Les paysages époustouflants du Zéphir et les collines de San-Francisco

En avant pour la grande aventure ! Je vous emmène cette fois  à bord du train Zéphir, un train longue distance équipé d’un wagon panoramique qui permet de profiter pleinement des paysages traversés tous plus grandioses les uns que les autres : des plaines du Nebraska aux Rocky Mountains, de la Colorado River à la Truckee River, du majestueux lac Tahoé aux plaines désertiques de l’Utah et du Nevada, du fleuve Mississipi aux rives de la baie de San Francisco, tout ne fut qu’émerveillement et découvertes parfois surprenantes, y compris au sein même du train. Nous avons donc embarqués en début d’après-midi pour deux jours et demi de voyage à Chicago où nous avons attendus docilement que le Chef de gare nous attribue nos places.

.

img_1133

« En voiture ! »

.

Je peux vous assurer que pour moi, le voyage commençait bien lorsque je me suis rendue compte que deux rangs devant nous allait voyager une famille Amish avec leurs trois enfants ! J’étais au comble de la joie de pouvoir observer des membres de cette communauté presque trois jours durant ! Mais qu’elle ne fut pas me surprise de m’apercevoir très vite que plusieurs familles Amish, issues de communautés différentes – d’après la différence des coiffes – allaient elles aussi faire le voyage !

Logo ChroniquepatchworkNous nous sommes installés dans ce qui allait être, pour de longues heures, notre minuscule espace de vie et c’est le cœur battant que j’écoutais la machine se mettre en branle direction Emeryville (San Francisco) ainsi que les premiers coups de sifflets de la locomotive qui furent si nombreux ! Car à chaque intersection entre la voie ferrée et une route, aussi petite soit-elle, le conducteur donnait joyeusement du sifflet ! Et croyez-moi, les routes sont nombreuses, même dans le désert et au beau milieu de la nuit. Mieux vaut avoir un sommeil solide ou une bonne paire de boules Quiès !

.

img_1137

J’ai été studieuse! J’ai amené mon ouvrage d’hexagones avec moi pour le voyage… 🙂

.

Au cours de cette première demi-journée, nous avons traversé, des heures durant, des champs de maïs à perte de vue dans les Etats de l’Illinois et de l’Iowa, ce qui n’est pas étonnant lorsque l’on sait que l’Illinois produit du maïs pour le pop-corn et que la moitié de la production de l’Iowa représente le tiers de l’éthanol américain.

.

imgp5618

Champs de maïs à perte de vue

 

Après une nuit un peu difficile sur les sièges inclinables – nous avons choisi la formule économique – où j’ai regretté amèrement, en grande frileuse que je suis, de ne pas avoir prévu de plaid, je me suis réveillée au petit matin et suis allée m’installer dans le wagon panoramique pour voir le lever de soleil sur l’Etat du Colorado. Bien m’en a pris puisqu’il était indispensable, ce jour-là, de pouvoir admirer les paysages grandioses que nous nous apprêtions à parcourir. Après une halte de trois quart d’heure à Denver où nous avons pu prendre quelques photos à la dérobée, notre train filait vers l’ouest américain. Le spectacle fut à la hauteur de nos attentes! Je vous laisse en juger par vous-même, toutefois, je m’excuse si parfois, les photos sont floues ou ont des reflets, il n’était pas simple de prendre de beaux clichés dans un train en mouvement…

.

imgp5626

Un adorable petit garçon Amish qui m’a adressé des sourires radieux que je ne suis pas prête d’oublier!

.

imgp5639

Le wagon panoramique, très fréquenté par la communauté Amish!

.

imgp5641

Au pied des Rocky Mountains (Montagnes Rocheuses)

.

imgp5642

Nous grimpons dans les Rocheuses

.

imgp5651

Un petit coin de paradis

.

imgp5658

Une habitation plutôt insolite mais au panorama grandiose

.

imgp5678

La rivière Colorado

.

imgp5689

Le Colorado

.

imgp5693

Encore….

.

imgp5687

Et encore…

.

En fin d’après-midi, j’ai aperçu quelques cerfs qui profitaient des rares ombrages et points d’eau et me suis écriée en français à l’adresse de mon compagnon « Regarde! Regarde! ». Les trois jeunes filles Amish assises à la table de l’autre côté du couloir, curieuses de ma découverte, ont voulu savoir ce que j’avais vu. C’est malheureusement à ce moment là que la barrière des langues m’a posé problème! Quel terme donner pour cet animal à des adolescentes qui parlaient probablement le Pennsylvania Dutch? Nous avons essayé de nous aider du traducteur du téléphone portable : Deer? Cervids? Hind? Fawn? Elles n’ont compris aucune de ces appellations! Mais j’étais toutefois émue et surprise de cette ébauche de communication.

