La passion au bout des doigts, première partie

Il est une petite commune dans le département de l’Aude, à deux pas de Castelnaudary, où une association bouscule la tranquillité de la bourgade au moins deux fois par an : Pexiora!

 

 

 

Les doigts fourmillent, les mains s’activent, les coeurs s’emballent à l’approche des manifestations artistiques qui vont animer le bourg  et derrière son écran, Guigou et ses Guitounettes s’activent avec ardeur tandis que Geneviève vous allèche avec ses programmes!

Certaines et certains d’entre vous auront sans doute compris que je souhaite vous parler aujourd’hui de l’association :

« La passion au bout des doigts »

 

« La passion au bout des doigts » ce sont :

– Un groupe de personnes dynamiques et motivées,

– Deux salons : « Le week-end des créateurs » et le réputé « Tissus et Lin en Pays d’Aude »,

– Et enfin, un blog plein d’humour, celui de Geneviève (dite Gene), qui relaye l’information de son association et s’applique à faire partager sa bonne humeur à ses lecteurs.

 

Le-bureau1

Guy (dit Guitou) et ses Guitounettes : au premier rang, de gauche à droite : Claudie, Jeannine et Annie. Derrière, de gauche à droite : Guy, Sylvie, Lydie, Esther et Geneviève

.

Si vous me le permettez, Je vais reprendre les propos amusants de Gene pour vous présenter chaque membre :

Claudie: Trésorière, celle qui a le carnet de chèques, à ménager…

Jeannine : Secrétaire particulière du Président, accessoirement son mari !

 Annie : Secrétaire en chef, une efficacité redoutable de professionnelle

Guy (dit Guitou) :  Président des Guitounettes….il en a de la chance ce Guitou ! Il est bien entouré !

Sylvie : Econome, qui compte ses gobelets et ses morceaux de sucre …

Lydie, Esther et Bénédicte (cette dernière était absente sur la photo ce jour-là) :  les petites mains à tout faire indispensables

Geneviève : au blog bien sûr !

 

L’histoire a commencé il y a 20 ans. Geneviève faisait partie des parents d’élèves mais, hormis quelques réunions annuelles, rien n’était fait comparativement à d’autres communes, comme par exemple dans le Gers où son beau-frère et sa belle-soeur, instituteurs, lui expliquaient les diverses manifestations organisées.

Que cela ne tienne, avec quelques parents d’élèves pleins de bonne volonté, un loto pour les enfants a vu le jour, ce qui a permis de récolter un peu d’argent pour ces bambins. Au fil du temps des personnes se sont rajoutées et finalement, ce loto pour les enfants est devenu un loto pour les adultes. Puis, l’équipe de cette association a créé  » Le Week-End des Créateurs », la commune ayant quelques passionnés d’artisanat du cuivre ou de la peinture sur soie, comme Gene par exemple. Mais les enfants ont grandi…le rôle de parents d’élèves n’a qu’un temps…il fallait se résoudre. Que faire de tout cet entrain désormais?

.

fleurs entre les doigts pieds

.

Notre petite équipe, bien rodée et fière du travail accompli a décidé de continuer l’aventure autrement. La cagnotte a été remise aux parents d’élèves reprenant le flambeau et notre joyeuse bande a monté une autre association, celle que je vous présente aujourd’hui sous le nom de « La passion au bout des doigts ».

Le premier salon, « Le Week-End des Créateurs » a donc été reconduit d’années en années, avec une motivation jamais démentie!

 

.

week end des créateurs bat son plein

Le » Week-end des Créateurs » bat son plein!

.

En 2009, les membres ont eu envie de se lancer un nouveau défi ! Le club de patch et point de croix  du village « Tchatche et Petits Points » ayant pris de l’ampleur, Gene a proposé d’organiser un salon sur ce thème car cela manquait au sud de la Loire. Stupeur ! Etonnement! Mais quelle idée enfin !

Pourtant, elle a su convaincre car elle a une motivation à toutes épreuves! Elle a donc téléphoné à quelques présidentes de club qui se sont lancées dans une telle aventure, telle que Muriel Burggraf à Puget-sur-Argens afin d’obtenir des renseignements. Puis  des artistes comme Marie-thérèse Saint-Aubin ont été démarchées par les membres et ont accepté de venir pour cette première édition.

L’équipe possédait déjà le savoir-faire pour l’organisation d’un salon et connaissait cet univers puisque plusieurs membres de l’association étaient adhérentes du club patch et point de croix.

.

Pochette en lin Bavoir en boutis

                  Admirez au passage deux magnifiques ouvrages du club :                                                      Pochette en lin et bavoir en boutis !

.

