Mes petits encours, vive le Décopatch!

Ces derniers jours, j’avais des petits cadeaux à faire. Je me suis donc lancée pour la première fois dans la décoration de boîtes avec le décopatch en suivant les conseils avisés de la  vendeuse. Toutefois, au lieu de procéder à la découpe du papier face par face, j’ai crée un gabarit, comme pour mes blocs de patch. Puis, en découpant mes feuilles, j’ai pris soin de laisser une petite marge afin de déborder un peu sur chaque facette pour que le carton ne soit plus du tout visible. Avec un peu d’entrainement, le résultat est assez sympa et c’est d’une facilité enfantine!

 

Une simple boîte, une feuille de décopatch et un peu de minutie...

Une simple boîte, une feuille de décopatch et un peu de minutie…

 

Il existe un grand nombre de décos possibles! Certaines de mes boîtes ont eu plus de succès que d’autres! C’est le cas de celles avec les décos jean’s ou dentelle sur fond rouge ou noir…

 

P1100850-ConvertImage

Une multitude de décors


 

ou encore celles qui imitent la fourrure…..

 

Je n'arrive plus à m'arrêter!

Je n’arrive plus à m’arrêter!

 

 

Bref, une infinie gamme  de coloris mais aussi de supports tels que boîtes de toutes formes, animaux, lettres…. pour une multitude de présents à offrir! Déjà plein d’idées en tête……

 

Natacha Ramora

 

@ très bientôt pour une belle interview de Barbara Lange….vous vous souvenez  ?

 

Derrière les zips il y a....

Sing-Sing, de Barbara lange

De grandes brassées de courage et d’espoir !

Comme beaucoup d’élèves, ma fille aînée planche ces jours-ci sur les épreuves blanches du Brevet des Collèges.

J’ai donc une pensée particulière pour tous ceux qui, parmi nos enfants et nos proches, se concentrent studieusement ou laborieusement, en ce moment, sur des épreuves blanches afin de préparer un diplôme.

Nous avons la chance, dans les pays développés, que nos écoles soient si facilement accessibles pour nos plus jeunes. Véhicule personnel ou covoiturage, transports scolaires ou enfin école à proximité de nos habitations, tout est fait pour que nos enfants aient accès à l’enseignement.

Mais ce n’est pas le cas partout!

Aujourd’hui, ce sont de grandes brassées de courage et d’espoir que je souhaite partager avec vous! Pour celles et ceux qui n’ont pas vu le merveilleux film documentaire « Sur le chemin de l’école », je vous recommande vivement de le voir.  Les extraits vidéo ci-dessous (suivre le lien)  parlent d’eux même! Le parcours qu’effectuent ces enfants pour aller à l’école, le courage dont ils font preuve et leur envie de s’instruire sont une belle leçon de vie!

 

Jackson

 

Samuel

 

Zahira

 

Carlos

 

 

Interview du réalisateur Pascal Plisson

 

Comment ne pas avoir d’admiration devant tant d’engagement et d’espoir….

 

Bonne journée

Natacha ramora

Les coeurs de Brigitte

Chez Brige, on s’active pour la Saint-Valentin !

 

P1100854-ConvertImage

Coeurs à suspendre

 

N’est-ce pas qu’ils sont adorables les petits coeurs de Brigitte?

Vous en voulez encore?

 

P1100855-ConvertImage

Jolies suspensions

 

Mais aussi…

 

P1100860-ConvertImage

Si toutes ces jolies choses vous font envie, deux solutions s’offrent à vous : passer à l’atelier pour les acheter ou venir les confectionner vous même en vous inscrivant à l’avance auprès de Brigitte.

Tél : 06.64.73.44.03

L’ambiance à l’atelier est chaleureuse et vous serez accueillie avec le sourire! On vous attend…

 

Quelques unes des filles du groupe

Quelques unes des filles du groupe

 

 

 

Atelier du papillon bleu

19, Grande Rue

01600 Trévoux

Heures d’ouverture :

Mardi 8h30-12h / 13h30-18h

Vendredi 8h30-11h30

Samedi 8h30-12h / 13h30-18h

 

@ bientôt

Natacha Ramora

 

Une petite bouffée d’optimisme

Nous sommes nombreuses et nombreux à lutter pour ne pas sombrer dans la morosité ambiante : crise économique, incivilités, agressivité latente, soucis de santé, actualité triste , attentats…. Tout est déprimant et notre moral est bien bas!

