«BRIKOKOOL ET PSIKOPATCH », CLUB DE PATCHWORK DE LA MAISON DES CEDRES, TREVOUX (01)

Je vous ai déjà parlé de mon club de patchwork, « l’Atelier du Papillon bleu », mais savez-vous qu’il existe un second club à Trévoux? Cette fois-çi, c’est à la Maison des Cèdres que j’ai rendez-vous avec les quilteuses de « Brikokool et Psikopatch ». Je pénètre dans une belle bâtisse ancienne et au fond du couloir, je trouve la salle réservée aux patcheuses qui m’accueillent avec bienveillance. Après les présentations, Jeanne, qui est en quelque sorte la « mémoire » du club, était là lorsque le club a été fondé. Elle me permet de comprendre comment il a été créé. Mauricette, quant à elle, aujourd’hui présidente, m’explique son fonctionnement.  Le club est devenu une association loi 1901 en 1998. Les adhérentes payent une cotisation aux Cèdres, ce qui leur permet de profiter des autres activités mises en place telles que randonnées,bridge ou tricot.
Le crédo de « Psychopatch et Bricocool », tel est le nom qui a été choisi pour le club, est de  « partager son savoir » et c’est la raison pour laquelle le bureau se renouvelle régulièrement afin que chacune des adhérentes, puisse, à tour de rôle, prendre plus de responsabilités pour enseigner aux autres son expérience. Comme le dit Mauricette, le fait de devoir s’investir  pour guider les quilteuses à confectionner de nouveaux ouvrages l’oblige à un travail de recherche sur de nouvelles techniques et réalisations pour le groupe. Une adhérente, Mireille, tient à jour le classeur où est consigné chaque évènement de la vie du club, tandis que Jeanne est la secrétaire, Janine la documentaliste et Yolande la trésorière

 

Le groupe :

Le groupe : Janine, Marie-Pierre, Monique,Christine, Francine, Véronique, Jeanne.

 

La salle qui accueille leur club est grande et les quilteuses ont suffisamment de place pour être à l’aise. Elles tiennent à ce confort-là, d’où le fait qu’elles limitent le nombre d’adhérentes , une quinzaine tout au plus pour pouvoir conserver leur propre espace. Elles se réunissent deux fois par mois les mercredis, une première fois pour une journée complète afin de façonner chacune un même ouvrage, proposé et décidé par les adhérentes, puis une seconde fois pour un après-midi ou elles terminent leurs projets en cours.
Elles ont parfois reçu des intervenantes afin d’apprendre de nouvelles techniques. L’une de ces interventions  leur laisse un souvenir mémorable, la technique du stack-n-whack qui a donné, ce jour-là, à beaucoup d’entre elles, le sentiment de ne pas rendre le travail espéré au départ. Francine se rappelle combien cette technique a été difficile pour elle !

 

Technique du Stack-n-wack

Technique du Stack-n-wack

 

 

Si les quilteuses de « Brikokool et Psikopatch » n’ont pas l’occasion de rencontrer d’autres clubs de patchwork, elles réalisent, en revanche, des quilts dans un but humanitaire pour en faire don au Téléthon,  à l’association Rêves ou, en remerciement de leur accueil, à la Maison des Cèdres. Un autre joli projet est en friche…

Elles ont également organisé quelques expos afin de montrer leur travail, la dernière, « Un petit coin de jardin », ayant eu lieu il y a quatre ans. Et puis bien sûr, elles se rendent sur des salons ou expositions de quilts, par petits groupes pour plus de convivialité. Elles ont particulièrement aimé leur visite au château de Bessey-les-Citeaux, en Côte d’or, dont la propriétaire, Françoise Aubert, a ouvert sa boutique de Patchwork au coeur de l’édifice. Quelle merveilleuse idée de pouvoir combiner séjour en chambre d’hôtes, stages de patchworks -organisés plusieurs fois par an- et peut-être achat d’un plaid ou d’un piqué de Marseille au magasin.

