La communication selon Barbara Lange

 

 

P1110637-ConvertImage

 

Voici l’une des toutes dernières oeuvres de Barbara Lange « Communication then and now » et comme promis  lors de mon article sur Saintes-Marie aux Mines,  je vais vous détailler certains des aspects de cet éventail époustouflant. Barbara a voulu jouer avec le thème de la communication et a ainsi recensé dans cette oeuvre de nombreux moyens inventés par les êtres humains pour exprimer quelque chose. Agroglyphes, drapeaux, plaque de Pioneer, codes-barres, Smileys, portée musicale, réseaux sociaux, code Morse sur les vêtements….autant de moyens de communiquer avec ses contemporains qu’elle a su mettre en évidence dans ce bel ouvrage qui attire votre attention dès que vous pénétrez dans le lieu d’exposition. Entrons dans son univers :

.   

Agroglyphe de Barbara

Agroglyphe de Barbara

 

          

Quleque part dans le monde, source : http://nalacrea.centerblog.net

Quelque part dans le monde

.

Les cercles de culture dit « Agroglyphes » :  Ce sont des motifs géométriques dans les champs de céréales visibles depuis le ciel qui sont obtenus par flexion ou flétrissure des épis. En janvier 1966, George Pedlez, propriétaire terrien australien, prétendait avoir été témoin du décollage d’un aéronef qui aurait donné lieu au premier « Saucer’s nest »/ »Nid de soucoupe ».  S’inspirant de ce phénomène, Doug Bower importa cette idée en Angleterre en créant de nombreux cercles de culture aidé de son complice Dave Chorley afin de faire un canular. Le mythe des agroglyphes était né. Si aujourd’hui l’origine de ces cercles de culture est connu, certains amateurs de phénomènes paranormaux continuent de prétendre que ce sont des manifestations ufologiques ou paranormales. Depuis les années 90 et 2000, les agroglyphes sont de plus en plus élaborés et se répandent à travers le monde. Ils sont parfois utilisés dans les médias en tant qu’espace publicitaire pour une pochette de disque d’un groupe de rock, pour les JO de Londres ou encore pour le navigateur Firefox.

.

                   Led_Zeppelin_-_Boxed_Set     london-2012-ConvertImage  firefox-ConvertImage(1)

~~~~~~~~~~~~~~

 

Source: Franceinfo.fr

Source: Franceinfo.fr

Les drapeaux sont des pièces d’étoffes représentant une communauté ou un groupe. Ils sont l’emblème d’un pays ou peuvent  avoir valeur de signal tels que les drapeaux de plage ou de sport .

Pour la plage: Rouge = Interdit, Orange = Dangereux, Vert = autorisé, blanc = banc de méduses

 Sur le plan universel,  le drapeau blanc brandi face à l’ennemi signifie une demande de trêve ou la reddition. Les drapeaux mis en berne rendent hommage à une personnalité importante d’un Etat, qui vient de disparaître. Quant aux cercueils des soldats morts en terre étrangère, ils sont souvent recouverts d’un drapeau tout comme il existe  un protocole pour le pliage des drapeaux dans les usages officiels. Un drapeau flottant à l’envers, lui, peut représenter un signal de détresse ou signifier que les bâtiments où il se trouve sont aux mains de l’ennemi. Enfin, les drapeaux sont aussi utilisés dans la marine et sont dans ce cas appelés « Pavillons ». Lors de mon  voyage aux Etats-Unis, j’ai souvent vu le drapeau américain flotter sur la devanture des maisons, il paraissait normal d’afficher sa fierté d’être américain. Je crois pouvoir affirmer sans me tromper qu’une telle chose est beaucoup moins bien perçue en France.

.

Source : tout-sur-google-earth.com

Source : tout-sur-google-earth.com

 

~~~~~~~~~~~~~~~~

La « Plaque de Pioneer » métallique représentant un message pictural de l’humanité a été embarquée sur les sondes spatiales Pioneer 10 et 11 respectivement en 1972 et 1973. Elle était destinée à délivrer un message à des éventuels extra-terrestres à propos de notre humanité.

