière, de gauche à droite : Guy, Sylvie, Lydie, Esther et Geneviève

 

Annie-ConvertImageAnnie, la secrétaire, fait partie de l’équipe d’origine du « sou des écoles » elle est donc présente depuis une bonne trentaine d’années! Tout comme Geneviève, les enfants ont grandi mais elle est restée engagée lorsque l’association a vu le jour, en conservant son poste de secrétariat. Il y a 7 ans , l’idée de proposer un salon sur le thème du fil a pris corps et dans moins d’une semaine aura lieu la 7ème édition. Tout le groupe est dans les starting-blocks et Annie m’en parle avec plaisir. Le salon draine à peu près 2 300 visiteurs par an. Hélas, la salle est petite et elle m’explique que cette année, ils ont renouvelé un tiers des exposants qui viennent parfois de très loin pour se rendre à Pexiora :

.
Carte-des-exposants-2016-ConvertImage

Source : « La passion au bout des doigts », document réalisé par Domi

.

Geneviève et Sylvie m’ont toutes les deux vanté les qualités d’Annie qui fait un travail de fond extraordinaire en tant que secrétaire et qui est l’un des piliers de l’association. Pour Annie, ce qui compte, c’est la bonne entente qui règne au sein du groupe mais aussi la convivialité du salon « Tissus et Lin… ». Elle n’est pas une couturière dans l’âme ; pour elle, pas de point de croix ni de patchwork, simplement l’envie de continuer l’aventure et le plaisir de voir de belles choses sur le salon. Elle me confie d’ailleurs que le thème du concours de cette année était les 4 saisons et que le bureau a déjà voté pour les trois ouvrages sélectionnés. Ce sera bientôt au tour des exposants de faire leur choix avant l’ouverture du salon.

 

Sylvie-ConvertImageSylvie, l’intendante,  est elle aussi issue de l’équipe de départ qui gérait le « Sou des écoles ». Elle comptabilise derrière elle environ 25 ans d’implication dans l’aventure. Elle souligne l’importance des dons destinés à l’enfance  mais elle met aussi en avant le fait que « La passion au bout des doigts » fait travailler les commerçants du village.

Elle déplore un peu le manque de nouvelles recrues qui apporteraient d’autres idées et quelques mains supplémentaires. C’est le souhait de toute l’équipe d’avoir de nouveaux membres. Il faut bien reconnaître que pour le salon « Tissus et lin en pays d’Aude », le succès est grandissant d’années en années. Les exposants sont de plus en plus nombreux à demander à être présents sur ce petit salon qui monte. Mais, comme je vous l’avais expliqué l’an dernier, la salle ne peut en accueillir que trente. Un roulement, instauré par l’association, permet à chacun de venir  une année sur deux à Pexoria. Mais victime de son succès, les membres envisagent peut-être le passage à une année sur trois pour répondre à la demande de nouveaux créateurs. Sylvie m’explique que bien que Pexiora ne soit pas la vitrine qu’apporterait un grand salon comme celui de Toulouse, les exposants arrivent à rentrer dans leurs fonds car ici, le mètre linéaire est dérisoire.

Pour ce qui est de l’organisation, elle me parle de l’investissement de chacun et met en avant l’aide précieuse  des filles de « Tchatche et petits points », le club de patch, broderie et cartonnage du village qui, pendant les trois jours du salon, aident du mieux qu’elles peuvent pour la logistique. Elles prêtent aussi leurs ouvrages pour que l’estrade de ce rendez-vous annuel soit superbe. Sylvie est elle-même l’une des adhérentes de ce club en broderie au point compté et  patch. Ce qu’elle aime avant tout, c’est découvrir la simplicité de la plupart des créateurs et la convivialité du repas du samedi soir, avec tous les exposants, ce qui lui permet d’échanger davantage avec eux. Elle garde d’ailleurs un excellent souvenir de Renato Parolin, créateur italien.

 

Guy-ConvertImageGuy a repris la présidence il y a une dizaine d’années car les membres féminins, ayant fait leur tour, elles souhaitaient passer la main. Comme personne ne se proposait et afin que l’association ne s’arrête pas, Guy, le mari de Jeannine, s’est proposé pour reprendre le poste au grand bonheur de ces dames! Il me dit en riant qu’il a huit femmes autour de lui, mais qu’il arrive à gérer malgré tout!