 

Le château de Bessey-les-Citeaux possède sa propre boutique de patchwork

Le château de Bessey-les-Citeaux possède sa propre boutique de patchwork

http://chateau.bessey.free.fr/

 Je n’ai pu hélas rencontrer toutes les quilteuses du groupe puisque certaines étaient absentes, mais je n’oublierai pas toutes celles avec qui j’ai pu échangé avec plaisir et gentillesse. J’ai beaucoup ri à l’anecdote de Janine qui m’a dit avoir confectionné un plaid à son fils avec ses vieux caleçons. Il paraît que le rendu est superbe selon ses copines! Elle m’a expliqué aussi combien les gens intrigués de la voir faire du patchwork dans le train se mettaient à bavarder! Le patchwork engagerait-il à converser?

 

 

Le hibou de Janine

Le hibou de Janine

 

Les arbres ajourés de Christine

Les arbres ajourés de Christine

 

Un plaid de Jeanne

 

 

De beaux reliefs!

Un second plaid de Jeanne

 

Je remercie les quilteuses de la Maison des Cèdres de m’avoir consacré un peu de leur temps car je sais que, comme nous toutes, ce temps-là est précieux justement tant elles fourmillent de projets à venir. Pour ma part, je suis heureuse de constater que l’art du quilt est bien présent dans notre région puisque qu’une petite bourgade de 6 687 habitants (selon le dernier recensement) possède à lui seul deux clubs de patchwork. Nous avons encore de beaux jours devant nous!

Vous pourrez suivre les aventures du club et la confection des divers ouvrages sur leur blog : http://patchezcool.canalblog.com/

 

@ bientôt

Natacha Ramora

Publicités

STUPEFACTION !

Oui, en effet je peux bien avouer que je suis stupéfaite et un peu déçue. Il y a quelques jours, j’ai consulté le site de quiltexpobeaujolais pour glaner quelques infos sur la prochaine édition 2015. Quelle ne fut pas ma surprise de lire sur le site que, désormais, quiltexpobeaujolais devenait une biennale, autrement dit, le prochain rendez-vous n’aura lieu qu’en avril 2016.

Quiltexpobeaujolais

Quiltexpobeaujolais

 

Petite rétrospective :

Après avoir été responsable artistique durant 4 ans du salon « Expo Magic Quilt » à la Sucrière de Lyon et suite à une forte demande des quilteuses de Rhône-Alpes, Monique Bonnet a organisé, en partenariat avec l’association B&B Arts Textiles de Beaujolais & Brionnais, un nouveau salon dédié au patchwork et à l’art textile contemporain. C’est ainsi qu’est né Quiltexpobeaujolais en 2010.

Lors des deux premières éditions de 2010 et 2011, le salon s’est déroulé dans les superbes caves voutées de l’ancien chaix du Domaine de Douzes Communes à Anse, avec un espace commercial sous chapiteau :

Caves de l'ancien chai

Caves de l’ancien chai

 

Mais, fort de son succès, le salon a dû trouver un lieu d’accueil plus grand qui puisse à la fois recevoir les visiteurs de plus en plus nombreux,  les artistes invités et leur permettre d’exposer leurs oeuvres, ainsi que tous les stands commerciaux d’arts textiles. C’est donc le Parc Expo de Villefranche-sur-Saône qui a été choisi.

.

Parc expo de Villefranche sur Saône

Parc expo de Villefranche sur Saône

 

Affiche de quiltexpobeaujolais 2012

Affiche de quiltexpobeaujolais 2012

 

Ainsi, depuis quelques années, cette exposition internationale d’Art textile reçoit des artistes venant des quatre coins du monde pour le plus grand plaisir des quilteuses de Rhône-Alpes et des autres régions de France. Hélas, il nous faudra à présent attendre presque 18 mois pour assister à la prochaine édition et j’aimerai comprendre pourquoi ce changement…… La crise toucherait-elle aussi le monde du patchwork?  Nous ne sommes pas sans savoir que ces dernières années, nombre de merceries et de magasins de tissus ont fermé leurs portes.

