L’aventure Moda Fabrics, première partie

 

Dans l’univers du quilt,  Moda Fabrics est la référence incontournable et la renommée de ses tissus de par leur qualité et leur variété n’est plus à faire. Moda Fabrics dessine, imprime et commercialise sa propre collection de tissus. Elle a débuté avec une toute petite gamme  qui s’est transformée, aujourd’hui, à plus de 4 000 imprimés par an. Mark Dunn dirige avec passion depuis 1975 l’entreprise qu’il a créée, auxquels sont venus s’ajouter, il y a quelques années, United Notions et Moda Home. Si le siège de Moda Fabrics est basé à Dallas, dans l’Etat du Texas, elle possède aussi des succursales au japon et en Corée. Les tissus Moda, ce sont à peu près 160 employés répartis  sur 18 580 m2 d’entrepôts et bureaux. Ces chiffres impressionnants inspirent le respect et pourrait nous laisser croire à une « grosse machine bien huilée ».  Pourtant, j’ai découvert grâce à un livre passionnant, l’histoire de Mark et de son ascension à force de travail, de conviction et d’empathie :

.

.

« L’univers Moda, Quilts de légende », Editions de Saxe

.

.

Pour celles et ceux qui ne le possèdent pas, je vais vous conter l’histoire de Moda.

 

Mark Dunn n’est pas venu à l’industrie du textile par hasard, il serait plus juste de dire qu’il est « tombé dans la marmite » très jeune. Son propre père vendait des tissus et de la mercerie à Atlanta, en Géorgie. Mark l’a donc accompagné sur les routes durant 5 ans, devant se contenter parfois de nuitées dans des hôtels miteux, seuls à ne pas être complets. C’est ainsi qu’une fois, sans chauffage ni eau chaude, son père a dû le recouvrir de papier journal  pour ne pas qu’il prenne froid.

Malgré ces mésaventures, mark se prit de passion pour ce métier et décida ainsi de monter sa propre boîte quand son papa partit en retraite. Il s’installa au Texas en 1975, Etat propice au commerce puisque desservi par les principaux axes routiers du pays et dans lequel étaient établis les fils « Coats and Clarks » ainsi que les rubans « Offray », permettant un réassort rapide.

Mark Dunn, optant d’ores et déjà pour une gestion efficace, trouva en une journée un expert-comptable, un banquier et un avocat puis des locaux à louer le lendemain. Puis il rentra chez lui pour vendre sa maison et son véhicule et, riche de ce capital de départ, embarqua sa famille pour cette aventure Texanne, emménageant avec sa femme et ses trois enfants  dans un petit appartement.

C’est ainsi qu’accompagné de deux associés, qui se retireront plus tard, Mark Dunn ouvrit Moda Fabrics et United Notions   à Dallas : 

.

.

Les bureaux de Moda Fabrics/United Notions aujourd’hui

.

.

Soucieux d’une gestion de départ saine, Mark veillait à minimiser les stocks et à répondre rapidement à la demande de ses clients. Le personnel se rendait donc parfois directement à l’entrepôt du fournisseur pour se procurer les articles commandés par la clientèle. Les débuts furent difficiles avec un effectif en personnel très petit, parfois renforcé par les conjoints et moyens technologiques du moment peu pratiques.

.

Les commandes étaient donc notées à la main et transmises à l’entreprise par les commerciaux, d’une cabine téléphonique, sur le bord d’une route.

.

La difficulté résidait aussi dans l’époque. En effet, l’ère de la confection touchait à sa fin et les boutiques de tissus traditionnelles fermaient les unes après les autres. Les femmes entraient désormais dans la vie active et avaient moins de temps pour coudre et enseigner ce savoir-faire à leurs filles. De plus, il était difficile de travailler avec les nouvelles mailles. Avec l’expansion du commerce extérieur, il était plus économique d’acheter ses vêtements plutôt que de les faire soi-même.

.

.

.

.

Pourtant, tout ceci n’affola nullement Mark quant aux répercussions sur son entreprise. Ayant un grand esprit d’ouverture, il s’intéressa à un phénomène culturel qui était en train de prendre de l’ampleur et y vit une belle opportunité pour Moda : le patchwork ! Le bicentenaire des Etats-Unis, célébré en 1976, engendra chez les américains un intérêt pour leur histoire nationale mais aussi familiale. Ils prirent conscience de la valeur sentimentale des quilts de famille, transmis de générations en générations.

.

.

.

.