Il ne restait plus qu’à relever ses manches et trouver les idées qui attireraient les visiteurs…et pour ce faire, vous pouvez avoir confiance dans l’équipe de choc qui regorge de fantaisie et de bonne humeur. Gene et Dominique (une ancienne de l’association qui a beaucoup donné de son énergie ) ont customisé de grandes capelines et sont parties au  Salon « Tendances Créatives » de Toulouse distribuer leurs flyers. Il faut dire que ces dames, ne travaillant pas, avaient plus de temps pour un tel amusement….pendant ce temps, nos autres membres travaillaient ! Bref, elles ont eu beaucoup de succès et peut-être les avez-vous aperçues cette année-là, au détour d’une allée,  si vous vous y êtes rendues.

 

 Et voici donc la réponde à l’énigme !!!!

 

Les chapeaux avec Domi 2

Gene et Dominique, un passage remarqué à Toulouse!

 

Cette sympathique « campagne publicitaire » a contribué au succès du Salon de Pexiora « Tissus et Lin en Pays d’Aude  » qui a accueilli, pour sa première édition de 2010, 1700 visiteurs sur 2 jours ! Au soir de la clôture de ce premier salon, l’équipe et les exposants ont reconnus être abasourdis par un tel succès. La décision de mettre en place, désormais, un salon sur 3 jours fut immédiate afin de respecter les règles de sécurité. Evidemment, nos joyeux membres auraient pu choisir de déplacer l’évènement dans une autre commune, dans une salle plus spacieuse. Mais le Salon de Pexiora ne serait plus le salon de Pexiora de la sorte!

Cet évènement anime la commune et fait travailler les commerçants car pour eux, « Tissus et Lin en Pays d’Aude » représente des journées à fort chiffre d’affaires. Peut-être faudrait-il parvenir à convaincre Monsieur le Maire de construire un espace plus grand !  (moi je dis çà, je dis rien hein ….).   Si la Mairie n’apporte pas d’aide financière à l’association, elle prête la salle gracieusement et les employés s’occupent d’aller chercher le matériel nécessaire au dépôt.

Quant aux membres de l’équipe, on a soigneusement veillé à utiliser les compétences de chacun pour la préparation des salons, ce qui ne fait pas de difficultés vu qu’ils sont toutes et tous des amis de longue date qui se connaissent bien. Gene pense que si le Salon « Tissus et Lin… » perdure encore aujourd’hui, c’est que l’association n’est destinée qu’à cela, le club de patch et broderie étant totalement indépendant. C’est donc une équipe motivée qui est là pour faire avancer les choses. Et de la motivation, Guy et ses Guitounettes en ont à revendre car l’argent récolté est destiné à des associations caritatives :

– Restos du coeur,

– Chiens d’aveugles,

– Jeunes leucémiques dans les hôpitaux pour financer des consoles et jeux vidéos…

Il y a quelques temps, ils ont redonné une belle impulsion aux « clowns » dans les hôpitaux qui n’avaient plus de subventions. Grâce à la somme versées par l’association, les « clowns » ont pu redémarrer le projet! En suivant le lien ci-dessous, vous pourrez-voir les nombreuses associations caritatives qui ont pu bénéficier de l’aide financière offerte généreusement par « La passion au bout des doigts »  suite au Salon 2015 !

.

http://lapassionauboutdesdoigts.fr/category/salon-2015/page/2/

.

Donc, vous l’avez compris, c’est aussi la générosité qui anime « La passion au bout des doigts », se surpasser et s’investir pour donner aux autres ! Je n’ai eu à faire qu’à Geneviève qui a eu la gentillesse de discuter longuement avec moi et je trouve que cette image lui correspond bien : Générosité et Optimisme, auxquels vous pouvez rajouter le bel accent chantant du Sud-Ouest! Et je sais qu’il en est de même pour le reste de l’équipe, qui, encore en activité, trouve le temps et l’envie de s’investir dans de beaux projets!

Je vous propose de lire la suite lundi matin 8h33 !

N@tacha

.
Et je souhaite d’ores et déjà une bonne fête à toutes les mamans, j’espère que vous serez comblées non pas de cadeaux mais de gestes d’affection !

coeur pieds et mains

 

Quelques puces et expos à venir

 

 

Puces des couturières nocturnes Petit rappel pour les Lyonnaises : Puces des couturières nocturnes  le vendredi 29 mai à la Croix-Rousse. Cliquez sur l’affiche pour plus de renseignements

 

 

 

A l’attention des habitants du territoire de Belfort et de la région Franche-Comté :

 

                   Pour ses dix ans, le Club de broderie « Si les points m’étaient contés »… organise Noël en juin, une lumineuse exposition sur l’art du fil et ses traditions regroupant de multiples disciplines en lien avec l’art de la broderie. L’exposition aura lieu à Vézelois, près de Berlfort, les 13 et 14 juin.