Je me dois de mener une enquête minutieuse qui me prendra un peu de temps…. Restez attentives chères lectrices et chers lecteurs, dans quelques mois, j’espère vous apportez une réponse à cette interrogation. Si parmi vous certains ont quelques infos ou suggestions, merci de les mettre en commentaire, j’y répondrai avec plaisir!

@ bientôt

Natacha Ramora

 

 

INTERVIEW DE LAURENCE, COUSU MAIN

 

Laurence, dite Pimsy

Laurence, dite Pimsy

 

Laurence, à quel moment as tu  commencé à coudre? J’ai lu sur le net que tu étais tombée par hasard sur un forum couture qui t’avait donné envie de te lancer.

En fait, ce n’était pas un forum couture mais un forum sur le cheveux naturel sur lequel il y avait une toute petite rubrique dédiée à des créatifs. A l’époque, c’était il y a 5 ans, il s’agissait d’une jeune femme qui avait investi dans une machine à coudre et qui nous faisait partager ses créations. Je trouvais cela super. J’ai  acheté une machine à coudre d’occasion et je me suis lancée.

Tu as pris des cours ou tu as appris toute seule ?

Non, non, j’ai appris toute seule ! D’abord avec le mode d’emploi de ma machine et ensuite avec les nombreux tutoriels existants sur internet qui m’ont bien aiguillée.

On lit partout que ton compagnon serait aussi ton mannequin préféré. Est-ce vrai ?

C’est un peu déformé, car je ne lui ai fait que deux ou trois chemises. A la base, je couds essentiellement pour me faire des vêtements (nous rions ensemble car il semblerait que la production de M6 mette l’accent sur des informations parfois légèrement déformées en effet).

Quand as-tu créé ton blog ?
Il y a un peu plus de quatre ans.

Comment l’idée t’es venue de créer ce blog ?

Toujours sur le forum en question, au bout d’un certain temps, les copines avec qui j’échangeais m’ont conseillée de faire un blog afin de montrer mes créations. Du coup je me suis dit que je venais probablement de passer un premier niveau et après quelques semaines de réflexion, j’ai décidé de me lancer.

As-tu eu du succès rapidement ou as-tu d’abord « ramé » ?

Non je n’ai pas eu du succès tout de suite, j’ai « ramé » ! Déjà au départ j’avais des photos un peu merdiques (nous en rions ensemble). Une personne m’a demandé un jour comment j’avais fait pour imposer mon style dans mon blog mais il m’a fallu un an et demi, voire deux ans, pour trouver ma façon d’aborder mon sujet, en l’occurrence ici les créations et pouvoir intéresser les gens afin de les amener à revenir sur mon blog.

De quelle façon as-tu entendu parler du casting de Cousu main ?

C’est une copine, couturière elle aussi, qui en a parlé sur sa page Facebook et qui m’a taguée en disant que ce concours était fait pour moi. Après quelques renseignements, j’ai décidé de m’inscrire, pas tant pour la partie médiatisation mais surtout sur cette idée de défi à relever.

Quel a été le déroulement du casting ?

Il fallait tout d’abord adresser un mail à la production avec quelques photos de mes réalisations. J’ai donc envoyé un très long mail pour essayer de me vendre au mieux. J’ai ensuite eu un premier appel, une sorte de petit entretien téléphonique. J’ai dû renvoyer quelques photos, puis j’ai été convoquée pour un entretien filmé avec quelques-unes de mes créations que j’ai présentées devant la caméra. C’était certainement pour savoir si je passais bien à l’antenne (nous rions encore). Enfin j’ai dû effectuer un test machine dans les conditions de l’émission et deux jours après j’avais un coup de fil m’annonçant que j’étais prise.

Tu as réagis comment ?

(Laurence rit en me répondant) Je me souviens que j’étais à mon travail lors de cet appel, j’étais super contente et obligée de contenir mes cris au téléphone.

Qu’est-ce qui a été le plus stressant pour toi tout au long de cette émission ?

