L’agitation de New-York ou la quiétude de Boston?

IMGP5943
Avant de ne commencer cet article, je tenais à remercier de tout mon coeur Marie-Josée, qui a gagné le livre « Quilter comme on aime » lors du tirage au sort, pour ce joli présent qu’elle m’a envoyé, confectionné par ses soins. J’en suis très touchée! 

 

 New-York

IMGP5220

New-York vue de l’Empire State Building

Me voici rentrée de mon « aventure américaine », la tête pleine de souvenirs inoubliables et prête à vous en faire un joli compte-rendu. Nous avons encore un peu de mal à nous remettre du décalage horaire San-Francisco-Lyon qui est de neuf heures. Je me demande comment font toutes ces personnes qui voyagent souvent à l’étranger pour des raisons professionnelles, pour tenir le rythme sans être exténuées de fatigue. Toutefois, nous avons commencé avec un décalage horaire beaucoup plus léger parce que notre voyage débutait à New-York. Il y aurait tant à dire sur New-York. Pourtant, au risque de vous surprendre, moi qui vous disais avoir adoré cette ville il y a 10 ans, le mot qui me vient à l’esprit aujourd’hui c’est « déception « . Sans doute la première fois ai-je vu cette ville sous son meilleur jour car c’était à la fin de l’automne et avec les yeux d’une trentenaire. Mais au mois d’août et la maturité aidant, mes impressions sont différentes. New-York en été est une ville qui attire beaucoup de touristes, les trottoirs sont très sales, les commerçants souvent antipathiques et pressés.  ‎Hormis les vêtements (un jean Levis coûte moins de 70 dollars), tout est horriblement cher. Un exemple féminin typique – pardon messieurs! – une boîte de Tampax coûte en moyenne 11 dollars…et un paquet de cookies entre 4 et 7 dollars! Il faut aussi savoir que tous les prix sont affichés sans les taxes partout dans le pays ; à nous donc, touristes, de faire le calcul, sachant que les taux des taxes sont différents selon les Etats. De plus, il y a beaucoup de SDF partout dans la ville, reflet d’une société qui laisse peu de place à ceux qui manquent de chance ou qui n’ont plus le courage de se battre. 

Bien, le décor est planté et vous comprendrez aisément que New-York ne fait désormais plus partie de mes villes préférées. Pourtant, il faut aussi parvenir à voir les atouts de cette ville. ‎ Central Park est un vrai poumon de verdure et il faut être bon marcheur pour en faire le tour. De là, vous pouvez y admirer l’architecture des buildings où l’ancien côtoie le moderne avec beaucoup d’élégance.
.
Buildings New-Yorkais vus de Central Park

Buildings New-Yorkais vus de Central Park

.
Nombre de New-Yorkais sont très sportifs et nous avons eu la bonne surprise de découvrir ce samedi matin là que Park Avenue était fermée aux véhicules pour laisser la place aux coureurs, marcheurs et cyclistes. Après l’agitation de la semaine, voir cette avenue sous cet aspect fut bien agréable.
.
IMGP5206

Park Avenue réservée ce matin là aux promeneurs et joggeurs

 .
Il y a aussi des choses qui ne cesseront de m’impressionner telles les vues que nous pouvons avoir de la ville de deux endroits différents : de l’Empire State Building bien sûr mais aussi, du ferry qui rentre de Staten Island, après une apaisante ballade maritime, lorsque les buildings se rapprochent peu à peu de vous. 
IMGP5184

Vue sur New-York du ferry de Staten Island

.
Revoir Grand Central Terminal ne m’a pas déçue non plus. Découvrir ou redécouvrir le gigantisme de cette gare et sa magnifique voûte céleste ne peux laisser indifférent les promeneurs. 
.
IMGP5159

Grand Central Terminal, au coeur de Manhattan

NY_035

La voûte de la gare (photo : Patrick)

 .
Et le patchwork dans tout cela me direz-vous? Il est évident que j’ai cherché un quiltshop à proximité et la bonne étoile des quilteuses était avec moi puisque le « City Quilteur » se trouvait à environ 500 mètres de notre hôtel. J’ai donc pu flâner très longuement dans ses rayons et tout observer. Je déplore là aussi l’accueil un peu froid mais j’ai malgré tout acheté un lot assez conséquent de fat quarters avec lesquels je confectionnerai un plaid pour mon salon lorsque mes ouvrages en cours seront terminés.
.
.
IMGP5944
 .
.
the city quilter
.
.
IMGP5178
 .

Boston

.
Nous avons presque été soulagés de quitter l’exténuante New-York pour la quiétude de la Nouvelle-Angleterre. Nous avons donc pris un train pour Boston et peu à peu, les buildings ont laissé la place aux belles maisons aux bardages de bois et aux petits ports de pêche tranquilles. Fraîchement débarqués à Boston, nous en avons admiré l’architecture bien différente.
.
IMGP5240

Beacon street

 
.
 l’ambiance est comme calme et apaisante. Nous n’avons pas ce ‎sentiment d’oppression ressenti à New-York dû, probablement, à la hauteur vertigineuse des buildings. Ils sont moins hauts et moins nombreux ici et l’architecture dominante est celle de l’époque Victorienne.
IMGP5237

Parc « The Boston Common »

.
Hormis quelques endroits, la ville est propre et les gens souriants. Boston est une ville comparable à la vieille Europe, beaucoup de jolis quartiers résidentiels de briques rouges qui lui donne un charme bien particulier. Dowton (le centre ville) n’est pas très grand et nous pouvons en faire le tour en une bonne journée de marche, tout au plus. Le  parc de la ville, est charmant et reposant. Nous déplorons les craquettements des faux grillons pré-enregitrés sur une bande son. Petit tour par Harvard, par Arcon street, l’une des rues les plus photographiée aux USA, petits apéritifs et clam chouder pendant nos soirées, pris au Seaport district, sur le Long Wharf.
.
IMGP5262 IMGP5256
.Campus de Harvard
.
IMGP5254

