Ma crèche provençale

rene-de-noelChères lectrices et lecteurs, je reviens vers vous après quelques jours d’absence pour des vacances très attendues.    Aujourd’hui je viens vous souhaiter de belles fêtes de fin d’année, j’espère qu’elles vous sont douces et remplies de bons moments avec vos proches. j’ai une pensée spéciale pour tous ceux qui sont seuls dans ces moments festifs.

 

~~~~~~~~~~~~

Ma crèche Provençale

 

Dans la religion catholique, la crèche de Noël met en scène la nativité, naissance de l’enfant Jésus. Elle peut être vivante, statique ou encore mécanique. Les crèches de Noël vivantes se développent en Europe à partir du 13 ème siècle suite à la réalisation d’une telle crèche par François d’Assise en 1223 à Greccio, en Italie.

Grâce aux progrès de l’horlogerie, les crèches mécaniques deviennent populaires dans toute l’Europe au 17 ème siècle. La première qui fut mécanisée en France, à Marseille,  fut créée par un dénommé Laurent.

La démocratisation des crèches domestiques est favorisée au19ème siècle par la fabrication en série des figurines en plâtre peint et leur diffusion par les marchands d’objets religieux.

De nos jours, la tradition de la crèche de Noël s’est développée dans le monde entier en adaptant l’évangile selon la diversité des cultures. Depuis novembre 2016, le Conseil d’Etat a statué sur la possibilité d’installer des crèches dans des établissements de la République suite aux tensions religieuses en France.

.

PETIT TOUR DU MONDE DES CRèCHES

.

Crèche de Noël au Portugal

Crèche de Noël au Portugal

.

Crèche Amérindienne, Québec

Crèche Amérindienne, Québec

.

creche-noel-italienne

Crèche de Noël italienne

.

creche-noel-bavaroise

Crèche de Noël bavaroise

.

La tradition de la crèche provençale débuta tout d’abord en 1775 à Marseille avec le dénommé Laurent dont je vous parlais plus haut. Il s’agissait donc de santons articulés vêtus de costumes locaux. Laurent avait fait toute une mise en scène comprenant par exemple le Pape descendant de son carrosse, suivi des cardinaux, pour venir bénir  l’enfant Jésus ou encore, un vaisseau de guerre tirant une salve d’artillerie pour saluer sa venue au monde, ce qui le faisait sursauter.

 
Mais les vrais santons de Provence ‎en argile non cuite ont été façonnés par Jean-Louis Lagnel, à Marseille, à la fin du 19 ème siècle. S’ils ont été fortement concurrencés, au tout début, par les Santibelli, en plâtre, vendus par des marchands Napolitains dans les rues du Vieux-Port, depuis, ce sont les santons de Provence qui ornent fièrement nos crèches.
D’après Marcel Carbonnel, l’un des plus prestigieux santonniers, la crèche Provençale mêle aujourd’hui « le profane au religieux »‎ et on peut y voir en effet désormais une multitude de corps de métier aux côtés des personnages religieux.
.
.
marcel-carbonel-travaillant-sur-un-santon

Marcel Carbonel travaillant sur un santon

 .
Si ma famille n’a jamais été pratiquante ni même catholique, la crèche provençale, à cause de nos origines Marseillaises,  a toujours tenu une place de choix chez nous ‎. Ma maman aimait exprimer son côté créatif en la mettant en place chaque année à côté du sapin et nous étions chargés de rajouter quelques cailloux et un peu de mousse pour la rendre plus vivante.
Ce dont je me souviens aussi, c’est mon émerveillement lorsque que ma grand-mère paternelle, qui habitait Aubagne‎, m’emmenait voir la crèche permanente du « Petit monde de Pagnol » où je retrouvais tous les personnages que j’aimais tant : la célèbre partie de carte, ce triste boulanger et ‎sa Pomponette, la sauvage Manon des sources, Marcel Pagnol enfant et ses collines, si chères à son coeur …
.
le-petit-monde-de-pagnol

Le petit monde de Pagnol, Aubagne

.

Tous ces personnages étaient pour moi un enchantement et je ne peux que vous conseiller, si vous aimez Pagnol et que vous passez par Aubagne, de vous rendre sur l’Esplanade De Gaulle pour voir cette exposition qui vous rendra votre âme d’enfant.
 
Comme vous l’imaginez sans doute, la crèche provençale occupe donc chez moi une place ‎de choix et nous achetons chaque Noël quelques santons supplémentaires bruts que nous peignons nous-mêmes.  Au fil des ans ans, je les dispose tous autour d’une étable offerte par l’une de mes amies. Mais cette année, je suis heureuse d’offrir un vrai village à mes santons!