Je vous propose donc une nouvelle catégorie parmi mes chroniques qui n’a rien à voir avec le patchwork, certes, mais juste parce que nous avons tous besoin de sourire, de rire, d’avoir des émotions positives, d’être touchés par un petit moment de grâce, par des petits bonheurs, par la force et la conviction de personnes qui nous servent d’exemple, anonymes ou célèbres…

Donc, ne soyez pas étonnés de voir parfois parmi mes billets un article qui se voudra être simplement une petite bouffée d’optimisme, de courage ou de zénitude en toute humilité…

Pour le 1er billet de cette catégorie, je vous propose une petite vidéo remplie d’allégresse…

 

@ très vite

Natacha Ramora

Les derniers potimarrons…

Nous pourrons encore trouver des potimarrons sur les étals de nos hypermarchés ou maraîchers jusqu’à fin février. Aujourd’hui je vous propose une recette toute simple et succulente de cette délicieuse cucurbitacée  cuite au four. C’est grâce à cette recette d’un couple d’amis américains que j’ai connu le potimarron il y a une dizaine d’années. Je ne le consommais pas auparavant. J’adore cuisiner et j’aime particulièrement la bonne cuisine du terroir mais aussi la cuisine américaine, riche et variée. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les américains ne consomment pas que des hamburgers et des frites!  Mais je crois que le sujet méritera d’être approfondi dans un autre article…

Pour revenir à cette recette, je me suis empressée de la reproduire dès mon retour et je la réalise régulièrement aujourd’hui dès qu’un ou deux potimarrons me font de l’oeil au rayon légumes ou chez mon producteur, à deux pas de la maison.

 

cagette potimarrons

 

 

Recette américaine de potimarron au four (pour 4 personnes)

 

– 2 potimarrons

– 80 g de beurre

– 8 cuillères à soupe de sucre brun

– un pinceau de cuisine

 

enlever pulpe potimarron

Faites préchauffer votre four à 180°. Coupez vos potimarrons en deux (attention au sens de la coupe pour plus de stabilité! 😉 ) et enlevez les pépins. Dans chaque moitié, disposez 20 g de beurre et 2 cuillères à soupe de sucre brun. Enfournez pour 1 h et  posez vous sur votre canapé pour vous détendre avec le dernier quiltmania….. Mais quand même, au bout de 10 minutes, dès que le beurre est fondu, badigeonnez-en les contours de vos potimarrons afin de les attendrir. Renouvellez l’opération une ou deux fois durant la cuisson.

Sortir du four et dégustez à la petite cuillère comme un melon, accompagné d’une viande.

Bon @ppetit!

Natacha Ramora

Séville et ses broderies d’or

 

Le blog pour que notre liberté d’expression perdure, c’est par ici :

http://crayonandpencil.wordpress.com

Suite au fantastique élan de solidarité, ce blog est actuellement en train d’être créé afin que nous  exprimions notre attachement à la liberté d’expression et nous pourrons aussi, si nous le souhaitons, y envoyer toutes les photos des crayons que nous aurons apposés sur nos ouvrages de 2015. L’adresse où poster nos photos sera la suivante : crayonandpencil@gmail.com

Bravo pour cette belle initiative!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

 

Séville et le Rio Guadalquivir

 

 

Séville est une ville d’une immense richesse culturelle. Que ce soit par son architecture et ses monuments fantastiques, par la diversité de ses métiers d’arts qui élargissent le patrimoine ou encore par le large éventail des mets à déguster, tout ravit  les yeux et les papilles.

La place d’Espagne restera l’endroit, dans mon modeste « carnet de voyages », m’ayant tiré des larmes d’émotion tant elle est majestueuse et belle à la fois. Si vous avez l’occasion de visiter cette ville, il vous faudra prendre le temps de vous installer au soleil sur l’un des nombreux bancs en céramique peinte pour profiter de l’instant.

 

La Place d'Espagne

La Place d’Espagne

 

 

Il vous faudra aussi bien sûr visiter le Real Alcazar, de préférence dès l’ouverture car la foule est moins dense, pour apprécier, entre autre, l’art Mudéjar et les magnifiques jardins peuplés d’orangers et de quelques citronniers. Si vous avez un peu de chance et selon la saison, les jardiniers vous donneront quelques citrons à emporter dans vos valises.

