Les paysages époustouflants du Zéphir et les collines de San-Francisco

En avant pour la grande aventure ! Je vous emmène cette fois  à bord du train Zéphir, un train longue distance équipé d’un wagon panoramique qui permet de profiter pleinement des paysages traversés tous plus grandioses les uns que les autres : des plaines du Nebraska aux Rocky Mountains, de la Colorado River à la Truckee River, du majestueux lac Tahoé aux plaines désertiques de l’Utah et du Nevada, du fleuve Mississipi aux rives de la baie de San Francisco, tout ne fut qu’émerveillement et découvertes parfois surprenantes, y compris au sein même du train. Nous avons donc embarqués en début d’après-midi pour deux jours et demi de voyage à Chicago où nous avons attendus docilement que le Chef de gare nous attribue nos places.

.

img_1133

« En voiture ! »

.

Je peux vous assurer que pour moi, le voyage commençait bien lorsque je me suis rendue compte que deux rangs devant nous allait voyager une famille Amish avec leurs trois enfants ! J’étais au comble de la joie de pouvoir observer des membres de cette communauté presque trois jours durant ! Mais qu’elle ne fut pas me surprise de m’apercevoir très vite que plusieurs familles Amish, issues de communautés différentes – d’après la différence des coiffes – allaient elles aussi faire le voyage !

Logo ChroniquepatchworkNous nous sommes installés dans ce qui allait être, pour de longues heures, notre minuscule espace de vie et c’est le cœur battant que j’écoutais la machine se mettre en branle direction Emeryville (San Francisco) ainsi que les premiers coups de sifflets de la locomotive qui furent si nombreux ! Car à chaque intersection entre la voie ferrée et une route, aussi petite soit-elle, le conducteur donnait joyeusement du sifflet ! Et croyez-moi, les routes sont nombreuses, même dans le désert et au beau milieu de la nuit. Mieux vaut avoir un sommeil solide ou une bonne paire de boules Quiès !

.

img_1137

J’ai été studieuse! J’ai amené mon ouvrage d’hexagones avec moi pour le voyage… 🙂

.

Au cours de cette première demi-journée, nous avons traversé, des heures durant, des champs de maïs à perte de vue dans les Etats de l’Illinois et de l’Iowa, ce qui n’est pas étonnant lorsque l’on sait que l’Illinois produit du maïs pour le pop-corn et que la moitié de la production de l’Iowa représente le tiers de l’éthanol américain.

.

imgp5618

Champs de maïs à perte de vue

 

Après une nuit un peu difficile sur les sièges inclinables – nous avons choisi la formule économique – où j’ai regretté amèrement, en grande frileuse que je suis, de ne pas avoir prévu de plaid, je me suis réveillée au petit matin et suis allée m’installer dans le wagon panoramique pour voir le lever de soleil sur l’Etat du Colorado. Bien m’en a pris puisqu’il était indispensable, ce jour-là, de pouvoir admirer les paysages grandioses que nous nous apprêtions à parcourir. Après une halte de trois quart d’heure à Denver où nous avons pu prendre quelques photos à la dérobée, notre train filait vers l’ouest américain. Le spectacle fut à la hauteur de nos attentes! Je vous laisse en juger par vous-même, toutefois, je m’excuse si parfois, les photos sont floues ou ont des reflets, il n’était pas simple de prendre de beaux clichés dans un train en mouvement…

.

imgp5626

Un adorable petit garçon Amish qui m’a adressé des sourires radieux que je ne suis pas prête d’oublier!

.

imgp5639

Le wagon panoramique, très fréquenté par la communauté Amish!

.

imgp5641

Au pied des Rocky Mountains (Montagnes Rocheuses)

.

imgp5642

Nous grimpons dans les Rocheuses

.

imgp5651

Un petit coin de paradis

.

imgp5658

Une habitation plutôt insolite mais au panorama grandiose

.

imgp5678

La rivière Colorado

.

imgp5689

Le Colorado

.

imgp5693

Encore….

.

imgp5687

Et encore…

.