Après avoir vu tant de belles choses au cours de la journée, je n’ai pas eu le courage d’attendre notre arrivée prévue à 23h à Salt lake City pour admirer ne serait-ce que les lumières de la ville. Epuisée, j’ai éteint ma petite veilleuse et me suis endormie tant bien que mal sur ma couchette improvisée. De nouveau réveillée très tôt le lendemain matin, je me suis rendue, comme la veille, dans le wagon panoramique pour admirer le lever de soleil sur les grandes plaines désertiques du Nevada.

.

imgp5720

Le Nevada au petit matin

.

imgp5727

Le désert du Nevada

.

imgp5732

Retour progressif à la civilisation

.

imgp5750

Le lac Tahoé

.

Le majestueux lac Tahoé, quelques heures plus tard, m’a fait grande impression. Les toutes dernières heures du voyage, alors que nous traversions la Californie et retrouvions des endroits moins charmants car très industrialisés, nous avons eu le bonheur d’échanger un moment avec la famille Amish installée au plus près de nous, notamment avec le père de famille et sa fille ainée, la mère étant très en retrait et les autres enfants trop jeunes. Cette discussion et tout ce que j’ai pu observer durant le voyage a pertubé mes maigres connaissances sur cette communauté, fruits de mon entretien avec Jacques Légeret et de mes recherches. Je leur ai parlé de Sainte-Marie aux Mines, d’Alsace et de patchwork et rien de cela n’a fait écho. Je leur ai montré mon ouvrage mais cela n’évoquait rien pour eux. J’en ai conclus, peut-être à tort, que ces Amish là n’étaient pas issus du Vieil Ordre tant ils étaient à l’aise avec notre monde (plaid polaire bariolé pour la jeune fille, verre en plastique fluo, robe bleue avec de très discrets carreaux). Et encore bien d’autres choses que je tairais par peur que vous ne me preniez pour une affabulatrice! Si la frontière est encore grande entre leur monde et le nôtre, nul doute qu’elle s’amoindrit au fil du temps.

.

imgp5684

Tout le monde profite des arrêts pour se dégourdir les jambes

.

img_1274

Un papa Amish attentif

.

Nous arriverons près de San Francisco vers 16h avec l’envie de profiter de ces deux derniers jours avant  de ne rentrer en France. Nous sommes frappés par la fraicheur qu’il règne dans cette ville en cette soirée du mois d’août et nous croisons plusieurs personnes en doudounes légères. Même les chien sont habillés chaudement !

.

imgp5776

 

Une petite laine !

 « L’hiver le plus froid que j’ai connu a été l’été que j’ai passé à San
Francisco. » Mark Twain

Pour se balader dans les rues de San Francisco, mieux vaut être équipé d’une bonne paire de baskets afin de grimper avec « légèreté » ses nombreuses collines. Elle est la troisième destination touristique des Etats-Unis et nous entendons beaucoup parler Français dans divers lieux. Si je constate qu’il y a toujours autant de SDF dans certains quartiers et qu’ils sont de plus en plus jeunes,  je redécouvre le charme fou de cette ville. Je visite de nouveaux lieux inexplorés il y a 10 ans tels les fameux escaliers qui ont inspiré  Armistead Maupin pour écrire « Les chroniques de San Francisco » mais aussi le quartier de Russian Hill dont les arbres servent de nid aux nombreux perroquets tout comme dans d’autres endroits de la ville.

.

imgp5820

La baie de San Francisco vue de Russian Hill

.

imgp5814

Les perroquets de Russian Hill….à vous de jouer et de les trouver!!!

.

imgp5872

Les escaliers ayant inspiré « Les chroniques de San Francisco », pas de Mme Madrigal à l’horizon, dommage!

.

Nous descendons Lombard Street, rue tortueuse si réputée, nous nous promenons dans le  typique Chinatown, sur le Fisherman’s Warf d’où nous allons admirer les lions de mer qui dorent au soleil puis marchons longuement jusqu’au Golden Gate Bridge, que nous ne parviendrons  jamais à voir entièrement à cause de la brume.