 

Les splendides jardins du Real Alcazar

Les splendides jardins du Real Alcazar

 

Impossible bien sûr de ne pas visiter la Cathédrale et la Giralda et pour ce faire, voici une petite astuce merveilleuse qui vous évitera de faire la queue et vous permettra une belle découverte : Allez visiter l’Iglesia Colegial Divino Salvador et achetez un billet d’entrée groupé à 8 euros pour l’église, la Cathédrale et la Giralda. Non seulement l’église Salvador vous époustouflera par sa beauté mais de plus, vous aurez déjà votre billet pour les deux autres édifices sans avoir à faire une queue interminable aux caisses.

 

Iglesia Colegial San Salvador

Iglesia Colegial San Salvador

 

 

La cathédrale et la tour de la Giralda

La cathédrale et la tour de la Giralda

 

 

Enfin, n’oubliez pas d’aller déguster un délicieux chocolat chaud  et quelques churros après avoir essayé plusieurs bars à tapas et bu quelques verres de sangria.

 

Tapas

Tapas

 

 Churros et chocolat chaud

Churros et chocolat chaud

 

Puis faites une promenade digestive, absolument nécessaire, en allant vous perdre dans les nombreuses ruelles  de la vieille ville.

 

Ruelle Sévillane

Ruelle Sévillane

 

~~~~~~~~~~~~

 

J’aurais souhaité visiter le Musée des Arts Populaires afin d’étoffer mon article mais il était malheureusement fermé! En effet, je voudrais vous parler ci-après des broderies d’or de Séville.

 En Espagne, mais encore plus particulièrement en Andalousie et à Séville, les broderies d’or sont une technique qui diffère considérablement de la broderie dite classique car le fil d’or ou d’argent ne traverse pas l’étoffe. Il est tendu ou posé pour couvrir le motif. Il s’agit d’une broderie en relief, artisanat traditionnel plutôt méconnu que peu d’artisans pratiquent encore de nos jours.

 

Broderies d'or

Broderies d’or

Les fils utilisé sont jaunes pour l’or et blanc pour l’argent, en soie la plupart du temps et obligatoirement résistants afin d’être solidement fixés à l’aide d’une aiguille. Cette technique permet la création de reliefs et de beaux volumes sur du velours ou de la soie.
Le tissu choisi doit être fortement tendu sur le métier à broder. Puis il faut reproduire le motif sur une étoffe. Cette ébauche sera ensuite faufilée sur le tissu tendu sur le métier afin que le travail de broderie puisse débuter. Cette technique nécessite de faire des remplissages pour rehausser les volumes et les couleurs à l’aide de bristol jaune d’or ou de fibres de torzal de la même couleur.

 

Travail de broderie d'or

Travail de broderie d’or

Au 18ème siècle, ce type de broderie faite de fils d’or était très commun pour les étendards et les chasubles de luxe mais engendrait beaucoup de frais. Au fil du temps et par question d’économie, afin de dépenser moins d’or, on remplissait les ombres avec des points de soie en tendant l’or seulement sur les parties dans lesquelles il devait apparaître. Quant aux bases de laine et soie, les deux étoffes principalement utilisées, elles furent peu à peu remplacées durant le 16ème siècle par le velours. La multitude de couleurs fit son apparition au 19ème siècle.
Il est difficile de connaitre et de dater la véritable origine des broderies d’or Sévillanes. Beaucoup l’attribuent aux peuples arabes en raison de l’héritage culturel qu’ils ont laissé en Andalousie. Il est en tout cas certain que cette technique artisanale existait déjà sous l’ère Al-Andalus, à partir de 711 après JC.

C’est en 1433 que les brodeurs Sévillans fondèrent leur corporation avec des inspecteurs examinant les aspirants à ce métier d’art. En 1516 fut mis en place un examen obligatoire pour prétendre à l’ouverture d’un atelier. Cette nouvelle corporation permit le développement de toute la filière textile de la région : teinturiers, filateurs d’or, producteurs de soie, tisseurs de soie ou de lin.

Puis, en 1533, les maîtres brodeurs ne purent plus passer des commandes sur des ateliers extérieurs ni vendre des tissus brodés à des acheteurs non certifiés, afin de protéger la production Sévillane.

Aujourd’hui, la broderie d’or s’illustre essentiellement lors de la semaine sainte et vous trouverez dans les églises de Séville maintes représentations religieuses avec des superbes atouts brodés. Il subsiste encore quelques ateliers qui ont su faire perdurer cet art ancestral.

 

P1100562

 

Pour terminer, je vous propose un petit bloc tout simple à réaliser….

 