Acorn Street

20160808_201329

Clam Chowder

Dans le joli quartier de Beacon Hill, nous achetons des limonades rafraîchissantes à trois charmantes petites filles et je trouve cela très attendrissant, une jolie façon de se faire un peu d’argent de poche.
 .
IMGP5253

Une pause fraîcheur bien appréciée

Nous pénétrons dans la Boston Library et j’aimerai avoir suffisament de temps devant moi afin de m’installer à une table pour la journée et dénicher des livres sur la société américaine et les consulter. Mais le temps nous est compté helas
IMGP5263

Boston Public Library

IMGP5267

Son escalier

 

Sa superbe salle d'étude

Sa superbe salle d’étude

D’une manière générale, il se dégage de Boston une grande quiétude et une ambiance très studieuse digne d’une ville juxtant ‎celle de Cambridge qui possède deux universités prestigieuses : Harvard, dont sont issues nombre de personnalités (Barack Obama, Matt Damon, Natalie Portman, Jacques Chirac….) et le Massachusetts  Institute of Technology.
Un dernier tour par la Charles River et nous quittons Boston pour continuer notre périple toujours plus au Nord de la Nouvelle-Angleterre.
.
IMGP5245

Charles River

 
IMG_0891

Les Duck Tours : sur route……

IMGP5247

et sur l’eau !

IMGP5371
Je vous donne rendez-vous
mardi prochain,
en Nouvelle-Angleterre.
N@tacha Ramora