En fin d’après-midi, j’ai aperçu quelques cerfs qui profitaient des rares ombrages et points d’eau et me suis écriée en français à l’adresse de mon compagnon « Regarde! Regarde! ». Les trois jeunes filles Amish assises à la table de l’autre côté du couloir, curieuses de ma découverte, ont voulu savoir ce que j’avais vu. C’est malheureusement à ce moment là que la barrière des langues m’a posé problème! Quel terme donner pour cet animal à des adolescentes qui parlaient probablement le Pennsylvania Dutch? Nous avons essayé de nous aider du traducteur du téléphone portable : Deer? Cervids? Hind? Fawn? Elles n’ont compris aucune de ces appellations! Mais j’étais toutefois émue et surprise de cette ébauche de communication.

Après avoir vu tant de belles choses au cours de la journée, je n’ai pas eu le courage d’attendre notre arrivée prévue à 23h à Salt lake City pour admirer ne serait-ce que les lumières de la ville. Epuisée, j’ai éteint ma petite veilleuse et me suis endormie tant bien que mal sur ma couchette improvisée. De nouveau réveillée très tôt le lendemain matin, je me suis rendue, comme la veille, dans le wagon panoramique pour admirer le lever de soleil sur les grandes plaines désertiques du Nevada.

.

imgp5720

Le Nevada au petit matin

.

imgp5727

Le désert du Nevada

.

imgp5732

Retour progressif à la civilisation

.

imgp5750

Le lac Tahoé

.

Le majestueux lac Tahoé, quelques heures plus tard, m’a fait grande impression. Les toutes dernières heures du voyage, alors que nous traversions la Californie et retrouvions des endroits moins charmants car très industrialisés, nous avons eu le bonheur d’échanger un moment avec la famille Amish installée au plus près de nous, notamment avec le père de famille et sa fille ainée, la mère étant très en retrait et les autres enfants trop jeunes. Cette discussion et tout ce que j’ai pu observer durant le voyage a pertubé mes maigres connaissances sur cette communauté, fruits de mon entretien avec Jacques Légeret et de mes recherches. Je leur ai parlé de Sainte-Marie aux Mines, d’Alsace et de patchwork et rien de cela n’a fait écho. Je leur ai montré mon ouvrage mais cela n’évoquait rien pour eux. J’en ai conclus, peut-être à tort, que ces Amish là n’étaient pas issus du Vieil Ordre tant ils étaient à l’aise avec notre monde (plaid polaire bariolé pour la jeune fille, verre en plastique fluo, robe bleue avec de très discrets carreaux). Et encore bien d’autres choses que je tairais par peur que vous ne me preniez pour une affabulatrice! Si la frontière est encore grande entre leur monde et le nôtre, nul doute qu’elle s’amoindrit au fil du temps.

.

imgp5684

Tout le monde profite des arrêts pour se dégourdir les jambes

.

img_1274

Un papa Amish attentif

.

Nous arriverons près de San Francisco vers 16h avec l’envie de profiter de ces deux derniers jours avant  de ne rentrer en France. Nous sommes frappés par la fraicheur qu’il règne dans cette ville en cette soirée du mois d’août et nous croisons plusieurs personnes en doudounes légères. Même les chien sont habillés chaudement !

.

imgp5776

 

Une petite laine !

 « L’hiver le plus froid que j’ai connu a été l’été que j’ai passé à San
Francisco. » Mark Twain

Pour se balader dans les rues de San Francisco, mieux vaut être équipé d’une bonne paire de baskets afin de grimper avec « légèreté » ses nombreuses collines. Elle est la troisième destination touristique des Etats-Unis et nous entendons beaucoup parler Français dans divers lieux. Si je constate qu’il y a toujours autant de SDF dans certains quartiers et qu’ils sont de plus en plus jeunes,  je redécouvre le charme fou de cette ville. Je visite de nouveaux lieux inexplorés il y a 10 ans tels les fameux escaliers qui ont inspiré  Armistead Maupin pour écrire « Les chroniques de San Francisco » mais aussi le quartier de Russian Hill dont les arbres servent de nid aux nombreux perroquets tout comme dans d’autres endroits de la ville.

.

imgp5820

La baie de San Francisco vue de Russian Hill

.

imgp5814

Les perroquets de Russian Hill….à vous de jouer et de les trouver!!!

.

imgp5872

Les escaliers ayant inspiré « Les chroniques de San Francisco », pas de Mme Madrigal à l’horizon, dommage!