En fait je ne suis pas quelqu’un de stressé, je suis assez zen de nature. Bien sûr le chronomètre tournait mais j’ai vraiment essayé de profiter de tous les paramètres de cette aventure.

Tu penses avoir appris des choses durant l’émission ?

D’abord cela m’a permis de savoir que j’étais capable de faire les choses rapidement ! Lorsque je couds chez moi, je prends mon temps, je suis du style à faire 36 000 choses en même temps! Là, j’ai constaté que je pouvais être rapide.
Ensuite cela m’a aussi permis de m’améliorer sur mes finitions. J’étais déjà assez minutieuse mais je ne suis pas une grande technicienne dans l’âme, je suis plutôt dans la « bidouille ». Aujourd’hui, je joue plus de la technique que de la « bidouille ».

Que retiendras-tu de cette émission ?

Je peux dire qu’aujourd’hui j’ai neuf potes de plus. J’ai trouvé le casting super comparativement à d’autres émissions ou l’ambiance n’est pas bon enfant ! Dès le départ on s’est très bien entendus et aujourd’hui nous sommes toujours en contact, on se parle quasiment tous les jours.

Que penses-tu de l’image que l’on montre de toi et des autres candidats ? Est-elle proche de la réalité ou déformée ?

(Elle éclate de rire) En ce qui me concerne, les gens qui vont sur mon blog pensent que je suis très extravertie et ils ont été surpris de me voir si calme pendant l’émission parce qu’en fin de compte, je suis quelqu’un d’assez scolaire, concentrée sur ma tâche. Ensuite je suis  la première à aimer rire et même si cela n’a pas été montré à la caméra, nous avions beaucoup de fous rires, dont j’étais souvent à l’origine. Je suis aussi grande gueule et cela n’a pas transparu non plus. En fait il y a plein de facettes de ma personnalité que l’on n’a pas perçues tout au long de cette aventure. Quant aux autres candidats, il me semble que c’est la même chose. Nous étions sortis de notre zone de confort et la fatigue aidant, c’étaient surtout certains traits de nos personnalités qui ressortaient, comme l’émotivité d’Adelino, par exemple, sur laquelle la production a mis l’accent. Il n’y a que Jésus qui est resté tel que lui-même, toujours à la déconne !

Qu’ont pensé tes proches de ta prestation ?

Ils étaient contents, j’ai eu un très bon accueil. J’étais un peu inquiète car au vu de ce que j’ai dû réaliser pour l’émission, nous étions assez loin de ce que je confectionne habituellement, que ce soit esthétiquement ou techniquement parlant. Ils ont trouvé que j’étais restée fidèle à moi-même et c’était important pour moi !

Je suis allée consulter ton blog sur lequel j’ai vu ta collection « Douceurs éphémères ». Dans quel cadre as-tu créé cette collection et en avais-tu déjà réalisé une auparavant ?

Non, du tout ! C’était la première fois ! Mon amie Leefa, qui fait aussi de la couture, était en contact avec l’organisateur du défilé de la « Fashion Night Couture » , qui existe depuis 4 ans si je me souviens bien. On a proposé à Leefa de créer une collection de 20 pièces. Elle ne se sentait pas de la faire seule, elle m’a donc proposé de la produire ensemble. Nous n’avons pas pu faire les 10 pièces chacune car cela représentait un travail fou. Cela n’était pas destiné à la vente mais cela nous a donné l’opportunité de rencontrer d’autres créateurs, des photographes. Quant à moi, qui coud habituellement des vêtements pour le quotidien, cela m’a permis de confectionner pour une fois des tenues se rapprochant   des vêtements Haute-Couture. Ce fut un beau défi pour moi !

Ispahan

Ispahan

Ispahan, vue de dos

Ispahan, vue de dos

Duo de concerto

Duo de concerto

 

 

 

Oeuf mendiant

Oeuf mendiant

As-tu d’autres projets de collection ?