« Un tour des USA », seconde partie

Chères lectrices et lecteurs, je m’excuse de cette absence assez longue, je suis restée en panne de box pendant un moment, ma seule connexion à internet via mon téléphone portable ne me permettait pas de mettre en forme correctement l’article qui suit! Me revoici donc, avec une nouvelle box, prête à continuer notre petite ballade aux Etats-Unis avec nos deux complices.

~~~~~~~~~~~~~~

Isle et Inger, source : Editions de saxeJe vous avais laissé rêver devant la gare de Wateford, en Oregon, transformée en magnifique Quiltshop : Quiltjunction. Nous allons reprendre notre voyage avec Isle F.Iversen et Inger M.Gilbert en nous rendant dans l’Idaho.

.

The Quilt House, Kamiah,

Idaho

 

 The quilt house salon

.

Logo ChroniquepatchworkSi parmi tous les endroits magiques qu’Isle et Inger ont visité je devais en choisir un pour faire une retraite de patchwork et me ressourcer, je crois que ce serait celui-ci. Comment ne pas me sentir proche d’Elaine Hutchinson et de cet environnement qu’elle a créé? Elaine était infirmière en Californie mais  rêvait de vivre dans un chalet en bois perché au sommet d’une montagne et elle s’en est donné les moyens. Avec son premier mari, ils ont donc construit un chalet qui domine les prairies alentours et offre une vue splendide. Avec un peu de chance, nous pourrions même apercevoir des élans paître paisiblement. Elaine a traversé beaucoup d’épreuves mais s’est toujours relevée et en parle aujourd’hui avec le sourire. C’est peut-être pour cette raison que les retraites de quilteuses se transforment parfois en thérapie de groupe car on y parle beaucoup mais on pleure et on rit également. Les maris qui accompagnent leurs épouses sont toujours les bienvenus et pendant que les dames quiltent, ces messieurs partent pêcher. Elaine semble avoir une personnalité solaire qui donne du baume au cœur à ceux qui l’approche.

.

Quilthouse

.

Quilthouse élan

.

Son grand chalet offre aux quilteuses trois grandes suites avec salle de bains privative mais aussi des chambres partagées et, luxe suprême, une piste d’atterrissage privée pour les petits avions. Lorsqu’elle ne voyage pas avec ses amies, Elaine est très affairée par ses retraites. Il est donc recommandé, à celles qui espèrent faire un stage, de réserver longtemps à l’avance car tous les stages de 2016 sont déjà complets.

.

Chambre suite quilthouse

Un nid douillet qui fait rêver

.

Quilthousebedandbreakfast extérieur

http://www.quilthousebedandbreakfast.com/

.

le memorial crazy horse, dakota,

Crazy horse

 

C’est au Memorial Crazy Horse qu’Isle et Inger ont rencontré Lula Red Cloud. Ce Memorial, dont la réalisation a débuté en 1948 et qui est entièrement financé par des dons privés et par les droits d’entrées acquittés par les millions de visiteurs, devrait s’achever dans les années 2060 et devenir l’alter ego du Mont Rushmore avec des dimensions titanesques.

 

Memorial-Crazy-Horse-ConvertImage

 

« A noter que la posture de « Crazy Horse », sur son cheval en train de pointer l’horizon, n’a pas été choisie au hasard, mais  tirée d’une anecdote historique. Lorsque les soldats américains ont débarqué pour  chasser les Amérindiens, l’un d’entre eux  a demandé à Crazy Horse où étaient ses terres. Il avait alors répondu en fixant l’horizon : « ma terre est là où sont enterrés mes ancêtres ». » (source : gentside.com)

 

Mais reprenons…Lula Red Cloud est l’arrière-petite-fille du Chef Sioux Oglalas, Red Cloud. Lula a confectionné un quilt afin de couvrir le buste de son arrière-grand-père lors de son intronisation au Temple Nebraska of Fame en 2001. Elle a mis deux mois à le confectionner, y apportant les dernières touches la nuit précédant la cérémonie.
.
Red cloud's

Red Cloud’s Contemporary Robe

.
Les couleurs de ce « Morning Star  » sont riches en symboles. Le rouge représente le Chef Red Cloud, la couleur lie-de-vin la nation Lakota, le pourpre l’esprit de cette nation, le bleu le ciel et enfin le vert la Terre Mère. Autrefois, on honorait un invité en lui offrant une peau de bison. C’est le quilt Morning Star qui le remplace à présent afin d’honorer les personnes qui se sont conduites de manière remarquable.
.
Lula Red cloud

Lula Red Cloud

.

.

mill house quilts, Waunakee,

wisconsin

 

Vous trouverez, chez Millhouse Quilts, tout ce qui peut faire le bonheur d’une quilteuse : un choix très étendu de tissus de mille et une couleurs, du matériel, des kits, des livres mais aussi une large gamme de stages dispensés dans de belles salles de classe dont une assez spacieuse pour  recevoir des séminaires. La boutique se trouve dans un ancien moulin avec poutres apparentes, vous pouvez y entendre les poutres et le plancher craquer.

 

Millhousequilt

 

Millhouse boutique

 

Millhouse boutique 2
.
.
Le bâtiment a été utilisé pour le stockage et l’expédition du grain, du maïs, de la farine, d’aliments pour animaux, de semences, de charbon, mais aussi, plus récemment, comme une usine d’aliments. En 1994, la structure a été entièrement rénovée et Mill House Quilts a ouvert ses portes en 1995. Les stages sont nombreux et très diversifiés !
 .
 Quelques idées de stages ou de rencontres : 
– Résoudre un problème rencontré lors du quilting à la machine sur l’un de vos ouvrages. Vous pouvez ainsi venir au club animé par Cindy Fenster qui vous fournira la marche à suivre et vous aidera éventuellement à mettre en place un design personnel pour votre quilt.
 
– Débuter un jeu amusant dans le Parc de Windsor avec Jane Vaughan en confectionnant  un édredon coloré dans un tourbillon de moulins à vent.
 

– Apprendre avec des professeurs émérites et nationalement reconnus tels que : Lorraine Torrence, Linda Halpin,  Lisa Binkley ou encore Judy Hashieder.

 

– Assister à un thé-conférence animé par  Linda Halpin sur l’histoire du quilt au temps de Laura Ingalls et du rôle essentiel de celui-ci  dans un temps où les gens ont dû se débrouiller pour survivre. Beaucoup de modèles d’ouvrages évoquent encore la vie de ces pionniers américains et les aventures de Laura Ingalls continuent de fasciner les petits et les grands.
.
Priple-d-Inger-et-Isle-ConvertImage

« Le grand tour »


 Isle et Inger gardent de merveilleux souvenirs de ce long voyage à la découverte d’artistes-quilteuses passionnées et de boutiques non moins passionnantes. J’ai choisi délibérément de ne pas retracer toutes leurs haltes car certains magasins ont fermé depuis la parution de ce livre et certains ne sont plus désormais que des boutiques en ligne. Il me semblait important de privilégier les lieux toujours existants….qui sait si un jour vous n’irez pas visiter l’un d’eux?