 

Noel en juin recto

 

Noel en juin verso0004

Retrouvez la liste des exposants en cliquant sur l’image ci-dessus

@ très vite !

Natacha.

 

Françoise Aubert, une boutique de patchwork au coeur du Château de Bessey-lès-Citeaux

C’est au détour de petites routes qui fleurent le bon vin tels que Nuits-Saint-Georges ou Vosne-Romanée que je rejoins Françoise Aubert au cœur de sa demeure et de son Quilt-shop. Nous voici au Château de Bessey-lès-Cîteaux, dans la Bourgogne profonde. C’est ici que Françoise et Philippe Aubert ont créé leurs chambres d’’hôtes il y a 15 ans et que Françoise a monté sa boutique de patchwork.

.

P1110159

 

Ce sont ses parents qui ont acheté cette belle bâtisse inoccupée dans les années 60. Ils ont dû entreprendre, à l’époque, de gros travaux de charpente. A leurs décès, Françoise et son mari ont aménagé au Château afin de tenir une promesse faite aux parents quelques années plus tôt. Ils ont à leur tour mis en œuvre des travaux : restauration de planchers et rafraîchissement des pièces.

 

Hall d'entrée du château

Hall d’entrée du château

 

Petit salon romantique sous l'escalier

Petit salon romantique sous l’escalier

.

Puis, ils ont fondé les chambres d’hôtes et la boutique. Françoise a tenu absolument à conserver intactes les peintures qui ornent l’une des pièces car elles sont partie intégrante de l’histoire du château. En effet, pendant la seconde guerre mondiale, le château a d’abord été occupé par les allemands puis par les pilotes d’Outre-Atlantique, le 320ème « Bom group ». Il était situé entre deux aéroports (à l’époque, aérodromes militaires) : Dôle-Tavaux et Dijon Longvie. La base militaire de Longvie étant engorgée, quelques avions ont été déplacés à Dôle-Tavaux. Les pilotes américains ont été emmenés chaque jour par camions. Finalement, le maire de Tavaux leur trouva quelques chambres chez l’habitant. C’est ainsi que le château de Bessey-Lès-Citeaux fut réquisitionné. Ce sont les soldats américains qui ont peint les dessins ci-dessous dans la pièce leur servant de bar. Certains pilotes vétérans sont revenus à Bessey-lès-Citeaux pour le grand plaisir de Françoise qui s’est inspirée de ce fait pour faire un magnifique Memory-quilt reprenant les faits marquants de cette épopée.

.

P1110144 P1110143

 Fresques murales réalisées par les pilotes américains

P1110134-ConvertImage

Détails du Memory quilt, reproduction de photos sur tissus

 

P1110130-ConvertImage

Memory quilt

 

 

Alan Day, un des vétérans originaire d’Auckland, en Californie, se rendant en France, a souhaité revoir le château. Ne parvenant pas à le retrouver, il a finalement étudié minutieusement une carte afin de retrouver cet endroit si chargé d’émotions et il a ainsi pu venir saluer Françoise et renouer avec ses souvenirs. Ralph Thomas Waldrop, un autre pilote originaire de Paducah, Texas, est venu lui aussi revoir cette demeure et a noué avec notre quilteuse des liens d’amitié, à tel point qu’elle est parvenue à le traîner au Quilt show de Paducah.

.

P1110131

Reprodution des photos de Ralp Thomas Waldrop sur tissu

.

Mais revenons à notre époque. C’est à l’aube du nouveau millénaire que Françoise et Philippe Aubert ont  ouvert une première, puis une seconde chambre d’hôtes.

.

P1110158

Accès aux chambres d’hôtes

.

C’est pourtant le magasin de patchwork qui a ouvert ses portes le premier. Françoise, passionnée depuis de nombreuses années, pensait qu’une telle boutique s’accorderait à ravir avec le cadre du château.

.

P1110155

Françoise Aubert au coeur de sa boutique

.

Elle me confie avoir été très impressionnée, lors de ses voyages aux US.A, de voir des quilts-shops disséminés à travers le pays au milieu de nulle part, telle cette échoppe en préfabriqués dans les bois et qui tournait bien grâce aux premiers pas des sites de vente en ligne.

.

boutique de quilt

Boutique perdue au milieu des bois dans l’Oregon (source : http://la-bricole.blogspot.fr/2008/10/usa-2008-oregon-crater-lake-et-cote.html)

.