.

imgp5777

« The » Cable car

.

imgp5798

.

imgp5826

Lombard Street

.

imgp5883

La porte de Chinatown

.

imgp5849

Fisherman’s Wharf

.

imgp5852

Les lions de mer se dorent la pilule devant les paparazzis !

.

imgp5913

Golden Gate Bridge

.

imgp5922

.

.

20160819_071542

Prêts au décollage?

 

Déjà, il nous faut boucler nos bagages et songer à repartir. Si nous quittons à regrets les Etats-Unis, nous sommes malgré tout heureux de retrouver nos proches en France afin de leur conter cette belle aventure….

.

.

imgp6023Dans quinze jours, retour à la réalité et à la passion qui nous anime toutes, je vous propose un petit aperçu de mes coups de coeur du Carrefour Européen du Patchwork, édition 2016.

@ bientôt donc!

Natacha Ramora

 

Publicités

15 réflexions sur “Les paysages époustouflants du Zéphir et les collines de San-Francisco

    • chroniquepatchwork dit :

      Bonjour Marie-Christine, merci d’avoir posté un commentaire. Oui, il est possible que ce soit des Mennonites mais j’avoue que sur l’instant, cela ne m’a pas effleuré un seul instant. J’ai pu discuter avec la femme d’un auteur dont je ne me souviens plus le nom qui a beaucoup écrit sur les Amish. Elle n’était pas plus étonnée que cela de ce que je lui racontais tant les degrés d’acceptation de la modernité peuvent être variés. Bon week-end à vous.
      Natacha

    • chroniquepatchwork dit :

      Merci Corinne, je n’ai taché de mettre que des jolis photos, d’autres étaient bien plus moyennes. Et non, pas de plaid! Avec l’avion, le poids des valises était limité, j’ai préféré avoir de la place pour ramener des souvenirs. Mais la nuit, dans le Zephir, avec la clim à fond, j’ai un peu regretté. 😦
      Je t’embrasse

  1. Gene 11 dit :

    J’aurai vraiment bien aimé vous suivre tout au long de ce voyage. Un seul regret par rapport à vos articles, une carte montrant tout votre périple aurait bien complété pour nous l’idée que nous nous sommes faits de ce grand pays.

  2. murielleduval81 dit :

    Merci Natacha pour ce nouveau récit de ton voyage, rien que les noms des contrées traversées me font rêver. Je comprend l’émotion ressentie lors des échanges avec la famille amish et par le sourire de ce petit garçon. Tu es studieuse et ravissante sur la photo. Ma fille est à San Francisco en ce moment, si te donnerai le lien de ses récits quand elle en publiera. Belle semaine à toi. Bises

    • chroniquepatchwork dit :

      Coucou Murielle,
      merci beaucoup de ce gentil commentaire et de ce beau compliment! Oui, ces échanges ont été pour moi un véritable cadeau. Cette communauté me fascine depuis si longtemps. Quant à ce petit garçon, ses sourires resteront longtemps gravés en moi. Que ta fille profite pleinement de son beau voyage. Je t’embrasse bien fort

  3. Desbans Marianne dit :

    C’est un bonheur et a la fois frustrant de lire toute ces belles émotions et de n’avoir pu les vivre comme tu l’a fais. Merci de nous transmettre ce beau partage. A dans dix ans pour une trilogie?…
    Bonne continuation bisou

    • chroniquepatchwork dit :

      ahlalalala! J’aimerai bien y retourner dans 10 ans ou peut-être avant pour profiter de ce beau pays. Si mes finances me le permettent, ce n’est pas exclu que je retourne aux Etats-Unis tout au long de ma vie.
      Bisous à toi Marianne et bonne fin de week-end

  4. Babeth-Lili dit :

    Joli voyage que celui-ci. Je connais New-York et Boston mais rien sur la côte ouest. Et ce périple en train est une belle aventure pour mieux découvrir des paysages grandioses.
    Juste un regret : que l’on ne puisse pas agrandir les photos d’un clic.

    • chroniquepatchwork dit :

      Bonjour Babeth-Lili, merci pour l’info à propos des photos, je pensais pourtant qu’elles étaient plus grandes lors d’un clic. Il faut que je me penche sur la question afin de comprendre pourquoi cela ne fonctionne plus. Quant à un voyage aux Etats-Unis afin de connaître la Côte Ouest, j’espère que vous en aurez l’opportunité un jour. Bonne fin de week-end. Natacha

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s