Isle, afin de laisser une trace palpable de ce voyage qui viendrait s’ajouter au livre, a confectionné un quilt de l’amitié. Chacune des protagonistes de l’aventure a signé l’un des seize blocs envoyé ou emmener en personne par Isle. Elle a choisi le rouge, le blanc, le bleu et le brun qui allient à la fois les couleurs des drapeaux américains et danois mais aussi les terres qu’elles ont foulées.    

Source : Mollat.comVous pouvez encore trouver ce livre en libraire, sur les boutiques en ligne ou mieux encore, sur un stand des Editions de Saxe. Vous pourrez ainsi partager pleinement les aventures d’Isle et Inger, commencer un ouvrage créé par l’une des artistes ou encore, tenter quelques merveilleuses recettes du livre. J’en ai déjà testé quelques-unes, dont le croustillant aux fruits posté il y a quelques semaines. Pour achever ce petit tour d’horizon, je vous proposerai dans mon prochain article le fabuleux « Gâteau de pain perdu au sirop d’érable » d’Elaine Hutchinson, calorique certes, mais tellement délicieux!

 

Logo Chroniquepatchwork

à bientôt pour un nouvel article,

N@tacha Ramora

Un tour des usa

Ilse F.Iversen et Inger M.Gilbert, toutes les deux danoises d’origine, belles-sœurs et amies de surcroit, ont réalisé le rêve de nombre de quilteuses, faire un long périple aux Etats-Unis pour y découvrir de nombreuses boutiques de patchwork, dont elles ont tiré un livre.

.

Source : Mollat.com

Source : Mollat.com

A la fin des années 60, Isle se passionne pour les loisirs créatifs et son goût pour le patchwork s’affirme réellement en 1980, lorsqu’elle s’installe au Pays-Bas avec son mari. Elle commence à donner des cours mais elle crée aussi des modèles pour des boutiques spécialisées. Afin de fournir à ses élèves de la belle matière pour réaliser leurs ouvrages, elle monte son propre magasin qui, au fil du temps, ressemble davantage à un commerce de gros plutôt qu’à une simple boutique de tissus. C’est donc pour ce choix qu’elle finira par opter, ne devenant désormais plus que grossiste.

Inger, quant à elle, n’a jamais eu d’attirance particulière pour le patchwork. Elle a rencontré son mari à Paris, un américain qu’elle a suivi par amour en allant vivre dans l’Ohio, aux U.SA. Elle coud très peu et ne connais l’existence du patchwork que par l’intermédiaire de sa belle-sœur Isle. Si elle a accepté de la suivre dans un long périple et dans le projet de ce livre, c’est pour le plaisir des rencontres et des aventures à venir.

.

Isle et Inger, source : Editions de saxe

Isle et Inger, source : Editions de saxe

 

Inger s’est donc chargée des biographies tandis qu’Isle a écrit les récits de voyage. Ainsi, dans ce livre, vous avez le point de vue de deux personnes différentes : une quilteuse et une non-quilteuse, ce qui est assez amusant. Elles nous emmènent toutes les deux pour « Un tour des USA, entre nature et patchwork ».

.

Priple-d-Inger-et-Isle-ConvertImage

Périple d’Inger et Isle, source : éditions de Saxe

.

Vous constatez,  sur la carte ci-dessous, que les haltes ont été nombreuses il serait trop long de toutes les retracer ici. Isle les a choisi avec l’aide de l’association « Quilter’s Travel Companion ». Vous vous souvenez? Je vous en avais déjà parlé ici :

https://chroniquepatchwork.com/2015/06/16/quilters-travel-companion/

Suivons nos deux aventurières le temps de quelques haltes !

.

The woolen willow, williamstown,

virginie occidentale

Le Woolen Willow tient son nom des lainages teints, une des spécialités du magasin, qui se trouvait dans une ancienne maison d’habitation, au coeur de la ville.

.

The Woolen Willow, source : Editions de Saxe

The Woolen Willow, source : Editions de Saxe

.

Cette boutique était une véritable affaire de famille tenue par Jenifer Gaston – Jeni – et sa soeur Gretchen Streeter, qui a travaillé un temps à distance. Aujourd’hui le magasin est fermé mais Jeni, Gretchen et leur soeur Judy Williamson ont publié l’ouvrage « Primitive Quilts and Projects Magazine » ainsi que « Host quilting and rug hooking retreats » avec leur autre soeur, Sally Cox.

Le Woolen Willow est désormais une boutique de vente en ligne détenue par Jeni Gaston :

http://www.woolenwillowdesigns.com/

 

quiltsplus, Indianapolis 86 th street,

indiana

 

Je ne pouvais laisser cette étape de côté, tout d’abord parce qu’il s’agit ici d’une des dix meilleures  boutiques sélectionnées par les magazines « Better homes and garden » et « American patchwork et quilting » en 2005. Mais aussi parce que j’ai une affection particulière pour l’état d’Indiana puisqu’il s’agit du prénom de ma fille.

.

Quiltsplus

La boutique Quiltsplus

 

La boutique existe depuis 1977 et elle est tenue par la même propriétaire, Jeanne Moosey depuis 1994. les vendeuses y sont très disponibles et souriantes. Elles guident la clientèle  dans ce magasin si complet qu’il est l’endroit rêvé de toute quilteuse. Parmi les nombreux quilts exposés, l’un d’eux a été surnommé « Omigosh » (« Oh la la « ) : exclamations ébahies des clientes qui admirent le travail fourni.

.

Denise-et-son-quilt-ConvertImage

Denise et son quilt, source : Editions de Saxe

.

De nombreux stages sont proposés ainsi qu’un service parfait de « long arm quilting » et un site de vente en ligne :

http://www.quiltsplus.com

 .

quilt junction, wateford,

oregon

.

Ce commerce a d’abord été tenu par deux associées : Judy Richter et Ruth Bass avant d’être repris, en 2011, par Lana Thomson.

.

Lana thomson

Lana Thomson

Voici un lieu qui doit valoir le détour, tout d’abord,  parce qu’il est situé dans la gare historique de Waterford.

.

quiltjunction

.

Mais aussi, parce que le petit plus de cette boutique est de proposer des retraites de rêve !

.

Spa-Therapy-Room-300x200

Hurst Elm luxe & Spa

Le stage pour ce printemps 2016 se déroulera à l’Auberge de Hurst Elm luxe & Spa! Au programme : quilting, repas gastronomiques et spa durant trois jours… Un séjour magique !

D’autres stages intéressants sont également proposés tels que des classes pour les vraies débutantes qui permet de finir un premier ouvrage en neuf semaines ou encore les réunions du vendredi après-midi pour venir terminer les en-cours.

.

http://quiltjunction.com/

.

J’avoue que l’objet de ce livre ne me laisse pas indifférente! Organiser un voyage à travers un pays où le quilt tient une place de choix, vous qui connaissez mon goût pour les interviews de quilteuses – et quilteurs- françaises mais aussi américaines (lorsque l’occasion se présente), quel rêve! Mais je laisse à Isle et Inger cette belle idée afin que moi, simple blogueuse, puisse vous la retranscrire. Et je continue à rêvasser, derrière mes ouvrages, au jour où je pourrai visiter de vrais quilts shops étasuniens.