L’art du quilt, elle l’a découvert grâce au somptueux plaid rouge et blanc suspendu dans l’escalier d’une amie de la région parisienne il y a plus de 20 ans. Lorsque celle-ci lui a dit l’avoir confectionné elle-même, elle a voulu se lancer dans l’aventure ! Qui pouvait prévoir qu’elle allait faire de cette passion un travail à temps complet ? C’est auprès de Mme Talovici, de « Colorado Quilt », à Dammartin-en-Goële, qu’elle a appris à faire du patchwork. Ce qu’elle aimait particulièrement, c’était de récupérer les tissus, de les mélanger et les assembler pour en faire de superbes ouvrages.  Elle a toujours eu une affection particulière pour les quilts des grands-mères américaines. Il faut dire qu’elle est très attachée à la culture Outre-Atlantique du patchwork. Notre charmante hôtesse (qui a d’ailleurs été hôtesse de l’air puis Chef de cabine chez Air France) a beaucoup voyagé et se rend encore régulièrement aux Etats-Unis sur les salons et expositions. Cela lui permet de connaître toutes les nouvelles techniques, telle que les « Crazy paniers », afin de les transmettre par le biais de l’amie qui l’assiste durant les cours.

 

Crasy paniers

Crazy paniers

.

Afin de mettre en avant les nouvelles collections de tissus, Françoise confectionne régulièrement des quilts qui servent d’exemple, qui mettent en scène les tissus! Elle réalise ainsi des plaids superbes qui inspirent ses clientes. Elle aime énormément les plaids traditionnels et notamment les reproductions d’anciens de chez Windham.

 

P1110136-ConvertImage

Bannières des Présidents américains

.

Il y a peu, elle a eu le privilège d’accueillir Lynette Anderson au château. Celle-ci  souhaitait organiser des stages dans ce cadre champêtre. Leur histoire s’est tissée au fil des ans. Françoise a tout d’abord acheté des patrons et tissus de Lynette par le biais de Rinatex. Pendant presque 20 ans, elle apercevait la Designer sur les salons et lorsqu’elle  lui a donné sa carte de visite, Lynette l’a glissée dans sa poche. Puis un jour, cette carte de visite a inspiré la designer pour faire son fameux « château hexagone ».

 

chateau hexagon

« Château Hexagon » par Lynette Anderson

 

 

Elle est venue visiter la demeure et a mis en place, il y a 2 ans, ses stages au château de Bessey, pour la plus grande joie de celles qui auront eu la chance d’y assister. Cette année encore, 3 jours de stages se dérouleront à Bessey. Pour les inscriptions, c’est par ici :

http://www.littlequiltstore.com.au/shop/category/quilt-camp-france-2015/

Lynette attentive auprès de ses élèves

Lynette attentive auprès de ses élèves

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Aujourd’hui, Françoise Aubert songe sérieusement à passer le relais à ses enfants. Son fils Philippe et sa belle-fille Tifany sont en passe de reprendre les chambres d’hôtes, quant à sa fille Aurélie, c’est elle qui aujourd’hui est la responsable du magasin. Pourtant, c’est encore Françoise qui vous accueille à la boutique, les horaires sont plus légers certes, mais elle prend son temps pour quitter définitivement cet endroit qui a représenté toute une seconde partie de vie professionnelle. Pour Françoise, vous l’aurez compris, le patchwork est la grande passion de sa vie et elle tirera l’aiguille et se rendra sur les salons en France et à l’étranger encore bien longtemps. Qui sait si, après sa boutique de patchwork, elle pourra se résigner à laisser définitivement un monde professionnel qui lui a tant apporté…?

Natacha Ramora

 

P1110148

Quelques-uns des nombreux plaids réalisés par Françoise

 

http://chateau.bessey.free.fr/

 

Le point de Croix-Rousse, Marie-Sol Gros : un magasin de patchwork au coeur de la Croix-Rousse

 

P1100986

Marie-Sol Gros dans sa jolie boutique « Le Point de Croix-Rousse »

 

Le 8 janvier 2000, Marie-Sol Gros ouvrait pour la première fois les portes de sa boutique « Le Point de Croix-Rousse », qui , comme son nom l’indique, est située dans le joli quartier de la Croix-Rousse, dans le 4ème arrondissement de Lyon.  Belle façon pour Marie-Sol de débuter ce nouveau millénaire sous le signe d’une reconversion professionnelle réussie. Cette ancienne secrétaire médicale était sans doute trop sensible aux pathologies parfois lourdes qu’elle rencontrait dans son travail et elle souhaitait se diriger vers quelque chose de beaucoup plus léger. Vivement encouragée par son mari, elle avait deux options possibles, la cuisine ou le point de croix, ses deux passions (petit aparté: Véronique, de L’Atelier des ABCDaires est également venue au patchwork par le biais du point de croix). Elle a choisi la seconde option, l’investissement de démarrage étant moindre.

Elle a demandé l’autorisation de se rendre au salon professionnel de la mercerie et du patch afin de prendre des contacts et de sentir les tendances du marché. Puis elle s’est mis en recherche d’un local. Elle a d’abord pensé  faire une reprise de magasin mais cela nécessitait également un investissement trop lourd pour elle. Elle a donc décidé de créer sa boutique et n’a pas hésité à se relever les manches, se doutant que cela demanderait de la patience et une implication personnelle importante.