Il s’occupe surtout de la mise en place de la salle et de faire les discours durant les salons. C’est pour lui une habitude puisqu’il s’occupe de manifestations festives depuis ses 14 ans. Il me dit que ce salon fait travailler les commerçants et hôteliers du coin durant 3 jours. Mais pas seulement! Une année, ce sont les paysans qui ont été réquisitionnés car, à cause d’une pluie battante, un des parkings est devenu impraticable. Les agriculteurs ont dû venir avec leurs tracteurs  afin de désembourber les visiteurs malchanceux. Et puis les maris de Sylvie et Claudie ont eux aussi participé courageusement au bon déroulement des salons puisque durant des années, ce sont eux qui dormaient dans la salle la nuit, faisant office de vigiles pour surveiller les stands et toutes les précieuses choses qui y étaient exposées. Aujourd’hui, ce sont de vrais vigiles qui ont pris le relais afin que les maris puissent dormir bien au chaud dans leur lit. Mais pour cette année, j’ai aussi une belle anecdote qui vient de m’être livrée par Gene quelques heures après que cet article ait été publié et c’est avec plaisir et ironie que je vous la transmets. Parmi les créatrices du cru 2016, l’une était certainement très pressée d’assister à ce sympathique salon du Sud-Ouest. Elle est arrivée ce mercredi 24, un jour trop tôt donc, pensant déballer son stand afin qu’il soit fin près pour l’ouverture du salon le lendemain! L’histoire ne dit pas si, par empathie, elle aura aidé l’équipe pour l’ installation de la salle ! 😉

Tout comme Sylvie, Guy insiste sur le problème du manque de place tant le succès est grandissant. D’après lui, en effet, lorsque la décision de monter ce salon a été prise, peu d’entre eux s’attendaient à un tel engouement. A l’heure où les grands salons s’essoufflent un peu, celui de Pexiora, lui, ne cesse d’attirer de nouveaux visiteurs.

 

Genevive-ConvertImage(1)Enfin, pour terminer ce petit tour d’horizon de points de vue différents, j’ai pu discuter avec Jeannine, la charmante épouse de Guy et vérifié la justesse des propos de Gene lorsqu’elle affirmait que cette dernière était la secrétaire particulière de son mari. En effet, lorsqu’il a s’agit de me transmettre son mail, Guy a gentiment passé le téléphone à sa femme et j’ai ainsi pu discuter avec elle un petit moment. Jeannine participe à l’aventure de l’association depuis de nombreuses années et occasionnellement, elle va rencontrer ses copines du club « tchatche et petits points » si elle a besoin d’un conseil sur un ouvrage. Pour les salons, elle se définit elle-même comme une petite main, un rôle qui semble lui convenir. Elle me paraît fière et soulagée que son mari ai repris la présidence il y a une dizaine d’années. Sans cela, l’association aurait mis la clé sous la porte et le salon « Tissus et Lin… » n’aurait jamais vu le jour. Lorsque Geneviève a lancé l’idée de ce salon, tout le monde l’a suivie tant elle y croyait. Aujourd’hui, le succès démontre qu’elle a eu raison et Jeannine, qui ne trouvait pas son bonheur sur le grand salon de Toulouse semble désormais satisfaite du travail accompli. 

je ne peux que souhaiter,  pour cette nouvelle édition de 2016,  beaucoup de succès à l’équipe passionnée qui anime cet événement. Mais cela ne fait aucun doute tant leur engagement est grand et porté par de belles motivations ! Je les remercie vivement du temps qu’ils mont gentiment accordé malgré leur actualité brûlante!

Afin de suivre l’actualité de Pexiora et sentir l’effervescence monter, je vous tiendrai un propos que je pourrai aisément emprunter à une dame qui se reconnaîtra :

« rends-toi sur le blog de Gene, lecteur! « 

 

http://lapassionauboutdesdoigts.fr/

 

Logo ChroniquepatchworkQuant à moi,

je vous dis à bientôt pour un nouvel article !

Natacha Ramora

 

Rendez-vous à l’Atelier des coeurs de Florence Chambe

Florence Chambe

 

Si j’aime plus que tout aller à la rencontre d’artistes et de commercantes passionnées de patchwork afin de vous faire partager mes coups de coeur, j’aime aussi découvrir les lieux où elles expriment leur art. Ce matin là, je peux dire que j’ai été autant charmée par ce petit coin de paradis niché au coeur d’une ancienne remise que par l’hôtesse des lieux.

.

IMG_20151205_120417

.

Chères lectrices et lecteurs, aujourd’hui nous poussons la porte de « l’Atelier des coeurs », comme promis. Et nous voilà tout d’un coup transportés dans l’univers country de Florence Chambe.

 

Exterieur Atelier

 

Tandis que Florence me prépare une grande tasse de café, je me laisse imprégner par cet endroit qui me donnerait envie de coudre pendant des heures, un chat lové à mes pieds, tout en observant les reliefs environnants. Pourtant, ce n’est pas ici que Florence a commencé son parcours. Revenons quelques années en arrière…

Avant d’être la créatrice que nous connaissons, Florence est avant tout une tendre maman. Ainsi, à la naissance de son premier enfant, elle a pris un congé parental afin de se consacrer à son nouveau-né, choix d’autant plus important pour elle qu’elle venait de perdre son papa. A la naissance du second, son mari ayant  aménagé entièrement leur maison – une ancienne remise –  d’où le titre de son livre « Au coeur de ma remise », elle avait besoin de mettre sa patte pour se sentir bien dans cette jolie bâtisse de pierres et de bois. C’est ainsi qu’ elle a débuté le point de croix.