.

Nous descendons Lombard Street, rue tortueuse si réputée, nous nous promenons dans le  typique Chinatown, sur le Fisherman’s Warf d’où nous allons admirer les lions de mer qui dorent au soleil puis marchons longuement jusqu’au Golden Gate Bridge, que nous ne parviendrons  jamais à voir entièrement à cause de la brume.

.

imgp5777

« The » Cable car

.

imgp5798

.

imgp5826

Lombard Street

.

imgp5883

La porte de Chinatown

.

imgp5849

Fisherman’s Wharf

.

imgp5852

Les lions de mer se dorent la pilule devant les paparazzis !

.

imgp5913

Golden Gate Bridge

.

imgp5922

.

.

20160819_071542

Prêts au décollage?

 

Déjà, il nous faut boucler nos bagages et songer à repartir. Si nous quittons à regrets les Etats-Unis, nous sommes malgré tout heureux de retrouver nos proches en France afin de leur conter cette belle aventure….

.

.

imgp6023Dans quinze jours, retour à la réalité et à la passion qui nous anime toutes, je vous propose un petit aperçu de mes coups de coeur du Carrefour Européen du Patchwork, édition 2016.

@ bientôt donc!

Natacha Ramora

 

Publicités

La quiétude de la Nouvelle-Angleterre et la beauté de Chicago

Chers lectrices et lecteurs, je vous ai laissé, la semaine dernière, sur les rives de la Charles River. Reprenons la route ensemble…

Après nos belles ballades dans les rues de Boston, nous louons une voiture et nous quittons la ville pour Lowell et son Museum du quilt.

.

IMGP5350

Lowell

.

Le Musée fera l’objet d’une chronique sur le blog à lui seul  ultérieurement mais ‎hormis les salles réservées aux ouvrages sur les présidents américains,  j’ai été un peu déçue par les collections présentées. Lowell est une petite bourgade industrielle qui me séduit assez peu en comparaison de toutes ces belles choses que je verrai ensuite. Nous y déjeunons rapidement et repartons par les routes qui longent la côte de la Nouvelle-Angleterre et admirons l’Océan et les superbes maisons à bardages, toutes plus belles les unes que les autres.

.

IMGP5367

Les paysages maritimes de la Nouvelle-Angleterre

.

IMGP5381

Une petite route paisible

.

IMGP5386

Vivre au bord de l’océan…

.

IMGP5412

Un des nombreux phares de la côte

.

Le beau temps n’est pas toujours au rendez-vous mais nous faisons quelques haltes agréables pour admirer les paysages et prendre des photos. Nous posons nos valises pour deux jours à Old Orchard Beach, petite station balnéaire situé à quelques miles de Portland, dans le Maine.

.

IMG_0964

Welcome to Old Orchad Beach

.

L’air marin est très humide et une grande fatigue nous envahis. Ces deux jours seront surtout consacrés au repos, aux grandes balades sur la plage pour moi et aux petits apéritifs du soir dégustés sur le Wharf. Cet endroit me plaît énormément pour sa quiétude et j’aurai adoré y rester davantage.

Mais il nous faut continuer notre route! Nous restituons la voiture à l’aéroport de Boston et nous reprenons un avion pour Chicago. J’avoue que j’ai un peu l’appréhension de retrouver un second New-York mais ce n’est pas le cas! Tout nous a plus à Chicago! A la descente de l’avion, nous avons pris un métro pour rejoindre notre hôtel . Dès que nous  ‎en sommes sortis, nous avons aimé ou ri de ce que nous avons vu : le petit logo qui interdit le port des armes à feu en ville, le métro aérien, la fantastique vue de notre chambre d’hôtel et le lit de plus d’un mètre quatre vingt de large!

.

IMGP5427

Métro aérien de Chicago

.

Si Chicago est encore célèbre ‎pour sa période très tourmentée au temps des gangs mafieux et de la prohibition, nous ne nous sentons pas en insécurité comme à New-York. Il existe encore une organisation qui a relayé la mafia, appelée « l’Outfit de Chicago » et qui intervient désormais dans la prostitution, la drogue, les assassinats, les cambriolages et bien d’autres. Pourtant, nulle trace de banditisme ici. La ville est paisible et propre, les gens souriants et les commerçants généralement sympathiques.