.

Les chapeaux avec Domi 1

Mon prochain article, calendrier oblige, sera  consacré

au salon « Tissu et lin en Pays d’Aude » de Pexiora.

Puis, nous reprendrons notre petit « Tour des USA »

@ bientôt,

Natacha Ramora

Partons à la découverte de l’Arizona!

Et si, effectivement,  nous partions découvrir l’Arizona? Barbara Oliver Hartman, l’artiste de mon article précédent est née et a été élevée à Yuma, en Arizona. Cela m’a donné l’envie d’une petite immersion au coeur de cet état qui est sans doute l’un de ceux qui nous laisse encore voir ce que pouvait être l’Amérique avant qu’elle ne soit découverte. Car l’Arizona compte encore aujourd’hui 22 tribus indiennes qui cultivent leur art de vivre. Les paysages, quant à eux,  évoquent le Far West et les couleurs ocres de la terre qui inspirent tant Barbara ne peuvent nous laisser insensibles.

 

arizona1

.

Avec une superficie totale de 295 254 km²  , l’Arizona est le 6ème Etat le plus vaste du pays et l’un des quatre Etats des « Four corners », unique quadripoint du territoire où quatre Etats convergent : Arizona, Colorado, Nouveau-Mexique et Utah.

.

"Four Corners" : Source Wikipédia

« Four Corners » : Source Wikipédia

 

Se positionner sur les quatre Etats en même temps est

une action très populaire sur le site !

 

 

L’Arizona fait également partie de la « Sun Belt », autrement dit « Ceinture du soleil  » qui a une forte croissance démographique en raison de l’héliotropisme*.

* Héliotropisme : Attirance des populations pour une région plus ensoleillée.

 

.

Quelques merveilles à découvrir

Traversé par le majestueux fleuve Colorado, l’Arizona possède des trésors de formations géologiques qui font son succès à travers le monde tels que : Le Grand Canyon, Monument Valley ou encore Meteor Crater.

 

 

Skywalk

Le Skywalk du Grand Canyon

.

The grand canyon

Un des nombreux paysages du Grand Canyon

.

Monument valley

Monument Valley

.

Meteor Crater

Meteor Crater

 

 

.

 Lac Powell et Rainbow Bridge

Mais il y a bien d’autres endroits qui valent le détour !  Nous pourrions peut-être commencer par une petite escale sur le Lac Powell. Il se situe entre l’Arizona et l’Utah et a été crée artificiellement sur le fleuve Colorado par le barrage de Glen Canyon. On y compte pas moins de 96 canyons aux rochers ocres et rouges, dont le Dungeon Canyon qui est encore utilisé aujourd’hui par les Navajos qui y descendent leurs troupeaux de moutons afin qu’ils puissent boire l’eau fraîche du lac mais aussi des grottes, des ruines indiennes, des îles et des formations rocheuses, dont le joyau est le Rainbow Bridge.

 

Rainbow brige

Rainbow Bridge

 

Le Rainbow Bridge National Monument est le plus grand pont naturel au monde. Ce site est sacré pour les indiens et par respect pour leurs croyances, nul ne doit s’en approcher ou passer dessous.

.

Lac Powell

Lac Powell

Le lac est devenu une zone très fréquentée où les touristes s’adonnent au camping, à la pêche ou à d’autres activités nautiques qui sont nombreuses.

.

.
Montezuma Castle

Le Montezuma Castle a été édifié par les indiens Sinagua dans les années 1 100 et il est l’un des habitats troglodytes le mieux conservé en Amérique. Il comporte 20 salles d’une grande hauteur creusées dans une falaise calcaire et démontre la ténacité d’une tribu à survivre dans une zone désertique et hostile.

Montezuma Castle

Montezuma Castle

.
Chiricahua National Monument

 

Situé dans les montagnes du même nom, à 60 kms de Willcox, on y trouve les traces de la gigantesque  éruption volcanique qui secoua la région il y a plus de 27 millions d’années et qui provoqua un dépôt de cendres et de pierre ponce, de nature  hautement silicieuse, sur une hauteur de 640 mètres.

.

Chiricahua National Monument

Chiricahua National Monument

 

.

Tombstone city

La ville de Tombstone est célèbre pour la fusilade d’OK Corral et pour le fait de figurer dans nombres de Westerns. Elle est donc aujourd’hui une ville très touristique avec de nombreuses reconstitutions.

 

Tombstone City

Tombstone City

 .

.

route 66 ou « the mother road »

 La route 66 permettait de joindre Chicago à Santa Monica avant d’être détrônée par les interstates. Elle traverse huit Etats dont l’Arizona et a servi de décor à l’inoubliable film « Bagdad Café » (sur une portion de route très difficile à trouver) et à l’adorable dessin animé « Cars », pour ne citer qu’eux. Aujourd’hui, des actions sont mises en place pour préserver cette route mythique.

 

Route 66

Route 66, près de Flagstaff

.

.

les tribus

Divisé en 15 comtés, l’Arizona englobe 21 réserves indiennes. Selon le North American Jewish Data Bank, ce sont les Navajos qui sont les plus nombreux (44,3%), viennent ensuite les Apaches (8,4 %), puis une petite vingtaine d’autres tribus qui, pour la plupart, vivent dans les réserves.

Les aiguilles jumelles dressées dans le Canyon de Chelly ont une grande importance pour le peuple Navajo car c’est ici qu’habitait une de leurs principales divinités, la Femme Araignée. Selon la légende, celle-ci aurait transmis son art du tissage à la « Femme qui change ». Cette autre divinité, à l’origine, elle, de la création des Navajos, aurait filé une toile d’arcs-en-ciel entre les 2 pics et les parois qui les entourent.

 

Aiguilles jumelées

Canyon de Chelly, aiguilles jumelles

 

Dans la spiritualité des Navajos, le chiffre 4 revêt une importance quasi-divine. Leur art, lié à cette spiritualité, s’exprime à travers quelques représentations visuelles telles que les couvertures à motifs géométriques et teintes vives ou encore dans les bijoux de cuivre.

.

Tissage Navajo

Tissage Navajo

 

Les hommes portaient les tapisseries autour des épaules, tandis que les femmes et les enfants s’enveloppaient dans des couvertures. Ces dernières servaient aussi pour couvrir les lits, le sol, les selles ainsi que des sacs. Elles offraient un aspect utilitaire et avaient la réputation de pouvoir « contenir un seau d’eau sans en renverser une goutte ».

 

.

Le North Rim

Barbara Oliver Hartman est née dans le Sud-Ouest de l’Arizona, une partie très désertique et elle aime cette beauté aride qu’hélas les gens ne voient pas. Elle adore le North Rim du Grand Canyon, beaucoup moins fréquenté que les rives du sud. Du Lodge Hotel situé sur la rive nord qu’elle affectionne particulièrement, on peut emprunter des sentiers magnifiques pour découvrir des paysages qui demandent un certain effort pour y accéder!

.

lodge

grandcanyonlodgenorth.com

 

à cheval dans le North Rim

à cheval dans le North Rim

 

 

.

