« La Victoire », une boutique au coeur d’Aix en Provence

imgp5121-convertimageDurant le mois de juillet dernier, je me suis rendue dans le Var, à Correns, joli petit village provençal où résident une partie de l’année des membres de ma famille qui me sont chers. Quelques mois plus tôt, j’avais dû annuler une interview à Aix-en-Provence, préoccupée par quelques petits soucis. J’ai donc décidé de recontacter Marie-Hélène Collet, qui gère, auprès de son mari Philippe et de sa belle-soeur, Joëlle, la boutique de tissus  » la Victoire ».

Suivant à la lettre les indications de Marie-Hélène pour la retrouver,  je pénètre dans la vieille ville qui a tant de cachet. Je me perds quelques instants mais une dame âgée propose de m’accompagner puisqu’elle se rend justement au marché qui se tient à l’endroit même où j’ai rendez-vous. Nous devisons toutes les deux en chemin et je me dis que malgré mon amour pour ma région lyonnaise d’adoption, cette facilité provençale du contact humain me manque profondément.

Me voici arrivée devant la boutique  « La Victoire », nommé ainsi car elle existe depuis près de 100 ans et a ouvert ses portes à la fin de la première guerre mondiale d’où le choix de ce nom fêtant la victoire des alliés.

.

imgp5125

.

imgp5120-convertimage.

.

C’est autour d’un délicieux petit-déjeuner pris à une terrasse d’Aix que Marie-Hélène m’explique que le commerce a tout d’abord été tenu par une première famille plus de cinquante ans avant que ses beaux-parents ne le rachète il y a 48 ans de cela. Philippe,  Joëlle  et elle-même sont donc la seconde génération de la famille Collet à la détenir.

 

 

 

.

Outre Marie-Charlotte, qui travaille auprès du trio depuis près de 6 ans, ils forment aussi des BTS en alternance et son heureux d’avoir aujourd’hui une bonne dynamique dans leur équipe. Joëlle et Marie-Hélène s’occupent davantage des commandes et de la vente tandis que Philippe est plus axé sur la gestion et l’administratif, bien qu’il assure lui aussi le côté vente. Marie-Hélène pousse ses jeunes en formation à maîtriser les langues étrangères, notamment l’anglais. C’est ainsi que Marie-Charlotte est partie neuf mois dans une famille de « coeur » aux USA. La boutique accueille aussi des étudiants de l’Institut américain.

C’est tout naturellement que Joëlle est venue travailler à la boutique auprès de ses beaux-parents. Quant à Philippe,  il a grandit entre les métrages de tissus, les coupons et  la petite mercerie. Marie-Hélène enfin, est venue pour un job d’été tandis qu’elle était encore étudiante et n’a plus jamais quitté ce commerce. Elle me raconte que sa belle-mère était une femme à poigne qui lui a transmis l’amour de ce travail pour lequel elle pense sincèrement être faite. Elle ne me  cache pas que pour ses beaux-parents, laisser les rênes du magasin n’a pas été facile car la façon de diriger était différente. C’est sans doute l’éternelle difficulté générationnelle  dans la transmission d’une entreprise familiale.

.

imgp5126

.

Marie-Hélène et Philippe ont quatre enfants et  leur  objectif n’est pas que l’un d’eux reprenne le magasin. Marie-Hélène  espère leur transmettre l’envie de faire leur propre choix professionnel. Elle leur insuffle du mieux qu’elle peut une ouverture sur le monde et sur les gens car c’est ainsi que je la perçois : ouverte et généreuse !

Comme une majorité de  commerces en France, l’équipe doit composer avec les aléas de la crise économique et des nouvelles formes de commerce. Mais chacun d’eux s’investit pour continuer de faire vivre leur boutique. C’est ainsi qu’il y a quelques temps, tout en gardant l’esprit vintage, ils ont changé les tables de découpe et ont passé la caisse au fond du magasin et non plus à l’entrée comme pendant ces quarante dernières années. Ils ont aussi beaucoup souffert de l’image stéréotype « magasin de tissu provençal » et ils sont heureux aujourd’hui de voir la tendance enfin s’inverser grâce à tous leurs efforts. Car La Victoire, ce sont des tissus d’habillement, des soieries, du linge de maison traditionnel, des couvertures cardées, une mine d’or qui se doit d’être découverte en passant la porte de la boutique.

.

imgp5133

.

Bien sûr, pendant la période estivale, il y a de produits provençaux en vitrine qui attirent le chaland. Mais ce sont uniquement des produits nobles avec lesquels ils travaillent régulièrement : des rééditions des dessins Valdrôme, des nappes 100 % coton, des lins imprimés, des Olivades et non pas des nappes à 10 euros en polyester provenant de Chine. Aujourd’hui, l’équipe privilégie les tissus nobles, les belles matières mais aussi et surtout, ils préféreront proposer à la vente des produits issus de l’Union Européen plutôt qu’asiatiques.

.

imgp5132

Les tissus nobles Provençaux

.

Marie-Hélène se réjouit de voir des clientes, qu’elle a connu enfant, venir acheter le tissu de leur robe de mariée par exemple. La transmission s’est faite par une grand-mère ou une mère et c’est un vrai bonheur pour elle. L’équipe dirigeante est bien consciente que la création de quilts représente un budget conséquent. C’est la raison pour laquelle ils ont développé une gamme en 150 cm de large, ce qui permet à leurs clientes d’avoir plus de matière et du surplus pour d’éventuels échanges avec leurs amies.

.

imgp5131

Le rayon des patcheuses

.

imgp5135

La caverne d’Ali baba des tissus d’ameublement, soieries et donc, des futures mariées!

 

Mais ils recommandent aussi la technique du décatissage. Qu’est-ce donc? Il faut savoir qu’aujourd’hui, quelque soit les produits textiles que vous achetez (métrage de tissu, prêt-à-porter, linge de maison), ils possèdent en quasi majorité des apprêts. La technique du décatissage consiste donc, après l’achat,  à faire tremper votre textile coton, lin ou viscose dans une bassine d’eau froide toute la nuit, ce qui ôte les apprêts. Cette technique permet de fixer les couleurs afin d’éviter les dégorgement, pré-retrécit un métrage de tissu, rends à la fibre sa noblesse. Cela  permet ensuite de passer le lin au sèche-linge et de ne plus avoir de traînées blanches sur vos jeans.

.

imgp5136Toute l’équipe fourmille de projets et en cette fin d’année, la boutique fête ses 100 ans d’existence! Un siècle pour un magasin de tissus, ce n’est pas rien aujourd’hui tandis que le web propose une multitude de produits. Mais rien ne remplacera un accueil chaleureux, un bon conseil, un sourire, un professionnalisme sans faille. C’est ce que vous trouverez chez « La Victoire ». Que vous soyez Aixoise ou simple touriste, n’hésitez pas à leur rendre visite!

.

Je vous souhaite un bon avent à toutes

et tous!

 

avent

.

N@tacha Ramora

Publicités

9 réflexions sur “« La Victoire », une boutique au coeur d’Aix en Provence

  1. Gene 11 dit :

    Beau reportage au niveau de la boutique présentée. Il faut du courage e de l’énergie pour se maintenir actuellement pour ce style de magasin, mais ton exemple montre qu’on peut y arriver.

    • chroniquepatchwork dit :

      C’est fantastique de voir que tu connais cette boutique et que tu ne l’as pas oubliée! Je suis ravie que mon article te parle deux fois plus! Tu fais donc du patch depuis une vingtaine d’années et tu dois donc avoir des placards qui regorgent de quilts! Bravo!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s