D’autres projets tels que celui-ci non ! Mais il se pourrait que j’en ai de nouveaux en tête mais je suis superstitieuse donc je n’en parlerai pas… (à suivre).

Laurence, dite Pimsy, est une jeune femme gaie et très abordable. L’interviewer a été un réel plaisir et je la remercie vivement du temps qu’elle a bien voulu m’accorder. J’espère qu’elle rencontrera du succès dans ses projets futurs, quels qu’ils soient.

Les bonnes adresses de Laurence :

En boutique :         –  Mondial tissus

Sur le web : 

Les basiques:            – Les coupons de Saint Pierre, http://www.les-coupons-de-saint-pierre.fr/

                                     – Tissus Price, https://www.tissus-price.com/

Les fantaisies :         – Ma petite mercerie, http://www.mapetitemercerie.com/

                                    – Cousette, http://www.cousette.com/

                                    – Atelier Brunette, http://atelierbrunette.com/fr/collection

                                     – M comme Marie, http://www.aimecommemarie.com/

Et bien sûr :              – Camillette-création, http://www.camillette-creation.com/shop/

———–

Pimsy "On dirait le sud"

 

Vous pouvez suivre Pimsy sur son blog http://www.pimsycouddestrucs.com/

 

@ bientôt

 

Natacha Ramora

COUSU MAIN, SUITE : LES CANDIDATS

Ce qui aura aussi fait le succès de Cousu Main, me semble-t’il, ce sont les candidats. Ces candidats auxquels on s’attache, que l’on soutient, émission après émission. Nous avions toutes notre chouchou. En effet, comment ne pas être touché par la sensibilité à fleur de peau d’Adelino, le savoir-faire de Séverine et son bon esprit, le pep’s et le monde coloré de Laurence, la parfaite maîtrise technique de Carmen relevée par ce bel accent québécois et ses jolies expressions de langage, le look rock’n’roll et la bonhomie de Jésus ?
Faisons un peu tour d’horizon de nos candidats. Nous avons donc pour concourir : Séverine, Marc, Laurence, Jésus, Isabelle, Caroline, Carmen, Camille, Anne et Adelino.

 

Marc a été le premier candidat à être éliminé. Il est un ancien sportif de haut niveau, double champion du monde de descente en kanöé-Kayak en 2010 et 2011. Actuellement sans emploi, il s’est lancé dans la couture avec l’envie de réussir qui caractérise un sportif : aller toujours plus loin. Malheureusement, il manquait trop de technique et d’expérience pour se mesurer avec des candidats qui, pour la plupart, pratiquent la couture depuis leur plus tendre enfance ou cousent plusieurs heures par semaine ou par jour.

 

Marc

Marc

Facebook de Marc :
https://www.facebook.com/pages/ILLE/2088524067952999?fref=ts

 

Camille a été rapidement éliminée également. Infographiste de profession, c’est par sa passion pour le dessin et la mode qu’elle est entrée dans le monde de la couture. Elle aime particulièrement travailler la dentelle et confectionne des robes pour ses amies. Hélas pour elle, son manque d’expérience et de technique ont très vite mis fin à sa participation au concours. Son petit accent du Sud-Ouest et sa gentillesse faisaient d’elle une personne attachante. Elle vient de monter monter un site e-commerce de vente de tissus. Je lui souhaite sincèrement de réussir dans cette aventure.Et peut-être que nous, quilteuses, cela peut nous intéresser, qui sait….

 

Camille

Camille

http://www.camillette-creation.com/

 

 

Caroline, Agent de cinéma, a reçu sa première machine à coudre dès l’âge de 6 ans afin de coudre des costumes pour ses poupées Barbie. Elle est restée attachée à ce monde imaginaire créatif puisque, passionnée de jeux de rôle, elle coud aujourd’hui ses propres costumes, qui sont, il faut bien le dire, assez bluffants. Son atout est la finition à la main, malgré cela, elle n’aura pas, elle non plus, suffisamment de technicité pour parvenir en finale. Son rêve est de confectionner un jour les costumes de « Games of thrones » et j’espère qu’elle s’entêtera pour que cette chance lui soit donnée.

