La part de l’ombre

 

Il y a quelques mois, j’ai consacré un article au livre : »Et demain la liberté », coécrit par Évelyne Pisier et Caroline Laurent, biographie romancée de la vie de cette grande féministe engagée, essayiste, politologue et professeur de Droit Public qu’était Évelyne Pisier.

J’étais vraiment subjuguée par la vie de cette femme qui avait su s’imposer dans un monde d’hommes, encourageant sa mère à sortir des griffes d’un homme violent, son propre père. Etudiante, elle entama une relation avec Fidel Castro à laquelle elle mit un terme au bout de 4 ans afin de ne pas être enfermée dans une belle cage dorée. J’avais aussi été très touchée par la relation qu’elle avait avec sa mère et je pensais, naïvement, qu’elle avait appliqué ses idéaux féministes et filiaux avec ses propres enfants, dans sa vie de femme. Mais la réalité est tout autre et j’avoue ma déception et mon incompréhension !

 

En publiant son livre il y a quelques semaines, « Familia grande », Camille Kouchner a mis un grand coup de pied dans la fourmilière et a fait voler en éclats la réputation de son beau-père, mais aussi de sa mère, en dévoilant l’ impensable, l’inadmissible ! Elle y relate l’abus sexuel dont son frère jumeau a été victime de la part de son beau-père, Olivier Duhamel, homme célèbre et influent, politologue et éditorialiste.

Mais on parlant, Camille ne dénonce pas uniquement ce crime incestueux et pédophile, elle dénonce également l’attitude de sa propre mère qui savait mais s’est tue, choisissant ainsi, de protéger son mari plutôt que ses enfants.

Je ne suis pas sûre de trouver en moi le courage de lire ce livre poignant , qui, j’en suis certaine,  me révolterai. En revanche, j’ai suivi l’interview mené par François Busnel dans La Grande Librairie, sur France 5, auprès de Camille Kouchner, interview suivi d’un débat avec d’autres auteurs tels que Marie-Pierre Porchy (ancienne juge pour enfants), Muriel Salmona (psychiatre) et Marc Crepon (philosophe). Cette Émission était  touchante et menée avec pudeur et respect.

Par ce post, je souhaite aujourd’hui rectifier mon point de vue sur l’article que j’ai écrit il y a quelques semaines. Si j’ai profondément aimé le livre offert par mes filles, il n’en demeure pas moins que suite à ces révélations, je remets en question mon admiration pour Évelyne Pisier. Je ne cautionne absolument pas ce silence que je trouve aussi grave et dévastateur que les faits reprochés à Olivier Duhamel. Notre devoir en tant que parents est de protéger nos enfants et j’ai du mal à concevoir et à comprendre que cela puisse être autrement pour certaines personnes ! Quel sentiment pousse un père ou une mère à dire à son enfant qu’il n’est pas pris au sérieux dans sa souffrance et qu’il va devoir faire avec cette double trahison : l’abus sexuel et le déni de cette souffrance terrible qu’il éprouve?

J’ai malgré tout choisi de ne pas supprimer le post concernant ce livre  car, au travers des mots écrits il y a quelques mois,  j’exprimais mon amour pour mes filles. C’est finalement cela que je veux retenir cet article.

Toute ma compassion va à la fratrie Kouchner…

 

Des milliers de personnes ont témoigné sur Twitter ces dernières semaines, trois ans après le début du mouvement #MeToo.

#MeTooInceste

 

Natacha Ramora