Et les quiltshops bien sûr!

Le site Generations Quilt Patterns recense une petite soixantaine de boutiques de patchs pour laisser parler la créativité des quilteuses.

http://www.generations-quilt-patterns.com/arizona-quilt-stores.html

 

Une petite sélection alléchante…

à Mesa :

 

cabbagerose

Cabbage Rose Quilt shop

cabbage2

http://www.cabbagerosequiltshop.com/
.

à Lake Havasu City :

a material obsession

Material Obsession Quilt Shop

a material 2

http://www.amaterialobsession.com/index.htm

.

à Phoenix :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

3dudes2

                                                                                                     3Dudes Quilting

http://www.3dudesquilting.com/

 

J’espère que cette petite balade en Arizona vous a plu. J’avais tant envie que nous rêvions un peu!

Désormais, pour gagner toujours plus en clarté et afin de vous donner des repères, chères lectrices et lecteurs, je publierai mes articles chaque mardi, dès la rentrée de septembre. Pour ces vacances estivales, je m’autorise, moi aussi, un rythme un peu plus cool (une publication par quinzaine) afin de profiter de mes vacances qui approchent à grands pas! Youpi!

Merci infiniment de votre fidélité,

Logo Chroniquepatchwork

                                                                                                                 Natacha

Quilters’ Travel Companion

Si j’évoque le nom de Colorado Springs, la plupart d’entre vous vont penser à « Docteur Quinn, femme médecin », une série relatant la vie de l’une des premières femmes diplômées à exercer la médecine au fin fond du Colorado, dans une ville naissante.

Mais pourtant non, même s’il y a quelques épisodes où nous apercevons les femmes de la bourgade réunies autour d’un même quilt –  ce qui nous fait comprendre l’importance qu’a le patchwork dans leur quotidien – je ne vous parlerai pas de ce feuilleton.

C’est sur un guide que je voudrais aujourd’hui attirer votre attention. Comme vous le savez, l’art du quilt est très développé Outre-Atlantique. Que ce soit aux Etats-Unis ou au Canada, les manifestations, expositions, festivals, Guildes et boutiques sont nombreux à travers ces états.  Nombre d’entre vous ont pu découvrir avec enchantement, lors d’un voyage, des magasins de patchwork et courtepointes perdus au milieu de nulle part. Ces pays sont très étendus et leurs habitants ont donc l’habitude de parcourir de nombreux miles pour se rendre d’un endroit à l’autre.

C’est ainsi qu’Audrey Swales Anderson  a eu une idée lumineuse !  Celle de créer un guide regroupant tous les évènements et boutiques ayant trait au quilt…tout du moins, ceux dont les commerçants ou organisateurs veulent y figurer : le QUILTERS’ TRAVEL COMPANION

.

quilters travel companion

Le guide 2014-2016

 .

Ce guide est une « bible » pour les quilteuses, assurées de toujours trouver en chemin de quoi se réapprovisionner ou de pouvoir se rendre dans l’une des nombreuses manifestations. En effet, ce livre liste plus de 3 500 boutiques et plus de 1 200 évènements!

.

USA et Canada

Zones géographiques couverte par le guide : Les Etats-Unis et le Canada

.

Les magasins sont regroupés par zones géographiques et pour chacun d’entre eux est précisé quels produits vous y trouverez et l’agencement afin de vous en faciliter l’accès. Mais il recense aussi quelques liens intéressants tels qu’une entreprise qui vend des produits pour laver vos courtepointes délicatement  ou une guitariste acoustique dans la veine de Joan Baez pour animer vos expositions de quilts.

Enfin, grâce au Quilters’ Travel Companion,  vous trouverez aisément des « Quilting retreats », dans l’Etat qui vous fait envie, c’est-à-dire des stages de quilt avec hébergement compris n’importe où à travers les USA! Le rêve pour beaucoup d’entre nous!

.

"Retreats" au Crazy Quilt Shop, Etat de Washington

« Retreat » au Crazy Quilt Shop, Etat de Washington (petit clin d’oeil à ma copine Corinne, qui, j’en suis sûre, se reconnaitra!)

 

kedarquilts

ou, pourquoi pas au Kedar Quilts, dans le Maine…bref, vous aurez l’embarras du choix!

.

Le Quilters’ Travel Companion est édité tous les deux ans et une mise à jour est publiée tous les 6 mois dans un bulletin d’informations directement téléchargeable sur le site.

Vous trouverez sur cette page web justement, une mine d’informations qui figurent dans le guide afin de le compléter, je vous engage donc vivement à cliquer sur le lien ci-dessous

.

http://www.quilterstravelcompanion.com/

.

Vous ne pouvez malheureusement pas commander le Quilters’ Travel Companion sur le site qui lui est dédié, car ils ne servent essentiellement que les Etats-Unis, mais vous pourrez vous le procurer sur  Amazon version US.

Le rêve serait d’avoir un même guide en France regroupant tous les évènements et boutiques de patchwork!

@ bientôt

Logo Chroniquepatchwork

                                                                                                                                        Natacha

Les Twisted Stitchers, Seconde partie

Le Texas est l’un des Etats que je rêverai le plus de visiter, pour ses paysages superbes, dans ce vaste pays que sont les USA.

.

Canyon de Palo Duro

Canyon de Palo Duro

.

D’après Wikipédia, Le Texas est un état du Sud des Etats-Unis, le plus vaste du pays (696 241 km2) après l’Alaska et le deuxième le plus peuplé derrière la Californie. Selon les dernières estimations, la population est de 26,9 millions en 2014. Si sa capitale est Austin,  Dallas-Fort Worth est son agglomération la plus peuplée. Le Texas est en fait  plus grand que la France métropolitaine. Si l’on avait la possibilité de faire un décompte du nombre de quilteuses texanes, nous serions sans doute peu étonnés de comprendre pourquoi le Dallas Quilt Show est considéré comme l’un des plus important aux USA.

Mais reprenons notre découverte des Twisted Stitchers, petit groupe d’artistes textiles de Dallas :

 sandy brawner

.

Sandy brawner

.

Si aujourd’hui Sandy Calhoun Brawner est une jeune retraitée qui coule des jours heureux en Floride, elle s’est beaucoup investie dans son art en tant que designer et dans son quilt shop. Elle a créé un grand nombre de tissus Moda et a ouvert sa boutique « Quilt Country » en 1995 qu’elle  a tenue pendant 19 ans. A l’occasion du 10ème anniversaire de son magasin, elle a créé la ligne « Bali Batik ».  Sa boutique a été reprise l’an dernier, nous souhaitons donc à Sandy une heureuse retraite!

 

La boutique "Quilt Country"

La boutique « Quilt Country »

 

"Strip Happy", Designer Sandy Calhoun Brawner

« Strip Happy », Designer Sandy Calhoun Brawner

 