 

Caroline

Caroline

http://www.lolfish.fr/

Jésus, ou plus exactement Francis, électricien, a été éliminé en quatrième position.C’est un personnage atypique qu’on ne peut oublier. Barbe pointue, oreille percée, attitude Rock’n’roll, blouson de cuir ou quilt écossais, il coud depuis ses douze ans, lors de son premier cours de couture en travail manuel en 6eme. Il a emprunté la MAC de sa mère pour customiser ses fringues et sortir du lot de ses camarades,c’est ça quand on a un esprit rock!!!
 Il possède plusieurs machines à coudre anciennes qui proviennent d’un petit cordonnier de Joinville en Vallage . Son atelier est installé dans sa salle de répétition pour son groupe les « PEGRELEUX » . Il a gagné l’épreuve du vêtement de la semaine grâce à la petite robe customisée réalisée pour sa femme. Je me doutais bien qu’il n’avait pas la possibilité de parvenir à la finale car, malgré son expérience, il ne possédait pas la technique de certains autres candidats.  Toutefois, son côté fantasque en faisait mon chouchou. Aujourd’hui, il se dit fier de voir que les hommes qui cousent sortent de l’ombre grâce à lui.

Francis dit Jésus

Francis dit Jésus

Facebook de Jésus:

https://www.facebook.com/jesustouchcuir

 

 

Anne est encore étudiante, elle prépare une thèse en civilisation germanique. Férue de mode, elle a grandit dans l’univers de la danse. Fascinée par les costumes extraordinaires que lui confectionnait sa maman lorsqu’elle était petite, c’est tout naturellement qu’elle est venue à la couture afin de pratiquer une activité manuelle. Elle avoue coudre 2 ou 3 heures par jour et maîtrise bien la confection des jupes ou des robes. Toutefois, elle a beaucoup plus de mal avec le corsetage ou le travail sur le satin. Malgré tout, Anne possédait plus de chance que le candidats cités plus haut pour parvenir en finale.  Elle va  lancer une collection de prêt à porter féminin, bonne chance à elle.

 

 

Anne

Anne

http://romannecouture.canalblog.com/

http://annedurrieu.com/

Isabelle est architecte et nous arrive de Belgique. Elle a trois enfants et c’est à la naissance de sa petite dernière qu’elle a commencé à coudre des vêtements pour sa petite fille avec une machine à coudre qu’elle a récupérée. Aujourd’hui, elle coud régulièrement pour sa petite princesse mais aussi pour sa famille et ses amies. Elle aime chiner pour recycler des tissus souvent colorés. Grâce à sa participation à l’émission, elle espère monter sa maison de couture. Bonne route également Isabelle!

 

Isabelle

Isabelle

http://isalabo.canalblog.com/

 

 

Laurence, originaire de Martinique, est médiatrice sociale de quartier. Il y a quelques années, en fouillant sur le web, elle est tombée sur un forum avec un espace dédié à des créatifs concernant notamment la couture. C’est ainsi que l’aventure a commencée puisqu’elle s’est rapidement acheté une machine à coudre pour se lancer. Désormais elle coud des chemises pour son homme, certes, mais surtout ses propres vêtements. J’ai également découvert sur son blog qu’elle et son amie avaient présenté quelques-unes de leurs créations sous forme de collection capsule au défilé Pluri’elles, lors d’une fashion night. Je vous invite à la découvrir en vous rendant sur le blog de Pimsy/Laurence, rubrique « Douceurs éphémères ». Certains modèles sont superbes. Lors de l’émission, elle a gagné le titre de « vêtement de la semaine » en doublon avec Adelino pour son costume martiniquais. Elle a raté de très peu sa place en finale.

