Barbara Oliver Hartman, une « Quiltmaker » inspirée !

Jacqueline morelC’est avec une grande tristesse que je viens d’apprendre le décès de Jacqueline Morel. Je souhaite par ces mots lui rendre hommage. Merci pour ce bel univers Jacqueline que tu m’as fait découvrir en m’enseignant l’art du patchwork et merci aussi pour ta bienveillance….

                                              Natacha

.~~~~~~~~~~~~~~~~

.

Barbara oliver Hartman

 J’ai découvert l’univers de Barbara Oliver Hartman en écrivant mes deux articles à propos des Twisted Stitchers. C’est après une réflexion approfondie qu’elle s’est définie comme une « Quiltmaker ». Selon ses observations, ce terme là correspond à l’image de la grand-mère qui confectionne des courtepointes et malgré la difficulté de commercialiser ses ouvrages en choisissant cette appellation, c’est pourtant ainsi qu’elle se voit.  

.

Barbara quiltant

.

Barbara a commencé à quilter il y a 35 ans, en 1980, tandis qu’elle se cherchait un nouveau hobby. Je crois qu’il n’y a rien de surprenant à ce qu’elle ai été attirée par le patchwork. Sa grand-mère confectionnait elle-même des courtepointes pour toute la famille, par nécessité. Elle se souvient que lorsqu’elle allait chez elle, il y avait toujours un quilt en confection que sa « Grand-ma » déroulait dès le dîner terminé pour avancer sur cet ouvrage.  Barbara a profondément chéri le quilt qu’elle lui a offert pour l’obtention de son « High School Graduation ».  Ses parents, quant à eux, exerçaient tous les deux un métier artisanal. Son père était un artisan-armurier de talent, quant à sa mère, elle a créé sa petite entreprise de couture. Elle a donc grandi dans un monde où le travail manuel tenait une place prépondérante.

Elle a été élevée à Yuma, en Arizona et il est aisé de reconnaître l’influence du Sud-Ouest dans ses ouvrages et dans sa palette de couleurs avec une préférence pour toutes les nuances ocres. Les formes géométriques des quilts Amishs l’inspirent tout autant.

.

full-circle

« Full Circle » 

.

Très cérébrale, Barbara mène une large réflexion à propos de son oeuvre et du monde de l’art en général. Selon elle, il y a deux mondes différents dans le milieu du quilt : ceux qui sont issus de la courtepointe traditionnelle et qui tendent vers l’art et ceux qui sont issus du monde artistique et qui ont approché par ce biais, le monde du quilt.

Pour elle, même les tâches quotidiennes qui interrompent le travail créatif peuvent changer l’aspect d’un quilt. Elle part de quelques lignes directrices : un dessin à reproduire sur une courtepointe ou un choix de tissus. Puis elle s’oblige à travailler plusieurs heures durant pour ne pas interrompre le processus de création. Une journée idéale serait de ne faire que quilter! Le matin, dès que sa tasse de thé est prête, elle va dans son studio, comme elle aime à appeler son espace de travail, afin de vérifier le courrier électronique et de planifier sa journée. Puis, la matinée est réservée au travail de conception et aux activités nécessitant des prises de décisions, car c’est en début de journée, d’après elle, qu’elle appréhende au mieux les tâches qui demandent une réflexion approfondie. Ensuite, pour le reste de la journée, elle passe aux étapes de fabrication et travaille régulièrement jusqu’à 22h en s’accordant quelques pauses dans la journée. Depuis le décès de son mari, Bob, elle a quelque peu modifié son planning et c’est grâce à ses proches, amis et famille et à son travail qu’elle a pu surmonter cette si douloureuse épreuve.

 

"Twenty-Three Plates"

« Twenty-Three Plates »

 

 

"Planet Beverly"

« Planet Beverly »

 

 http://www.barbaraoliverhartman.com/mandala.htm

 

Le patchwork a envahi, petit à petit, l’espace de sa maison. Au début, son ouvrage en cours occupait un petit coin de la table de la salle à manger car avec quatre enfants dans sa maisonnée, difficile d’avoir son propre espace. Les enfants ont grandi et ont quitté le nid. Au fil du temps, Barbara a donc investit leurs chambres :

La première chambre a été transformée en atelier comprenant sa machine à coudre, sa table de coupe, son bureau et son ordinateur ainsi que beaucoup de rayonnages avec ses tissus.

 

Barbara oliver hartman travaillant

Rayonnages Barbara

 

La seconde chambre comprend un second poste de couture, une table de coupe et toute sa paperasse. Enfin, dans la troisième chambre, qui sert également de chambre d’hôte, elle range  toutes les courtepointes terminées ainsi que son cadre pour quilter à la main.

 

3ème chambre Barbara

.

Elle reconfigure régulièrement ces espaces de travail pour qu’ils s’adaptent à ses besoins. Elle peint et teint ses tissus elle-même dans son garage attenant à sa buanderie.