Carl Sagan, scientifique et astronome, a conçu la plaque aidé de Franck Drake.  Linda, l’épouse de Carl, a créé le dessin. Celui-ci contient beaucoup de symboles destinés à expliquer aux extra-terrestres la vie sur terre. Je ne vais pas rentrer dans des explications complexes à propos de certains éléments de la plaque, mais  me contenter d’expliquer ceux qui semblent les plus simples :

  • Sur le couple qui est représenté, l’homme lève la main en guise de salut. Près de la femme se trouve une représentation binaire de sa taille que l’on peut déduire grâce aux unités de longueur d’onde de la « transition hyperfine de l’hydrogène » qui se trouve tout en haut de la plaque.
  • La « transition hyperfine de l’hydrogène » est présente car c’est l’élément le plus important dans l’univers.
  • Derrière le couple se trouve la sonde Pioneer, dessinée à la même échelle, afin que l’on puisse en déduire la taille de ces deux êtres humains.
  • Il y a au bas de la plaque un schéma de notre propre système solaire qui peut donner des informations sur le système d’où vient la sonde Pioneer.

Il y eut de nombreuses critiques quant à la lisibilité de la plaque selon certains scientifiques, mais aussi parce que le couple était représenté nu et de race blanche. Cette plaque a été conçu pour résister à l’érosion des poussière interstellaires. A ce jour, nous n’avons eu aucun retour extra-terrestres….et je serai tentée de dire tant mieux, nous avons déjà bien du mal à ce que les nations s’entendent entre elles et à ce que nos sols soient accueillants, alors….

.

Mars-attack-ConvertImage

« Mars attack » de Tim Burton

.

~~~~~~~~~~~~~~

 

P1110650-ConvertImage

Le code barres de Barbara Lange

Logo ChroniquepatchworkLe code-barres est la représentation de données numériques ou alpha-numériques qui permet d’identifier un produit à l’aide d’un lecteur adapté. le 1er brevet a été déposé en octobre 1952 par 2 étudiants américains : Norman Joseph Woodland et Bernard Silver. Toutefois, l’utilisation courante des codes-barres ne se produira qu’en 1973 lorsque George Laurer ajoutera des chiffres sous les barres et des lignes verticales au lieu de lignes concentriques.

Aujourd’hui, les lecteurs de code-barres sont utilisés dans de nombreuses sphères d’activités:  suivi des articles dans les magasins, suivi des colis et des lettres recommandées, cartes d’embarquement de compagnies aériennes et transit des bagages, identification des patients et des médicaments.

pomme-code-barre-ConvertImage

~~~~~~~~~~~~~~

.

P1110637-ConvertImage(1)

.

Le Smiley, quant à lui, est un dessin de visage jaune et souriant. Plusieurs personnes revendiquent la création du Smiley coloré : tout d’abord Harvey Ball en 1963 pour une campagne interne d’une société d’assurance mais aussi David Stern, publicitaire, en 1967, pour un lancement concernant la Washington Mutual. Aucun des deux n’ayant cherché à protéger l’image, l’idée a été reprise en 1971 par Franklin Loufrani pour une campagne anti-morosité dans le journal France-soir. Très judicieusement,  Il avait bien sûr auparavant déposé le logo à l’INPI. A la fin des années 80, le Smiley devient l’emblème de la culture New Beat et de la House Music. Aujourd’hui, les émoticones que nous utilisons sans cesse sur nos portables et autres tablettes sont la combinaison de caractères typographiques tel que le Smiley.

.

      forrest gump                Smiley Forrest

      « Forrest Gump » s’essuie le visage…                …et cela donne l’idée du Smiley à son