Résidant à Francheville, ses premières recherches de local se sont orientées dans ce secteur. Mais l’une de ses amies, habitant  la Croix-Rousse, l’a convaincue de venir s’installer dans ce quartier très commerçant comprenant encore beaucoup de petites boutiques artisanales. Il faut savoir que les Croix-Roussiens préférent souvent se servir dans leur quartier plutôt que de « descendre en ville ».

 

Les pentes de la Croix rousseLes Pentes de la Croix -Rousse

.

Elle a donc trouvé son local au 11 de la rue Pailleron, ancien atelier de menuisier qu’elle a aménagé en boutique de point de croix. Car en effet, le magasin de Marie-Sol n’était au début consacré qu’au point de croix. Ce n’est qu’il y a 6 ans qu’elle a amorcé un virage en intégrant les tissus et accessoires patchwork à son stock, le point de croix étant en perte de vitesse tandis que le patch faisait son petit bonhomme de chemin. Il est vrai qu’arriver à faire vivre sa boutique avec la réalité économique actuelle et le nombre constant de sites de vente en ligne n’est pas chose aisée! Mais Marie-Sol a toujours opté pour la qualité du service, un large choix de produits et une convivialité hors du commun! En effet, l’ambiance de cette boutique-atelier ne peut que vous séduire car on y rit beaucoup et on voit que les liens amicaux de notre commerçante avec ses clientes sont très forts. Ainsi, certaines de ses habituées, qui sont devenues des amies, n’hésitent pas à renseigner le client lorsque Marie-Sol est occupée. Sabine, l’une d’elles justement, présente lors de l’interview, m’a démontré combien l’atmosphère pouvait être chaleureuse et complice. Marie-Sol insiste d’ailleurs sur le fait que grâce à cette passion qu’elle exerce au quotidien, elle a fait de belles rencontres et elle est heureuse de cela. Elle me raconte que parfois, lorsqu’une cliente entre  et constate l’ambiance très rieuse qui règne dans ce lieu, elle demande à « rester » pour plaisanter avec les dames déjà présentes ! Marie-sol possède la vraie fibre commerçante, dans le bon sens du terme ! Elle sait fidéliser sa clientèle grâce à son accueil si chaleureux. Pour ma part, je me serai facilement reconnue dans ces clientes qui rentrent et qui voudraient rester tant le tandem Marie-Sol /Sabine fut complice et amusant ce jour-là!

 

rue pailleronRue Pailleron à la Croix-Rousse

.

Marie-Sol a un emplacement hors norme dans le quartier car elle n’est pas sur la rue principale mais assez excentrée. Les personnes viennent donc à elle, cherchant une boutique de patch ou de broderie. Il était par conséquent essentiel qu’elle se fasse connaître après l’ouverture de son magasin. Elle a payé quelques encarts publicitaires dans des journaux et magazines. Mais le vrai rebond a eu lieu lorsqu’elle a fait paraître sa pub dans « Mains et merveilles ». Par ce biais, elle a été en contact avec une jeune femme, rédactrice aux Editions de Saxe, qui lui a proposé  de faire un article sur elle, ce qui lui a amené une belle renommée. Ensuite, c’est le bouche à oreilles qui a fait son oeuvre, elle n’en démord pas! Quelques petits évènements culturels ont marqué « Le Point de Croix-Rousse » telle que cette émission de FR3 « Papillon », consacrée aux loisirs créatifs.

Aujourd’hui, elle constate que si la clientèle broderie a tendance à se rajeunir, ce n’est hélas pas le cas pour le patchwork. Elle doit sans cesse se renouveler et être créative car la clientèle qui vient aux cours aime repartir à la fin de la journée avec un petit ouvrage terminé.

Quant aux cours justement, Marie-Sol n’en a pas donné immédiatement dès l’ouverture de sa boutique, elle faisait à l’époque,  uniquement quelques démonstrations afin d’aider au mieux ses clientes. Puis, elle a commencé à enseigner le point de croix durant la deuxième année. Aujourd’hui, les cours étant prisés, ce sont des intervenantes qui officient à la boutique dans plusieurs domaines :

.
– Broderie traditionnelle, feutrine et patchwork avec Rose,
– Cartonnage, Jours, Hardanger, Broderies anciennes et crochet avec Christine,
– Patchwork main et machine avec Françoise.

 

Parfois, Marie-Sol propose un ouvrage commun auquel ses clientes et amies participent et qu’elle met ensuite en loterie au profit d’associations caritatives, comme par exemple l’association des personnes atteintes du syndrome de Gilles de la Tourette, maladie peu connue et très handicapante. Actuellement, vous pouvez justement gagner un superbe plaid (en vitrine chez Marie-Sol) en achetant un ticket de tombola au modeste prix de 5 euros. Votre don sera reversé à cette association. Attention, dépèchez vous, tirage au sort prévu le 13 mars!