.
imgp6348-convertimage
.
.
imgp6349-convertimage
Toutes ces maisons sont un émouvant cadeau de mon oncle, ne serait-ce que pour les heures passées à les  confectionner.   Nul doute que mes santons sont aujourd’hui des personnages heureux!!!
.
.
imgp6352.
.
.
imgp6354.
.
imgp6358

Dans le fond, l’incontournable « Fanny » soulevant ses jupons.

Lire ici l’origine de l’expression  » faire Fanny ou embrasser Fanny » :

 

imgp6359.

.

imgp6360.

Certes, quelques-uns restent encore à peindre mais nous prenons notre temps car ce sont des étapes délicates, la plus difficile étant de dessiner l’expression du visage. Chaque année, c’est toujours excitant de se rendre au marché de Noël de Lyon pour choisir nos santons parmi la multitude proposée. Je crois que dans une vingtaine d’année, si je perpétue la tradition, mon salon ne sera plus suffisamment grand pour accueillir ma crèche! Mais d’ici là, j’en profite pleinement…

.

pere-noel-clin-doeil

Prenez soin de vous mes amis,

Nat@cha

Publicités

« La Victoire », une boutique au coeur d’Aix en Provence

imgp5121-convertimageDurant le mois de juillet dernier, je me suis rendue dans le Var, à Correns, joli petit village provençal où résident une partie de l’année des membres de ma famille qui me sont chers. Quelques mois plus tôt, j’avais dû annuler une interview à Aix-en-Provence, préoccupée par quelques petits soucis. J’ai donc décidé de recontacter Marie-Hélène Collet, qui gère, auprès de son mari Philippe et de sa belle-soeur, Joëlle, la boutique de tissus  » la Victoire ».

Suivant à la lettre les indications de Marie-Hélène pour la retrouver,  je pénètre dans la vieille ville qui a tant de cachet. Je me perds quelques instants mais une dame âgée propose de m’accompagner puisqu’elle se rend justement au marché qui se tient à l’endroit même où j’ai rendez-vous. Nous devisons toutes les deux en chemin et je me dis que malgré mon amour pour ma région lyonnaise d’adoption, cette facilité provençale du contact humain me manque profondément.

Me voici arrivée devant la boutique  « La Victoire », nommé ainsi car elle existe depuis près de 100 ans et a ouvert ses portes à la fin de la première guerre mondiale d’où le choix de ce nom fêtant la victoire des alliés.

.

imgp5125

.

imgp5120-convertimage.

.

C’est autour d’un délicieux petit-déjeuner pris à une terrasse d’Aix que Marie-Hélène m’explique que le commerce a tout d’abord été tenu par une première famille plus de cinquante ans avant que ses beaux-parents ne le rachète il y a 48 ans de cela. Philippe,  Joëlle  et elle-même sont donc la seconde génération de la famille Collet à la détenir.

 

 

 

.

Outre Marie-Charlotte, qui travaille auprès du trio depuis près de 6 ans, ils forment aussi des BTS en alternance et son heureux d’avoir aujourd’hui une bonne dynamique dans leur équipe. Joëlle et Marie-Hélène s’occupent davantage des commandes et de la vente tandis que Philippe est plus axé sur la gestion et l’administratif, bien qu’il assure lui aussi le côté vente. Marie-Hélène pousse ses jeunes en formation à maîtriser les langues étrangères, notamment l’anglais. C’est ainsi que Marie-Charlotte est partie neuf mois dans une famille de « coeur » aux USA. La boutique accueille aussi des étudiants de l’Institut américain.

C’est tout naturellement que Joëlle est venue travailler à la boutique auprès de ses beaux-parents. Quant à Philippe,  il a grandit entre les métrages de tissus, les coupons et  la petite mercerie. Marie-Hélène enfin, est venue pour un job d’été tandis qu’elle était encore étudiante et n’a plus jamais quitté ce commerce. Elle me raconte que sa belle-mère était une femme à poigne qui lui a transmis l’amour de ce travail pour lequel elle pense sincèrement être faite. Elle ne me  cache pas que pour ses beaux-parents, laisser les rênes du magasin n’a pas été facile car la façon de diriger était différente. C’est sans doute l’éternelle difficulté générationnelle  dans la transmission d’une entreprise familiale.

.

imgp5126

.

Marie-Hélène et Philippe ont quatre enfants et  leur  objectif n’est pas que l’un d’eux reprenne le magasin. Marie-Hélène  espère leur transmettre l’envie de faire leur propre choix professionnel. Elle leur insuffle du mieux qu’elle peut une ouverture sur le monde et sur les gens car c’est ainsi que je la perçois : ouverte et généreuse !