~~~~~~~~~~~~

Becky jackson

 

Becky Jackson

Becky Jackson

.

Becky est une artiste textile qui trouve son inspiration première dans la couleur. Ce sont toujours les couleurs qui vont définir ses oeuvres. Afin de se perfectionner et d’acquérir une excellente technique, elle s’est inscrite dans un « Community College » où elle a intégré tous les cours d’art existants. Elle aime apprendre de nouvelles techniques, ce sont toujours des challenges pour elle. Elle enseigne son art au travers de stages.

.

 

Insecte

Un quilt sur la poésie de la nature

.

3 D

Une mise en relief fantastique !

.

http://beckyquilts.com/

.

 ~~~~~~~~~~~~

.

 Sherrie Tootle

Sherrie Tootle

Sherrie Tootle

.

Sherrie Tootle est une artiste textile qui enseigne son art en dispensant des cours à la Irving Art Association. Elle est actuellement la Présidente du « Focus Fiber », exposition qui vient de se terminer.

.

Rock on!

« Rock On ! » par Sherrie Tootle

http://artgroupsdfw.com/classes-workshops/free-basic-classes-in-fiber-art-by-sherrie-tootle/

 

http://www.dallasfiberartists.org/shows-events/the-fine-art-of-fiber/

 ~~~~~~~~~~

.

Frances Haffer

.

frances hafer

Frances Hafer

.

Elle est une des membres actives de la Guilde de Dallas dont elle a été la Présidente. Cette année, elle a été Co-Présidente du bloc challenge du  festival « Dallas Quilt Show ».

.

http://www.quiltersguildofdallas.org/

~~~~~~~~~~~~

.

barbara lange

.

Barbara

Barbara Lange

.

Barbara Lange est une artiste textile très investie et passionnée. J’aime particulièrement ses oeuvres que je trouve originales et pleines de fantaisie. J’ai écrit un article sur elle grâce aux nombreux mails échangés . Elle est un peu la marraine de  mon blog dans la mesure où ce fut la première artiste qui a accepté d’être interviewée et qui a toujours répondu présente, malgré son emploi du temps chargé.

.

Gaudi

« Gaudi »

.

Retrouvez son interview ainsi que toutes les infos la concernant ici :

https://chroniquepatchwork.com/category/artistes/

 .

~~~~~~~~~~~~

.

julie upshaw

.

 

Julie Upshaw today

 

.

quilt julie upshaw

.

Julie Upshaw est aujourd’hui spécialiste reconnue dans les troubles du langage notamment de l’autisme et de l’apraxie de l’enfant mais elle enseigne aussi l’art dans un lycée international. Si elle ne quilte plus depuis quelques années, ses oeuvres ont été exposées dans les galeries et musées. Vous les trouverez  aussi dans les revues d’art ou sur les murs de sa salle d’attente. C’est elle qui a fondé le groupe des Twisted Stitchers. Peut-être reprendra -t’elle l’art du quilt plus tard, elle laisse une porte ouverte…

.

http://wordscount.org/julie.html

.

Ici une interview intéressante de Julie John Upshaw :

http://www.allianceforamericanquilts.org/qsos/interview.php?kid=14-31-23C

~~~~~~~~~~

.

Carol morrissey

.

carol-Morrissey-ConvertImage

Carol Morrissey

Rien d’étonnant à ce que Carol Morrissey soit elle aussi une artiste textile puisqu’elle est la cinquième génération de sa famille qui soit dans l’artisanat. Dans la maison de son enfance, la machine à coudre et les « fournitures d’art » tenaient une place primordiale. Aujourd’hui, elle possède des centaines de bobines, des milliers de boutons, 2 machines Long Arm et plusieurs machines à coudre! Une véritable passionnée ! Elle avoue aussi avoir toujours son appareil photo à la main. En vraie professionnelle, elle a plusieurs cordes à son arc : le Long Arm, une boutique en ligne où elle vend des modèles d’appliqués, de piécés, mais aussi ses modèles d’Exactagon dont elle est la créatrice.

Carol expose à l’international, dans de nombreuses manifestations, des quilts saisissants de réalisme!

.

Iguane Carol Morrissey

« Iguana », Carol Morrissey

Poppy, by ocarol designs by Carol Morrissey

« Poppy », Carol Morrissey

http://www.ocaroldesigns.com

.

Mais les Twisted Stitchers, ce sont aussi : Debbie Herring, Joan Lusk et Judy Kriehn…

.

Voilà, notre petite balade Texane s’achevant ici, j’espère qu’elle vous a plu. Peut-être rencontrerez-vous au détour d’un salon français quelques-unes de ces artistes. Je ne manquerai pas de vous présenter plus en détail certaines d’entre elles avec un joli portrait, voire même, pourquoi pas, une interview…. 😉

.

N@tacha    santiags texas

Les Twisted Stitchers de Dallas – première partie

Je tiens à remercier vivement Barbara Lange ainsi que
Terry et Anne Mosher pour leur aide précieuse sur cet article

.

Lors de mon échange avec Barbara Lange, elle m’avait confié faire partie de plusieurs groupes dont celui des Twisted Stitchers de Dallas.

Qui est ce groupe?

Qui sont-elles?

Je vous propose aujourd’hui un voyage vers le Texas afin de vous faire découvrir leurs univers.

Texas Stetson

Le groupe fêtera, durant ce mois d’avril, ses 15 ans puisqu’il s’est formé pour la première fois au printemps de l’année 2000. C’est Julie Upshaw qui a fondé le groupe après avoir quitté Austin pour Dallas. Elles se réunissent aujourd’hui dans un quilt shop local et sont une petite vingtaine. Elles ont plaisir à partager, entre membres, diverses techniques telles que : teinture de tissu, peinture sur tissu, design de surfaces, long arm quilting, piqué libre, perlage, éléments 3-D, imagerie numérique, peinture de fil. Elles sont toutes des artistes textiles.

L’élargissement du groupe à la dimension européenne s’est fait lorsque Barbara, qui est allemande et a vécu plusieurs années aux Etats-Unis, a intégré le groupe puis est repartie vivre dans son pays tout en restant membre de cette petite communauté.

Si elles ne se rencontrent  pas régulièrement, elles font en sorte de se réunir dès qu’elles en ont l’occasion et souhaitent faire perdurer et avancer l’art du quilt contemporain. Elles préparent donc des projets et certaines d’entre elles ont participé à  l’Exposition sur le Rayonnement à Genève dont je vous avais parlé dans l’article consacré à Barbara. Vous en connaissez probablement certaines…

 

 

Partons découvrir leurs univers respectifs :

.

Tonya Littmann

 

Tonya Littmann

Tonya Littmann

.

Tonya Littman est Artiste Textile et Designer Graphiste pour son propre compte depuis 1989 à Denton auTexas.  Voici deux de ses oeuvres  réaliséés pour le Dallas Quilt show – où elle a égalemment donné une conférence – et qui ont chacune gagné un ruban !

.

"Winter Chill"

« Winter Chill »

.

"Obsession"

« Obsession »

.

http://www.tonyalittmann.com/

http://tonyalittmann.blogspot.fr/

 