 

P1100981Une gamme étendue de tissus

.

 Elle a choisi de se consacrer uniquement à sa boutique, elle ne fait pas de salons. Elle a tenté Quiltexpobeaujolais l’an dernier mais n’a pas été convaincue par cette démarche qui lui a demandé beaucoup de préparation pour peu de satisfaction.  Elle préfère accueillir ses clientes au sein de son petit cocon, son « bébé » comme elle l’appelle.  Chez elle, vous trouverez un large choix puisqu’elle possède une gamme d’environ 900 tissus ainsi qu’une gamme étendue d’accessoires pour Broderie et patchwork, mais aussi des petits objets adorables !

 

P1100982

Une caverne d’Ali Baba pour vos accessoires patch et broderie

.

P1100984-ConvertImage

Des petits objets à offrir pour faire plaisir à vos proches

C’est tout cela que vous trouverez chez Marie-Sol mais aussi de la bonne humeur et une oreille attentive puisqu’elle reconnait volontiers qu’elle sait être à l’écoute de tous les maux de sa clientèle, que sa boutique est aussi l’endroit où l’on se réjouit des bonnes nouvelles des unes et où l’on compatit aux peines de autres.

.

Elle vous attend donc avec bonheur pour vous faire partager sa passion au :

11, rue Pailleron

69004 Lyon

04.78.28.47.65

Aux horaires suivant :    10h-18h30 les mardis, mercredis, vendredis et samedis

14h-18h30 les jeudis

http://www.lepointdecroixrousse.fr/

Je file faire mes emplettes chez Marie-Sol, @ bientôt!

 

Natacha Ramora

.

 Pour ce 1er semestre, les cours auxquels vous pouvez participer (selon places disponibles, se renseigner) :

Avec Rose :

– 14 et 28 mars,

– 18 avril,

– 2 et 23 mai,

– 6 et 20 juin

 

Avec Christine :

– 6, 7 et 27 mars,

– 10, 11 et 24 avril,

– 22, 29 et 30 mai,

– 12, 13 et 26 juin

 

Avec Françoise :

-13 et 25 mars

– 29 avril

– 6 mai

– 3 juin

Les coeurs de Brigitte

Chez Brige, on s’active pour la Saint-Valentin !

 

P1100854-ConvertImage

Coeurs à suspendre

 

N’est-ce pas qu’ils sont adorables les petits coeurs de Brigitte?

Vous en voulez encore?

 

P1100855-ConvertImage

Jolies suspensions

 

Mais aussi…

 

P1100860-ConvertImage

Si toutes ces jolies choses vous font envie, deux solutions s’offrent à vous : passer à l’atelier pour les acheter ou venir les confectionner vous même en vous inscrivant à l’avance auprès de Brigitte.

Tél : 06.64.73.44.03

L’ambiance à l’atelier est chaleureuse et vous serez accueillie avec le sourire! On vous attend…

 

Quelques unes des filles du groupe

Quelques unes des filles du groupe

 

 

 

Atelier du papillon bleu

19, Grande Rue

01600 Trévoux

Heures d’ouverture :

Mardi 8h30-12h / 13h30-18h

Vendredi 8h30-11h30

Samedi 8h30-12h / 13h30-18h

 

@ bientôt

Natacha Ramora

 

«BRIKOKOOL ET PSIKOPATCH », CLUB DE PATCHWORK DE LA MAISON DES CEDRES, TREVOUX (01)

Je vous ai déjà parlé de mon club de patchwork, « l’Atelier du Papillon bleu », mais savez-vous qu’il existe un second club à Trévoux? Cette fois-çi, c’est à la Maison des Cèdres que j’ai rendez-vous avec les quilteuses de « Brikokool et Psikopatch ». Je pénètre dans une belle bâtisse ancienne et au fond du couloir, je trouve la salle réservée aux patcheuses qui m’accueillent avec bienveillance. Après les présentations, Jeanne, qui est en quelque sorte la « mémoire » du club, était là lorsque le club a été fondé. Elle me permet de comprendre comment il a été créé. Mauricette, quant à elle, aujourd’hui présidente, m’explique son fonctionnement.  Le club est devenu une association loi 1901 en 1998. Les adhérentes payent une cotisation aux Cèdres, ce qui leur permet de profiter des autres activités mises en place telles que randonnées,bridge ou tricot.
Le crédo de « Psychopatch et Bricocool », tel est le nom qui a été choisi pour le club, est de  « partager son savoir » et c’est la raison pour laquelle le bureau se renouvelle régulièrement afin que chacune des adhérentes, puisse, à tour de rôle, prendre plus de responsabilités pour enseigner aux autres son expérience. Comme le dit Mauricette, le fait de devoir s’investir  pour guider les quilteuses à confectionner de nouveaux ouvrages l’oblige à un travail de recherche sur de nouvelles techniques et réalisations pour le groupe. Une adhérente, Mireille, tient à jour le classeur où est consigné chaque évènement de la vie du club, tandis que Jeanne est la secrétaire, Janine la documentaliste et Yolande la trésorière

 

Le groupe :

Le groupe : Janine, Marie-Pierre, Monique,Christine, Francine, Véronique, Jeanne.