Comme une majorité de  commerces en France, l’équipe doit composer avec les aléas de la crise économique et des nouvelles formes de commerce. Mais chacun d’eux s’investit pour continuer de faire vivre leur boutique. C’est ainsi qu’il y a quelques temps, tout en gardant l’esprit vintage, ils ont changé les tables de découpe et ont passé la caisse au fond du magasin et non plus à l’entrée comme pendant ces quarante dernières années. Ils ont aussi beaucoup souffert de l’image stéréotype « magasin de tissu provençal » et ils sont heureux aujourd’hui de voir la tendance enfin s’inverser grâce à tous leurs efforts. Car La Victoire, ce sont des tissus d’habillement, des soieries, du linge de maison traditionnel, des couvertures cardées, une mine d’or qui se doit d’être découverte en passant la porte de la boutique.

.

imgp5133

.

Bien sûr, pendant la période estivale, il y a de produits provençaux en vitrine qui attirent le chaland. Mais ce sont uniquement des produits nobles avec lesquels ils travaillent régulièrement : des rééditions des dessins Valdrôme, des nappes 100 % coton, des lins imprimés, des Olivades et non pas des nappes à 10 euros en polyester provenant de Chine. Aujourd’hui, l’équipe privilégie les tissus nobles, les belles matières mais aussi et surtout, ils préféreront proposer à la vente des produits issus de l’Union Européen plutôt qu’asiatiques.

.

imgp5132

Les tissus nobles Provençaux

.

Marie-Hélène se réjouit de voir des clientes, qu’elle a connu enfant, venir acheter le tissu de leur robe de mariée par exemple. La transmission s’est faite par une grand-mère ou une mère et c’est un vrai bonheur pour elle. L’équipe dirigeante est bien consciente que la création de quilts représente un budget conséquent. C’est la raison pour laquelle ils ont développé une gamme en 150 cm de large, ce qui permet à leurs clientes d’avoir plus de matière et du surplus pour d’éventuels échanges avec leurs amies.

.

imgp5131

Le rayon des patcheuses

.

imgp5135

La caverne d’Ali baba des tissus d’ameublement, soieries et donc, des futures mariées!

 

Mais ils recommandent aussi la technique du décatissage. Qu’est-ce donc? Il faut savoir qu’aujourd’hui, quelque soit les produits textiles que vous achetez (métrage de tissu, prêt-à-porter, linge de maison), ils possèdent en quasi majorité des apprêts. La technique du décatissage consiste donc, après l’achat,  à faire tremper votre textile coton, lin ou viscose dans une bassine d’eau froide toute la nuit, ce qui ôte les apprêts. Cette technique permet de fixer les couleurs afin d’éviter les dégorgement, pré-retrécit un métrage de tissu, rends à la fibre sa noblesse. Cela  permet ensuite de passer le lin au sèche-linge et de ne plus avoir de traînées blanches sur vos jeans.

.

imgp5136Toute l’équipe fourmille de projets et en cette fin d’année, la boutique fête ses 100 ans d’existence! Un siècle pour un magasin de tissus, ce n’est pas rien aujourd’hui tandis que le web propose une multitude de produits. Mais rien ne remplacera un accueil chaleureux, un bon conseil, un sourire, un professionnalisme sans faille. C’est ce que vous trouverez chez « La Victoire ». Que vous soyez Aixoise ou simple touriste, n’hésitez pas à leur rendre visite!

.

Je vous souhaite un bon avent à toutes

et tous!

 

avent

.

N@tacha Ramora

Décembre 2016, Quelques expos près de chez nous….ou un peu plus loin !

Chères amies quilteuses, depuis peu, à chaque début de mois – le premier jour du mois pour être précise – je vous propose de diffuser vos annonces d’expositions, de salons et d’Art textile de la région Rhône-Alpes-Auvergne (voire plus…) que vous voudrez bien me faire passer. Voici donc quelques ballades à venir pour partager et échanger avec d’autres passionnées comme vous :

Misérieux, Ain :

.

affiche-patchwork-a3-convertimage

.

.

Ferrette, Haut -Rhin :

.

expo-de-noel-ferrette.

Si vous souhaitez que je diffuse votre annonce d’expo, merci de me les adresser par mail au format JPEG ou PDF avant le 20 de chaque mois pour le mois suivant. Merci de respecter ces simples consignes pour vous assurer que je puisse mettre vos demandes à temps sur le blog 🙂   N’hésitez pas à  diffuser ce message aux personnes et clubs qui peuvent être intéressés!                Mon mail : chronique.patchwork@yahoo.fr 

Bien entendu, je vous souhaite de belles découvertes!

A mardi prochain pour un nouvel article

N@tacha Ramora