.

Coeurs brodés

Source : « Garbotou.wordpress.com

.

Enceinte de ses deux petits derniers, ses jumeaux, elle est tombée sur un kit de patchwork en flânant dans la boutique de l’Atelier des Abcdaires. Sous le charme, elle ne s’est pas laissé tenter tout de suite mais s’est promis de s’y mettre un jour. Lorsqu’elle a enfin pris son premier cours de patchwork, ce fut une révélation! Elle n’en revenait pas de se dire qu’elle serait capable, dans quelques temps,  de réaliser de belles choses de ses mains. Comptable de profession elle n’avait toujours été que dans les chiffres. Tout s’est enchaîné assez vite. A la fin de cet ultime congé parental, elle ne se voyait pas refaire de la comptabilité. Elle avait envie d’autre chose. Pourquoi ne pas ouvrir une boutique de patchwork? C’est ainsi que son projet a vu le jour, à Brignais, dans le Rhône, dans un commerce sur deux niveaux. Elle s’occupait essentiellement  de la gestion. Mais son associée de l’époque l’a encouragée à donner des cours. Pour chaque cours donné, elle a donc proposé un petit ouvrage a réaliser. Malheureusement, suite à un imprévu, la boutique a dû fermer ses portes au bout de deux ans. Ce fut une épreuve douloureuse pour Florence car elle s’est beaucoup investie dans ce projet. Pourtant, elle a décidé de ne pas baisser les bras et a donc ouvert un second magasin seule, au centre de Brignais. Encore un projet dans lequel notre créatrice à mis tout son coeur. Afin de l’aider au mieux, elle a demandé à Françoise, l’une de ses clientes avec laquelle le contact était excellent, de la seconder au magasin. Elles ont pu ainsi mettre en place un planning qui lui permette  de s’occuper de ses quatre enfants dès la sortie de l’école. Parallèlement, ses amies lui conseillaient de faire des salons. C’était un nouveau challenge qui l’effrayait un peu. Après un premier petit salon plutôt réussi, elles l’ont aussi encouragée à faire saintes-Marie aux Mines. Elle n’y pensait même pas tant cela lui paraissait inaccessible. Mais portée également par son mari Philippe, Florence a présenté sa candidature, pensant qu’elle ne serait acceptée que l’année suivante. Cependant, les nouveaux chapiteaux ayant été installés, au bout de quelques semaines, elle a reçu un appel lui annonçant qu’il restait un dernier emplacement pour elle, si elle le souhaitait.

.

Atelier des coeurs salons

.

Ce premier grand salon fut  une étape importante dans l’évolution de son entreprise. Car, peu à peu, un choix s’est imposé pour notre créatrice. La boutique, les cours du lundi au magasin, les salons, les créations…..cela faisait beaucoup de choses à gérer tandis que ses enfants réclamaient eux aussi leur maman et ressentaient le manque. Elle a donc dû prendre une décision difficile mais nécessaire au bout des deux années de travail intensif au magasin, celle de le fermer afin de s’orienter désormais vers les expos de patchwork et loisirs créatifs et de pouvoir davantage se consacrer à ses enfants. Depuis, elle participe à une bonne dizaine de salons par an, des salons importants tel que Saintes-Marie,  les ID créatives de Lyon ou Grenoble ou des petits salons régionaux.

.

Salon atelier des coeurs

.

 Sur son stand, c’est un univers country que vous découvrez, un univers qui lui ressemble. Dans ses créations, elle essaye toujours de se mettre à la place de ses clientes pour proposer des produits abordables et des fiches créatives qui leur permette d’utiliser leur chutes de tissus sans devoir forcément acheter un kit complet qui revient cher. Florence m’avoue ne pas être une bonne dessinatrice mais elle souhaitait rajouter quelques appliqués aux formes géométriques qu’elle affectionne. C’est donc son mari Philippe qui dessine les belles courbes de ses appliqués et exprime ainsi son propre côté créatif. Elle me dit en riant qu’ils se chamaillent parfois un peu gentiment car Philippe aurait tendance à se laisser emporter dans son élan créatif tandis que Florence lui demande quelque chose de précis. A n’en pas douter, ils forment tous deux un joli duo et il n’est pas rare de les voir ensembles sur un salon. Plus libre désormais de profiter de sa famille depuis qu’elle a fermé boutique, Florence a créé un bel atelier attenant à sa maison, petit chalet de bois  aménagé par Philippe où elle m’a reçue ce jour-là. L’endroit est chaleureux et le cadre est exceptionnel, entouré des monts du Lyonnais ou règne une luminosité et un calme apaisants, loin du brouhaha de la vie citadine.