Barbara s’est beaucoup investie dans la passion pour son art. Ses quilts ont été primés de nombreuses fois dans des expositions ou des festivals. Elle a également exposé ses courtepointes dans des musées et des centres d’art et a été régulièrement jury dans des évènements notamment dans  » Visions: San Diego » et « Quilt National « .

.

http://visionsartmuseum.org/index.asp

http://dairybarn.org/quilt-national/

.

Mais elle enseigne aussi son art et a auto-publié, depuis 1989, sa propre ligne de motifs.

.

tatmospheric-event

« Atmospheric Event »                        Quilt National 1997

 

Barbara est reconnaissante aux quelques personnes qui ont pu influencer sa façon de penser ou sa façon de travailler et d’appréhender son art. Il y a tout d’abord eu un vieil homme de sa ville natale qui, lorsqu’ elle était jeune, lui a ouvert les yeux sur le monde réel et l’a aidée à façonner ses opinions politiques.

Puis, il y a eu deux autres personnes qui l’ont fortement inspirée lorsqu’elle s’est lancée dans la courtepointe d’art : Hob/Walter (Walter est le nom qu’il utilise professionnellement) et Ron Garcia.

Walter est potier et lui et sa femme Cathy ont vivement encouragé Barbara lorsqu’elle a débuté. Elle a appris de lui le fort niveau de dévouement qu’il faut pour pouvoir vivre de son art car Walter s’est investit totalement dans son artisanat. Aujourd’hui, le travail de Walter a évolué vers des produits fonctionnels et bien conçus à forte valeur ajoutée.

Ron Garcia, quant à lui, est peintre. Bien que titulaire d’un Doctorat en Art, il n’aime pas s’en vanter. Ron a toujours été fidèle à lui-même! Ne souhaitant pas être contrôler par les galéristes et les consultants d’art, il n’a pas hésité, afin de gagner sa vie, à exercer d’autres carrières en parallèle afin de rester libre dans son art en constante évolution. Pour lui, une des clés de la reconnaissance est d’être « au bon endroit, au bon moment »!

.

tsafari_blizzard            tfallscape             tguardian

            « Safari Blizzard »                                           » Fallscape  »                          « The Guardian »
       Quilt National 1989                          Quilt National 1993                 Visions: San Diego 1990  

.

Enfin, il y eu aussi des évènements dans la vie de Barbara qui ont changé sa manière de voir les choses ou de travailler. Le décès de sa soeur Beverly a eu bien sûr un impact sur sa vie mais il y a eu aussi le syndrome du canal carpien dont elle a été atteinte et qui l’a obligée à modifier sa façon de travailler.

.

twist_of_fate

Twist of Fate

.

Aujourd’hui, Barbara s’investit pleinement dans son art avec une passion toujours plus forte qui lui permet aussi de surmonter les épreuves traversées au fil des années. Ses enfants et petits-enfants sont fiers de sa carrière artistique et certains d’entre eux ont choisi une forme d’art, différente du quilt, pour s’exprimer.

Pour finir, voici le conseil avisé que Barbara Oliver Hartman vous adresse en exclusivité à vous, mes chers lectrices et lecteurs :

« N’ayez pas peur de faire une erreur. C’est ainsi que nous apprenons et tandis qu’il est parfois décevant de faire une erreur, c’est aussi une expérience à portée pédagogique. Plusieurs grandes découvertes viennent de l’expérimentation et les erreurs font partie du processus. Ne soyez pas découragé et dirigez-vous juste vers le projet suivant. »

.

http://www.barbaraoliverhartman.com/About.htm

 

 

alex-quilt-2

« Quilt for Alex Leiber »

Suivre l’histoire ici : http://www.barbaraoliverhartman.com/Alex_Quilt.html

.

Je tiens à remercier Barbara qui m’a beaucoup aidée pour la réalisation de cet article / échange en me fournissant des liens très intéressants la concernant d’une part et qui, d’autre part, a répondu longuement à toutes mes questions.

Je vous souhaite une belle continuation Barbara et j’espère sincèrement pouvoir vous rencontrer un jour en personne.

.

Logo Chroniquepatchwork@ bientôt,

Natacha

Publicités

4 réflexions sur “Barbara Oliver Hartman, une « Quiltmaker » inspirée !

  1. Gene 11 dit :

    Article très intéressant surtout pour moi qui suis assez ignorante en ce qui concerne le monde du patch et de ses créateurs en particulier. Mais j’aime admirer ces œuvres à chaque fois que je le peux dans diverses expositions locales. Je découvre cette créatrice que je connaîtrai mieux dorénavant grâce à vous. Merci.

  2. made.laine dit :

    Bonsoir Natacha,

    C’est toujours triste de perdre les personnes qui nous ont enseigné quelque chose durant notre parcours. Je ne connaissais pas Mme Morel mais j’ai une pensée pour ses proches.

    Merci pour ce bel article de cette artiste américaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s