~~~~~~~~~~

barbara oliver hartman

 

Barbara Oliver Hartman

Barbara Oliver Hartman

.

Barbara a découvert l’art du quilt dans les années 80 et elle se définit aujourd’hui comme une « Quiltmaker ». L’artisanat a été présent très tôt dans son enfance puisque ses parents étaient, pour l’une, couturière à son compte et pour l’autre artiste armurier et coutelier de talent. Sa grand-mère, quant à elle, confectionnait déjà traditionnellement des courtepointes avec des chutes de tissus et de vieux vêtements pour ses proches. Nous pouvons ressentir à travers le style de Barbara les influences de la région où elle est née, l’Arizona. En plus de donner des conférences et d’animer des ateliers, elle expose et a gagné des prix dans de nombreuses manifestations.

.

celebration_in_red

« Celebration in red », Best of show du festival international Quilt Pacifique

.

"Kaleidostar", l'un des deux quilts ayant remporté le  "New Quilts from an Old Favorite"

« Kaleidostar », l’un des deux quilts ayant remporté le « New Quilts from an Old Favorite »*

 

http://www.barbaraoliverhartman.com/

 

 * Le « New Quilts from an Old Favorite » est un défi organisé par le Museum of the American Quilter’s Society (MAQS). Il s’agit d’utiliser un bloc traditionnel ancien afin de créer une courtepointe moderne. Le gagnant est en vedette sur le livre du concours d’entrée du prochain défi.

~~~~~~~~~~

 

                       Krissy Brawner

 

Krissy

« Self portrait »

 

 Krissy Brawner est long-armeuse en Floride, à Palm Harbor.
C’est avec beaucoup de passion qu’elle quilte des ouvrages que d’autres mains passionnées ont confectionnés. L’une de ses clientes et elle-même viennent de décrocher un ruban de récompense pour le quilt ci-dessous au Dallas Quilt show ! Admirez le travail !

 

ruban pour quilt Krissy

La gagnante du prix pour une courtepointe quiltée par Krissy

.

Détail quilt ruban krissy

Détails du quilt

.

http://krissysquiltingarts.blogspot.com/

http://krissysquilting.smugmug.com/LONGARMQUILTING

 

———–

 

Sharon Zeiner

 

Sharon Zeiner est designer. Elle crée des kits de patchwork tel que celui-ci :

.

Diamond in the Window

.

Vous pouvez acquérir ce kit sur internet chez des boutiques en ligne US comme Quiltcountry ou  The Virginia Quilter.

http://www.virginiaquilter.com/

http://www.quiltcountry.com/

 

~~~~~~~~~~

 Deborah Boschert

 

deborah-boschert-350x350

Deborah Boschert

.

Deborah est une artiste textile. Elle travaille essentiellement sur le quilt et la fibre et ses ouvrages ont été publiés dans de nombreux livres et magazines à travers le monde. Elle enseigne sont art grâce à  de nombreux stages. Vous pouvez la retrouver sur son site qui est plein de fantaisie!

.

http://deborahsstudio.com/

 

"Tabletop Horizons"

« Tabletop Horizons »

 

"Obviously Chocolate"

« Obviously Chocolate »

 

~~~~~~~~~~

Robin williamson

 

Robin-williamson-ConvertImage

Robin Williamson

.

Robin a commencé le patchwork dans les années 80 mais s’est réellement investie durant les années 90 quand elle a commencé à travailler plus assidument sur ses ouvrages. Elle a décidé d’intégrer un cours de débutants pour voir ce qu’elle pourrait apprendre et elle a eu la chance d’avoir un professeur, Susie Emmons, qui, repérant son talent, l’a poussée vers l’art textile. Graphiste de profession, Robin possède sa propre entreprise mais elle espère pouvoir un  jour vivre uniquement de son art.

.

 

Voldemort

« Voldemort » , ce quilt n’ayant pas de nom, il a été intitulé ainsi! Il est tellement plus beau que son homonyme de « Harry Potter »…

.

http://www.robinwilliamsonquilts.com/

 

à suivre…

N@tacha Ramora