.

IMGP4902

.

Tout est si joliment mit en valeur dans son atelier que l’on aurait envie de tout toucher, de tout acheter et l’on se projette sans difficulté sur un nouvel ouvrage à créer. Notre charmante créatrice  espère mettre en place quelques stages dans ce joli cadre. je ne manquerai pas de vous en faire part et je vous recommande même de vous y rendre pour passer un moment de plaisir absolu, hors du temps!

.

IMGP4901

.

Avant de refermer cet article, je tiens à remercier vivement Florence pour ce bon moment passé avec elle à échanger sur sa passion mais aussi sur les petites choses de la vie qui touchent les mamans que nous sommes avant tout. Elle m’a offert son livre « Au coeur de ma remise », que je vais garder précieusement parmi mes ouvrages préférés.

.

Vous pouvez suivre l’actualité de Florence Chambe sur sa page Facebook :

https://www.facebook.com/LAtelier-des-Coeurs-545550372170551/?fref=ts

.
Florence possède aussi un site de vente internet, toutefois, sachez qu’il sera bientôt mis à jour :

http://www.atelierdescoeurs.com/

.
Vous pouvez vous procurer son livre sur son stand ou à l’atelier mais aussi auprès des Editions de Saxe, sur les salons et magasins de patchs, en librairie et sur les sites de vente en ligne :

.

Au coeur de ma remise

.
Et pour terminer, un petit bonus :

.

.

.

IMGP4907

En repartant de chez Florence,

un moment hors du temps vous dis-je!

.

.

Je vous souhaite de tres joyeuses fetes de noël

à toutes et tous,

qu’elles soient pleines de tendresse, entouré(e)s de vos proches!

Natacha

La communication selon Barbara Lange

 

 

P1110637-ConvertImage

 

Voici l’une des toutes dernières oeuvres de Barbara Lange « Communication then and now » et comme promis  lors de mon article sur Saintes-Marie aux Mines,  je vais vous détailler certains des aspects de cet éventail époustouflant. Barbara a voulu jouer avec le thème de la communication et a ainsi recensé dans cette oeuvre de nombreux moyens inventés par les êtres humains pour exprimer quelque chose. Agroglyphes, drapeaux, plaque de Pioneer, codes-barres, Smileys, portée musicale, réseaux sociaux, code Morse sur les vêtements….autant de moyens de communiquer avec ses contemporains qu’elle a su mettre en évidence dans ce bel ouvrage qui attire votre attention dès que vous pénétrez dans le lieu d’exposition. Entrons dans son univers :

.   

Agroglyphe de Barbara

Agroglyphe de Barbara

 

          

Quleque part dans le monde, source : http://nalacrea.centerblog.net

Quelque part dans le monde

.

Les cercles de culture dit « Agroglyphes » :  Ce sont des motifs géométriques dans les champs de céréales visibles depuis le ciel qui sont obtenus par flexion ou flétrissure des épis. En janvier 1966, George Pedlez, propriétaire terrien australien, prétendait avoir été témoin du décollage d’un aéronef qui aurait donné lieu au premier « Saucer’s nest »/ »Nid de soucoupe ».  S’inspirant de ce phénomène, Doug Bower importa cette idée en Angleterre en créant de nombreux cercles de culture aidé de son complice Dave Chorley afin de faire un canular. Le mythe des agroglyphes était né. Si aujourd’hui l’origine de ces cercles de culture est connu, certains amateurs de phénomènes paranormaux continuent de prétendre que ce sont des manifestations ufologiques ou paranormales. Depuis les années 90 et 2000, les agroglyphes sont de plus en plus élaborés et se répandent à travers le monde. Ils sont parfois utilisés dans les médias en tant qu’espace publicitaire pour une pochette de disque d’un groupe de rock, pour les JO de Londres ou encore pour le navigateur Firefox.

.

                   Led_Zeppelin_-_Boxed_Set     london-2012-ConvertImage  firefox-ConvertImage(1)

~~~~~~~~~~~~~~

 

Source: Franceinfo.fr

Source: Franceinfo.fr

Les drapeaux sont des pièces d’étoffes représentant une communauté ou un groupe. Ils sont l’emblème d’un pays ou peuvent  avoir valeur de signal tels que les drapeaux de plage ou de sport .

Pour la plage: Rouge = Interdit, Orange = Dangereux, Vert = autorisé, blanc = banc de méduses

 Sur le plan universel,  le drapeau blanc brandi face à l’ennemi signifie une demande de trêve ou la reddition. Les drapeaux mis en berne rendent hommage à une personnalité importante d’un Etat, qui vient de disparaître. Quant aux cercueils des soldats morts en terre étrangère, ils sont souvent recouverts d’un drapeau tout comme il existe  un protocole pour le pliage des drapeaux dans les usages officiels. Un drapeau flottant à l’envers, lui, peut représenter un signal de détresse ou signifier que les bâtiments où il se trouve sont aux mains de l’ennemi. Enfin, les drapeaux sont aussi utilisés dans la marine et sont dans ce cas appelés « Pavillons ». Lors de mon  voyage aux Etats-Unis, j’ai souvent vu le drapeau américain flotter sur la devanture des maisons, il paraissait normal d’afficher sa fierté d’être américain. Je crois pouvoir affirmer sans me tromper qu’une telle chose est beaucoup moins bien perçue en France.

.

Source : tout-sur-google-earth.com

Source : tout-sur-google-earth.com

 