Tout simple, non? ;-)

Tout simple, non? 😉

@ bientôt

Natacha Ramora     P1100653

 

L’atelier des ABCDaires

Je pousse la porte de l’Atelier des ABCDaires en ce mercredi après-midi pluvieux de décembre. J’ai rendez-vous avec Véronique Maurin et sa soeur Bénédicte. Elles ont gentiment accepté de me consacrer un peu de temps dans leur nouvel atelier situé au 40, rue des Remparts d’Ainay, dans le second arrondissement de Lyon.

 

Véronique et Bénédicte Maurin

Véronique et Bénédicte

 

Je fais connaissance avec ce nouveau lieu, spacieux et moderne à la fois. J’ai en effet connu le précédent magasin de Véronique, au 34 de la même rue puisque,  comme j’ai pu vous le dire dans l’un de mes premiers articles, c’est dans cet atelier que j’ai découvert le patchwork auprès de Jacqueline Morel. L’ancienne boutique se présentait comme une caverne d’Ali baba où vous trouviez, au rez-de-chaussée, tout le nécessaire pour le patchwork, le point de croix etc…. avec des tissus à foison, du matériel, des kits; puis à l’étage, la partie atelier où se déroulaient les cours de Broderie, Patchwork, Bouti et Strapunto avec des intervenants extérieurs passionnés. Celles qui ont connu ce magasin se souviennent probablement comme moi combien il était difficile de flâner parmi les rayons sans avoir envie d’acheter un article, tout faisait envie!

logo atelier des abcdaires

Le nouveau magasin est différent, la surface est très grande avec une partie vente, une partie atelier et une partie expédition au fond de la boutique. La façon de travailler est différente aussi désormais. Depuis plusieurs années, L’Atelier des ABCDaires, c’étaient deux lieux de vente sous une même enseigne, l’une à Lyon, l’autre à Nancy. Mais Véronique m’explique combien cela devenait difficile de pouvoir tout gérer tant elles couraient toutes les deux après le temps! Elles n’avaient plus que très peu de disponibilités pour se parler au téléphone afin d’ échanger sur leur activité . Malgré la bienveillance partagée par chacune d’entre elles, difficile de soulager la charge de travail de l’autre. Plus de week-ends et des vacances toujours studieuses! Aujourd’hui, Véronique et Bénédicte ont changé la formule pour plus de souplesse en respectant le désir de la clientèle, fidèle depuis l’ouverture du premier magasin, il y a 25 ans. Elles ont donc gardé une partie vente directe le mercredi matin et le jeudi, en journée, sachant qu’une cliente de passage sur Lyon sera toujours reçue  un jour de fermeture si elle prévient nos commerçantes. Le reste du temps, elles ont mis en place des ateliers qui ont beaucoup de succès, font de la vente à distance, créent des patrons et des kits de patchwork et broderie ainsi que des blocs du mois (patchworks à thèmes réalisables sur douze mois avec abonnement).

 

Mais revenons à l’origine…

 

Tout a commencé par la passion de Véronique pour le point de croix; elle en faisait déjà au lycée. Une fois mariée, Véronique a vécu dans un village des Alpes de Haute Provence où la vie paisible permettait à son petit garçon de partir jouer tout seul avec sa copine habitant au bout de la rue. Son époux s’est vu proposer un poste à Lyon et lorsqu’il lui a annoncé, au téléphone,  elle lui a ri au nez, ne connaissant de notre ville que les embouteillages du tunnel de Fourvière ce qui, hélas, n’est pas le meilleur aperçu! Mais il a su la convaincre en lui proposant d’ouvrir une boutique de point de croix une fois sur place…

                         .    

http://mes-petites-croix.over-blog.com

Photo glanée sur le web à l’adresse suivante, très joli blog sur le point de croix : http://mes-petites-croix.over-blog.com

                                      

.

et ce fut ainsi le début de l’Atelier des ABCDaires en 1989, avec un petit magasin de 30m² dédié à cette activité. L’endroit était si exigu que Véronique a dû installer un système de ficelles pour des rangements en hauteur. Elle se souvient que la première cliente qui a poussé sa porte l’a incitée à vivre une belle aventure car elles ont papoté et cette dame est revenue quelques jours plus tard afin de lui prêter des revues américaines. Cela a donné l’idée à notre chère commerçante de répondre à la demande de ses clientes qui avaient envie de modèles différents que les traditionnels danois ou allemands. Elle a écrit à toutes les publicités parues dans les revues prêtées avec l’espoir de trouver des fournisseurs aux U.S.A. Une fois ses réponses en poche, elle est partie à la rencontre des entreprises lui ayant répondu, accompagnée de son frère, en effectuant un grand périple de 3000 kms à travers les Etats-Unis afin d’importer des modèles de point de croix américains.