 

La salle qui accueille leur club est grande et les quilteuses ont suffisamment de place pour être à l’aise. Elles tiennent à ce confort-là, d’où le fait qu’elles limitent le nombre d’adhérentes , une quinzaine tout au plus pour pouvoir conserver leur propre espace. Elles se réunissent deux fois par mois les mercredis, une première fois pour une journée complète afin de façonner chacune un même ouvrage, proposé et décidé par les adhérentes, puis une seconde fois pour un après-midi ou elles terminent leurs projets en cours.
Elles ont parfois reçu des intervenantes afin d’apprendre de nouvelles techniques. L’une de ces interventions  leur laisse un souvenir mémorable, la technique du stack-n-whack qui a donné, ce jour-là, à beaucoup d’entre elles, le sentiment de ne pas rendre le travail espéré au départ. Francine se rappelle combien cette technique a été difficile pour elle !

 

Technique du Stack-n-wack

Technique du Stack-n-wack

 

 

Si les quilteuses de « Brikokool et Psikopatch » n’ont pas l’occasion de rencontrer d’autres clubs de patchwork, elles réalisent, en revanche, des quilts dans un but humanitaire pour en faire don au Téléthon,  à l’association Rêves ou, en remerciement de leur accueil, à la Maison des Cèdres. Un autre joli projet est en friche…

Elles ont également organisé quelques expos afin de montrer leur travail, la dernière, « Un petit coin de jardin », ayant eu lieu il y a quatre ans. Et puis bien sûr, elles se rendent sur des salons ou expositions de quilts, par petits groupes pour plus de convivialité. Elles ont particulièrement aimé leur visite au château de Bessey-les-Citeaux, en Côte d’or, dont la propriétaire, Françoise Aubert, a ouvert sa boutique de Patchwork au coeur de l’édifice. Quelle merveilleuse idée de pouvoir combiner séjour en chambre d’hôtes, stages de patchworks -organisés plusieurs fois par an- et peut-être achat d’un plaid ou d’un piqué de Marseille au magasin.

 

Le château de Bessey-les-Citeaux possède sa propre boutique de patchwork

Le château de Bessey-les-Citeaux possède sa propre boutique de patchwork

http://chateau.bessey.free.fr/

 Je n’ai pu hélas rencontrer toutes les quilteuses du groupe puisque certaines étaient absentes, mais je n’oublierai pas toutes celles avec qui j’ai pu échangé avec plaisir et gentillesse. J’ai beaucoup ri à l’anecdote de Janine qui m’a dit avoir confectionné un plaid à son fils avec ses vieux caleçons. Il paraît que le rendu est superbe selon ses copines! Elle m’a expliqué aussi combien les gens intrigués de la voir faire du patchwork dans le train se mettaient à bavarder! Le patchwork engagerait-il à converser?

 

 

Le hibou de Janine

Le hibou de Janine

 

Les arbres ajourés de Christine

Les arbres ajourés de Christine

 

Un plaid de Jeanne

 

 

De beaux reliefs!

Un second plaid de Jeanne

 

Je remercie les quilteuses de la Maison des Cèdres de m’avoir consacré un peu de leur temps car je sais que, comme nous toutes, ce temps-là est précieux justement tant elles fourmillent de projets à venir. Pour ma part, je suis heureuse de constater que l’art du quilt est bien présent dans notre région puisque qu’une petite bourgade de 6 687 habitants (selon le dernier recensement) possède à lui seul deux clubs de patchwork. Nous avons encore de beaux jours devant nous!

Vous pourrez suivre les aventures du club et la confection des divers ouvrages sur leur blog : http://patchezcool.canalblog.com/

 

@ bientôt

Natacha Ramora

L’atelier du Papillon Bleu de Brigitte Kremer, Trévoux

Brigitte Kremer

 

Lorsque l’on rencontre Brigitte pour la première fois, on se rend tout de suite compte que c’est une femme de caractère. Il se dégage d’elle beaucoup de force et de dynamisme. Pourtant, elle est comme nous toutes, sous la carapace il y a les blessures de la vie. C’est justement parce qu’elle traversait une passe difficile que le patchwork s’est imposé dans sa vie, comme une jolie flamme vive qui lui montrait le chemin. Tandis qu’elle achetait des rideaux dans un magasin de Salaise sur Sane pour redécorer son intérieur , elle a aperçu au fond de la boutique un petit groupe de femmes, aiguilles en main, en train de papoter gaiement autour de leur ouvrage, tout en quiltant. Brigitte s’est approchée, puis, est tombée dans la marmitte patchwork, définitivement! Avant ce coup de foudre, elle tricotait, brodait et faisait du patch sur polystyrène comme elle le dit elle-même, en habillant des boules de Noël et des chats.  De fil en aiguilles, si j’ose m’exprimer ainsi, elle a fait connaissance avec cet art.