 

 

Laurence

Laurence

http://www.pimsycouddestrucs.com/

 

 

Adelino, quant à lui, est vendeur dans une boutique de prêt-à-porter pour hommes. Mais c’est pourtant la mode féminine qui l’attire. Tout petit déjà, il cousait des robes pour ses poupées à l’insu de sa maman. Aujourd’hui, il crée des robes splendides que vous pouvez aller découvrir sur son blog, ainsi que des bijoux. Il ne fait aucun doute qu’Adelino a l’étoffe d’un styliste et c’est d’ailleurs ce à quoi il aspire depuis certainement bien longtemps. Amparo lellouche est de cet avis, elle le considère comme tel et beaucoup de téléspectateurs ont été touchés par ce moment émouvant où, après lui avoir dit qu’il était un styliste, Amparo l’a embrassé, touchée par les larmes d’Adelino qui attendait une telle reconnaissance. Il a bien sûr pu accéder à la finale où ils étaient trois candidats à concourir. Etonnamment, et ce à cause de son manque de maîtrise face à deux candidates parfaites de ce côté-là, il a été éliminé. Effectivement selon le jury, c’était un concours de couture et non pas de stylisme, d’où leur préférence pour la technique. Malgré cela, je pense que nous entendrons sans doute à nouveau parler de lui un jour.

 

Adelino

Adelino

http://adelino-couture.over-blog.com/

Séverine, notre finaliste, mère au foyer, possède une excellente technique. Elle reconnait d’ailleurs volontiers qu’elle préfère la technique à la customisation. c’est pourtant avec un vêtement customisé – un tee-shirt strech transformé en robe pour petite fille – qu’elle a remporté le challenge du vêtement de la semaine. Séverine et la couture, c’est l’histoire d’une jeune femme qui, il y a une vingtaine d’années, demande un devis pour des rideaux. Devant le prix exorbitant proposé, elle décide de les réaliser elle-même. Et c’est ainsi qu’elle va prendre goût à la couture et va acquérir, au fil du temps, un parfaite maîtrise. Il me semblait naturel que Séverine accède à la finale, place bien méritée. J’ajouterai que je rejoins ses propos confiés sur son blog concernant la robe de soirée confectionnée pour l’ultime épreuve : elle aurait du conserver son idée originale de départ plutôt que de suivre les conseils de Roland Mouret. Car Carmen avait bien une adversaire à sa taille, c’est juste une question de mauvais choix, c’est dommage!

Séverine

Séverine

http://byseverine.over-blog.com/

Enfin notre heureuse gagnante est Carmen.  Elle a commencé à coudre à  5 ans. Passionnée et collectionneuse, elle possède plus de 100 patrons haute couture et elle a réalisé elle-même l’intégralité de sa garde-robe. Cette québécoise vit en Bretagne et elle est auto-entrepreneuse. Elle a marqué l’émission par ces belles expressions telles que : « je couds comme je respire » et son accent mais aussi et surtout par son extraordinaire savoir-faire et sa technique irréprochable! Elle a remporté le titre de vêtement de la semaine avec son ensemble de lingerie Shorty et caraco. Carmen semble posséder un caractère bien trempé, sensible aux conseils avisés du jury, elle les suit non sans montrer une toute petite pointe d’agacement. C’est que Carmen, elle a déjà en tête son idée et que les interventions d’Amparo ou Julien peuvent être déstabilisantes dans le processus de création. Pourtant, ces interventions auront toujours été bénéfiques. Lors de la finale, elle sera profondément émue de la participation du styliste Roland Mouret dont elle est fan. J’ai été ébahie par sa robe Chauve-souris si originale ! Carmen a largement mérité le titre de meilleure couturière amateur de France! Bravo à elle!

Carmen, la gagnante !

Carmen, la gagnante !

 

Vous pouvez désormais suivre les aventures de Carmen sur son blog : http://www.carmencitab.com/

 

Mais vous pouvez aussi acheter son livre :

Le livre de Carmen

Le livre de Carmen

 

 

Pour terminer, je souhaite féliciter les candidats pour leur esprit sportif dont ils ne se sont pas défait malgré la compétition. Rendez-vous l’année prochaine pour la saison 2!

 

@ bientôt.

 

Natacha Ramora