~~~~~~~~~~~~~~~~

La « Plaque de Pioneer » métallique représentant un message pictural de l’humanité a été embarquée sur les sondes spatiales Pioneer 10 et 11 respectivement en 1972 et 1973. Elle était destinée à délivrer un message à des éventuels extra-terrestres à propos de notre humanité.

Carl Sagan, scientifique et astronome, a conçu la plaque aidé de Franck Drake.  Linda, l’épouse de Carl, a créé le dessin. Celui-ci contient beaucoup de symboles destinés à expliquer aux extra-terrestres la vie sur terre. Je ne vais pas rentrer dans des explications complexes à propos de certains éléments de la plaque, mais  me contenter d’expliquer ceux qui semblent les plus simples :

  • Sur le couple qui est représenté, l’homme lève la main en guise de salut. Près de la femme se trouve une représentation binaire de sa taille que l’on peut déduire grâce aux unités de longueur d’onde de la « transition hyperfine de l’hydrogène » qui se trouve tout en haut de la plaque.
  • La « transition hyperfine de l’hydrogène » est présente car c’est l’élément le plus important dans l’univers.
  • Derrière le couple se trouve la sonde Pioneer, dessinée à la même échelle, afin que l’on puisse en déduire la taille de ces deux êtres humains.
  • Il y a au bas de la plaque un schéma de notre propre système solaire qui peut donner des informations sur le système d’où vient la sonde Pioneer.

Il y eut de nombreuses critiques quant à la lisibilité de la plaque selon certains scientifiques, mais aussi parce que le couple était représenté nu et de race blanche. Cette plaque a été conçu pour résister à l’érosion des poussière interstellaires. A ce jour, nous n’avons eu aucun retour extra-terrestres….et je serai tentée de dire tant mieux, nous avons déjà bien du mal à ce que les nations s’entendent entre elles et à ce que nos sols soient accueillants, alors….

.

Mars-attack-ConvertImage

« Mars attack » de Tim Burton

.

~~~~~~~~~~~~~~

 

P1110650-ConvertImage

Le code barres de Barbara Lange

Logo ChroniquepatchworkLe code-barres est la représentation de données numériques ou alpha-numériques qui permet d’identifier un produit à l’aide d’un lecteur adapté. le 1er brevet a été déposé en octobre 1952 par 2 étudiants américains : Norman Joseph Woodland et Bernard Silver. Toutefois, l’utilisation courante des codes-barres ne se produira qu’en 1973 lorsque George Laurer ajoutera des chiffres sous les barres et des lignes verticales au lieu de lignes concentriques.

Aujourd’hui, les lecteurs de code-barres sont utilisés dans de nombreuses sphères d’activités:  suivi des articles dans les magasins, suivi des colis et des lettres recommandées, cartes d’embarquement de compagnies aériennes et transit des bagages, identification des patients et des médicaments.

pomme-code-barre-ConvertImage

~~~~~~~~~~~~~~

.

P1110637-ConvertImage(1)

.

Le Smiley, quant à lui, est un dessin de visage jaune et souriant. Plusieurs personnes revendiquent la création du Smiley coloré : tout d’abord Harvey Ball en 1963 pour une campagne interne d’une société d’assurance mais aussi David Stern, publicitaire, en 1967, pour un lancement concernant la Washington Mutual. Aucun des deux n’ayant cherché à protéger l’image, l’idée a été reprise en 1971 par Franklin Loufrani pour une campagne anti-morosité dans le journal France-soir. Très judicieusement,  Il avait bien sûr auparavant déposé le logo à l’INPI. A la fin des années 80, le Smiley devient l’emblème de la culture New Beat et de la House Music. Aujourd’hui, les émoticones que nous utilisons sans cesse sur nos portables et autres tablettes sont la combinaison de caractères typographiques tel que le Smiley.