Lorsqu’elle s’est installée en Auvergne, forte de son expérience grâce aux deux ateliers qu’elle avait fréquentés, elle a souhaité se lancer. Elle a décidé d’en monter un chez elle, à Marat. Les épouses des collègues de son ex mari sont venues, puis le bouche à oreille a fait le reste. Parallèlement, elle a monté un second atelier à la mairie de Tours sur Meymont et un troisième à la maison des associations de Billom.

Elle garde en souvenir de cette période l’ambiance chaleureuse qu’elle a su instaurer à Marat et à Tours-sur-Meymont et la fierté de parvenir à monter ces clubs. Elle a aussi particulièrement aimé la tendresse qu’engendre les Rounds robin, le principe étant de confectionner un ouvrage à plusieurs qui passe de mains en mains. On appelle capitaine la personne qui supervise tout ce beau travail . Outre le modèle à préparer comprenant des instructions claires, il y a le plaisir de travailler ensemble sur un même projet, de respecter et s’adapter au travail qu’aura fait la quilteuse nous précédant et de s’appliquer tout autant pour un beau rendu. Puis, vient  l’impatience de passer son travail à la quilteuse suivante pour la prochaine étape. Le round robin, c’est aussi une histoire de chaleureuse amitié féminine et de partage.

Revenons à notre chère Brigitte qui a dû continuer sa route avec un ultime déménagement pour venir s’installer dans le département de l’Ain. Elle a tout d’abord relancé son aventure en installant un petit atelier dans la mercerie d’Anse. Puis, le 1er décembre 2012, elle a ouvert son atelier-boutique, « le papillon bleu » à Trévoux. Elle y propose des prix attractifs pour nous transmettre l’art du quilt. Peu à peu, un groupe de passionnée s’est constitué au sein de sa boutique.

L'Atelier-boutique du Papillon Bleu

Dans cet atelier, nous quiltons, admirons le travail des unes et des autres, papotons, grignotons, buvons le thé, racontons des blagues, nous épanchons sur les difficultés de la vie. Une chose est sûre, l’ambiance au Papillon Bleu est toujours excellente. Une fois de plus, je dirai que le patchwork est histoire de femmes et d’amitié, ou tout du moins de lien social.

Si vous ne souhaitez pas vous lancer dans l’aventure quiltesque ni acheter de beaux coupons de tissus,  vous pouvez malgré tout venir au Papillon bleu où vous trouverez toujours un petit présent pour gâter vos proches : un sac, une trousse à maquillage ou à stylos, un plaid…….il y a foule d’idées cadeaux chez Brigitte.

Vous pouvez même lui passer une commande pour un cadeau unique, fait main, pour une occasion particulière: un plaid de mariage pour votre fille, une couverture pour votre petit-fils nouveau-né, une frise pour mesurer la taille de vos enfants. Brigitte trouvera avec vous le thème qui conviendra à la personne à qui vous souhaitez faire ce beau cadeau.

Elle se souviendra toujours des premiers modèles qu’elle a entièrement créés pour des clientes. Ce fut d’abord une demande d’ouvrage sur le thème de l’Afrique en 2007 pour un petit garçon se prénommant Noah .

Pour le petit Noah

La seconde demande vint par la suite d’une dame portant une affection toute particulière à son âne Napoléon et souhaitant l’immortaliser. Brigitte s’est donc rendue dans le pré de Napoléon afin de le prendre en photo pour le coucher sur tissu plus tard. La propriétaire de ce charmant équidé a eu une grande émotion lorsqu’elle a découvert le rendu patchwork de son animal.

l'âne Napoléon

Enfin, les demandes se sont enchaînées et Brigitte aime le coté créatif de cet art. Pour l’avenir, elle espère vivement prendre un local plus grand pour que nous ayons plus d’espace et qu’elle puisse recevoir davantage de quilteuses. Elle aimerait aussi organiser des stages pour les ados, qui, on le sait, portent de plus en plus d’intérêt aux  loisirs créatifs. Je souhaite donc très sincèrement à Brigitte de pouvoir réaliser ses projets afin d’entraîner toujours plus de monde dans son sillage.

Natacha Ramora