.

La-mythique-scne-de-la-poussette-ConvertImage

La mythique scène de la poussette de la gare de Chicago dans le film « Les incorruptibles »

.

 

IMGP5548

Le même escalier, beaucoup plus paisible

.

Chicago a su donner une autre image d’elle au fil des décennies, une image basée sur la beauté de son architecture alliant là aussi l’ancien et le résolument moderne. Le grand incendie qui eut lieu en octobre 1871 et ravagea une grande partie de la ville, détruisant 18 000 bâtiments et jetant à la rue près d’une personne sur deux, a permis malgré tout un développement urbanistique et commercial sans précédent , faisant de Chicago une des villes les plus importantes du continent américain. Ainsi tous les nouveaux bâtiments et les sculptures design du Millenium Park, tel la « Cloud Gate », font de Chicago une cité agréable à visiter.

.

IMGP5438

La Skyline Chicagoane

.

IMGP5417

Ici débute « The mother road », la fameuse route 66

.

IMGP5449

La Cloud Gate

.

IMGP5504

La rivière Chicago traverse la ville pour aller ensuite se perdre dans les campagnes de l’Illinois

.

IMGP5443

Les bords du lac Michigan

.

Monter sur le Skydesk de la Willis Tower se mérite : 2h30 d’attente ! Mais se retrouver les pieds sur la paroi de verre avec le vide en dessous restera une sensation inoubliable.

.

20160813_131225

Les pieds dans le vide….ou presque !

.

IMGP5539

Les cages de verres accrochées à la Willis Tower

Nous aurons aussi la chance, durant ce séjour, d’apercevoir le très joyeux dîner des « gens en blanc » sur les rives du lac Michigan. Le concept, aujourd’hui adopté dans de nombreux endroits de la planète, consiste à aller pique-niquer dans des tenues blanches élégantes, dans un espace public, sachant que  le lieu est tenu secret jusqu’au dernier moment.

.

Dîner en blanc Chicago

Les dîners en blanc de Chicago

 

Ce soir-là, nous avons donc aperçu de nombreux groupes de gens gais  et joliment habillés en blanc – costumes et robes de soirées – traînant derrière eux un petit caddie avec glacière et table pliante,  se rendant dans le lieu dévoilé pour dîner sous les étoiles, à la lueur des chandelles.

Bien sûr, nous nous sommes promenés sur le Navy Pier pour une bonne séance de shopping dans les boutiques de souvenirs et pour admirer la ville, vue des quais. Puis, nous avons pris le métro aérien dans le quartier du Loop où il fait une grande boucle en passant entre les buildings, ce qui en fait une attraction touristique sympathique.

Enfin, une  des choses qui me laissera un excellent souvenir de Chicago, c’est le restaurant typique dans lequel nous nous rendions le soir. Boiseries, banquettes de cuir et vieux articles de journaux sur l’épopée de Scarface (Al Capone) et de divers gangs. Amusés par cette décoration retraçant une époque clé de la ville, nous demandons, après notre dernier repas, de pouvoir prendre quelques photos. C’est ainsi que le patron, très fier de son petit effet, nous a proposé de passer derrière la caisse, nous a posé à chacun un Borsalino sur la tête, m’a mis une mitraillette à camembert entre les mains (fausse évidemment!) et à demandé à l’une des serveuses de prendre une photo souvenir pour nous. Vivre le tourisme auprès de Chicagoains fiers de leur histoire – parfois sanglante hélas –  et de l’héritage transmis était une expérience agréable, une belle aventure en quelque sorte.

Et pour ce qui est de l’aventure, nous n’allons pas en manquer pour les jours qui suivrons notre escale à Chicago, car nous partons ensuite sur les pas des pionniers à la conquête de l’ouest américain à bord du train panoramique Zephir….

Viendrez-vous avec moi  dans quinze jours? Le détour en vaut la peine……

imgp5637

Afin de reprendre le rythme régulier d’un articles tous les premiers et troisièmes mardis du mois, retrouvez-moi mardi 20 septembre.

N@tacha Ramora

.

Merci à toutes et tous de votre fidélité et de vos commentaires !