.

      forrest gump                Smiley Forrest

      « Forrest Gump » s’essuie le visage…                …et cela donne l’idée du Smiley à son

                                                                                                  acolyte

Smiley_pouce-ConvertImageJ’avais trouvé cela très amusant à l’époque!

~~~~~~~~~~~~~~

.

P1110649

.

Un réseau social est un ensemble de personnes  reliées par des interactions sociales. Barbara s’est particulièrement intéressée aux réseaux sociaux du web en représentant les icônes du nombre croissant de ces réseaux qui voient le jour.  Ils servent à regrouper des amis dans la vie réelle, à se créer un cercle d’amis ou de partenaires commerciaux, à découvrir ou partager du contenu et, de plus en plus, à regrouper des collaborateurs autour d’un projet professionnel dans les entreprises. Facebook, Pinterest, Youtube, nous utilisons tous ces réseaux. Je vous remercie particulièrement aujourd’hui chers lectrices et lecteurs de venir lire mes articles sur ce média social (« le média social recouvre les différentes activités qui intègrent la technologie, l’interaction sociale et la création de contenu »).

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

code morse sur vêtements

.

Le code Morse a été inventé en 1832 pour les besoins du télégraphe. Aujourd’hui, il sert essentiellement de transmission chiffrée pour les militaires et il est considéré comme le précurseur des communications numériques. Dans son oeuvre, Barbara a souhaité évoquer le code Morse utilisé par les femmes allemandes sur leurs vêtements – ici le long de la jambe du pantalon- durant la seconde guerre mondiale. Dans le lien qui suit que m’a sympathiquement transmis Barbara, vous trouverez un article des archives nationales anglaises qui relate ce fait :

http://www.nationalarchives.gov.uk/releases/2006/september/general-interest.htm

Traduction de : « Communication then and now » de Barbara Lange :

·−··−· −·−· −−− −− −− ··− −· ·· −·−· ·− − ·· −−− −· − ···· · −· ·− −· −·· −· −−− ·−− ·−··−· −·· · −··· ·− ·−· −··· ·− ·−· ·− ·−·· ·− −· −−· ·

.

Il y a encore bien d’autres moyens de communications que Barbara a mis en avant de façon inventive et fantaisiste sur ce superbe ouvrage, comme par exemple ces fusées roquettes utilisées par les bateaux pour signaler qu’ils sont en danger sur lesquelles elle a inclut des codes HTML de différentes couleurs et caractères, ou encore des puzzles, une portée musicale…                Elle aime nous transmettre des messages à travers son oeuvre. Je la remercie vivement de sa précieuse collaboration pour cet article tout comme je remercie mon amie Corinne qui s’est improvisée traductrice auprès de Barbara afin que je puisse comprendre toutes les subtilités de sa création.

 

Logo ChroniquepatchworkBonne semaine à tous et à mardi prochain

pour un nouvel article,

−· ·− − ·− −·−· ···· ·− ·−· ·− −− −−− ·−· ·−( traduction : Natacha ramora 😉 )

 

 P1110641

          

P1110635

P1110633

Carrefour Européen du Patchwork, ma première fois !

L’interview d’Emmanuelle Carré-Briand se trouve juste en dessous de cet article! 🙂

 

Et bien oui, ce fut la première fois cette année que je me rendais au Carrefour Européen du Patchwork à Saintes-Marie aux Mines! Et quelle première fois! Ce fut un séjour riche en rencontres, en amitiés nouvelles et en découvertes! J’en reviens enchantée et éblouie à la fois. Enchantée par tous ces nouveaux contacts créés et éblouie par tous ces beaux ouvrages vus, admirés, enviés.

Voici un petit aperçu de mes coups de coeur. Il est clair que ma préférence se dirige le plus souvent vers les ouvrages très réalistes, sans doute parce que je suis très impressionnée de ce qu’un ou une artiste retransmet du monde qui l’entoure et de ce qu’il en perçoit à travers ses créations .

Commençons par les trois quilts ci-dessous. A première vue, ils sont assez classiques. Rien de très exceptionnel me direz-vous! Mais détrompez-vous! Regardez-les attentivement:

 

 

P1110731

 

P1110733

 

Rien ne vous choque?

 

P1110728

Vraiment?

Ils sont en bois!!!

Vous ne me croyez pas?

La preuve par l’image ci-dessous!

P1110729-ConvertImage

 

http://www.gofraser.com/

 

Passé l’instant de stupéfaction, le plus difficile pour moi n’a pas été d’y croire mais plutôt de réfréner mon envie d’y toucher car ils sont tellement criants de réalisme, que mes doigts fourmillaient d’envie! Ils sont l’oeuvre de Fraser Smith, sculpteur sur bois, pour qui le quilt représente « le comportement ou le style d’une même culture qui se transmet de génération en génération. Fraser utilise le quilt pour mettre en valeur les vertus d’un dur labeur et du temps passé à travailler avec les autres » . Les oeuvres de Fraser Smith sont exposées partout dans le monde.