                                                                                                  acolyte

Smiley_pouce-ConvertImageJ’avais trouvé cela très amusant à l’époque!

~~~~~~~~~~~~~~

.

P1110649

.

Un réseau social est un ensemble de personnes  reliées par des interactions sociales. Barbara s’est particulièrement intéressée aux réseaux sociaux du web en représentant les icônes du nombre croissant de ces réseaux qui voient le jour.  Ils servent à regrouper des amis dans la vie réelle, à se créer un cercle d’amis ou de partenaires commerciaux, à découvrir ou partager du contenu et, de plus en plus, à regrouper des collaborateurs autour d’un projet professionnel dans les entreprises. Facebook, Pinterest, Youtube, nous utilisons tous ces réseaux. Je vous remercie particulièrement aujourd’hui chers lectrices et lecteurs de venir lire mes articles sur ce média social (« le média social recouvre les différentes activités qui intègrent la technologie, l’interaction sociale et la création de contenu »).

~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

code morse sur vêtements

.

Le code Morse a été inventé en 1832 pour les besoins du télégraphe. Aujourd’hui, il sert essentiellement de transmission chiffrée pour les militaires et il est considéré comme le précurseur des communications numériques. Dans son oeuvre, Barbara a souhaité évoquer le code Morse utilisé par les femmes allemandes sur leurs vêtements – ici le long de la jambe du pantalon- durant la seconde guerre mondiale. Dans le lien qui suit que m’a sympathiquement transmis Barbara, vous trouverez un article des archives nationales anglaises qui relate ce fait :

http://www.nationalarchives.gov.uk/releases/2006/september/general-interest.htm

Traduction de : « Communication then and now » de Barbara Lange :

·−··−· −·−· −−− −− −− ··− −· ·· −·−· ·− − ·· −−− −· − ···· · −· ·− −· −·· −· −−− ·−− ·−··−· −·· · −··· ·− ·−· −··· ·− ·−· ·− ·−·· ·− −· −−· ·

.

Il y a encore bien d’autres moyens de communications que Barbara a mis en avant de façon inventive et fantaisiste sur ce superbe ouvrage, comme par exemple ces fusées roquettes utilisées par les bateaux pour signaler qu’ils sont en danger sur lesquelles elle a inclut des codes HTML de différentes couleurs et caractères, ou encore des puzzles, une portée musicale…                Elle aime nous transmettre des messages à travers son oeuvre. Je la remercie vivement de sa précieuse collaboration pour cet article tout comme je remercie mon amie Corinne qui s’est improvisée traductrice auprès de Barbara afin que je puisse comprendre toutes les subtilités de sa création.

 

Logo ChroniquepatchworkBonne semaine à tous et à mardi prochain

pour un nouvel article,

−· ·− − ·− −·−· ···· ·− ·−· ·− −− −−− ·−· ·−( traduction : Natacha ramora 😉 )

 

 P1110641

          

P1110635

P1110633

Publicités

Délicieuse et fantaisiste Barbara Lange, artiste textile du quilt contemporain

 

Prix Aurifil pour Barbara Lange à Saintes Marie aux Mines en 2014

Prix Aurifil pour Barbara Lange,      Saintes Marie aux Mines, 2014

 

Lorsque j’ai ouvert mon blog, l’un de mes premiers articles concernait QuiltexpoenBeaujolais et toutes les belles oeuvres d’artistes m’ayant  touchée. Parmi ces artistes, celle vers qui mon coup de coeur se portait était Barbara Lange. Vous vous souvenez?

Petit rappel….

"Sing-sing" de Barbara Lange

« Sing-sing » de Barbara Lange

 

Derrière les zips il y a....

Derrière les zips il y a….

Ces jours-çi, Barbara Lange, m’a fait l’immense honneur d’échanger avec moi afin que je puisse vous faire partager son parcours d’artiste textile, ses ressentis et ses conseils bienveillants …

 

Echanges :

Barbara Lange a appris à coudre auprès de sa maman dès l’âge de 9 ans et c’est tout naturellement qu’elle a cousu ses propres vêtements en tant que jeune femme. Sa première rencontre avec la patchwork a eu lieu durant le Bi-centenaire des Etats-Unis, en 1976. Elle vivait à l’époque au Texas avec ses parents et c’est à l’école qu’elle a pris des cours de patchwork. Elle est ensuite rentrée en Allemagne, a terminé ses études et a travaillé dans une banque en tant qu’instructeur pour les stagiaires.

Puis, accompagnant son mari lors d’un voyage d’affaires à Londres, elle a poussé la porte d’un magasin de patchwork et, très impressionnée, elle est tombée définitivement dans la marmite patchwork! C’est en grande partie grâce aux livres qu’elle s’est d’abord initiée, sa préférence allant  à « Color confidence for quilters » de Jinny Beyer.

Elle a pris des cours auprès d’artistes renommés tels que Michael James, Nancy Crow, Laura CaterWoods et Jane Sassaman. Elle me confie que celle dont elle applique encore les conseils aujourd’hui est Jane Sassanam, qui, se rendant compte que son concept ne conviendrait pas à Barbara, a mis en place un projet différent avec elle tandis que les autres élèves travaillaient , elles, sur le projet initial. Cet état d’esprit de laisser s’exprimer les besoins des élèves fut probablement fondateur pour notre artiste.

.

.

Barbara a cessé de travailler dans le milieu de la banque à la naissance de son troisième enfant et a commencé à faire du patchwork dès ses tâches ménagères achevées. Les enfants ont grandi et elle a repris le travail à temps partiel. Aujourd’hui, elle travaille 20h hebdomadaires comme professeur d’anglais et de comptabilité et parvient à oeuvrer 30 à 40h par semaine sur ses quilts! Elle peut aussi bien se pencher sur ses ouvrages  plusieurs heures par jour ou par périodes, selon son emploi du temps. Je ne peux qu’être admirative pour le courage qu’elle trouve d’exercer sa passion autant d’heures dans un planning de « working mum ».

.

Lorsque je lui demande ce qui l’attirait dans l’art du quilt lorsqu’elle a débuté, elle me répond avec humour que c’est parce qu’elle ne savait pas bien peindre. Puis, elle reprend plus sérieusement qu’elle était fascinée par la possibilité de pouvoir appliquer les mathématiques et la géométrie à l’art textile. Elle aime particulièrement la beauté des tissus, des substances et le fait de pouvoir essayer différentes combinaisons de matériaux avant de les coudre ensemble. Elle teint elle-même ses tissu, la plupart du temps du coton ou de la soie. Elle utilise rarement les batiks de Bali.

 

 

 

Barbara teint ses tissus

Les tissus teints par Barbara

tissus teints assemblés

Elle assemble les tissus en une superbe spirale

le résultat

et voici donc « Contrast in value »

          

 

 

Au fil du temps, elle se dit plus libre dans ses dessins et maintenant qu’elle maîtrise parfaitement le rythme de sa machine à coudre, elle parvient à visualiser à l’avance son ouvrage. Elle trouve son inspiration parmi ses proches car elle est entourée d’ingénieurs et que la technologie a toujours joué un rôle majeur dans sa famille. Par conséquent, elle est attirée par les questions techniques et les machines complexes, mais aussi, par les questions interpersonnelles puisqu’elle a trois adolescents à la maison. Elle évoque d’ailleurs en plaisantant le fait que ses enfants ne trouvent pas le patchwork très cool – Soyez rassurée Barbara, nous sommes nombreuses dans ce cas-là…pourquoi ne pas essayer de leur faire un quilt avec leurs vieux caleçons, comme l’a fait Janine, une patcheuse du club de Trévoux « Brikokool et Psichopatch »? 😉

 