Grâce à des expositions itinérantes dans les musées mais aussi les centres commerciaux, les américains redécouvrirent cet art et la place tenue par les quilts dans leur culture. C’est ainsi que les couturières souhaitèrent reprendre leurs aiguilles pour s’essayer au patchwork et que Mark Dunn et ses commerciaux repartirent sur les routes afin d’encourager les magasins de tissus à dédier un espace aux quilts. Toutefois, il existait peu de textiles adaptés pour le quilt et au bout de quelques années, mark décida de créer les siens, en 100% coton. Avec l’aide de Cheryl Freydberg, Vice-Présidente de la création et du développement, ils cherchèrent la meilleure façon de composer leurs imprimés.

.

.

Cheryl Freydberg et Mark Dunn

.

.

Pourtant, les premières créations ne rencontrèrent pas le succès espéré, la gamme de motifs cachemire choisie ne plaisant pas. Mark savait qu’il lui fallait dénicher les bons stylistes et il partit avec Cheryl à la rencontre des designers sur le Quilt Market et sur divers salons où ils observèrent quels stands attiraient du monde.  

.

.

Sandy Gervais de « Pieces from my Heart » a été l’une de leurs premières stylistes à travailler avec eux, elle leur est encore fidèle aujourd’hui.

 

 

 

 

 

 

.

.

.

Patrick Lose a lui aussi travaillé pour Moda et a créé les « Marbles », les célèbres faux-unis.

Les « Marbles » de Patrick Lose pour Moda Fabrics

 

 

 

 

 

 

.

.

Cheryl considère que collaborer avec des créateurs est un vrai partenariat qui exige discussions et re-travail des motifs  pour atteindre la perfection. Nombreux sont aujourd’hui les créateurs qui travaillent avec United Notions : Barbara Brackman, Abi Hall, American Jane, Blackbird Design, Erin Michael, 3 Sisters, Stacy Iest Hsu, Turn-of-the-Centuries, Urban Chiks, Primitive Gatherings … Je vous invite à tous les découvrir ici :

.

http://blog.modafabrics.com/designers/

.

En matière de production, si au départ Moda a collaboré avec un grand nombre d’unités de production, elle ne travaille désormais plus qu’avec deux d’entre elles basées l’une en Corée, l’autre au Japon, depuis une vingtaine d’années, ce qui a engendré, au fil des ans, une belle complicité.

C’est d’ailleurs la complicité, la loyauté et la confiance qui priment chez Moda…

A suivre…

La semaine prochaine,

vous découvrirez la générosité et la fantaisie infatigable de Mark Dunn …

A très vite donc !

N@tacha Ramora

 

Publicités

13 réflexions sur “L’aventure Moda Fabrics, première partie

    • chroniquepatchwork dit :

      Merci Nini pour ce gentil commentaire! Je me suis moi aussi régalée en découvrant et réécrivant la vie de Mark Dunn, personnage passionnant. Je vois que tu es tout aussi matinale que moi! Douce journée à toi

  1. Nicolas annick dit :

    Merci, j’adore les moda tant par leur qualité que par leur variété et suis contente de savoir comment ils sont venus à la vie j’espère que c’est une entreprise prospère afin que nous en profitions encore longtemps !!

    • chroniquepatchwork dit :

      Bonjour Annick, je suis heureuse de te lire et j’espère sincèrement que tu vas bien. Je suis comme toi, j’adore les tissus Moda et maintenant que j’en sais davantage sur la vie de mark Dunn, je suis une fan absolue de ce qu’il représente en générosité, humanité et façon de gérer son entreprise! Je pense qu’il n’y a pas d’inquiétude sur la longue vie de Moda Fabrics, d’autant que tu verras sur la suite de l’article que la relève est assurée. Je t’embrasse, porte-toi bien 🙂
      Natacha

  2. Babeth-Lili dit :

    Effectivement, le livre des Quilts de légende est très intéressant. Mais ton article est tout aussi passionnant et comme j’aime particulièrement la qualité des tissus de chez Moda, inutile de dire que je suis une adepte de ceux-ci. Il y a de très belles collections qui permettent de beaux coordonnés.
    A bientôt pour la suite.

    • chroniquepatchwork dit :

      Bonjour Babeth-Lili,
      je suis heureuse de lire que je suis parvenue à faire un article passionnant sur Moda, cela signifie que j’ai réussi mon challenge. C’est toujours assez délicat de retranscrire ou résumer un article ou un livre que l’on a aimé sans faire du copier-coller, en trouvant son propre style.

      Pour ce qui est des collections Moda, en effet, ils ont de très belles collections qui permettent un beau rendu d’ouvrages et maintenant que je connais leur histoire, je suis encore plus fan!

    • chroniquepatchwork dit :

      Coucou Estelle,

      j’espère que tu as passé un bel été. J’espère surtout que ton amie en Floride n’a pas eu trop de dégats car c’est assez terrible tout ce qu’il s’est passé ces derniers jours! Quelle tristesse pour les gens qui ont tout perdu! En tout cas, profite bien de ton amie et des bons moments à venir. Bises affectueuses.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s