Le Carrefour a été aussi l’occasion pour moi de rencontrer Barbara Lange en personne et de confirmer le fait qu’elle est réellement l’une de mes artistes préférées. Outre sa disponibilité pour nous expliquer sa démarche et sa gentillesse, ses oeuvres n’en finissent pas de m’éblouir!

Voici ici son formidable éventail, riche en symboles, que je ne tarderai pas à vous présenter plus en détail lors d’un prochain article.

.

P1110641

« Communication then and now »

 

Est-ce qu’un petit café vous ferait plaisir? Installez-vous confortablement, je vais vous le servir:

 

P1110705

Pam Rubert « Yoga 101 – The french Press Pose »

 

Ou peut-être préféreriez-vous un petit tour poétique au Musée d’orsay ?

 

P1110720

Corée du Sud, invité d’honneur extra Européen : Bounce Bounce Korea Quilt « Memory of the Orsay Museum »

 

Ou encore, venir faire quelques figures de style sur la glace? J’ai particulièrement aimé le réalisme des oeuvres de Birgitte Busk. « Elle dessine et peint sur du tissu avec du fil et une machine à coudre. On pourrait penser que ce sont des toiles peintes. »

 

Birgitte Busk : "On ice - Touch"

Birgitte Busk : « On ice – Touch »

 

Toujours  une oeuvre réaliste avec un ciel menaçant :

P1110703

Groupe Artquiltfusion / Hilde Van Schaardenburg « Lightning and thunder »

 

J’ai eu, aussi, une petite tendresse particulière pour le groupe Russe Yakutia et ses formidables costumes traditionnels :

.

P1110678

 

P1110676-ConvertImage

Manteau de monsieur

 

 

P1110683-ConvertImage

Manteau de Madame

 

Je voudrais terminer avec un quilt de légende de Brouage :

P1110669

« Chesapeake » d’Aline Joulin

 

Cette création est inspirée d’un quilt ancien, elle est intégralement piécée et matelassée à la main. Le choix des couleurs, la beauté de l’ouvrage et les heures de travail qu’il a demandé suscitent mon admiration.

Je tiens à remercier mon amie Corinne et son mari Dominique qui m’ont permis de prolonger mon séjour en m’accueillant chaleureusement chez eux!

A mardi prochain pour un nouvel article sur la fabrication d’un batik. Merci à toutes et à tous pour votre fidélité et bienvenue aux nouveaux lecteurs qui, peu à peu, viennent faire croître mon lectorat! J’espère ne pas vous décevoir…

 

Logo Chroniquepatchwork                                                                                                        @ bientôt,

 

                                                                                                     Natacha Ramora

 

 

Emmanuelle Carré-Briand : « Alice & Co »

Emmanuelle Carré-Briand

.

L’univers d’Emmanuelle Carré-Briand est à la fois coloré et poétique. Rien d’étonnant à ce que la jeune fille de 12 ans  qui aidait sa maman à faire des petits modèles au point de croix pour mettre dans le sapin se soit transformée en cette jeune femme passionnée par l’art du fil sous de nombreuses formes.Il faut dire qu’Emmanuelle à été élevée dans une famille où la grand mère était bonnetière et  le grand-père menuisier. Sa mère, quant à elle, aimait créer de jolies choses de ses mains.

.

Broderie de Ashita

Un des jolis ouvrages de sa maman

.

Pourtant, même si Emmanuelle à toujours été une créatrice dans l’âme, ce n’est pas l’orientation professionnelle qu’elle a choisi. Étant enfant, elle a beaucoup voyagé selon les affectations de son papa. Elle a d’ailleurs vécu plusieurs années aux Etats-Unis mais aussi à Bamako, Quito… Voulant garder cette possibilité de voyager et de rencontrer des gens de tous horizons, elle a choisi l’hôtellerie, au grand étonnement de ses parents qui pensaient qu’elle se dirigerait plutôt vers l’art.  Elle a ainsi continué de rouler sa bosse dans divers endroits du monde où elle a vécu tel que l’Angleterre.

Mais le décès de son papa et le bouleversement que cela a engendré est venu tout remettre en question. Son goût pour le challenge s’est mue en une envie de créer sa propre entreprise et de vivre de son amour pour la broderie, notamment le Point Compté. Tel de petits talismans pour lui porter chance dans cette nouvelle aventure, elle n’a pas choisi les fondements de sa boîte par hasard : la date de création est un 2 février, jour d’anniversaire de mariage de ses grands -parents. Elle a pris comme raison sociale le prénom de sa grand-mère, Alice, auquel elle a rajouté « & Co » qui représente le reste de la famille. Enfin, puisqu’une Emmanuelle Carré existait déjà, elle a  ajouté à son patronyme celui de sa maman : Briand. Et c’est donc ainsi qu’Emmanuelle Carré-Briand à fondé « Alice & Co ».

.

Alice-and-co-logo-ConvertImage

.