~~~~~~~~~~~~~~~~

Barbara s’investit beaucoup dans son art, ainsi, elle fait partie de quatre groupes au sein desquels elle évolue et donne de son temps : le SAQA,   la guilde Patchwork Allemagne – dont elle est la deuxième présidente par intérim – les Twisted Stitchers de Dallas et les Freising Schnipsis.

 

Les Twisted Stitchers de Dallas, au Texas, sont un petit groupe d’artistes de la Guilde de Dallas. Ce groupe n’a pas de structure fixe mais il est très actif sur internet et facebook. Les membres essayent de se rencontrer une fois par mois. Parfois, c’est Barbara qui se rend au Texas et d’autres fois, c’est une des membres qui vient lui rendre visite. Le but de ce groupe est avant tout de faire perdurer cette amitié de quilteuses, même par-delà les océans et cela fait 12 ans que cela dure… J’espère vous parler plus longuement de ce groupe dans quelques temps….j’enquête, j’enquête…..smileys 1138-recherche-loupe.gif

.

.

Dallas, état du Texas

Dallas, état du Texas

 

 

Le SAQA (Studio Art Quilt Associates) est une organisation internationale à but non lucratif dédiée à la promotion de  l’art du quilt et aux artistes qui les créent. SAQA représente une source de données conséquente sur toutes les activités concernant le QuiltArt pour tous les membres mais aussi pour le public. Cet organisme a été fondé en 1989 par un groupe de 50 artistes et compte aujourd’hui plus de 3 000 artistes ainsi que des enseignants, collectionneurs, galeristes, conservateurs de musées et des sociétés commanditaires.

http://www.saqa.com/

.

.