.

forum95.free.fr

forum95.free.fr

.

Toujours à l’écoute de ses clientes, qui faisaient également du patchwork, elle a peu à peu vendu des tissus et des accessoires pour l’art du quilt. Puis elle est repartie pour un second voyage afin d’importer cette fois des tissus américains car, malgré la popularité montante du patchwork en France, la matière manquait.

.

The City quilter à New york, photo glanée par ici : http://verom.canalblog.com

The City quilter à New york, photo glanée par ici : http://verom.canalblog.com

.

C’est en 1996, année du Quiltexpo à Lyon organisé par l’Association Internationale de Patchwork,  que Véronique a intégré un local plus grand où de nombreux cours sont venus s’ajouter à la gamme des articles et services proposés, grâce à des intervenants extérieurs. C’est dans ce cadre que j’ai donc fait connaissance avec l’Atelier des ABCDaires et que j’ai découvert l’art du patchwork auprès de Jacqueline Morel.

 

Bénédicte, plus jeune que Véronique, a pris ses marques tout doucement au sein de l’entreprise en accompagnant d’abord sa grande soeur sur les salons. Puis, au début des années 2000, elle a ouvert la seconde boutique de l’Atelier des ABCDaires sur Nancy où elle a donné elle-même des cours de patchwork. Deux boutiques pour une même enseigne, deux commerçantes passionnées, beaucoup de travail et d’investissement personnel! Bénédicte me raconte combien elle aime enseigner mais aussi, sans renier nullement le patch machine qui demande, selon elle, un savoir-faire différent, combien le patchwork à la main peut être pratiqué par tout le monde, y compris par les personnes ayant des problèmes de santé handicapants pour le travail manuel. Il est malgré tout possible, dans ce cas, de confectionner un joli ouvrage. Elle m’explique enfin qu’elle prends bien soin de préciser le niveau demandé pour la réalisation de tel ou tel bloc du mois qu’elle crée, afin de ne pas frustrer une cliente qui ne parviendrait pas au résultat espéré, par manque d’expérience.

Aujourd’hui, Véronique et Bénédicte ne regrettent nullement leur choix d’avoir opté pour un seul magasin et une nouvelle formule. Très complémentaires, ces deux soeurs aiment travailler ensemble et cela se voit! Du magasin de Nancy, il reste un magnifique quilt surprise confectionné pour Bénédicte à l’occasion de son anniversaire par quelques clientes et de merveilleux souvenirs qui resteront chers à son coeur.

.

Le quilt d'anniversaire de Bénédicte

Le quilt d’anniversaire de Bénédicte

 

Détail du quilt 2

Bénédicte derrière sa caisse

   Détail du quilt 1 Détail du quilt 3

 Détails du quilt : le comptoir de coupe et devanture de la boutique
.

Mais c’est désormais vers l’avenir que notre joli « duo de choc » se tourne! A elles deux, elles fourmillent de projets! Elles ont déjà réalisé cinq livres et collaborent régulièrement avec Quiltmania et depuis peu avec SimplyVintage pour des créations de modèles. Vous pourrez les rencontrer dans leur jolie boutique au 40, rue des Remparts d’Ainay mais aussi  sur de nombreux salons dédiés aux Arts textiles.

Je remercie vivement Véronique et Bénédicte Maurin pour leur gentillesse et leur disponibilité! Durant l’interview, nous avons pu beaucoup échanger sur l’art de vivre qu’est le patchwork. N’hésitez pas à pousser la porte de l’atelier, vous y serez reçue chaleureusement!

http://www.abcdaires.com/

 

Je les remercie également pour l’exclusivité qui m’a été accordée de publier des photos du quilt anniversaire surprise sur mon blog, l’époux de Bénédicte ayant eu l’amabilité d’aller chercher l’ouvrage à leur domicile.

 

Voici les prochaines dates des salons sur lesquels vous pourrez les retrouver en 2015 :

* Du 18 au 22 novembre : Créations & Savoir-Faire, Paris Expo Porte de Versailles, Pavillon 6-8, Paris

* Du 9 au 13 décembre : Village de Noël, Chatenay-Malabry, France

Logo Chroniquepatchwork

                                                           

                                                                                                 N@tacha Ramora