Les Lowell Mill Girls, le vieux journal, partie 3/4

« Cher journal,                                                                                                                                4 mai 1855

Je viens de te retrouver dans un vieux coffre poussiéreux au fin fond du grenier. J’ai dû t’enfermer dans cette malle lors de mon emménagement chez Max Wolldrof après son décès et ne plus avoir de temps pour poursuivre cette correspondance avec moi-même.

Tant de choses ont changées depuis la dernière fois que j’ai couché mes sentiments sur le papier, je me rends compte à quel point je manquais d’assurance. Mais finalement, je suis assez fière de tout ce que j’ai accompli.

J’ai pris grand soin de John et Rosalia puisque Max m’a nommée tutrice, comme il l’avait prévu. Ce seront bientôt tous deux des adultes. John espère faire de la politique et il très engagé auprès des démocrates. C’est un garçon qui a beaucoup de caractère et qui est très enjoué. Il a toujours su se faire des amis partout où il se rendait. Rosalia, quand à elle, est beaucoup plus timide et secrète mais elle a hérité de la beauté de sa mère, ma tendre amie Susan. Je pense qu’elle trouvera facilement un bon mari. Je me suis évertuée à lui donner une bonne éducation, c’est donc une jeune fille très instruite et intelligente, ce qui lui servira dans la vie, j’en suis certaine.

.

 

Usines de Lowell , source : maathiildee.com

J’espère vivre encore suffisamment longtemps pour choyer les enfants qu’ils auront. J’ai déjà 63 ans et je me sens un peu usée par le temps qui passe. Il faut reconnaître qu’à l’époque, la vie en usine ne nous a pas épargnées nous toutes et quand j’y songe, je mesure ma chance d’être toujours de ce monde. Quand je suis rentrée au moulin, nous travaillions tous les jours de 5h du matin à 7 h du soir dans un bruit vraiment épouvantable, si bien qu’aujourd’hui j’entends très mal et peine à tenir une conversation dans un lieu très animé. Et que dire des fenêtres de l’atelier fermées, y compris en été, pour maintenir les conditions optimales du travail du fil tandis que l’ air était rempli de particules? Comment ne pas comprendre les grèves et mouvements sociaux faisant entendre la voix des femmes porté par mon ami Sarah Bagley? C’est sous son impulsion qu’a été créé la FLRA* qui a porté leurs revendications devant l’Assemblée du Massachusetts avec une pétition signée par plus de 2 000 d’entre elles afin de réclamer la journée de travail de 10h.

.

Les élus de l’Assemblée ont donc fait établir un Comité, présidé par Monsieur William Schouler,  un élu de Lowell,  qui a enquêté auprès des filles du moulin sur leurs conditions de travail. Mais la conclusion a fortement déplu à Sarah et à l’Association. Moi qui la connaissais déjà bien à l’époque, je savais qu’elle n’en resterait pas là. Elle venait régulièrement à la bibliothèque pour se documenter et elle passait de longs moments assise à une table, s’abimant les yeux sur d’énormes livres où des hommes influents avaient couché leurs réflexions idéologiques. Elle venait le soir, après sa journée à l’usine, épuisée mais parvenant à ne pas tomber de sommeil grâce à sa détermination.  Tandis que la bibliothèque avait déjà fermé ses portes, nous restions toutes les deux seules, enfermées dans le bâtiment et je veillais avec elle. C’était ma façon à moi de participer à la lutte, lui donner accès à l’immense savoir contenu dans ces lieux pour qu’elle puisse réfléchir en paix. C’est ainsi que notre amitié est née.

.

Massachusetts State House, source : Wikipédia

.

Lorsque je voyais qu’elle flanchait un peu, je lui apportais une bonne tasse de thé brûlant, comme elle aimait à le boire, et je réajustais son châle avec tendresse. Elle levait alors les yeux vers moi et j’y voyais la flamme vive des grands hommes mais aussi son amitié pour moi. Elle s’accordait alors une pause et nous parlions un moment des tracas de la vie avant qu’elle ne reprenne sa lecture et le fil de ses pensées.

.

Source : zinnedproject.org

Mais, chose incroyable, Le Comité arriva à la conclusion qu’il n’était pas du ressort de l’Assemblée de déterminer la durée du temps de travail. La FLRA critiqua avec force cette décision et mena campagne contre Schouler qui fut démis de ses fonctions. Encouragées et portées par mon amie Sarah, les filles poursuivirent les envois de pétitions. Les auditions auprès du comité législatif devinrent un rendez-vous annuel. Elles n’obtinrent pas la journée de 10 heures, mais  le mouvement de la  FLRA continua de gagner des adhérentes et s’étendit aux villes environnantes. Elle s’affilia avec la New England Workingmen’s Association* , ce qui lui permit de se faire entendre au travers de la Voice of Industry , le journal de l’organisation. En 1847, sous la pression, toujours croissante, le Conseil d’Administration des usines diminua de 30 minutes la durée de la journée de travail. C’était malgré tout une victoire sensationnelle!

Mais que deviendra ce combat? Est-ce que les nouvelles recrues, presque toutes issues de l’immigration irlandaise due à la grande famine, suivront le mouvement? Ce que veulent ces femmes, c’est donner à manger à leurs enfants et cela se comprend vu qu’elles ont fui la grande famine de leur pays…. Est-ce que tout cela sera en vain finalement? Ce serait si triste! »

.

à mardi prochain pour la fin des aventures

des Lowell Mill Girls,

Natacha Ramora

 

* FLRA : Female Labour Reform Association

* Association des travailleurs de Nouvelle-Angleterre

2 réflexions sur “Les Lowell Mill Girls, le vieux journal, partie 3/4

  1. Nadège dit :

    Je découvre tes chroniques, elles sont passionnantes ! Merci beaucoup pour ces voyages dans l’Histoire et l’histoire de ces femmes, qui forcent l’admiration !

    • chroniquepatchwork dit :

      Bonjour Nadège, je te remercie de ce commentaire qui me fait plaisir. Toi qui a aussi un blog, je sais que tu comprends le travail que cela implique derrière 😉 donc quelques compliments sont une petite récompense agréable.
      En effet, ces femmes ont été courageuses en menant ce combat pour une telle époque qui plus est!
      Natacha

Répondre à chroniquepatchwork Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.