Le Freising Schnipsis, quant à lui, est un groupe de 12 femmes qui se rencontrent depuis 17 ans et qui vivent toutes relativement proches les unes des autres. Elles se réunissent une fois par mois pour échanger. Durant ces réunions, elles conviennent chaque année d’un thème commun pour lequel chacune produit un quilt dans un temps déterminé. Ces courtepointes sont ensuite compilées dans un calendrier.

 

http://freisingerschnipsis.blogspot.fr/

 

Barbara transforme son salon en studio photo pour la préparation du calendrier annuel

Barbara transforme son salon en studio photo pour la préparation du calendrier annuel

.

 

Ces deux dernières années, le groupe des Freising Schnipsis a travaillé sur le thème de la lumière et du rayonnement car ces dames ont été invitées à présenter leur travail à la 4ème Conférence Internationale de la Protection contre le Rayonnement à Genève, aidée d’un second groupe, les Freischerler. Cette exposition « Radiation » est à l’initiative du Dr Klaus Henrichs, Président de la 4eme Conférence de la Radioprotection. Sa femme, Angelika Henrichs, fait également du patchwork et a demandé à Barbara de l’aider à préparer l’exposition. Trente deux artistes internationaux ont  été invités afin de montrer leur interprétation du rayonnement. Le but était obtenir la plus grande tour d’observation possible, non seulement de la radioactivité et de Fukushima, mais aussi des radars, applications agricole et  médicales, et le rayonnement dans la nature et dans l’espace. L’exposition était  soutenue par le Fonds de Dotation Helen Hibbs de Quilters Guild of Dallas, au Texas.

L’exposition à Genève a été fantastique parce que de nombreux scientifiques n’avaient jamais vu des quilts. Ils étaient tous excités. Cette exposition a ensuite été transférée à Ste Marie aux mines, puis à Munich et Prague. Nombre de visiteuses du Carrefour France ont été impressionnées par les nombreuses variantes avec lesquelles le thème du rayonnement a été traité! Barbara me confie combien ces expositions de Genève et Ste Marie ont été importantes pour elle et qu’elle mesure sa chance d’avoir pu vivre cela.
Le groupe des Freising Schnipsis a déjà choisi son prochain thème, ce sera « les maisons »!
 .
.
~~~~~~~~~~~~~~~~
 .
Barbara ne sera hélas pas présente à QuiltexpoenBeaujolais en 2016, dommage pour les quilteuses de Rhône Alpes! Mais vous pourrez la suivre dans diverses expositions ou manifestations en 2015 :
– Du 10 au 12 avril 2015, elle présentera son exposition « Radiation » à Prague, au Prague Patchwork meeting.
– Du 16 au 19 septembre 2015, elle présentera sa propre exposition à Ste Marie aux Mines.
– Elle sera présente pendant des journées de Patchwork, à Dinkelsbühl, en Bavière en tant que membre du directoire de la Guilde d’Allemagne.
.
.
Enfin, elle espère pouvoir participer à plusieurs compétitions. Nous ne pouvons que lui souhaiter  bonne chance !
Pour terminer, je voudrais vivement remercier Barbara Lange de toute la patience et la gentillesse dont elle a fait preuve à mon égard afin que je puisse écrire cet article. Vous pouvez me croire sur parole, Barbara est une artiste passionnée et adorable!

A présent, il est temps de vous faire partager les quelques conseils avisés que vous adresse Barbara :

« Il est très important pour moi que les jeunes femmes osent, non seulement coudre des courtepointes, mais aussi les montrer . J’ai été intimidée de nombreuses années en voyant le travail d’autres quilteuses. La technique peut être apprise en grande partie en cours et dans les livres. Mais il vient le temps où vous devez tout laisser de côté et juste faire ce qui vous plaît. Osez! La bonne chose à propos de l’art de la courtepointe est qu’il n’y a pas bien et de mal! »
Merci pour vos précieux conseils Barbara!
.
.
.
blog 102 quitls in raum 3, barbara lange 200 kb 8.mai 20131

Série « Monochrom »

 

cours de barbara lange

Un cours de Barbara Lange à Saint-Petersbourg

 

                                                                         

galerie st petesbourg

Festival Kurochka Rjabaa, locaux de l’Union des Artistes à Saint-Pétersbourg, exposition solo pour Barbara, 2013.

 

Barbara Ausstellung

Un cadre idéal pour une exposition !

http://www.barbaralange.com/

.

.

@ bientôt

Natacha Ramora