Ayant préparé auparavent un diplôme auprès de la CCI elle a dû, pour son examen, monter un site internet pour un gîte. Cela fut un excellent tremplin pour ensuite concevoir son propre site en 2005, support de sa future entreprise qui a vu le jour en 2006. Elle s’est d’abord surtout consacrée à l’art de la broderie et à été ravie de constater que son travail portait ses fruits puisque, au fil du temps, on reconnaissait son style. Elle a rapidement intégré le patch dans ses broderies et lorsque l’attrait pour le point de croix a commencer à péricliter, elle s’est orientée davantage vers l’art du quilt. En matière de patchwork, Emmanuelle avait beaucoup d’idées qu’elle a mis en pratique au fil des ans! Femme de challenges, elle s’est fixée des objectifs qu’elle a su atteindre par sa ténacité. L’un d’eux était de faire éditer un livre sur ses ouvrages, pari réussi avec « Sacs et sacoches »!

.

Sacs-et-sacoches-livre-ConvertImage

.

Puis, elle a souhaité créer ses propres tissus. Grâce à un logiciel américain, elle les a édités puis elle est partie au Quiltmarket (USA) avec ses prototypes. Sa rencontre avec Lecien a été décisive puisque le fabriquant  a décidé de vendre les tissus d’Emmanuelle.

.

Lecien-Emmanuelle-Carr-Briand-ConvertImage-ConvertImage

.

Mais ce ne sont pas les seuls projets qu’Emmanuelle poursuit. Ainsi, elle a créé un atelier où elle a mis en place des cours de patchwork, main ou machine selon le besoin de chacune de ses élèves, sur la base des gabarits de Marti Michell. Pour les aider à la compréhension, elle qui est très cartésienne, elle a mis en place des fiches d’exercices que vous pourrez retrouver dans le livre  »  Designing a quilt  » qu’elle vend sur son stand, dans les salons auxquels elle participe. Pour m’être intéressée de très près à cet ouvrage, je vous assure que c’est une excellente base pour comprendre certaines techniques!

Quelques autres projets mis en oeuvre? Bien sûr! Je vous ai dit qu’Emmanuelle était une femme de challenges. Ainsi, si elle a créé des modèles pour « Passion fil » pendant un certain temps, elle collabore désormais depuis janvier à « Pratique du patchwork » chez le même éditeur et elle s’applique à montrer les diverses choses que l’on peut faire avec les gabarits. Elle a conçu également des tutos qu’elle a mis en ligne sur Youtube tels que : « Réaliser un biais pour un quilt » ou d’autres sur l’utilisation des divers sets de Marti existants.

.

Mais elle ne s’arrête pas là! Toujours en recherche de perfectionnement, Emmanuelle suit actuellement une formation par correspondance de Designer Textile qui lui demande beaucoup d’investissement personnel et qui enrichit davantage ses connaissances, déjà pointues, en matière d’art textile mais aussi d’informatique touchant directement à la création de tissus.

Si Emmanuelle va toujours de l’avant, c’est peut-être parce qu’elle est convaincue au fond d’elle-même que tous ces projets formateurs lui permettront de s’inscrire dans la durée ! Pour terminer, je vous dirai qu’elle pense que, même si un ouvrage n’est pas parfait, l’essentiel est d’y trouver du plaisir. Vous pouvez suivre Emmanuelle à travers son blog et son site de vente  où elle ne manque pas de vous informer de ses nouveautés et de ses créations :

.

http://squarenews.blogs.com/linsanslautre/

 

http://www.alice-and-co.com/

 

Je peux d’ores et déjà vous dire qu’elle sera présente à Saintes-Marie aux Mines du mercredi 16 au samedi 19 septembre et qu’elle vous attend avec impatience pour vous faire partager son univers.

Sachez aussi qu’Emmanuelle vient de mettre en place des ateliers / cours ayant pour base les boîtes Frivols qui ont lieu à Saint Didier de la Tour (38). Voir le descriptif ici :

 

http://squarenews.blogs.com/linsanslautre/2015/06/frivols-by-moda.html

 

Si vous souhaitez recevoir le document complet avec les dates des ateliers ou pour toutes autres infos concernant les stages : info@alice-and-co.com

 

Voici les autres salons ou vous pourrez rencontrer Emmanuelle :

  • Octobre du vendredi 30 au dimanche 1er novembre: Kutzenhausen (67250)
  • Novembre du samedi 14 au dimanche 15: La Tour de Salvagny (69890)
  • Janvier du jeudi 28 au dimanche 31: Grenoble (38000)
  • Mai du vendredi 6 au dimanche 8: Ammerschwihr (68410)
  • Juin du samedi 4 au dimanche 5: Caromb (84330)
  • Juin du samedi 11 au dimanche 12: Ligugé (86240)

Enfin, voici deux autres blogs que je vous invite à découvrir :

Quelques créations d’Emmanuelle :

 

Couleurs chaudes

Abécédaires

Fil "éLintrique"

                                                                                    Bonne semaine et bon Carrefour

                                                                                   pour celles et ceux qui s’y rendront,Logo Chroniquepatchwork

                                                                                                                     Natacha